Accueil Toute l'info Espace presse |  Le Musée du Débarquement...
Communiqué de presse

Le Musée du Débarquement d’Arromanches fait peau neuve et s’agrandit

Hervé Morin, président de la Région Normandie, Jean-Léonce Dupont, Questeur du Sénat et président du Département du Calvados, Patrick Gomont, président de Bayeux Intercom, Patrick Jardin, maire d’Arromanches-les-Bains et Jean-Marc Lefranc, président du Comité du Débarquement ont présenté, ce lundi, le projet de restructuration du Musée du Débarquement d’Arromanches-les-Bains d’un montant global de 8,7 millions d’euros.

lundi 24 avril 2017
Partager cet article :
Images des officiels lors pendant leurs discours
P. Jardin, maire d'Arromanches - F. Sommier, directeur du musée -
JL Dupont, Président du Département du Calvados -
JM. Lefranc, Président du Comité du Débarquement -
P. Gomont, Maire de Bayeux et
H. Morin, Président de la Région Normandie © Région Normandie

Agrandir, moderniser et adapter les installations pour les rendre davantage attractives

Le musée du Débarquement sera agrandi et modernisé. Le programme envisagé projette une extension qui va plus que  doubler la surface existante, soit une surface de 2 275 m² après travaux. Le parcours muséographique, les lieux d’accueil du public, la boutique, les espaces de conservation des collections et administratifs seront considérablement agrandis.

Un accueil dans des conditions optimales de confort et d’accessibilité, une meilleure mise en valeur des vestiges du port artificiel Mulberry B et des collections du musée, une présentation du patrimoine subaquatique dans le cadre de l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco sont les grands axes de ce projet de restructuration.

« Deuxième musée le plus fréquenté de France sur la thématique de la seconde guerre mondiale avec plus de 300 000 visiteurs par an, il était urgent que ce projet de réhabilitation aboutisse et que les partenaires publics se mobilisent pour accompagner Arromanches dans la restructuration de cette pépite touristique normande. Pièce maîtresse du tourisme de mémoire, de la candidature des plages au Patrimoine mondial, cette réhabilitation contribuera au rayonnement touristique du département du Calvados et de la région Normandie, » déclarent les partenaires.
 


Le musée d’Arromanches au cœur du projet de la candidature des plages au patrimoine de l’Unesco

Avec une vue imprenable sur le port Winston, le musée historique d’Arromanches se situe au cœur du périmètre de la demande d’inscription au Patrimoine mondial des Plages du Débarquement. Le fil rouge de la candidature est la transmission aux générations futures de ce qui fait la valeur universelle exceptionnelle des Plages. Le port artificiel, emblème du gigantisme de l’opération menée en 1944 en Normandie, en est l’illustration parfaite.

L’inscription au patrimoine de l’Unesco fait partie du projet scientifique et culturel du musée avec une attention particulière pour le patrimoine subaquatique et la problématique de la préservation des vestiges du port artificiel.

A noter, la dernière audition du projet devant le Comité national des biens français au patrimoine mondial aura lieu le 27 avril prochain. Sous réserve d’un avis favorable, la France pourra officiellement déposer le dossier de candidature des plages auprès de l’Unesco en janvier 2018.

Le financement du projet

Sur un montant total de 8,7 millions d’euros, la Région apporte un financement de 3,8 millions d'euros (dont Feder 2,3 millions d'euros), l’État (DMPA, DRAC, DETR, DSIPL) 2,2 millions d'euros, la commune d’Arromanches et le GIP 1,7 million d'euros et le Département du Calvados 1 million d'euros.

Premier musée sur le Débarquement

Le Musée du Débarquement est le premier musée créé à l’initiative du Comité du Débarquement en 1953 sur cette thématique. Avec 313 000 visiteurs en 2015, c’est l’un des sites touristiques les plus visités de Normandie et le deuxième musée le plus fréquenté en France sur la thématique de la Seconde Guerre Mondiale après le Mémorial de Caen. Depuis 2007, l’exploitation du musée est confiée au GIP « Musée du Débarquement / Arromanches ».
 

Le port artificiel d’Arromanches-les-Bains

Pour les alliés, le succès de l’invasion dépendait de leur capacité à acheminer rapidement les hommes et le matériel nécessaires à la poursuite des opérations militaires en Normandie. La conquête d’un port en eaux profondes était vitale, mais elle restait hypothétique dans un premier temps.

Prouesse technique, les Britanniques réussirent à concevoir un port en pièces détachées remorquées à travers la Manche et assemblées devant Vierville / Saint-Laurent-sur-Mer (Mulberry A) et devant Arromanches (Mulberry B). Les 400 éléments qui composaient les Mulberries devaient être opérationnels à J+21, le 27 juin. Trop endommagé par une tempête qui sévit sur la Manche du 19 au 22 juin, le Mulberry A fut abandonné. Remis en service, le Mulberry B, reçut le nom de Port Winston. Il était composé de sept plateformes assemblées entre elles et formaient un quai de 750 mètres de long. Ce système évitait toute interruption dans les opérations de déchargement.

45 000 ouvriers britanniques furent mobilisés pour réaliser ce projet pharaonique : 212 caissons en béton, 23 plateformes de déchargement et 15 kilomètres de chaussées flottantes furent fabriqués dans le plus grand secret.

Partager cet article :
<script>