Le groupe socialiste du conseil départemental du Calvados. / © Thierry Houyel

Un oublié du plan social du Département : le « non-recours » au droit

En matière de protection sociale, on entend plus souvent parler de « chasse aux fraudeurs » que des personnes qui ne recourent pas aux aides sociales, bien qu’y ayant droit.

lundi 21 décembre 2020

Un récent rapport parlementaire considère que 36 % des allocations au RSA ne sont pas perçues. Dans notre département, cela concerne plus de 10 000 Calvadosiens. Les raisons de ce phénomène, appelé « non-recours », sont diverses : méconnaissance des dispositifs existants, complexité d’accès à ces aides, effet stigmatisant du recours à des aides sociales. Pour les personnes concernées, les conséquences du non-recours sont multiples en termes de nourriture, de santé, de mobilité, de capacité à s’insérer sur le marché de l’emploi…

Aussi, notre groupe a proposé dans le cadre du débat sur le plan de relance sociale dans le Calvados : que le Département, acteur essentiel de la solidarité, s’implique beaucoup plus pour mieux informer nos concitoyens sur leurs droits. La Droite départementale ne doit plus voir le RSA comme un coût mais comme un droit ! C’est d’autant plus impératif qu’à la suite du premier confinement, un million supplémentaire de Français sont tombés dans la pauvreté et que les conséquences sociales du deuxième confinement vont rapidement arriver.

Gilles Deterville, président du groupe socialiste, Salyha Achouchi, Marc Bourbon, Antoine Casini, Corinne Feret, Édith Heuzé, Bertrand Havard, Christian Pielot, Jézabel Sueur et Éric Vève.