Inauguration du collège Gisèle Guillemot à Mondeville, le 14 septembre 2018. / © E. Blivet

Inauguration du collège Gisèle Guillemot à Mondeville

C'est pour moi et mes collègues du Département, ainsi que nos services, un vrai plaisir d'être ici, aujourd'hui, en ces premiers jours de rentrée, pour l'inauguration de ce très attendu et très réussi nouveau collège. La dernière ouverture d'un collège remonte à l'année 2005, avec Guillaume de Normandie à Caen. Monsieur le Principal s'en souvient certainement…

vendredi 14 septembre 2018
Partager cette actualité :

Je le dis souvent, une inauguration est toujours un temps d'aboutissement. Mais, lorsqu'il s'agit d'un établissement scolaire, chacun mesure que ces moments sont peut-être un peu plus spéciaux que d'autres, car ils touchent à l'éducation de nos jeunes, à une responsabilité majeure pour l'avenir.
Et, le Département, aux côtés de l'État, puisqu'il s'agit bien d'une responsabilité partagée, démontre, une fois de plus, qu'il est au rendez-vous de ses engagements sur cette compétence "collège" si essentielle.
Je veux dire que ce travail en commun, en binôme, entre le Département et la Direction Académique est, je le crois, exemplaire et je remercie, une nouvelle fois, le Directeur Académique pour ce dialogue permanent, constructif, mais aussi responsable qui permet, en toute confiance, en toute sérénité, de prendre les décisions justes, même si parfois, elles peuvent être difficiles ; mais le devoir de réalité est là, les données scientifiques et arithmétiques sont têtues et chacun doit être comptable de son action.
Et, c'est bien ce que nous avons, tous ensembles, voulu démontrer, à travers la réalisation de ce nouveau collège, baptisé Gisèle Guillemot, j'y reviendrai dans quelques instants.
Je ne peux pas vous cacher notre satisfaction d'être là, cette après-midi, avec les collégiens, l'ensemble des élus, la communauté éducative et administrative pour découvrir ces superbes nouveaux locaux.

Permettez-moi un petit retour en arrière, pour vous dire que c'est au printemps 2009 que tout a commencé avec l'engagement d'Anne d'Ornano de reconstruire, dans le cadre de la reconversion du site de l'Établissement Central des Matériels de Mobilisation du Service de Santé des Armées, un collège, au sein d'un nouveau quartier.
C'est un véritable travail de partenariat qui débute alors, avec la commune de Mondeville et la Direction Académique. Je vous passe les procédures administratives toujours trop longues. Les travaux débuteront en décembre 2016, sous la conduite du cabinet d'architectes Millet-Chilou-Gardette… Que nous connaissons bien et que je remercie pour leur travail.
Dans les temps qui suivront, c'est-à-dire à la rentrée 2017, nous prendrons la décision de la fermeture du collège de Colombelles et la fusion des secteurs Colombelles/Mondeville au sein de ce nouveau collège.
Nous avons beaucoup écouté, beaucoup concerté, beaucoup répondu aux attentes nombreuses et légitimes, pour l'essentiel, sur cette opération. En ajustant même nos enveloppes financières, portant le coût final de construction de ce collège à 12,4 millions d'euros.

Je ne reviendrai pas sur l'ensemble de ces procédures et sur la complexité de cette opération qui s'inscrivait en marge d'une ZAC dont les plans et les calendriers ont beaucoup évolué, au fil du temps.
Mais, nous avons su tenir les délais, grâce à la mobilisation de nos équipes, toujours très talentueuses, et aux interventions, dans les moments-clés, des élus du Département en responsabilité sur cette compétence.
Je pense notamment à Clara Dewaële-Canouel, vice-présidente du Département et présidente de la commission Éducation, Sport, Culture et Citoyenneté, qui a toute ma confiance.
Je pense très sincèrement que le résultat est à la hauteur des ambitions que nous nous étions fixées et l'on peut collectivement féliciter notre architecte ainsi que l'ensemble des bureaux d'études et les nombreuses entreprises qui sont intervenues sur le chantier, sur cette très belle opération, livrée dans les délais.
Pour cette première rentrée 2018, nous comptions sur l'accueil d'environ 550 collégiens, ils sont aujourd'hui 559 (544 + 15 ULIS) soit exactement notre cible projetée, avec une moyenne de 24 élèves par classe.

C'est bien le signe que nos projections étaient robustes et très proches de la réalité… Même si la capacité réelle, à termes, de cet établissement peut être portée à 640 collégiens.
S'agissant du désormais ancien collège Guy Liard, je le rappelle, construit en 1968, il va donner lieu à une très belle opération d'habitat, là encore, portée par Calvados Habitat, l'Office Public de l'Habitat du Calvados.
Tandis que des pistes de reconversion se profilent déjà sur l'ancien collège Henri Sellier de Colombelles, susceptible d'accueillir, demain, un nouvel équipement public.
Je voudrais, une nouvelle fois, rappeler le travail collectif sur cette opération avec les collectivités et la Direction Académique. Nous avons cheminé, tous ensembles, parfois au gré de conventions et d'accords amiables, pour fixer les attentes, les objectifs et les engagements de toutes les parties.
Je crois, qu'aujourd'hui, chacun peut se féliciter de ce travail partenarial. Même si rien n'est jamais simple et tout peut très vite se compliquer.
Mais, là encore, à force de bonne volonté, d'écoute, de sagesse, de rigueur et de détermination, l'objectif final peut être atteint. C'est tout le sens de cette réalisation et de cette ouverture, pour cette rentrée 2018, dans les temps.

Oui, je le redis, le Département est bien au rendez-vous de ses responsabilités, non seulement dans le cadre de cette compétence "collège", mais encore dans son rôle d'accompagnement des territoires lorsqu'il porte, comme c'est le cas ici, d'importantes opérations de requalification urbaine, tel que ce quartier en devenir, qui peut désormais compter sur la présence d'un nouvel équipement public de grande qualité.
Mais construire des murs, assurer l'entretien et la restauration est une chose… Il ne faut jamais oublier que la vie interne même d'un collège dépend surtout, bien entendu, des élèves, mais aussi de la qualité des enseignements et des enseignants, des équipes pédagogiques et administratives, avec à leurs têtes, le chef d'établissement.
Je rappelle que nous portons, de front, aujourd'hui, dans une quinzaine de collèges, des travaux de rénovation, requalification ou de modernisation et nous consacrons, dans cette mandature, 30 % de crédits supplémentaires, là encore, pour être au rendez-vous précisément des attentes de nos collégiens et de leurs familles, des communautés éducatives et administratives.
Par ailleurs, j'ai souhaité développer, il y a maintenant quelques temps, un plan numérique pour nos collèges, sur la période 2016/2021.

Il s'agit d'une démarche d'expérimentation dénommée "E-Collèges", visant à l'accompagnement des développements numériques de dernière génération et portant un certain nombre d'actions pour permettre l'apprentissage de ces usages.
C'est une démarche reconnue et saluée nationalement, si j'en crois les récentes dernières visites ministérielles, dans nos établissements ; et ce collège bénéficiera, bien entendu, d'un traitement spécifique en matière de numérique et d'innovation, dans le cadre de cette démarche inédite et novatrice "E-Collèges-Calvados", dont nous sommes fiers.
Vous le savez, sur cette compétence "collège", nous allons bien au-delà des engagements prévus par la Loi, puisque notre action s'étend également à tout un panel d'actions pédagogiques en faveur de la culture, du sport, de la citoyenneté, et de l'engagement européen.
Comme vous pouvez le constater, notre action est une action de chaque instant et j'espère qu'ici, comme ailleurs, dans les autres établissements de notre département, nos collégiens trouveront, à la fois, des équipements et un univers de travail conformes à leurs attentes et à celles de leurs enseignants.

Enfin, nous avons choisi, bien entendu avec l'accord de sa famille, et je remercie ses filles de leur présence à nos côté aujourd'hui, de baptiser ce collège du nom d'une figure locale de la résistance : Gisèle Guillemot.
Merci aux différents intervenants d'avoir rappelé son parcours de femme et de résistante.
Si Gisèle Guillemot a vécu à Paris, son engagement et son action de résistante, vous l'avez tous compris sont indissociables de l’histoire du Plateau de Mondeville/Colombelles.
Elle y est revenue régulièrement pour témoigner : rencontre avec des scolaires, inauguration d’une plaque commémorative en 1995, travail avec les Archives Départementales (enregistrement de son témoignage en 1995).
Elle a été faite citoyenne d’Honneur de la ville de Colombelles en 2002 et des commémorations régulières sont organisées par les collectivités, autour de la plaque commémorant ses premiers compagnons de résistance, morts pour la France.
Une salle de documentation, portant son nom, avait été inaugurée au collège Henri Sellier de Colombelles, en 2003.

Je voudrais, à ce moment, remercier ses filles pour le don de sa bibliothèque personnelle, comprenant de nombreux ouvrages sur la déportation et la résistance, vers nos Archives Départementales.
Sa volonté de transmettre a toujours été son moteur, avec un vrai sens pédagogique, ce qui en fait une figure particulièrement importante et attachante de la mémoire résistante.
Elle a publié, en 2001, un récit de ses souvenirs : (Entre parenthèses), De Colombelles (Calvados) à Mauthausen (Autriche), qui a reçu le prix 2002 de sociologie et d’histoire de l’Académie Française et le prix du Comité Action Résistance.
Gisèle Guillemot, qui nous a quittés en février 2013, est Commandeur de la Légion d’Honneur.
Son parcours de résistante est exemplaire. Il dépasse largement le cadre de son engagement politique communiste, naturel pour un enfant du plateau dans les années 30, pour toucher à l'essentiel : l’universel.
Ce parcours, marqué par des valeurs d’humanisme et de courage, d'engagement total, ne peut que parler aux jeunes générations… C'est bien ce qui nous a conduit à retenir le nom de Gisèle Guillemot pour ce collège.

Un nom, en lettres capitales, désormais au fronton de cet établissement, qui signalera à des générations de collégiens, la mémoire de son action, de son engagement pour la France, la liberté, son combat pour les valeurs qu'elle défendait et surtout son infatigable foi à vouloir témoigner de son vécu auprès des jeunes.
Enfin, en conclusion, je souhaite à tous les collégiens qui fréquenteront cet établissement de trouver la force et les moyens nécessaires, pour construire leur avenir… Parce que nous, Département et État réunis, fidèles à nos engagements et nos missions de service public, nous nous sommes nous-mêmes donné tous les moyens pour permettre leur réussite scolaire et éducative.

Je vous remercie de votre attention.

Discours prononcé le vendredi 14 septembre 2018 à 15 h par Jean-Léonce Dupont, en présence notamment du principal du collège, Denis Perrier, et de Hélène Burgat, maire de Mondeville. Seul le prononcé fait foi.

Photo d'en-tête : © E. Blivet

Tags :
Partager cette actualité :
<script>