Groupe PS du Conseil Départemental du Calvados. / © Gregory Wait

2015-2018 : quel bilan à mi-mandat pour l’actuelle majorité départementale ?

En mars 2015, une majorité de droite et du centre a été réélue. Que retenir de son action à mi-mandat ? À la suite de récentes lois, le Département doit recentrer son action sur deux axes principaux : la solidarité sociale et la solidarité territoriale.

mardi 27 mars 2018

Sur le 1er axe, le domaine de la protection de l’enfance ne prête pas à critiques particulières même si nous devons être vigilants sur l’accueil des mineurs non accompagnés.

Le domaine du soutien aux personnes âgées et/ou en situation de handicap mérite quelques observations plus négatives. Le vieillissement de nos populations nécessite un renfort de nos interventions tant à domicile qu’en établissement. La situation dans les Ehpad n’est pas satisfaisante et il conviendrait d’améliorer, en liaison avec l’État, la présence de personnels auprès de nos anciens. La même remarque vaut s’agissant des personnes en situation de handicap avec un renfort indispensable des moyens à la MDPH.

Le Schéma de l’autonomie qui va être élaboré courant 2018 est décisif et nous serons très exigeants.

Sur le 2e axe, nous avons approuvé la nouvelle politique de soutien aux territoires, communes et intercommunalités, qui passe d’une logique de guichet à une logique de projet plus cohérente et porteuse d’avenir.

Enfin sur une autre compétence importante pour le Département à savoir les collèges, notre insatisfaction est grande. La poursuite des fermetures de collèges (5 en 5 ans) devient mutilante pour les territoires et constitue une mauvaise action à l’égard des élèves et de leurs familles. Il faut remettre à plat cette question fondamentale pour l’avenir de nos jeunes et donc du Calvados.

Gilles Deterville, président du groupe socialiste, Salyha Achouchi, Marc Bourbon, Antoine Casini, Corinne Feret, Édith Guillot, Bertrand Havard, Christian Pielot, Jézabel Sueur et Éric Veve