Coup de cœur So14 !

Georges Jouanne

Georges Jouanne / © Studio 911

Artiste indépendant depuis vingt ans, Georges le Clown découvre sa vocation en rentrant de son service militaire, quand sa passion pour le jonglage évolue en véritable vocation. Désormais résident à la Ferme Culturelle du Bessin, il a eu l’opportunité de se produire en Chine et en Inde, des pérégrinations circassiennes idéales pour nourrir son inspiration et promener son regard philosophe sur le monde. « Le clown est un miroir, il se joue de tout et surtout de nos failles pour passer des messages. Il y a un équilibre subtil à trouver pour divertir tout en appréhendant des sujets parfois sérieux, sans tomber dans les clichés. »

Issu d’une famille qui porte haut ses convictions sociales, Georges le Clown insiste sur sa volonté de travailler dans une perspective à la fois artistique et humaine. C’est ainsi qu’il crée ses spectacles, en traitant des sujets qui lui sont chers, dans le but de divertir, bien sûr, mais également de donner à son public matière à réflexion. Un intérêt pour la transmission et la pédagogie partagé par l’association À vue de truffe, instigatrice des Dîners dans le Noir à la Ferme Culturelle du Bessin (un projet partagé par l’AVEC, qui encadre les malvoyants en cuisine). De cette rencontre est né il y a deux ans un atelier animé par Georges Jouanne, à destination des déficients visuels. Lors de ces cours hebdomadaires, cinq malvoyants s’initient aux arts du cirque. Trapèze, échasses, jongleries, acrobaties, des disciplines exigeantes et audacieuses qui défoulent autant qu’elles rapprochent les élèves.

Si l’approche pédagogique diffère un peu, le clown fait en sorte de s’affranchir des barrières du handicap. Dans ces ateliers, on ose et surtout, on apprend à se faire confiance. « Le plus souvent c’est nous qui nous posons des limites. » Les participants des ateliers, quel que soit leur niveau de handicap, font preuve d’une force de caractère qui impose le respect. Sans parler d’un sens de l’humour assez détonnant. « On travaille beaucoup sur la dérision. J’aime le fait d’adapter ces pratiques aux personnes que l’on penserait les moins adaptables. C’est presque clownesque comme concept ! », conclut Georges Jouanne.

« Il s’agit d’une action parmi de nombreuses autres mises en œuvre par À Vue de Truffe. Il faut saluer le travail de cette association, qui met toute son énergie au service de personnes en situation de handicap visuel. »