femme-lavage-combinaison.jpg

Relance des activités nautiques : le département en soutien

Distanciation sociale et gestes barrières sont la règle pour les pratiques nautiques en ce début de saison estivale. Pour faciliter la reprise dans les structures, le Département s’est impliqué dès le début de la crise du Covid, notamment en coordonnant un guide sanitaire et un kit de communication, à disposition des acteurs nautiques.

Pas plus de deux personnes (de la même famille) sur les catamarans, le port du masque obligatoire près des bâtiments, des combinaisons individuelles, plus d’accès aux vestiaires, des horaires modifiés pour éviter les « embouteillages »… Au club de voile d’Hermanville-sur-Mer, comme partout ailleurs, la saison d’été démarre dans une ambiance bien différente de la normale. 


« Ne pas rater l’été » 
« Les protocoles sont lourds, mais ils nous permettent de relancer l’activité », commente la présidente, Lucette Mann, qui déplore une chute de chiffre d’affaires de 65 000 € sur la période de mars à juin. « Pour nous sauver, il ne faut pas rater la saison d’été, donc être capables d’accueillir le public en maîtrisant les risques sanitaires et dans une attitude rassurante. » Les temps de nettoyage et de désinfection du matériel sont une contrainte lourde pour le personnel « qui double quasiment le temps de travail. » Mais nécessité fait loi…


Un guide sanitaire 
Comme d’autres professionnels nautiques, Lucette Mann a intégré dès le mois d’avril le groupe de travail créé par le Département pour clarifier les protocoles dans un guide sanitaire des activités nautiques. Un outil de partage voulu par le Département, monté au soutien des clubs et structures nautiques. « Après une première phase d’accompagnement dans le montage des dossiers d’aides, nous nous sommes concentrés sur la reprise des activités, avec l’idée de les aider à adapter leur offre et à bien se préparer au retour des pratiquants dans les meilleures conditions sanitaires, » détaille Karl Joly, directeur de Calvados Attractivité.


« A qui faire confiance ? »
Beaucoup de bases nautiques à l’époque étaient dépourvues de repères, perdues dans un tourbillon de consignes parfois contradictoires. « L’idée était de donc de créer un document clair, capable de répondre à des questions essentielles : A qui faire confiance ? Que peut-on faire dans le cadre légal ? Comment maîtriser le coût des protocoles sanitaires ? »
Elaboré au fil de réunions coordonnées par Anne Le Gall (Calvados Attractivité), ce guide est un recueil de bonnes pratiques, qui croise les réflexions d’acteurs nautiques, les recommandations des ministères et les préconisations des différentes fédérations. 

Le guide sanitaire à destination des acteurs nautiques est en ligne.

 « Intelligence collective »
Ce document de référence est le fruit d’une mobilisation large. « Un exercice d’intelligence collective, apprécie Karl Joly. Les services de l’Etat et de l’ARS nous ont aidé à traduire les décrets qui sortaient et ont relu les protocoles proposés dans le guide. Nous avons pu également remonter des questions concrètes issues du terrain auprès des services de l’Etat qui ont toujours apporté des réponses rapides. »
Au-delà du document produit, ce travail collectif a aussi agi comme un baume psychologique. « La démarche a permis à chacun de se sentir moins seul, de partager des idées et d’initier des collaborations qu’il faudra prolonger à l’avenir. » 


Des kits de communication grand public
Avec le déconfinement engagé mi-mai, une autre période s’est ouverte. « On est passé d’une phase d’anxiété à un risque de relâchement. Nous avons donc imaginé des outils de pédagogie auprès du public. » Pour aider les structures à porter un message sur le respect des gestes barrière et sur la distanciation sociale, le Département a conçu un kit de communication diffusé fin juin auprès de 8000 prestataires touristiques, dont les acteurs nautiques. Il contient des outils de signalétique et du matériel téléchargeable. « Le message essentiel, c’est que chacun doit jouer le jeu. Les structures ont mis en place des protocoles, mais le public doit aussi faire sa part, » appuie Karl Joly.

>> Kit de communication


Un fonds de soutien aux associations sportives
Si ces outils sont précieux pour organiser les activités, le Département s’est aussi impliqué sur le champ financier. Début juin, face à l’urgence de certaines situations, il a débloqué un fonds de soutien de 250 000 € pour les associations sportives mises en difficulté. 
Sont visés : les clubs de haut-niveau conventionnés avec le Département, les organisateurs d’évènements sportifs majeurs du territoire, les comités sportifs départementaux, les structures associatives dans les secteurs du nautisme, des sports de nature et de l’équitation.
Sont éligibles : les clubs et comités départementaux présentant un déficit supérieur ou égal à 5000 €, représentant a minima 10 % du budget réalisé en N-1.
Les demandes seront examinés au cas par cas en lien avec les autres collectivités et après mobilisation des dispositifs nationaux (chômage partiel, aides de l’Etat, assurances…).