Jean-Léonce Dupont devant un pupitre prononçant un discours pour l'inauguration de la voie verte de la Suisse normande le 11 juillet 2018

Inauguration de la voie verte de la Suisse normande et de l'espace naturel sensible des Rochers des Parcs

C'est, je crois, de l'avis de tous, un vrai bonheur d'être depuis tôt ce matin ici, pour l'inauguration, très attendue, de cette voie verte de la Suisse Normande, mais aussi de l'Espace Naturel Sensible des Rochers des Parcs.

mercredi 11 juillet 2018
Partager cette actualité :

Merci Paul et Sylvie de nous accueillir chez vous (…) ! Merci aux nombreux élus, Régionaux, Départementaux, Maires et Conseillers Municipaux de nous accompagner.

C'est déjà un peu les vacances… Et, ce parcours que nous venons de faire, nous rapproche encore un peu plus de ce moment de l'année où le temps se trouve un peu ralenti.

Cette voie verte de la Suisse Normande est une beauté ! Et, on peut le dire, constitue, en quelque sorte, la "vitrine" de nos itinéraires cyclables départementaux. Même si, d'autres sites, d'autres lieux, n'ont rien à envier à ces paysages qui nous accueillent aujourd'hui…


Nous avons, sur cette question du vélo et des voies vertes, beaucoup réfléchi, beaucoup travaillé et beaucoup réalisé avec les territoires et communautés de communes, aux quatre coins de notre département…

Et, même si tout n'est pas encore bouclé… On peut dire que les choses sont bien avancées et que le Calvados est en train de gagner le pari du vélo, avec tous les enjeux touristiques et économiques qui vont avec… Mais, il va falloir continuer de pédaler dans le bon sens, sur ce sujet, comme sur d'autres d'ailleurs !

Il aura fallu, ces dernières années, beaucoup de volonté, de détermination, parfois de courage, surtout de la patience, voire de la diplomatie avec certains de nos partenaires, pour en arriver là… À ces moments d'inauguration que nous vivons…

Et, c'est, je crois, aujourd'hui, toute la Suisse normande qui peut avoir le cœur en fête !

Il y a quelques semaines, nous étions sur le littoral du Bessin, de Longues-sur-Mer à Asnelles, en passant par Arromanches, pour découvrir un autre itinéraire remarquable.

Là, c'est une toute autre nature qui nous accueille : verdoyante, reposante, apaisante.


Des équipements de grande qualité, avec cette "matière première", "Dame Nature", si riche ici, et qui ne demande qu'à se faire visiter… À s'introduire dans cet arrière-pays qui n'en finit pas de livrer toutes ces richesses pour le plus grand plaisir des nombreux visiteurs qui fréquentent ces parcours.

Les élus de ce territoire peuvent être fiers, n'est-ce pas Paul ? Pour avoir cru en leurs atouts et en la volonté d'accompagner ce projet et continuer de le faire.

Je sais combien tu as combattu, bataillé, négocié pour cet itinéraire… Combien de fois, tu as dû convaincre nos partenaires pour gagner, tronçon après tronçon, le droit d'aller encore plus loin… De poursuivre.

Laissez-moi, en quelques mots, retracer l'itinéraire de ce projet…

Représentant l'axe vertical du "T" départemental du Plan Vélo, la réalisation de la voie verte de la Suisse Normande, lancée en 2012, au terme d'une longue phase de concertation, a été phasée en trois tranches successives, entre Caen, Grimbosq, Thury-Harcourt et Clécy.

Avec l'achèvement des travaux de la dernière tranche, entre Thury-Harcourt et Clécy, il y a quelques semaines, c'est désormais l'ensemble de la voie verte, entre Caen et Clécy qui est opérationnelle.


Avec ces derniers kilomètres, c'est un itinéraire continu et sécurisé, au cœur de la vallée de l'Orne, sur plus de 40 kilomètres, qui s'offre à tous les usagers, locaux ou touristes.

Au global, cette voie verte aura représenté un investissement de 13 millions d'euros pour le Département, cofinancé à hauteur de 5,6 millions d'euros par la Région et l'Europe au titre du FEDER. Ce qui représente une somme certaine…

A relativiser toutefois, en comparaison, cela correspond à deux kilomètres de voie d'autoroute.

Lorsque l'on voit l'engouement populaire croissant, plus de 300 000 usagers/an (vélos, piétons, rollers) sont comptabilisés, au départ de la voie verte de la Suisse Normande, à Caen. On peut se dire que c'est de l'argent public bien investi.

Cette fréquentation décroit, au fur et à mesure, de la progression dans la vallée, mais ce sont, tout de même, 150 000 usagers/an comptabilisés à Feuguerolles-Bully et plus de 100 000 à Thury-Harcourt.

Principalement utilisée par les usagers locaux, cette voie verte s'inscrit également comme un axe de développement touristique en tant que tronçon de la "Vélo Francette" (véloroute gratifiée de deux prix successifs au niveau national et européen en 2017 et 2018).

 

Reconnue comme l'une des plus belles étapes de cette véloroute par les touristes à vélo, la voie verte de la Suisse Normande pourra progressivement s'enrichir d'offres de services, notamment en matière d'hébergement et de restauration.

À l'image de l'ensemble du tracé, le dernier tronçon Thury-Harcourt/Clécy, permet de découvrir, de manière sécurisée et confortable, des points de vue exceptionnels sur la vallée de l'Orne.

Pénétrant au cœur de la Suisse normande, elle est également directement connectée aux sites naturels des Rochers des Parcs et de la Houle, ENS départementaux, et "monuments naturels" emblématiques de la Suisse normande, supports  des activités de pleine nature qui en font la renommée : randonnée, escalade, parapente, kayak, etc.

Conscientes du potentiel de développement local que représente l'arrivée de la voie verte, les collectivités locales et les élus portent des projets locaux qui viennent enrichir l'offre de cet itinéraire :

  • Le Hom : aménagements dans l'ancienne gare de Thury-Harcourt et dans la Base de Pleine Nature de Kayak.
  • Saint-Rémy : projet mixte culturel/restauration/accueil vélo, au niveau de l'ancien musée de la mine, récemment réhabilité et ouvert au public, le 23 juin dernier.


Si vous le permettez, en quelques points rapides, je vais rappeler les grands éléments de cette troisième tranche de travaux : 13,5 km de linéaire, avec un revêtement en enrobé coloré, adapté aux différents secteurs géographiques et notamment aux prescriptions réglementaires en site classé, notamment sur la commune de Le Vey.

La voie a une largeur de 3 mètres et est autorisée aux vélos, rollers et piétons, en cohabitation sur un espace commun. Par contre, les engins motorisés et les chevaux ne sont pas autorisés, excepté sur quelques tronçons ponctuels de liaison sur des itinéraires équestres.

Des aménagements connexes ont été nécessaires, tel le réaménagement de l'ancien passage à niveau, au sud de Saint-Rémy-sur-Orne, en traverse de la RD 562 ainsi que des connexions aux Espaces Naturels Sensibles du Département (Rochers de la Houle et Rochers des Parcs). Ou encore l'aménagement d'aires de repos, avec 24 bancs, 14 tables de pique-nique et 32 range-vélos.

L'aménagement de la troisième tranche s'est, en fait, déroulée en deux parties distinctes : une première partie, entre la mi-mars 2017 et octobre 2017, entre le Pont de la Mousse à Saint-Rémy-sur-Orne et Clécy.

Puis, la seconde partie de cette tranche 3, au premier semestre de cette année, entre Thury-Harcourt et le Pont de la Mousse.


Le budget de cette troisième tranche s'élève à 4 millions d'euros T.T.C. avec un financement par la Région, à hauteur de 850 000 euros et 3 150 000 euros à la charge du Département.

Sur cet itinéraire magique, se trouve l'Espace Naturel Sensible des Rochers des Parcs, autre trésor de cette Suisse Normande ; ce site naturel constitue l'un des sites emblématiques de la région.

Il s'agit d'une barre rocheuse, orientée d'ouest en est, surplombant l'Orne d'une hauteur d'environ 70 mètres. Son dénivelé et son affleurement rocheux lui confèrent une ambiance montagnarde qui a historiquement fait la renommée de ce territoire.

Créée, en 1994, sur le territoire de la commune de Le Vey, la zone de préemption a été ensuite étendue sur le territoire des communes de Clécy et Le Bô, en 2008, pour une surface totale de 37 hectares.

À ce jour, un peu plus de 22 hectares sont acquis, soit un taux d'acquisition de 61 %, comprenant la quasi-totalité des falaises, cœur du site, sur la commune de Le Vey.

Site classé en zone "Natura 2000", il abrite une grande diversité de milieux naturels : sur les rochers orientés au sud, habitats de milieux secs et pauvres : pelouses, landes et fourrés ; plus proches de la rivière : boisements et prairies humides.


Le caractère montagneux du site en fait un espace privilégié en Normandie, pour la pratique de sports de nature.

Au-delà des randonnées pédestres, équestres et VTT, c'est un site d'importance régionale pour la pratique de l'escalade (8ème site le plus pratiqué à l'échelon national par les clubs adhérents à la Fédération Française de Montagne et d'Escalade). Pas moins de 32 000 visiteurs, à l'année, fréquentent ce site remarquable !

Au travers de la maîtrise foncière quasi-complète des falaises, de récents aménagements réalisés par le Département, pour l'accueil du public et une démarche de préservation des milieux naturels aboutie, le site peut désormais être considéré comme "mature" en tant qu'ENS.

C'est-à-dire ne nécessitant plus que des efforts de maintenance de son capital naturel et des aménagements.

Le plan de gestion, établi en 2005, définit les actions à mener pour la conservation du patrimoine naturel et paysager, l'ouverture maîtrisée du site, au public, ainsi que le maintien des usages en place.

Ainsi, la déconstruction de bungalows, le long de l'Orne, pour un montant de 25 000 €, l'abattage de peupliers et la  restauration  des  milieux   naturels  (landes   et   pierriers  -travaux en régie-) ont été réalisés, au titre des aménagements naturels et paysagers.

 


En ce qui concerne l'accueil du public, divers travaux ont été réalisés, tels que la réhabilitation, en 2014, du parking au pied de viaduc, pour un montant de 11 800 €, ou encore la mise en place de la signalétique, sur le site, pour 12 500 € ou bien l'aménagement d'une boucle de randonnée (travaux réalisés en régie par l'équipe d'entretien des ENS) ou enfin, la gestion du site restauré (zones d'accueil du public, chemins et milieux naturels) dont l'entretien est principalement réalisé, en régie, par l'équipe d'entretien des ENS, là encore.

Je souhaite vivement remercier tous ceux qui ont participé, depuis tant d'années, à faire de ces itinéraires et de ces sites remarquables de véritables atouts touristiques… Peut-être un jour réussirons-nous à relier tous les ENS départementaux par ces voies vertes ! Beau challenge !

Remerciements à nos Services Départementaux, bien sûr, et à la Direction Générale Adjointe Aménagement et Environnement, mais également aux territoires, les Communes et leurs Elus, Maires ou Présidents d'Intercommunalités et aux différents partenaires (Etat, Région…).

Merci à toi, Paul, merci à Sylvie…

Je sais que vous ne ménagez jamais votre peine pour la promotion et la valorisation de ce coin du département, cher à votre cœur… En associant et partageant avec vos collègues élus…


Vous faites, je le sais, vous les élus du territoire, de votre côté, avec vos budgets, le maximum pour accompagner, par les aménagements que vous portez, les investissements du Département sur cet itinéraire… Il faut du temps, beaucoup de temps pour la stratégie d'un itinéraire… C'est pour cela que j'aime à dire qu'il faut aussi des élus qui apportent cette constance dans le suivi des projets !

Bravo et merci pour votre engagement.

Cette voie verte désormais achevée, je le disais, est pour le Département, au-delà d'être une belle vitrine, pour la promotion du vélo et les sports de nature, une véritable fierté que je partage, aujourd'hui, avec chacun d'entre vous !!!

Oui, le Département du Calvados est un Département en mouvement, il le prouve et nous le prouvons, ce matin, avec des kilomètres parcourus, dans cette nature luxuriante et si accueillante.

Non seulement, le Département est en mouvement, mais il est, je le crois, reconnu comme tel… Aussi, dans ce domaine du vélo et des itinéraires cyclables, et de la préservation et valorisation de l'environnement.

Même, s'il faut bien le dire, nous étions, il y a encore quelques années, en retard… Le Plan Vélo, et cette volonté politique que nous avons collectivement, a permis de rattraper ce retard et je m'en félicite !

 

Et, je dois le dire, merci Paul d'en avoir été le porte-drapeau, pour ne pas dire le "porte-bidons" !

Je remercie également toutes les entreprises, les différents corps de métier qui, au fil du chantier, ont participé à cette très belle réalisation ainsi que l'entreprise LOCVELO de Bayeux pour la location des vélos.

Je vous remercie de votre attention et pour fêter cet événement, je vous invite à partager quelques moments de convivialité en attendant les vacances !

 

Discours prononcé le mercredi 11 juillet 2018 à Le Hom (Thury-Harcourt) / Le Vey, en présence notamment de Paul Chandelier et Sylvie Jacq. Seul le prononcé fait foi.

 

Tags :
Partager cette actualité :
<script>