kayak-homme.jpg

Sébastien Jouve : l’ex-kayakiste voit large

Triple champion du monde de kayak et multi sélectionné aux JO, le Caennais Sébastien Jouve ne pouvait pas mettre un terme définitif à ses projets sportifs. A 38 ans, il a lâché les pagaies mais va rester sur l’eau. A la barre d’un voilier de 6,50 m dernière génération, il vise la Mini Transat 2023.

Ne vous fiez pas à son air placide, avec sa partie avant arrondie, sa coque ventrue, son bouchain discret qui épouse une courbe élégante. Le Vector 650 est un concentré de puissance. Ce bateau conçu pour planer plutôt que fendre la mer est désormais celui de Sébastien Jouve.
Depuis le printemps dernier, le triple champion du monde de kayak découvre le potentiel de ce plan Etienne Bertrand, « capable de grosses moyennes et de pointes incroyables, tout en dégageant une impression de sécurité. » Avec l’arrondi prononcé de son étrave, il est de ces bateaux nouvelle génération qui révolutionnent actuellement la course au large.
 

© Dominique Weber

« Comme un retour aux sources »
Après plus d’une décennie d’exploits en eau douce, Sébastien Jouve veut traverser l’Atlantique, à la voile, en course et en solitaire. Clin d’œil à son enfance ? « J’ai beaucoup navigué dans mes jeunes années entre Le Havre et Saint-Vaast-la-Hougue avec mon père, plaisancier et régatier. C’est comme un retour aux sources, une suite logique. »

L’Atlantique sans assistance, ni communication
Sébastien Jouve n’a pas choisi n’importe quelle catégorie pour relever le défi. La classe Mini produit des marins d’exception, capables de partir au grand large pour plusieurs semaines sur leurs petites luges surtoilées, trois fois moins longues que les bateaux du Vendée Globe.
« On navigue sans assistance ni communication, sans cartographie électronique ni routage, juste avec les infos de vent et un GPS pour reporter sa position sur le papier. La classe Mini est très exigeante et formatrice. » Un parfum de sport et d’aventure qui lui convient parfaitement.

Lien vers post Facebook « annonce Mini Transat » 

Un projet structuré
Après une saison bousculée par la crise sanitaire, Sébastien, par ailleurs salarié et père de famille, ne veut pas brûler les étapes. Il se donne le temps de progresser. La Mini Transat aura lieu en 2023, de La Rochelle à la Guadeloupe. « D’ici-là, je dois naviguer et structurer le projet. Toutes les facettes m’intéressent, du volet économique au sportif, en passant par la communication. »
Le Normand sait s’entourer. Adhérent du pôle d’entraînement Mini 6,50 de Ouistreham, il bichonne son bateau chez V1D2, et s’apprête à reprendre les d’entraînements sur l’eau coaché par Nicolas Jossier et conseillé par Fabien Delahaye. Dès 2021, on devrait le retrouver sur la Calvados Cup et la Mini Fastnet.

Une dimension sociale
Sébastien Jouve souhaite aussi donner à son parcours une dimension sociale et solidaire, en adossant à son programme un volet pédagogique, à destination des adolescents.
« Je travaille avec l’ACSEA et la SRCO (1), sur l’idée de monter un programme qui permette à des enfants de découvrir la voile, ses sensations, ses valeurs à travers la pratique, en impliquant des propriétaires de bateaux qui veulent partager et transmettre… » Naviguer, oui, mais en mettant du sens dans son cap.
En plus de ses premiers partenaires (Ph7, VerticalFlore, Département du Calvados, Ouistreham Riva-Bella, V1D2), il lui faudra d’autres soutiens pour relever le défi.

(1) Association Calvadosienne de Sauvegarde de l’Enfance à l’adulte et Société des Régates de Caen-Ouistreham