Affiche Collégiens, à vos mares, prêts, protégez

Un nouveau défi pour les collégiens sur la plateforme e-tude pour protéger la biodiversité

Du lundi 4 février au mercredi 27 mars, le Département du Calvados organise un concours sur le site e-tude, plateforme d’aide aux devoirs dédiée aux collégiens du Calvados. Il invite les élèves de la 6e à la 3e des collèges publics et privés à relever tous ensemble le « Défi e-tude : à vos mares, prêts, protégez ! ».

lundi 04 février 2019
Partager cette actualité :

Restaurer 10 plans d'eau douce à Équemauville

Fort de son partenariat avec le Conservatoire d'espaces naturels, le Département souhaite contribuer au Programme régional d’actions en faveur des mares (Pram) à travers la restauration de 10 plans d’eau douce dans le secteur d’Équemauville. Pour arriver à cet objectif, tous les collégiens devront collectivement cumuler un score de 3 000 000 points sur e-tude pendant la période du concours.

Trois prix individuels et trois prix pour les établissements

En complément, le Département met en jeu trois prix individuels pour les collégiens qui auront obtenu le plus de points : ils remporteront chacun deux places (pour l’élève et son accompagnant) pour le festival Beauregard.

Enfin, les trois établissements qui cumuleront le plus de points pendant ce défi se verront offrir une tablette numérique pour développer une mission de jeune éco-reporter, avec la possibilité de créer une production courte (vidéo, jeu, reportage…), en lien avec le défi collectif et avec l’appui du Conservatoire d'espaces naturels.

Pourquoi protéger les plans d’eau ?

Les plans d’eau sont riches de centaines d’espèces de faune et de flore différentes, et les mares sont particulièrement reconnues pour abriter une faune importante par rapport à leur faible taille, avec des batraciens, des insectes, des oiseaux… Ils jouent le rôle de régulateur biochimique : ils absorbent le CO2 et contribuent à l’équilibre climatique. Les mares sont soumises à trois types de dégradations : chimique, physique et biologique. Chimique d’abord, parce que l’activité humaine rejette de plus en plus de matières organiques et de nutriments. Physique ensuite, car l’urbanisme et l’aménagement entraînent des assèchements de mares et leur disparition. Biologique enfin, car il faut reconnaître que les introductions d’espèces réalisées par l’homme ont bouleversé certains équilibres impossibles à rétablir.

Tags :
Partager cette actualité :
<script>