Le mercredi 21 juin 2017 au Château de Bénouville lors de la réunion des 17 EPCI du Calvados. / © M. Kimmel

Co-construire le territoire de demain

Mercredi 21 juin, représentants et élus des 17 nouveaux EPCI du Calvados se sont réunis pour une matinée d’échanges. L’objectif ? Réfléchir ensemble à des réponses adaptées aux enjeux du territoire. Réformes institutionnelles, harmonisation des compétences, contraintes budgétaires… Avec 538 communes aujourd’hui et 17 EPCI (contre 37 il y a encore quelques mois), les évolutions subies par les collectivités pendant le dernier quinquennat ont conduit les élus du Département à anticiper les nombreux changements législatifs.

lundi 03 juillet 2017
Partager cet article :

Trois grands axes ont guidé leur stratégie :

La mise en place d’un projet départemental de territoire, la « vision Calvados 2025 », qui s’articule autour de trois piliers :

  • La solidarité entre les personnes, « une compétence reconnue par tous, la première de la sphère départementale, ce sont nos aides aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicap, aux personnes défavorisées et sans ressources, la protection de l’enfance. » 
  • La solidarité entre les territoires, avec l’aide à l’investissement des maîtres d’ouvrage locaux, l’ingénierie territoriale, la mutualisation de certaines compétences avec le bloc communal, comme l’immobilier d’entreprise, le soutien à la vie culturelle, sportive et associative. « C’est également le schéma d’accessibilité des services au public que nous allons écrire prochainement en l’architecturant autour de notre réseau de Points Info 14. »
  • L’attractivité du territoire, avec le sport, la culture, le tourisme, le développement…

 

La modernisation de plusieurs politiques publiques, comme la culture, le sport, le développement économique, l’agriculture, la citoyenneté, le tourisme, etc.

 

La mise en œuvre d’un partenariat rénové avec les EPCI, selon deux principes :

  • Le principe de subsidiarité : selon ce principe, une action publique, lorsqu'elle est nécessaire, revient à l'entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. Ainsi, le Département met en œuvre les actions publiques pour lesquelles il se trouve être l’échelon le plus adapté, comme les grandes opérations d’ingénierie pour les routes, les ports, l’aménagement numérique, et les collèges, mais souhaite que le reste de l’ingénierie soit portée au niveau local.  « C’est la reconnaissance de l’ensemble des acteurs locaux, et je me bats et me battrai pour que ce principe soit mis en œuvre. »
  • Le principe de complémentarité : si l’État définit des compétences propres à chaque collectivité, de nombreuses compétences partagées sur l’ensemble du territoire, comme la culture, le sport, ou l’équipement, peuvent être mutualisées et mises en œuvre de manière concertées avec les différents échelons territoriaux, via le partage de diagnostics ou de données ou la mutualisation des moyens. « Le Département est aussi un échelon pertinent pour faire aujourd’hui la synthèse à l’échelle du Calvados de tous les territoires sur des sujets nécessitant de dépasser les frontières locales. L’union de nos structures est fondamentale », rappelle Jean-Léonce Dupont.
"Je pense que c’est intéressant que le Département puisse être en lien direct avec les présidents de communautés de communes, d’intercommunalités, d’EPCI. C’est une vraie reconnaissance du fait communautaire, des collectivités. C’est toujours intéressant que les attentes puissent s’exprimer comme aujourd’hui. On attendra les réponses." Marc Andreu Sabater Président de l’intercom de la Vire au Noireau
Partager cet article :
<script>