Coup de cœur So14 !

William Messi

William Messi / © Studio 911

William Messi incarne parfaitement l’expression « à cœur vaillant, rien d’impossible ». Formateur en droit du travail, lieutenant réserviste en gendarmerie et champion de breakdance, il chérit la culture hip-hop et a créé une association, L’Organisation Nationale du Hip Hop, dit ON2H, pour contribuer à sa structuration. Un parcours atypique qu’il explique aisément : « je pense que l’on se construit dans l’agrégat de plusieurs choses. J’ai découvert le breakdance au Cameroun, dont je suis originaire, puis je me suis orienté vers le droit et les forces de gendarmerie en France. Pour moi c’est très cohérent, toutes mes activités servent un profond désir de justice. »

À l’image de William Messi, la culture hip-hop est plurielle. Née il y a plus de 40 ans dans le Bronx, elle regroupe quatre disciplines : les danses - debout ou au sol, comme le breakdance - le graffiti, le rap et le deejaying. Contrairement aux autres danses académiques, la danse hip-hop s’enseigne non par âge mais par niveau, jugé lors de battles, souvent organisées par les danseurs ou des associations.  

Le hip-hop compte environ 15 000 enseignants et 500 000 pratiquants en France. Aucune formation d’État n’est pourtant proposée aux professeurs, qui recourent à la microentreprise ou à l’associatif pour exercer. La proposition d’un référentiel pour la mise en œuvre de cette formation diplômante a été l’un des principaux axes de travail d’ON2H. « Nous avons mis en place un diplôme transitoire qui débutera en septembre 2020, le diplôme d’État sera opérationnel en 2021 et un système de validation des acquis sera également proposé. »

Il est difficile de structurer une discipline qui s’est toujours affranchie des codes. Cela nécessite une connaissance fine du terrain pour instaurer un dialogue entre les différents acteurs, loin des clichés. William Messi sillonne la France entière pour expliquer la démarche d’ON2H, notamment la mise en place de Maisons du Hip Hop pour regrouper les pratiques et les actions. Un travail de longue haleine qui porte ses fruits auprès des pratiquants et qui apporte une légitimité à l’association, sollicitée pour participer aux échanges sur le breakdance comme discipline olympique en 2024.

« Le hip-hop est porteur de valeurs fortes telles que l’égalité homme-femme, la place de l’enfant ou encore l’inclusion sociale. Nous sommes heureux de trouver aux niveaux local, national et international un écho positif à notre démarche. »