Accueil Toute l'info Actualités |  Desserte portuaire...
Vue aérienne de la desserte portuaire. © Michel.dehaye@avuedoiseau.com

Desserte portuaire : ouverture de la nouvelle route et du viaduc reliant Hérouville-Saint-Clair à Colombelles

La première phase des travaux de la desserte portuaire, sous maîtrise d’ouvrage départementale, vient de s'achever. Une route de 870 mètres et un viaduc de 148 mètres relient désormais la RD 403 à la RD 402 entre Hérouville-Saint-Clair et Colombelles.

mercredi 08 juillet 2020
Partager cette actualité :

Une nouvelle voie pour relier le Plateau à la Presqu'île

Après deux années de travaux, le chantier de la desserte portuaire est désormais terminé et la nouvelle voie ouverte à la circulation. Le Département du Calvados, maître d’ouvrage, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie en ont permis la réalisation en finançant conjointement ce projet routier tant attendu. La fonction première de cet investissement ? Assurer une liaison de transit entre l’autoroute A13 et la RD 515 en direction de Ouistreham, en déviant le trafic de Colombelles (avenue Jean-Jaurès), de désenclaver la Presqu’île de Caen et d’améliorer la desserte du port de Caen. Cela a donc nécessité la création d’une route départementale entre la RD 403, au niveau du carrefour giratoire Normandial situé sur la commune de Colombelles et la RD 402 sur la commune d’Hérouville Saint-Clair. Un important chantier qui comprenait le franchissement de l’Orne et la réalisation d’un viaduc de 148 mètres.

Vue aérienne de la desserte portuaire.
Vue aérienne sur le viaduc du Haut Plateau. / © Michel.dehaye@avuedoiseau.com

Un chantier, deux phases

Le chantier se décompose en deux phases bien distinctes avec deux maîtres d’ouvrage différents :

  • La première phase, sous maîtrise d’ouvrage départementale, vient de s’achever. Elle consistait à relier la RD 403 à la RD 402.
  • La seconde phase consistera à relier le nouveau giratoire de la RD 402 à celui de Renault Trucks. Elle sera réalisée sous maîtrise d’ouvrage de Caen la mer. Cette seconde section sera mise en route ultérieurement, en fonction des aménagements de la Presqu’île et de la ZAC d’Hérouville-Saint-Clair.

Cette succession de travaux vise à offrir une autre voie d’accès pour fluidifier la circulation en réorientant le trafic. L’enjeu est de rejoindre Hérouville-Saint-Clair et le boulevard Urbain Nord-Est à la Bijude sur la commune de Biéville-Beuville, en empruntant le pont de Colombelles et la RD 226.

Vue aérienne de la desserte portuaire.
Vue aérienne des aménagements sur le Plateau. / © Michel.dehaye@avuedoiseau.com

Trois enjeux

Ce nouvel équipement répond à des enjeux structurants pour cette partie de l’agglomération caennaise :

  • Répartir le trafic pour mieux fluidifier la circulation notamment vers la RD 515 en direction de Ouistreham, en améliorant le cadre de vie des habitants de Colombelles
    En effet cette commune est traversée par la RD 226 qui supporte un très important trafic routier, car il permet d’éviter le pont de Calix. 14 000 véhicules la traversent quotidiennement, dont 8 % de poids lourds. Ce nouvel axe va dévier cette circulation et permettre de sécuriser l’avenue Jean Jaurès en recréant une continuité pour l’urbanisation de la commune.
  • Permettre le développement urbain d’Hérouville-Saint-Clair et de Colombelles
    La réalisation de la desserte portuaire va permettre à la commune la réalisation d’un éco-quartier qui devrait compter près de 1 400 logements.
  • Accompagner le développement de la Presqu’île, secteur stratégique pour l’avenir de l’agglomération caennaise, tout en délestant le pont Reynolds traversé aujourd’hui par le tramway
    Depuis des années la Presqu’île de Caen est en pleine mutation. Elle a fait l’objet d’études d’aménagement par la société publique locale d’aménagement Caen Presqu’île. Cette liaison routière s’avère indispensable pour desservir le cœur de la Presqu’île et les zones d’activités économiques et portuaires.
Vue aérienne de la desserte portuaire.
Vue aérienne des aménagements, depuis le Plateau vers la Presqu'île. / © Michel.dehaye@avuedoiseau.com

Nature des travaux

L’aménagement de la desserte portuaire c’est :

  • Un tracé neuf à deux voies, de 870 mètres de long et 9 mètres de large, comprenant des bandes multifonctions de 1,50 m de part et d’autre.
  • Un profil en déblai creusé jusqu’à 7 mètres de profondeur sur le Plateau, en remblai jusqu’à 6 mètres de hauteur sur la Presqu’île.
  • Un giratoire à trois branches pour se raccorder à la RD 402, assurant une nouvelle desserte de la Presqu’île de Caen et une liaison vers le pont tournant de Colombelles.
  • La création d’un viaduc de franchissement de l’Orne de 148 mètres à deux travées.
  • Deux ouvrages pour rétablir des voies existantes (allée cavalière et ancienne voie ferrée).
Vue aérienne de la desserte portuaire.
Vue aérienne des aménagements, depuis le Plateau vers la Presqu'île. / © Michel.dehaye@avuedoiseau.com
Grandes phases du chantier (voir le diaporama) :
1.    Terrassement et travaux préparatoires

Pour de ne pas engorger davantage la circulation sur la commune de Colombelles par la rotation des camions transportant les déblais du Plateau et pour diminuer l’impact environnemental du chantier, il a été décidé de consolider un des ponts de l’ex-SMN sur l’Orne, le "pont des 48 mètres". Cela a permis de dévier le trafic de plus de 6 000 camions dans Colombelles, équivalent à 65 000 m3 de déblais transportés du Plateau vers la Presqu’île. 45 000 kilomètres ont ainsi pu être économisés, soit 40 tonnes de Co2 non relâchés dans l’atmosphère.
Construction d’une paroi berlinoise et d’un remblai renforcé sur la rive ouest de l’Orne
Afin d’éviter le phénomène de grand glissement de terrain, un tassement préalable des terres grâce à un remblai temporaire de grande hauteur et la création d’une paroi berlinoise ont été exécutés. Une attention particulière a été portée sur l’optimisation des matériaux et notamment la réutilisation des déblais du Plateau qui ont été remis en remblai à l’aval du viaduc.

 
2.    Construction du viaduc du Haut Plateau
  • Afin de construire le viaduc enjambant l’Orne, trois appuis en béton armé ont été coulés, deux culées aux extrémités et une pile intermédiaire qui mesure 10 mètres de haut.
  • Une fois les culées et la pile centrale réalisées, la charpente métallique a été installée. Les poutres assemblées les unes aux autres forment le tablier métallique qui a été poussé sur la pile durant l’été 2019. Deux poussées ont été nécessaires pour lancer l’intégralité du viaduc sur le tablier.
  • En octobre 2019, le plancher, réalisé par dalles préfabriquées en usine, a été posé sur la charpente et ces dalles ensuite clavetées (assemblées, fixées, liaisonnées) par un béton armé de liaison.
  • L’hiver et le printemps 2020 ont été consacrés à la pose des équipements et aux finitions : étanchéité, enrobés, joints de chaussées, corniches, barrières de sécurité et écrans antibruit.

Financement
Les travaux du viaduc ont été confiés au groupement Bouygues TPRF/Baudin Chateauneuf pour un montant de 6 246 000 € HT.

3. Création de deux ouvrages de rétablissement

Une passerelle pour les circulations douces
28 mètres de long sur 3 mètres de large, d’un gabarit de 6,5 m, elle permet ainsi de rétablir l’allée cavalière pour les circulations douces. La passerelle est accessible aux piétons et aux cyclistes.

Un pont cadre pour les futurs transports en commun
Ce pont a été créé au-dessus d’une ancienne voie ferrée reliant autrefois la SMN, afin de préserver un axe pour un éventuel Transport en commun en site propre (TCSP) entre Caen et Colombelles.
Caractéristiques de l’ouvrage : portique ouvert en béton armé d’une longueur de 9,50 m et d’une largeur de 12,80 m.

4.    Création de la nouvelle voie, RD 403

En parallèle de la construction du viaduc, une voie de 870 mètres a été créée, reliant le rond-point du Pays de Caen à la RD 402. Un giratoire de raccordement à trois branches a été construit afin de raccorder la nouvelle RD 403 à l’axe existant le long du canal (RD 402). La vitesse des véhicules y sera limitée à 80 km/h.

Bien que munie de bandes multifonctions, cette nouvelle liaison ne prévoit pas de pistes spécifiques pour les cyclistes car il existe déjà d’autres voies exclusivement dédiées aux modes de circulations douces à proximité :

  • L’avenue Jean-Jaurès à Colombelles ;
  • L’allée cavalière qui enjambe la RD 403 a été maintenue dans cet objectif ;
  • Le chemin de halage qui longe le canal de Caen à la mer ;
  • La rue de l’Orne : les communes de Colombelles et de Mondeville souhaitent conserver cet axe pour en faire une piste cyclable.

Coût et financement

Le chantier de la desserte portuaire est cofinancé par le Département du Calvados, maître d’ouvrage (4,546 M€ HT) assurant l’avance de TVA (2,084 M€), la Région Normandie, au titre d’un projet structurant dont les enjeux économiques dépassent l’échelle du Calvados (3,4 M€ HT) et la Communauté urbaine Caen la mer car l’ensemble de l’agglomération est concerné (2,474 M€ HT).

Le budget s’établit à 10,42 M€ HT soit 12,5 M€ TTC.

La seconde phase sera intégralement portée par la Communauté urbaine Caen la mer.

Panneau de présentation du Viaduc du Haut Plateau

Un aménagement inscrit dans un site et une histoire

La dénomination du viaduc du Haut Plateau fait référence au passé industriel du site et de ses habitants. Il se rapporte à la fois au toponyme familier du Plateau qui désignait la cité ouvrière, aux hauts-fourneaux disparus et à la particularité géographique de cette zone en surplomb de l’Orne.

En effet ce nouvel ouvrage d’art, et plus largement cet aménagement, se situe sur l’emprise de l’ancienne usine de production d’acier connue depuis 1924 sous le nom de SMN, "Société Métallurgique de Normandie". Pendant plus de 80 ans, le minerai y était acheminé depuis les mines de May-sur-Orne ou Soumont par une voie de chemin de fer privée. À deux pas de l’Orne, un port privé permettait l’importation des matières premières et l’exportation des produits finis.

La SMN développe très tôt un modèle paternaliste social en aménageant une vaste cité ouvrière sur le plateau s’étendant sur Colombelles, Mondeville et Giberville. Selon un modèle social très poussé, l’usine fournit aux métallos et à leurs familles logements, mais aussi écoles, centre d’apprentissage, clubs sportifs, salle de spectacle... Ce monde clos produit une culture ouvrière particulièrement forte, fière de sa technicité et attachée à son histoire et à un territoire bien défini.

Pont sud et pont nord
La SMN avait construit des ponts privés, utilisés à l’époque pour l’activité industrielle du site : le pont sud "pont de 48 mètres" et le pont nord "pont HFAC" (Hauts Fourneaux et Aciéries de Caen, l’ancien nom de la SMN) qui servaient à l’acheminement du minerai et des matières premières. Le pont sud, appelé par les métallos le "pont de 48 mètres", a été particulièrement utile pour les opérations techniques du chantier de la desserte portuaire. Il a en effet été partiellement réhabilité pour permettre aux engins de dégager les déblais du chantier.

Tags :
Partager cette actualité :
Diaporama des travaux de la desserte portuaire
Vidéo : les travaux de réalisation des ouvrages d'art

"Le chantier est un art, les Hommes en sont les Artisans"

Portrait de deux ouvriers de la desserte portuaireUne expo photo qui valorise les hommes et les métiers
Des terrassements au lancement du viaduc au-dessus de l’Orne, 18 clichés pris toute au long du chantier, à découvrir du 9 juillet à la fin du mois de septembre 2020, sur les grilles de l’hôtel de la Préfecture, le long du boulevard Bertrand à Caen.

Chiffres-clés viaduc

  • 148 m : longueur du tablier du viaduc sur l’Orne
  • 360 m de pieux de fondation
  • 12,80 m : largeur du tablier
  • 1 600 m3 de béton
  • 630 tonnes de poutres métalliques
  • 401 m d’écrans acoustiques
  • 268 tonnes d'armatures métalliques pour béton armé

Chiffres-clés chaussée

  • 9 400 tonnes d'enrobés bitumineux
  • 8 905 arbres et arbustes pour plantations et reboisement
  • 870 mètres de chaussée neuve
  • 9 mètres : largeur de chaussée avec bandes multifonctions
  • 1 giratoire au raccordement de la RD 402
  • 65 000 m3 de déblais sur le plateau mis en remblais sur la Presqu’île
  • 2 bassins de traitement et de régulation des eaux pluviales

Entreprises ayant participé au projet :

  • Défrichage : SMDA
  • Terrassement : GUINTOLI, NGE GC, NGE Fondations ex DACQUIN, EIFFAGE
  • Clôtures : BISSON, CLOTURES ENVIRONNEMENT FORET
  • Étanchéité bassins : F.L.I 
  • Réalisation drains verticaux : INCLUSOL
  • Élagage : FREON
  • Viaduc : BOUYGUES TP, BAUDIN CHATEAUNEUF
  • Géotechnique : GEOTECESIRIS
  • Traitement anti-corrosion charpente métallique : ACTIF
  • Contrôle externe des études de la charpente métallique : BRIVA STRUCTURE
  • Études d’exécution - Bureau études Béton : COGECI
  • Fourniture et pose de dispositifs de retenue : COMELY
  • Étude, fourniture, fabrication, traitement de surface, assemblage en atelier, pose de serrurerie thermo laquée et inox 316L : D.R EQUIPEMENT
  • Terrassement et VRD : ENTREPRISE MASTELLOTTO
  • Travaux d’étanchéité : EUROVIA ILE DE FRANCE
  • Travaux de confortement de la falaise devant la culée C0 : OUEST ACRO
  • Soudage du tablier métallique : PRO SOUDURE
  • Fondations profondes : PRO.FOND
  • Fourniture et pose de corniches caniveaux écrans acoustiques : SBF GROUPE
  • Fourniture et pose d’un outil de ripage métallique : SC METAL
  • Fourniture et pose d’armatures : SENDIN
  • Garde-corps : LAFOSSE ET FILS
  • Joint de chaussée : EIFFAGE INFRASTRUCTURES/AEVIA
  • Chaussées : EUROVIA BASSE NORMANDIE
  • Pose clôture : OXALIS PAYSAGES
  • Signalisation : SIGNATURE, KANGOUROU, AXIMUM, LACROIX
  • Pose de bordures des ilots : SPAME
  • Aménagements paysagers : SPARFEL
  • Transport Réseau Électrique : RTE
Inauguration de la desserte portuaire : discours de Jean-Léonce Dupont
Article sur le lancement des travaux (2018)

Image d'en-tête : vue aérienne de la desserte portuaire. / © Michel.dehaye@avuedoiseau.com