Accueil Toute l'info Actualités |  Solidarité : l'assemblée...

Solidarité : l'assemblée départementale adopte son premier schéma de l'autonomie et son nouveau plan départemental d'insertion

Le lundi 4 février 2019 lors du vote du budget primitif 2019, l'assemblée départementale a adopté son Schéma de l'autonomie 2019-2023 et son Plan départemental d'insertion 2019-2024. Deux documents centraux dans le domaine de la solidarité.

mardi 05 février 2019
Partager cette actualité :

Schéma de l’autonomie 2019-2023 : bien vieillir et mieux vivre son handicap dans le Calvados

Face aux enjeux à venir du vieillissement de la population, à l’évolution annoncée des politiques de l’autonomie et à la nécessité de penser plus globalement les thématiques relatives au public âgé et au public en situation de handicap (habitat inclusif, adaptation du logement, nouveaux hébergements, meilleure information et orientation, soutien aux aidants, mutualisation des moyens…), le Département a souhaité regrouper son approche à travers un schéma unique de l’autonomie pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap, réaliste et innovant, orienté vers les besoins des usagers. Son élaboration a donné lieu à un travail de diagnostic et de concertation de près de deux ans qui a mobilisé près de 500 partenaires (institutions, établissements et services, représentants d’usagers, agents et élus du Département).

Un plan d’action ambitieux et adaptable

Ce premier schéma de l’autonomie vise à mieux répondre aux attentes des familles et des personnes âgées et/ou en situation de handicap, tout en préparant l’avenir. Il est centré sur l’adaptation de l’offre d’hébergement et de services ainsi que sur l’évolution des pratiques, afin de proposer un accompagnement plus fluide et qualitatif. Il s’appuie également sur des mesures de prévention pour permettre d’agir en proximité, le plus précocement possible.

30 M€ sont prévus pour la réalisation des actions, en lien étroit avec les partenaires. Ces actions, suivies et évaluées, seront ajustées aux évolutions qui ne manqueront pas d’intervenir dans les cinq prochaines années.

Ce nouveau schéma s’articule autour de quatre enjeux forts :
  • Renforcer la prévention, l’accès à l’information et l’inclusion dans la cité ;
  • Accompagner le changement des pratiques professionnelles et promouvoir la qualité au sein des établissements et services médico-sociaux ;
  • Diversifier et adapter l’offre d’hébergement pour faciliter le parcours des personnes ;
  • Prévenir la perte d’autonomie et conforter le bien vivre à domicile (90 % de nos aînés souhaitent vieillir le plus longtemps possible à domicile).
Ces quatre enjeux se déclinent en 13 objectifs et 38 actions parmi lesquelles :
  • Des CLIC partout dans le Département,
  • L’accessibilité de l’information sur tout le territoire pour les familles et les personnes en perte d’autonomie,
  • Le renforcement du soutien aux aidants et une offre de répit pour 100 % d’entre eux,
  • Un choc de simplification pour l’instruction des dossiers,
  • Des aides à l’adaptation des logements pour les familles d’accueil,
  • Une téléassistance rénovée pour tous les Calvadosiens et un accès aux aides techniques pour faciliter le quotidien à domicile,
  • Le développement des actions culturelles et sportives…

Ce premier schéma départemental de l’autonomie sera officiellement présenté vendredi 8 février 2019 et fera l'objet d'une communication spécifique.

 

Plan départemental d’insertion 2019-2024 : renforcer les actions en faveur de la lutte contre l’exclusion

Chef de file des politiques d’insertion, à la fois dans le financement du Revenu de solidarité active (RSA) et dans la coordination du dispositif d’insertion, le Département du Calvados a lancé en 2018, une démarche d’élaboration de son plan d’insertion 2019-2024, en lien avec ses partenaires : institutions, établissements et services, collectivités locales, associations. Le nouveau plan d’insertion fixe les grandes orientations et les actions à mener afin de répondre aux besoins des Calvadosiens en termes d’insertion sociale et professionnelle, pour les six années à venir. Le Département optimise ainsi sa politique d’insertion et l’adapte aux évolutions de la société, aux attentes des usagers et aux besoins des territoires. L’insertion est un domaine d’action essentiel pour la collectivité départementale qui y consacre plus de 12 M€ par an (dont 10 % de FSE). En 2018, le Département a également versé plus de 84 M€ au titre de l’allocation RSA.

Proposer un accompagnement sur mesure

L’objectif de l’insertion est d’accompagner l’ensemble des publics en difficulté, pour leur permettre de retrouver leur autonomie, notamment par le travail, l’accès à un logement, la création d’un lien social.

Les attentes ne sont pas les mêmes selon les situations. Certains attendent d’abord un accompagnement social qui leur permettra progressivement de s’insérer, en répondant par exemple à des problématiques de santé ou de parentalité.

Pour d’autres il s’agira de lever des freins, comme l’absence de mobilité ou de formation pour faciliter un retour à l’emploi. L’accompagnement porte alors sur des problématiques sociales tout en travaillant un projet professionnel.

Enfin, des actions d’insertion professionnelle permettent de franchir une première marche vers l’emploi à travers les chantiers d’insertion ou l’accompagnement professionnel renforcé.

Quatre engagements forts pour porter une politique ambitieuse et active

Le nouveau plan traduit la volonté du Département d’orienter ses actions vers l’emploi et la formation  professionnelle, sans oublier l’insertion sociale inscrite au cœur de sa politique de solidarité. Pour atteindre cet objectif, il a travaillé, en lien avec ses partenaires, à améliorer ses dispositifs pour rendre plus efficace la mise en œuvre du parcours d’insertion. Plus de 95 M€ y seront consacrés dès 2019 avec une évaluation régulière de l’impact des actions menées sur les parcours des personnes en difficulté pour en mesurer l’équilibre.

Le nouveau plan s’appuie sur quatre engagements concrets et 17 objectifs assortis d’une soixantaine d’actions :

  1. L’insertion c’est une orientation plus rapide
    Le Département se donne 1 mois pour orienter chaque primo entrant et deux mois pour signer le contrat d’engagement, c’est-à-dire pour démarrer le parcours d’insertion (contre 8 mois jusqu‘à présent). L’objectif étant de sortir un maximum de personnes vers l’emploi en 3 mois, car il est constaté que le temps passé dans les dispositifs d’insertion est proportionnel à la difficulté d’en sortir. Un effort particulier de remobilisation et d’accompagnement sera également porté vers les bénéficiaires du RSA de longue durée.
     
  2. L’insertion c’est sortir du RSA au plus vite
    Le Département s’engage à apporter des réponses au plus près des besoins, en partant de la réalité des usagers et de la spécificité des territoires, afin que chacun soit identifié selon ses problématiques réelles et celles de son environnement et bénéficie d’une aide adaptée.
     En renforçant le rôle de travailleurs sociaux de terrain (animateur local d’insertion) ;
     En initiant de nouvelles mesures (suivi de soins par un infirmier) et en repensant d’autres (actions de mobilité, problématique du logement…).
     
  3. L’insertion c’est apporter une aide à chacun
    Le Département s’engage à faciliter les démarches de chacun :
     En luttant contre la précarité numérique (expérimentation sur les secteurs de Vire, Bayeux et la Pierre-Heuzé avant une généralisation du réseau d’inclusion numérique à l’ensemble du territoire fin 2020) ;
     En anticipant les sorties des jeunes de l’aide sociale à l’enfance pour booster leurs projets professionnels ;
     En menant une réflexion concertée sur la problématique de la séparation parent/enfant ;
     En poursuivant ses engagements auprès des publics en grande précarité.
  1. L’insertion c’est l’affaire de tous
    En premier lieu, celle du Département qui mobilisera ses interventions dans le cadre de ses propres politiques (clauses d’insertion dans les marchés, logement, remplacements dans les collèges, entretien des espaces naturels sensibles) et auprès de ses partenaires :
       - Dans le milieu associatif (actions de bénévolat pour des personnes volontaires) ;
       - Auprès des entreprises (appel à des chargés de mission pour collecter les offres d’emploi, création d’une aide à l’embauche et au tutorat, partenariats spécifiques…) ;
       - Avec la Région pour disposer d’une offre de formation adéquate.
    Parallèlement, la lutte contre la fraude sociale et les indus sera renforcée pour réserver ces dispositifs aux seules personnes en situation de précarité et d’exclusion.

Ce plan départemental d’insertion sera officiellement présenté le jeudi 21 mars 2019 et fera également l'objet d'une communication spécifique détaillée.

Tags :
Partager cette actualité :
<script>