Accueil Toute l'info Espace presse |  Archéologie : Soixante-seize...
Radar Englesqueville la Percée/©Département du Calvados

Archéologie : Soixante-seize ans après le Débarquement, la station radar d’Englesqueville-la-Percée commence à livrer ses secrets

Soixante-seize ans après la prise de contrôle par les troupes américaines de la station radar d’Englesqueville-la-Percée, les archéologues du Département du Calvados découvrent un coffre-fort abandonné sur place par les troupes allemandes. Les impacts de balles au niveau de la serrure montrent que les Rangers américains fraîchement débarqués à Omaha ont forcé ce coffre. Qu’y ont-ils découvert : des documents stratégiques, de l’argent,  ou plus simplement les effets personnels des défenseurs de la station radar ?

On ne le saura sans doute jamais, puisque le coffre-fort a été retrouvé vidé de son contenu.

mercredi 17 juin 2020
Partager cet article :

Cette découverte illustre les événements tragiques survenus il y a soixante-seize ans, jour pour jour. La station radar allemande d’Englesqueville-la-Percée chargée de détecter l’arrivée des avions et des bateaux est située entre Omaha-Beach et Utah-Beach. On comprend alors l’importance stratégique du site pour les troupes alliées. Les bombardements aériens des 23 mai et 30 mai puis le bombardement naval du 6 juin au matin visent à détruire les défenses allemandes situées sur le haut des falaises d’Englesqueville-la-Percée. Elles restent néanmoins l’objectif assigné à la compagnie C du 2e bataillon de Rangers dont la mission est de faire la jonction à partir d’Omaha avec les autres Rangers qui ont pris d’assaut la batterie allemande de la Pointe du Hoc. Les Rangers de la compagnie C débarquent au petit matin du 6 juin à l’extrémité ouest d’Omaha-Beach.

Après avoir ouvert une brèche dans les lignes de défenses allemandes, ils partent à l’assaut des pièces d’artillerie qui bombardent la plage du haut de la Pointe-de-la-Percée. Sur le haut des falaises, les combats sont acharnés et il faudra près de deux jours pour établir la jonction avec la Pointe-du-Hoc. C’est très vraisemblablement au cours de ces combats que le coffre-fort qui vient d’être redécouvert fut fracturé par des soldats américains venus pour libérer l’Europe.

Ainsi, la fouille archéologique entreprise à Englesqueville-la-percée par le service d’archéologie du Département contribue à mieux connaître les événements tragiques qui marquent le Débarquement des troupes alliées sur les côtes normandes. C’est aussi une manière de se souvenir et de transmettre la mémoire de ces événements aux générations futures.

Partager cet article :