Accueil Toute l'info Actualités |  Routes départementales...
Agents du Département installant des panneaux de signalisation

Routes départementales : retour aux 90 km/h sur une partie du réseau

Lors du vote du budget primitif 2020, la proposition de relever la vitesse maximale autorisée sur une partie du réseau départemental a été adoptée. Dans un premier temps, 393 kilomètres de routes départementales seront concernés.

vendredi 07 février 2020
Partager cette actualité :

Dans un premier temps, la proposition de relèvement de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h portera sur 393 kilomètres de routes :

  • 112 kilomètres de routes à trois voies dans les deux sens afin d'éviter une alternance trop rapide des changements de règles ;
  • 179 kilomètres de routes bidirectionnelles déjà équipées de bandes multifonctionnelles ;
  • 102 kilomètres de routes bidirectionnelles dont les caractéristiques géométriques, très souvent d'anciennes routes nationales, permettent ce relèvement.

Dans un second temps, 122 kilomètres de routes départementales supplémentaires pourront également repasser à 90 km/h, dès que celles-ci seront équipées de bandes multifonctionnelles (aménagement inscrits dans le programme routier du Département).

Une large concertation

Cette proposition est l'aboutissement d'un travail de concertation avec l'ensemble des élus du territoire calvadosien. En effet, six réunions, réunissant plus de 200 élus, ont été organisées en 2019 sur ce sujet. En complément, un site Internet a été ouvert pour collecter les avis des élus qui n'avaient pas pu assister aux échanges. Cette concertation a été accueillie avec satisfaction et les discussions se sont avérées pragmatiques. Ce sont ces échanges fructueux qui ont permis de co-construire ce projet.

Une proposition adaptée au réseau routier départemental

Le réseau routier départemental du Calvados représente 5 616 kilomètres de routes :

  • 983 kilomètres constituent le réseau principal (ou structurant) 
    • 78 % des routes du réseau principal ont des chaussées d'une largeur supérieure à 6 mètres, ce qui permet en théorie le croisement de véhicules à une vitesse supérieure à 80 km/h. Cependant, le relief et la sinuosité de ces routes, la fréquence des véhicules lents, les accès de riverains nombreux et la visibilité souvent réduite font que le relèvement de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h n'a pu être proposé sur l'ensemble de ce réseau ;
    • 59 kilomètres sont constitués de routes à chaussées séparées sur lesquelles la vitesse est réglementairement fixée à 110 km/h ;
    • 112 kilomètres sont constitués de routes à trois voies ;
    • 179 kilomètres de chaussées bidirectionnelles sont équipées de bandes multifonctionnelles.
  • 4 633 kilomètres sont classés dans le réseau secondaire
    • 92 % de ce réseau secondaire est constitué de chaussées inférieures à 6 mètres de largeur, ce qui ne permet pas le croisement de véhicules à une vitesse supérieure à 80 km/h ;
    • Le relief et la sinuosité de ces routes sont plus marqués, les véhicules lents y sont fréquents, les accès de riverains nombreux et la visibilité souvent réduite ;
    • Les vitesses constatées sur ces routes sont inférieures à 80 km/h ;
    • Pour toutes ces raisons, ce réseau secondaire n'a pas été retenu dans la proposition de relèvement de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h.

Téléchargement

Tags :
Partager cette actualité :