Le groupe socialiste du conseil départemental du Calvados. / © Thierry Houyel

Aidons les jeunes, victimes de la crise !

En temps ordinaire, la vie est déjà difficile pour les jeunes : le taux de chômage est deux fois supérieur à celui du reste de la population ; le taux de pauvreté à 20 ans est 3 fois plus élevé qu’à 60 ans.

mardi 30 mars 2021

Le patrimoine moyen à 25 ans n’est que de 7 000 €. Ceux qui ne peuvent compter sur des solidarités familiales, ne peuvent compter sur rien.

On est responsable sur le plan pénal à 16 ans, majeur sur le plan civique à 18 ans, mais il faut attendre 25 ans pour avoir pleinement des droits sociaux.

Cette injustice est encore plus insupportable avec la crise actuelle. Beaucoup de jeunes ont perdu le travail qui leur permettait de financer leurs études et d’autres ont des difficultés à s’insérer sur le marché du travail.

Les jeunes subissent fortement les conséquences de la pandémie comme en témoignent les files interminables d’étudiants devant les banques alimentaires.

Pour ces raisons, notre groupe est favorable à un revenu de base d’environ 500 € pour les jeunes de moins de 25 ans qui repose sur trois principes : inconditionnalité et automatisation du versement, dégressivité en fonction des revenus d’activité.

À l’occasion d’un vœu déposé le 8 janvier, nous avions demandé que le Calvados s’associe à la démarche des 24 Président·e·s de Départements, pour expérimenter ce revenu de base. La majorité départementale s’y est refusée.

Ce revenu de base permettait pourtant d’offrir à tous ces jeunes une chance de construire leur projet de vie. Il est une solution prometteuse pour redonner du corps à notre promesse républicaine.

Gilles Deterville, président du groupe socialiste, Salyha Achouchi, Marc Bourbon, Antoine Casini, Corinne Feret, Édith Heuzé, Bertrand Havard, Christian Pielot, Jézabel Sueur et Éric Vève.