Troupeau de vaches dans une ferme du Calvados. / © S. Vaugeois

Suivi sanitaire des élevages : le Département se mobilise

L’amélioration de la qualité sanitaire des élevages constitue un axe important de la politique agricole menée par le Département du Calvados. Elle permet non seulement de garantir l’état sanitaire du territoire, mais aussi le maintien de la compétitivité économique des exploitations. En lien avec le Groupement de défense sanitaire du Calvados (GDS 14), le Département vient ainsi de mettre en place de nouvelles mesures pour lutter contre la tuberculose bovine.

mercredi 26 mai 2021
Partager cette actualité :

Chaque année, le Département consacre environ 600 000 € à l’amélioration de la qualité sanitaire des élevages, permettant la prise en charge des analyses de près de 3 000 élevages du territoire, en partenariat avec le Groupement de défense sanitaire du Calvados (GDS 14). À ce titre, il contribue depuis plusieurs années à la lutte contre la tuberculose bovine, en collaboration avec l’État, le GDS 14 et le laboratoire interdépartemental Labéo, à travers une surveillance renforcée.

Vidéo - Le suivi sanitaire des élevages dans le Calvados :

Contribuer à la surveillance active et au dépistage

La bactérie responsable de la tuberculose, Mycobacterium bovis, infecte principalement les bovins, mais également les mammifères, homme compris. C’est une zoonose. La transmission se fait principalement par contact direct entre un animal contaminé et un animal sain. L’infection reste longtemps silencieuse, les symptômes cliniques n’apparaissant qu’au terme d’une lente évolution. Le dépistage des troupeaux, à travers des campagnes annuelles dénommées prophylaxies, est basé sur les mêmes principes que les tests allergiques réalisés chez l’homme. Les animaux détectés positifs sont abattus pour des tests de confirmation qui, s’ils s’avèrent également positifs, entraînent l’abattage total du troupeau. Dans le cadre de la lutte contre la tuberculose bovine, le Département du Calvados agit en lien avec l’État, le GDS 14 et Labéo en versant une subvention complémentaire pour la réalisation de ces dépistages et en participant au ramassage des cadavres de blaireaux, analysés ensuite par Labéo, afin d’identifier et de dénombrer les animaux potentiellement contaminés dans la zone de prophylaxie renforcée. Ainsi en 2020, 45 000 € d’analyses de recherche liées à la tuberculose ont été financés par le Département.

Résurgence de la tuberculose bovine et nouvelles mesures de biosécurité

Depuis huit ans, une vingtaine de cas de tuberculose bovine ont été recensés dans le Calvados et, depuis le début de l’année, sept nouveaux cas ont été découverts dans le sud-ouest du département et dans le Bessin, induisant l’abattage de 1 400 bovins. Ces contaminations, majoritairement situées dans les mêmes secteurs que les précédents, mettent en avant l’hypothèse d’une propagation de la maladie entre troupeaux et/ou par la faune sauvage.

Subventions : de nouveaux matériels et équipements éligibles

Face à ce constat, le Département vient de compléter sa liste des investissements agricoles inférieurs à 10 000 € qu’il subventionne, par des matériels et équipements de biosécurité :

  • surcoût d’une double clôture électrique,
  • écarteurs,
  • matériel d’électrification en cas de parcelle isolée,
  • rehausseurs de matériels d’alimentation,
  • aménagements d’accès l’eau.

Ce dispositif est ouvert aux agriculteurs identifiés comme prioritaires par la Direction départementale de protection des populations (DDPP), autrement dit ceux dont les exploitations sont soit à l’origine d’un foyer infectieux, soit situées à proximité immédiate des foyers déclarés en 2021.

Un diagnostic sanitaire

Le GDS interviendra au sein de chaque exploitation – une cinquantaine est potentiellement concernée – afin d’apporter des conseils techniques et de définir les mesures à mettre en œuvre. Ce diagnostic sanitaire sera réalisé à titre gracieux. Les subventions seront versées à l’issue du contrôle de conformité également réalisé par le GDS.

Le Département prévoir une enveloppe supplémentaire

Pour mettre en œuvre ce nouveau dispositif, le Département a prévu une enveloppe supplémentaire de 160 000 €.

Tags :
Partager cette actualité :