Vernissage de l'exposition "Empreintes de guerre" https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/vernissage-de-lexposition-emprei.html lun., 27 mai 2019 14:22:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Elle symbolisera, sur trois sites embl&eacute;matiques du d&eacute;partement, l&#39;engagement, l&#39;accompagnement de notre collectivit&eacute; en faveur du devoir de m&eacute;moire. Un triptyque donc d&#39;expositions, d&#39;abord, ici m&ecirc;me, aux Archives D&eacute;partementales, mais &eacute;galement le long du boulevard Bertrand, sur les grilles de la Pr&eacute;fecture, ou encore au mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine.</p> <p>Un engagement qui s&#39;exprime &eacute;galement par le soutien &agrave; de nombreuses actions port&eacute;es par les Associations et les collectivit&eacute;s sur tout le Calvados.</p> <p>Le D&eacute;barquement et la bataille terrible qui s&#39;ensuivit furent un &eacute;v&eacute;nement majeur de notre histoire collective et europ&eacute;enne.</p> <p>Au-del&agrave; de l&#39;espoir de la paix retrouv&eacute;e et de la reconnaissance envers les lib&eacute;rateurs, ce fut un traumatisme profond dont il importe de rappeler la r&eacute;alit&eacute; : 8 000 Calvadosiens perdirent la vie durant ce terrible &eacute;t&eacute; 1944, des villes enti&egrave;res furent quasiment ray&eacute;es de la carte.</p> <p>Ces terribles pertes soldaient la fin d&#39;une p&eacute;riode noire de notre histoire, p&eacute;riode de d&eacute;chirement, d&#39;indignit&eacute; pour certains, de courage allant jusqu&#39;au sacrifice pour d&#39;autres, de souffrances inou&iuml;es pour beaucoup.</p> <p>La seconde guerre mondiale est un pass&eacute; qui ne passe pas. Son empreinte est partout et c&#39;est cette r&eacute;alit&eacute; que cette exposition &eacute;voque avec force et dignit&eacute;.</p> <p>3 lieux, 3 &eacute;clairages diff&eacute;rents propos&eacute;s pour &eacute;voquer la guerre, la Bataille de Normandie et les traces qu&#39;ont laiss&eacute;es ces &eacute;v&eacute;nements sur notre territoire.</p> <p>Ces traces sont encore pr&eacute;sentes dans bien des m&eacute;moires et fort heureusement ; elles se transmettent de g&eacute;n&eacute;ration en g&eacute;n&eacute;ration, sous forme de r&eacute;cits familiaux, encore bien vivaces.</p> <p>Les traces sont aussi physiques, tangibles, et cr&eacute;ent un patrimoine d&#39;un nouveau genre qu&#39;il s&#39;agit d&#39;identifier, de prot&eacute;ger, mais aussi de valoriser.</p> <p>Cette ann&eacute;e, nous pr&eacute;sentons, sur les grilles du boulevard Bertrand, avec l&#39;accord de la Pr&eacute;fecture du Calvados, que je remercie ici, un ensemble de photographies, choisies par les trois services patrimoniaux du D&eacute;partement, pour illustrer l&#39;empreinte ind&eacute;l&eacute;bile laiss&eacute;e par la guerre.</p> <p>Ces photographies rappellent la diversit&eacute; des patrimoines de la Bataille de Normandie et l&#39;attention qu&#39;il convient d&#39;y porter pour que le souvenir perdure, alors m&ecirc;me, on le sait tous, que la m&eacute;moire vive s&#39;efface avec le temps qui passe.</p> <p>Ce patrimoine, ce sont les archives dont nous avons la charge, les vestiges arch&eacute;ologiques que nous d&eacute;couvrons, mais aussi tous ces vestiges pr&eacute;sents dans le paysage qui, au d&eacute;tour d&#39;un chemin, dans une cour de ferme, derri&egrave;re un bosquet, sont les t&eacute;moins des &eacute;v&eacute;nements de l&#39;&eacute;t&eacute; 1944.</p> <p>Certains sont connus et b&eacute;n&eacute;ficient d&#39;une mise en valeur qui permet d&#39;entretenir le devoir de m&eacute;moire, tout comme cette mise en valeur contribue &agrave; l&#39;attrait touristique de notre territoire.</p> <p>D&#39;autres de ces vestiges, et ils sont nombreux, sont bien moins connus et ne perdurent que par le fruit du hasard ou gr&acirc;ce aux bonnes volont&eacute;s des acteurs locaux.</p> <p>Tous ces patrimoines participent &agrave; entretenir la m&eacute;moire de la Bataille de Normandie, dans l&#39;ensemble du Calvados, c&#39;est pourquoi notre collectivit&eacute; contribue &agrave; les recenser, les prot&eacute;ger et &agrave; les faire conna&icirc;tre, du plus grand nombre, pour que les g&eacute;n&eacute;rations &agrave; venir continuent &agrave; se souvenir.</p> <p>Pour aller plus loin encore, deux expositions sont propos&eacute;es aux Archives D&eacute;partementales et au mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine jusqu&#39;&agrave; la fin septembre, expositions dont une partie sera itin&eacute;rante et pourra, par la suite, &ecirc;tre d&eacute;couverte dans tout le d&eacute;partement.</p> <p>Au mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine, les arch&eacute;ologues vous font d&eacute;couvrir l&#39;empreinte laiss&eacute;e par la Bataille de Normandie dans notre sol.</p> <p>Ici, c&#39;est un de ces innombrables &quot;trous d&#39;hommes&quot; que les soldats creusaient en toute h&acirc;te pour se mettre &agrave; l&#39;abri des balles et des obus. Creus&eacute;s pour une nuit ou pour plusieurs semaines, lorsque le conflit s&#39;enlisait, ces &quot;trous d&#39;hommes&quot; illustrent la fameuse maxime des troupes anglo-am&eacute;ricaines, selon laquelle la pelle fut, durant toute la Bataille de Normandie, la meilleure amie du soldat.</p> <p>L&agrave;, ce sont des jerricans d&#39;essence et des caisses de munitions qui t&eacute;moignent de la gigantesque machine de guerre qui s&#39;est mise en route avec le D&eacute;barquement.</p> <p>Ici encore, ce sont les amas de vaisselle pr&eacute;lev&eacute;e dans les fermes environnantes ou encore ces amoncellements de bouteilles de vin qui racontent la contribution des populations civiles, prises au milieu des combats.</p> <p>Il y a aussi ces crat&egrave;res de bombes et d&#39;obus, ces maisons d&eacute;truites par des engins incendiaires, qui illustrent d&#39;autres souffrances, bien plus importantes, dont les civils furent victimes.</p> <p>Il y a enfin, ces corps de soldats enterr&eacute;s &agrave; la va-vite dans une tombe, lorsqu&#39;il ne s&#39;agit pas d&#39;un simple trou, dont on avait oubli&eacute; l&#39;emplacement, jusqu&#39;&agrave; ce que les arch&eacute;ologues le retrouvent.</p> <p>Tous ces vestiges arch&eacute;ologiques racontent la Bataille de Normandie. Ils permettent d&#39;en affiner la connaissance et d&#39;en faire ressurgir des &eacute;pisodes dont le souvenir s&#39;&eacute;tait trop souvent effac&eacute;.</p> <p>Surtout, ils donnent &agrave; voir, presque &agrave; toucher, la r&eacute;alit&eacute; mat&eacute;rielle de la vie des soldats au front, comme celle des populations civiles, prises dans la tourmente.</p> <p>Ils effacent le filtre de l&#39;image et du t&eacute;moignage oral, pour rendre concret et palpable, la violence des bombardements ou encore tous ces petits riens, dont les arch&eacute;ologues retrouvent la trace et qui rappellent, qu&#39;au-del&agrave; du r&eacute;cit des &eacute;v&eacute;nements, il y a la dure r&eacute;alit&eacute; de ce qu&#39;ont travers&eacute; tous ces hommes et toutes ces femmes engag&eacute;s dans la Bataille de Normandie.</p> <p>Les Archives D&eacute;partementales nous ont permis de d&eacute;couvrir aujourd&#39;hui, en avant-premi&egrave;re, un autre aspect de cette histoire : l&#39;action proprement h&eacute;ro&iuml;que de ceux qui, dans la tourmente refus&egrave;rent de c&eacute;der &agrave; la peur et de renier leurs id&eacute;aux.</p> <p>Nous sommes tous, je crois, vivement impressionn&eacute;s par la force de ceux qui, d&egrave;s la premi&egrave;re heure parfois, r&eacute;sist&egrave;rent &agrave; l&#39;occupant et &agrave; ses lois iniques. Leur action est un le&ccedil;on pour nous tous, et un rappel : l&#39;action d&#39;un petit nombre parfois, est d&eacute;terminante.</p> <p>Ils ne furent pas nombreux, certes, les r&eacute;sistants convaincus de la premi&egrave;re heure : quelques milliers, 2 500 tout au plus, selon les travaux les plus s&eacute;rieux.</p> <p>Leur action &eacute;tait entrav&eacute;e par la surveillance continue de l&#39;occupant, la r&eacute;pression et les arrestations qui, r&eacute;guli&egrave;rement, fauchaient leurs effectifs.</p> <p>Pourtant, les risques pris ne furent pas vains. Ces hommes et ces femmes, d&#39;abord furent l&#39;honneur de notre pays et aid&egrave;rent la population, apr&egrave;s-guerre, &agrave; se relever de l&#39;humiliation de la d&eacute;faite et de la collaboration.</p> <p>Mais, plus concr&egrave;tement, de nombreux historiens soulignent, aujourd&#39;hui, leur part, dans le sauvetage des Juifs, la cache des r&eacute;fractaires au STO, ou dans la r&eacute;ussite du D&eacute;barquement.</p> <p>Leur exemple donc, nous engage et nous enseigne. Je suis particuli&egrave;rement heureux qu&#39;il leur soit rendu ici, un hommage tout particulier, en cette Journ&eacute;e Nationale de la R&eacute;sistance.</p> <p>Il s&#39;agit aussi de la premi&egrave;re exposition organis&eacute;e dans la nouvelle salle des Archives, qui se r&eacute;v&egrave;le tout &agrave; fait appropri&eacute;e &agrave; cette r&eacute;flexion.</p> <p>Je souhaite &eacute;galement saluer les nombreuses participations qui ont rendu cet &eacute;v&eacute;nement possible. L&#39;exposition <em>Empreintes de Guerre</em> est le r&eacute;sultat d&#39;un travail commun de la Direction de la Communication et de la Direction de la Culture.</p> <p>Elle a &eacute;galement b&eacute;n&eacute;fici&eacute;, pour l&#39;exposition pr&eacute;sent&eacute;e aux Archives, du soutien d&#39;un Comit&eacute; Scientifique de haut niveau, coordonn&eacute; par madame Elisabeth Olive, directrice adjointe des Archives D&eacute;partementales du Calvados.</p> <p>Je tiens tout particuli&egrave;rement &agrave; remercier ici, Jean Quellien, Ga&euml;l Eismann, ainsi que l&#39;Office National des Anciens Combattants, la Fondation pour la M&eacute;moire de la D&eacute;portation, l&#39;Association M&eacute;moires de la R&eacute;sistance Normande et le Service Historique de la D&eacute;fense.</p> <p>Leur aide a &eacute;t&eacute; pr&eacute;cieuse dans l&#39;&eacute;laboration du contenu scientifique de l&#39;exposition, comme dans la recherche documentaire et le pr&ecirc;t de documents inestimables.</p> <p>Je me r&eacute;jouis de ce partenariat entre l&#39;&Eacute;tat, le monde associatif, l&#39;Universit&eacute; et la collectivit&eacute; d&eacute;partementale, garante du s&eacute;rieux de notre d&eacute;marche et de sa r&eacute;sonnance aupr&egrave;s de nos concitoyens.</p> <p>L&#39;exposition pr&eacute;sent&eacute;e au mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine a &eacute;t&eacute; coordonn&eacute;e par Marie-Anne Rohmer et Jean-Yves Leli&egrave;vre, tous deux agents de notre service Arch&eacute;ologie. Elle a b&eacute;n&eacute;fici&eacute; des contributions de l&#39;Inrap et de la Drac que je tiens &eacute;galement &agrave; remercier.</p> <p>Enfin, un mot sur l&#39;affiche de notre exposition, r&eacute;alis&eacute;e par l&#39;un de nos &quot;Coups de C&oelig;ur So14&quot; Sophie Kerdellant que je remercie pour son inspiration et son talent.</p> <p>Je ne peux conclure, sans vous encourager &agrave; d&eacute;couvrir, d&egrave;s demain, boulevard Bertrand et au mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine, les deux autres composantes de cette exposition, les composantes de cette manifestation que nous avons appel&eacute;e <em>&quot;Empreintes de la</em> <em>Bataille de Normandie&quot;,</em> mais aussi l&#39;ensemble des manifestations remarquables qui, au cours de l&#39;&eacute;t&eacute;, feront revivre la m&eacute;moire du D&eacute;barquement dans notre d&eacute;partement.</p> <p>Nous sommes tous individuellement ou collectivement, &nbsp;des &quot;passeurs de m&eacute;moire&quot;, des &quot;passeurs de patrimoine&quot;, pour que vive, &agrave; jamais, la grande et les petites histoires de ce moment d&eacute;cisif de la libert&eacute; en Europe&hellip; Une Europe qui, ne l&#39;oublions jamais, continue &agrave; ce jour, de nous laisser et ce, depuis 75 ans, &quot;des empreintes de paix&quot;&hellip; Et, c&#39;est bien l&agrave; l&#39;essentiel.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le 27 mai 2019 aux Archives du Calvados par Jean-L&eacute;once Dupont. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Adoption du budget primitif pour 2019 - Discours introductif https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reuni-10.html lun., 04 févr. 2019 10:00:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Il en r&eacute;sulte un v&eacute;ritable <strong>ouvrage de 536 pages</strong>, dont j&rsquo;ai &eacute;t&eacute;, cette ann&eacute;e encore, particuli&egrave;rement marqu&eacute; par la qualit&eacute; r&eacute;dactionnelle, la clart&eacute; des expos&eacute;s et la richesse des donn&eacute;es. On est loin d&rsquo;un recueil purement technique et comptable de rapports financiers, ce qui justifierait que l&rsquo;on en b&acirc;cle l&rsquo;examen&nbsp;: c&rsquo;est un travail fort et structurant de notre vie politique. Je vais m&rsquo;attacher dans un instant &agrave; vous en exposer les grandes articulations.</p> <p>Auparavant, puisque j&rsquo;en suis, en pr&eacute;lude, aux remerciements, comme je le fais &agrave; chaque fois, mes pens&eacute;es vont &eacute;galement au pr&eacute;sident de la R&eacute;gion Normandie, <strong>Herv&eacute; Morin</strong>, qui nous fait de nouveau l&rsquo;amiti&eacute; de nous accueillir gracieusement dans ce bel h&eacute;micycle de l&rsquo;abbaye aux Dames, le temps que les travaux de remise aux normes de l&rsquo;H&ocirc;tel du D&eacute;partement s&rsquo;ach&egrave;vent. &Agrave; ce sujet, notre chantier avance bien, nous devrions &ecirc;tre en mesure de tenir nos sessions publiques de novembre et de d&eacute;cembre prochains, de retour rue Saint-Laurent.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Les grands &eacute;quilibres de notre projet de budget primitif vous sont d&eacute;j&agrave; familiers, ils sont conformes &agrave; notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires, tenus il y a quelques semaines.</p> <p>Les mois de d&eacute;cembre et de janvier qui viennent de s&rsquo;&eacute;couler, n&rsquo;en ont pas &eacute;t&eacute; pour autant sans leur lot de <strong>bouleversements</strong>. Depuis plusieurs semaines, notre pays est profond&eacute;ment secou&eacute; par un mouvement prot&eacute;iforme de contestation sociale, au point que le 10 d&eacute;cembre dernier, le soir m&ecirc;me de notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires, le Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique a d&eacute;cr&eacute;t&eacute; <strong>&laquo;&nbsp;l&rsquo;&eacute;tat d&rsquo;urgence &eacute;conomique et social&nbsp;&raquo;.</strong></p> <p>Il s&rsquo;en est suivi l&rsquo;inscription subite d&rsquo;environ 10 milliards d&rsquo;euros suppl&eacute;mentaires au budget de l&rsquo;&Eacute;tat, sans toutefois parvenir &agrave; juguler <strong>le &laquo;&nbsp;sentiment de vertige&nbsp;&raquo;</strong> qui traverse notre nation, pour reprendre une expression r&eacute;cente du pr&eacute;sident du S&eacute;nat, G&eacute;rard Larcher.</p> <p>Il faut esp&eacute;rer que <strong>le Grand d&eacute;bat</strong>, actuellement organis&eacute; par le gouvernement jusqu&rsquo;au 15 mars prochain, aura plus de succ&egrave;s pour trouver une sortie de crise. Dans ce cadre, les pr&eacute;sidents de D&eacute;partements pourraient d&rsquo;ailleurs &ecirc;tre re&ccedil;us par le Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique. Pour essayer de pr&eacute;parer le plus s&eacute;rieusement possible et de fa&ccedil;on constructive cette rencontre si elle a lieu, je vous propose de me faire parvenir par &eacute;crit vos contributions, et ce de fa&ccedil;on assez rapide, afin d&rsquo;en formaliser une synth&egrave;se &agrave; l&rsquo;attention du Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique au nom de notre D&eacute;partement.</p> <p>Sous r&eacute;serve que le d&eacute;bat soit sinc&egrave;re, sous r&eacute;serve qu&rsquo;il se puisse trouver une m&eacute;thode pour agr&eacute;ger l&rsquo;ensemble des propositions qui vont &ecirc;tre &eacute;mises par nos concitoyens puis en sortir des lignes d&rsquo;union, ce Grand d&eacute;bat symbolisera la prise de conscience par le gouvernement d&rsquo;un besoin de dialogue dans notre pays&nbsp;; du moins est-ce ce que j&rsquo;esp&egrave;re tr&egrave;s sinc&egrave;rement, car nous aurions autrement de quoi &ecirc;tre s&eacute;rieusement inquiets pour l&rsquo;avenir de nos institutions r&eacute;publicaines.</p> <p>En 2019, le gouvernement a programm&eacute; de grandes et complexes r&eacute;formes, telles que la suppression de 50&nbsp;000 postes de fonctionnaires, la remise &agrave; plat de toute la fiscalit&eacute; locale, surtout peut-&ecirc;tre, la r&eacute;forme des retraites. On sait que le gouvernement travaille &eacute;galement sur une nouvelle loi sur le grand &acirc;ge, trois ans &agrave; peine apr&egrave;s la loi d&rsquo;adaptation de la soci&eacute;t&eacute; au vieillissement.</p> <p>Nous verrons jusqu&rsquo;o&ugrave; ces intentions iront, et nous y serons tr&egrave;s vigilants, car bien &eacute;videmment chacun de ces sujets impacte directement les collectivit&eacute;s territoriales, particuli&egrave;rement les D&eacute;partements.</p> <p>Mais au fond, 18 mois seulement apr&egrave;s l&rsquo;ouverture du nouveau quinquennat, je ne suis pas s&ucirc;r que le gouvernement ait aujourd&rsquo;hui encore la capacit&eacute; de mener &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle de l&rsquo;&Eacute;tat, avec la s&eacute;r&eacute;nit&eacute; et le capital d&rsquo;adh&eacute;sion suffisants, les nouvelles r&eacute;formes, dont notre pays a pourtant besoin. Les marges de man&oelig;uvre du gouvernement sont d&rsquo;autant plus &eacute;troites que la dette publique fr&ocirc;le les 100 % du PIB et que le d&eacute;ficit continue de se creuser, au-dessus de 3 % du PIB pour cette ann&eacute;e encore, en d&eacute;pit de toutes les trajectoires volontaristes qui ont pu pr&eacute;c&eacute;demment nous &ecirc;tre pr&eacute;sent&eacute;es.</p> <p>Dans ce contexte, qui est terrible, il faut le reconna&icirc;tre, et dont les racines remontent plusieurs dizaines d&rsquo;ann&eacute;es en arri&egrave;re, <strong>le gouvernement n&rsquo;a sans doute pas beaucoup d&rsquo;autres choix que de miser sur les libert&eacute;s locales</strong>. C&rsquo;est une petite r&eacute;volution au pays du centralisme triomphant. Nourris par un rejet de la concentration du pouvoir dans - et par - la capitale, je crois que les Fran&ccedil;ais attendent aujourd&rsquo;hui une vraie r&eacute;flexion autour du champ d&rsquo;intervention de l&rsquo;&Eacute;tat et des moyens qui lui sont assign&eacute;s. Ainsi, selon un sondage Opinion Way pour LCI r&eacute;alis&eacute; mi-janvier, il appara&icirc;t que 79 % des personnes interrog&eacute;es veulent que les territoires gagnent en pouvoir. Ce chiffre impressionnant va &agrave; l&rsquo;encontre de l&rsquo;approche jacobine affich&eacute;e jusqu&rsquo;ici par le gouvernement.</p> <p>C&rsquo;est, mes chers coll&egrave;gues, le moment pour agir. Vous savez que parmi les quatre th&egrave;mes retenus par le gouvernement pour structurer le Grand d&eacute;bat, l&rsquo;un d&rsquo;entre eux porte sur la th&eacute;matique de &laquo;&nbsp;l&rsquo;organisation de l&rsquo;&Eacute;tat et des services publics &raquo;, un sujet assur&eacute;ment au c&oelig;ur de la crise des gilets jaunes.</p> <p>C&rsquo;est &agrave; mes yeux le principal espoir sur lequel s&rsquo;ouvre l&rsquo;ann&eacute;e 2019.</p> <p><u>C&rsquo;est peut-&ecirc;tre le moment</u> de graver dans la Constitution, le droit &agrave; la diff&eacute;renciation des territoires.</p> <p><u>C&rsquo;est peut-&ecirc;tre le moment</u> de se mettre une fois pour toutes d&#39;accord sur la signification m&ecirc;me du mot AUTONOMIE des collectivit&eacute;s locales, &agrave; travers une vraie r&eacute;forme de la fiscalit&eacute; locale et en donnant ainsi les moyens notamment aux D&eacute;partements de ma&icirc;triser une partie plus importante de leurs recettes.</p> <p><u>C&rsquo;est peut-&ecirc;tre le moment</u> de <strong>se poser la question de la fin des doublons entre l&rsquo;&Eacute;tat et les collectivit&eacute;s territoriales</strong>, sujet sur lequel la strat&eacute;gie de r&eacute;forme du gouvernement reste malais&eacute;e &agrave; d&eacute;crypter. En t&eacute;moigne la difficult&eacute; hallucinante que nous avons rencontr&eacute;e pour obtenir les conclusions du comit&eacute; Action publique 2022 ou encore le souhait du gouvernement de faire aboutir co&ucirc;te que co&ucirc;te une &laquo;&nbsp;agence nationale de la coh&eacute;sion territoriale&nbsp;&raquo;, plut&ocirc;t que de s&rsquo;appuyer avec efficacit&eacute; sur les D&eacute;partements qui sont les chefs de file de cette comp&eacute;tence dans notre pays.</p> <p><u>C&rsquo;est peut-&ecirc;tre le moment</u> de <strong>faire confiance aux &eacute;lus territoriaux</strong>, comme par exemple pour moduler la limitation de vitesse &agrave; 80 km/h sur nos routes d&eacute;partementales, puisque personne ne contestera qu&rsquo;au c&oelig;ur des territoires dans lesquels nous vivons et que nous aimons, nous sommes les mieux plac&eacute;s pour d&eacute;finir les routes dangereuses et celles qui ne le sont pas, en prenant nos responsabilit&eacute;s.</p> <p>Le gouvernement veut supprimer 50&nbsp;000 fonctionnaires&nbsp;? Qu&rsquo;il commence donc par r&eacute;duire le nombre d&rsquo;emplois dans les administrations centrales, qui voient curieusement leurs effectifs cro&icirc;tre, de fa&ccedil;on &agrave; laisser des agents publics sur le terrain, au contact du public&nbsp;!</p> <p>Le gouvernement veut am&eacute;liorer la prise en charge des personnes en situation de handicap&nbsp;? Qu&rsquo;il commence par cesser de retirer ses moyens allou&eacute;s aux maisons d&eacute;partementales des personnes handicap&eacute;es, alors m&ecirc;me qu&rsquo;elles sont probablement, depuis 10 ans, l&rsquo;une des plus belles r&eacute;ussites de coop&eacute;ration entre administrations publiques locales, sous la pr&eacute;sidence du Conseil D&eacute;partemental&nbsp;!</p> <p>Je vous l&rsquo;ai souvent dit, je ne sais pas si au fond, l&rsquo;&Eacute;tat souhaite r&eacute;ellement la r&eacute;ussite des territoires. Je ne sais pas si les &eacute;lus &laquo;&nbsp;du nouveau monde&nbsp;&raquo;, souvent hors sol, ont l&rsquo;exp&eacute;rience et la capacit&eacute; &agrave; juguler la toute-puissance d&rsquo;une technocratie d&rsquo;&Eacute;tat tr&egrave;s comp&eacute;tente, mais incapable d&rsquo;engager les r&eacute;formes structurelles qui viendraient &agrave; la remettre en cause.</p> <p>Le moment est pourtant historique. Le regain de la France repose sur notre capacit&eacute; collective &agrave; <strong>faire aujourd&rsquo;hui &eacute;merger une v&eacute;ritable &laquo;&nbsp;R&eacute;publique des territoires&nbsp;&raquo;</strong>, port&eacute;e par la l&eacute;gitimit&eacute; d&eacute;mocratique d&rsquo;assembl&eacute;es de citoyens &eacute;lus au suffrage universel direct, qui d&eacute;cident, organisent et contr&ocirc;lent les actions publiques qui se trouvent &ecirc;tre le plus efficacement exerc&eacute;es &agrave; leur &eacute;chelle, toujours au plus pr&egrave;s de chaque territoire.</p> <p>Partout en France et en outre-mer, les collectivit&eacute;s territoriales sont pr&ecirc;tes &agrave; relever une fois encore le d&eacute;fi de la modernisation et de l&rsquo;innovation, pour r&eacute;pondre aux aspirations contemporaines de nos concitoyens, avec une sobri&eacute;t&eacute; de moyens. Les D&eacute;partements en particulier, parce qu&rsquo;ils sont les pivots entre le local et le national, &agrave; une &eacute;chelle probablement id&eacute;ale pour agir et reconnue aujourd&rsquo;hui comme telle par le gouvernement, demandent simplement &agrave; ce qu&rsquo;on leur fasse confiance et &agrave; ce qu&rsquo;on les &eacute;value sur leurs r&eacute;sultats&nbsp;!</p> <p>Je suis convaincu que si le Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique et le gouvernement en ont la volont&eacute;, les D&eacute;partements - parce qu&#39;ils r&eacute;pondent, dans le quotidien, &agrave; l&#39;exigence de proximit&eacute; r&eacute;clam&eacute;e par la population - seront des partenaires privil&eacute;gi&eacute;s de l&rsquo;&Eacute;tat et des exemples dans leur capacit&eacute; &agrave; accompagner, &agrave; d&eacute;velopper et &agrave; animer leur territoire, &agrave; renouer pleinement la confiance avec les citoyens et &agrave; permettre &agrave; chacun de grandir sereinement, vivre d&eacute;cemment et vieillir dignement quel que soit son lieu de vie.</p> <p>Mes chers coll&egrave;gues, au travers de l&rsquo;adoption de notre budget primitif pour 2019, notre responsabilit&eacute; est donc grande, car <strong>nous tra&ccedil;ons par l&rsquo;exemple, le chemin </strong>de cette &laquo;&nbsp;R&eacute;publique des territoires&nbsp;&raquo;. Nous d&eacute;montrons les richesses, les initiatives, les volont&eacute;s d&rsquo;un D&eacute;partement qui est pour beaucoup d&rsquo;observateurs un un exemple, ce dont nous pouvons avoir collectivement la fiert&eacute;.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Oui nous sommes un exemple, parce qu&rsquo;en d&eacute;pit d&rsquo;une p&eacute;riode que l&rsquo;on sait objectivement difficile pour les finances publiques dans notre pays, nous avons su maintenir des marges pour agir.</p> <p>Souvenez-vous de ce que je vous disais, en 2016, lors de l&rsquo;adoption du premier budget primitif de notre mandature. Sans jamais dissimuler la difficult&eacute; de comprimer la d&eacute;pense publique, je vous disais&nbsp;qu&rsquo;il fallait faire confiance au bon sens, &agrave; l&rsquo;&eacute;nergie et au courage des Calvadosiens, et qu&rsquo;en r&eacute;alisant trois premiers exercices particuli&egrave;rement vertueux, nous nous donnerions des marges de man&oelig;uvre sur la seconde partie de notre mandature.</p> <p>Notre projet de budget pour 2019 est une confirmation de cet engagement pris devant vous. Les r&eacute;sultats sont l&agrave;.</p> <p><strong>Sans jamais augmenter les imp&ocirc;ts</strong>, contrairement d&eacute;sormais &agrave; une grande majorit&eacute; des D&eacute;partements, nos <strong>investissements augmenteront en 2019 de +20 %</strong>, notre &eacute;pargne nette bondira de plus de 50 %, nous permettrons au D&eacute;partement de continuer &agrave; se d&eacute;sendetter et nous respecterons avec une certaine marge de s&eacute;curit&eacute; le plafond l&eacute;gal d&rsquo;&eacute;volution des d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement, en faisant le choix de privil&eacute;gier les &eacute;conomies de gestion interne plut&ocirc;t que de r&eacute;duire les cr&eacute;dits d&rsquo;intervention.</p> <p>Notre projet de budget primitif sera comme chaque ann&eacute;e compl&eacute;t&eacute; en cours d&rsquo;exercice, &agrave; commencer ce printemps par des cr&eacute;dits en faveur de la lutte contre la pauvret&eacute;, puisque nous avons engag&eacute; localement une n&eacute;gociation tr&egrave;s positive sur ce sujet avec l&rsquo;&Eacute;tat.</p> <p>Pour nous, ce projet, c&rsquo;est beaucoup de travail, beaucoup d&rsquo;engagement, beaucoup de t&eacute;nacit&eacute;.</p> <p>Alors je sais bien qu&rsquo;<strong>il n&rsquo;existe pas un seul budget primitif</strong>, qu&rsquo;il existe bien de possibles pour le construire. Selon que l&rsquo;on actionne le levier du cr&eacute;dit et le levier de l&rsquo;imp&ocirc;t, ou pas. Selon que l&rsquo;on per&ccedil;oit - presque dogmatiquement parfois - la d&eacute;pense publique comme la jauge pour mesurer l&rsquo;attention donn&eacute;e &agrave; une comp&eacute;tence, ou bien comme nous le faisons ici, comme un moyen &agrave; utiliser avec beaucoup de sobri&eacute;t&eacute; et de ma&icirc;trise, au juste besoin n&eacute;cessaire, en engageant parall&egrave;lement &agrave; chaque d&eacute;pense, un programme d&rsquo;&eacute;valuation et de contr&ocirc;le de gestion.</p> <p>Un budget primitif n&rsquo;est par ailleurs <strong>pas un catalogue de mesures</strong>. Ne l&rsquo;oubliez jamais, il est, derri&egrave;re les chiffres et les tableaux, avant tout l&rsquo;expression d&rsquo;<strong>une vision politique</strong>. Il est une volont&eacute; de choisir les grandes orientations, de fixer les objectifs qu&rsquo;il nous para&icirc;t ensemble essentiel d&rsquo;atteindre dans l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t des territoires et des populations du Calvados.</p> <p>Tout &agrave; l&rsquo;heure, et jusqu&rsquo;&agrave; mercredi ou jeudi en fonction du temps que nous trouverons collectivement n&eacute;cessaire pour d&eacute;battre, vous serez chacun d&rsquo;entre vous amen&eacute;s &agrave; rapporter publiquement quelques pages de notre ouvrage. Comme l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re, je vous demanderai de le faire <strong>de mani&egrave;re synth&eacute;tique</strong>, <em>surtout</em> sans lire in extenso le rapport, de sorte &agrave; pr&eacute;server le plus grand espace possible &agrave; nos &eacute;changes.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>La lecture in extenso de notre ouvrage vous l&rsquo;avez d&eacute;j&agrave; faite, je n&rsquo;en doute pas, chacun chez vous en pr&eacute;parant notre session. Lors de cette lecture, nos choix apparaissent comme simples et forts.</p> <p>Je crois que l&rsquo;on peut en retenir essentiellement trois. En clin d&rsquo;&oelig;il, avant de vous les r&eacute;sumer, je voudrais dire que comme dans l&rsquo;&eacute;dition annuelle d&rsquo;un nouveau &laquo;&nbsp;Larousse&nbsp;&raquo; ou d&rsquo;un nouveau &laquo;&nbsp;Petit Robert&nbsp;&raquo;, quelques mots, quelques expressions font cette ann&eacute;e leur apparition. Ainsi des termes&nbsp;: &laquo;&nbsp;inclusion num&eacute;rique&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;t&eacute;l&eacute;m&eacute;decine&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;t&eacute;l&eacute;phonie mobile&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;sport-sant&eacute;&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;GEMAPI&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;&eacute;quith&eacute;rapie&nbsp;&raquo;,&nbsp;&laquo;&nbsp;escape game&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;culture social media&nbsp;&raquo;&hellip; Ces nouveaux mots ou expressions traduisent la mani&egrave;re dont notre collectivit&eacute; se renouvelle chaque ann&eacute;e, pour s&rsquo;adapter toujours &agrave; son temps, et m&ecirc;me r&eacute;guli&egrave;rement, pour se positionner en pilote et d&eacute;fricher la voie.</p> <p>Cette responsabilit&eacute;, nous l&rsquo;avons tout particuli&egrave;rement en mati&egrave;re de d&eacute;veloppement durable, face &agrave; l&rsquo;urgence climatique, qui va &ecirc;tre, &agrave; n&rsquo;en pas douter, le plus formidable d&eacute;fi collectif de l&rsquo;humanit&eacute; au XXI<sup>e</sup> si&egrave;cle. C&rsquo;est pourquoi dans cette &eacute;dition 2019, j&rsquo;ai souhait&eacute; que l&rsquo;on mette davantage en avant nos actions en mati&egrave;re de d&eacute;veloppement durable et de lutte contre le changement climatique, dans ce qui pr&eacute;figure ce que pourrait &ecirc;tre un futur &laquo;&nbsp;agenda 2030&nbsp;&raquo; du D&eacute;partement.</p> <p><strong>Le d&eacute;veloppement durable est de fait le premier des choix simples et forts</strong> que nous faisons au travers de ce budget primitif, avec la mise en avant de quatre rapports remarquables&nbsp;:</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>Premi&egrave;rement, le <strong>nouveau plan v&eacute;lo 2019-2023</strong> qui pr&eacute;voit notamment la r&eacute;alisation d&rsquo;un grand itin&eacute;raire sud-Calvados, la cr&eacute;ation de pistes utilitaires pour les trajets du quotidien et une mont&eacute;e du niveau de services sur les v&eacute;loroutes du littoral et de la vall&eacute;e de l&rsquo;Orne&nbsp;;</li> <li>Deuxi&egrave;mement, le lancement d&rsquo;une <strong>d&eacute;marche de plan d&eacute;partemental d&rsquo;alimentation durable</strong>, qui vise &agrave; offrir une alimentation locale de qualit&eacute;, en particulier dans nos coll&egrave;ges et dans les &eacute;tablissements sociaux et m&eacute;dico-sociaux que nous tarifons, en d&eacute;veloppant les circuits courts et en accompagnant l&rsquo;adaptation des exploitations&nbsp;agricoles ;</li> <li>Troisi&egrave;mement, au travers d&rsquo;un <strong>engagement du D&eacute;partement r&eacute;affirm&eacute; dans le domaine de l&rsquo;eau</strong>, et tout particuli&egrave;rement pour la pr&eacute;servation des milieux aquatiques et la lutte contre les inondations, au nom de la solidarit&eacute; territoriale, en s&rsquo;appuyant sur notre nouvelle agence technique d&eacute;partementale Ing&eacute;Eau&nbsp;;</li> <li>Quatri&egrave;mement, l&rsquo;accompagnement de nouvelles fili&egrave;res li&eacute;es au d&eacute;veloppement durable, avec une strat&eacute;gie d&eacute;partementale en faveur de la <strong>fili&egrave;re bois-&eacute;nergie</strong>, une exp&eacute;rimentation autour du r&eacute;emploi des mat&eacute;riaux de chantiers et un soutien &agrave; la valorisation agricole des algues qui s&rsquo;&eacute;chouent sur notre littoral.</li> </ul> <p><strong>Le second choix que nous faisons</strong>, c&rsquo;est de donner <strong>une tr&egrave;s haute priorit&eacute; aux solidarit&eacute;s sociales</strong>, au c&oelig;ur des comp&eacute;tences du D&eacute;partement, avec l&agrave; encore quatre actions que je voudrai souligner&nbsp;:</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>Premi&egrave;rement, nous adopterons cette semaine notre <strong>nouveau sch&eacute;ma de l&rsquo;autonomie</strong>, co-construit et donc partag&eacute; avec l&#39;ensemble de nos partenaires, qui se veut &agrave; la fois r&eacute;aliste et d&rsquo;anticipation. Le d&eacute;fi du vieillissement de la population est immense, avec la projection de plus de 12&nbsp;000 nouveaux Calvadosiens &acirc;g&eacute;s de plus de 75 ans dans les cinq ann&eacute;es qui viennent, entendu que 90 % de nos a&icirc;n&eacute;s souhaitent vieillir le plus longtemps possible &agrave; domicile. Le d&eacute;fi du handicap l&rsquo;est tout autant, avec une croissance des personnes handicap&eacute;es que nous prenons en charge, trois fois sup&eacute;rieure &agrave; la croissance de la population g&eacute;n&eacute;rale. Il nous faut donc penser l&rsquo;adaptation des logements, la modernisation des services d&rsquo;aide &agrave; domicile et accompagner avec beaucoup d&rsquo;attention les aidants&nbsp;;</li> <li>Deuxi&egrave;mement, nous adopterons nos <strong>nouveaux plans d&eacute;partementaux de l&rsquo;insertion et plans territoriaux de l&rsquo;insertion</strong>, fruits l&agrave; encore d&rsquo;un tr&egrave;s important travail de pr&eacute;paration et de concertation, avec l&rsquo;ambition d&rsquo;&eacute;riger de pleinement le D&eacute;partement comme le chef de file des politiques d&rsquo;insertion sociale, d&rsquo;insertion socio-professionnelle et d&rsquo;insertion professionnelle, en renfor&ccedil;ant nos moyens sur les actions les plus efficaces et en proposant plusieurs innovations. Vous le verrez, le D&eacute;partement s&rsquo;engage &agrave; bien des &eacute;gards en anticipation de la strat&eacute;gie nationale de lutte contre la pauvret&eacute;.</li> <li>Troisi&egrave;mement, je n&rsquo;oublie pas l&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance bien s&ucirc;r, qui voit cette ann&eacute;e encore ses cr&eacute;dits augmenter de pr&egrave;s de 5%, notamment pour relever, avec beaucoup de c&oelig;ur m&ecirc;me si nous agissons ici dans un cadre l&eacute;gal qui s&rsquo;impose &agrave; nous, le d&eacute;fi que pose l&rsquo;augmentation abrupte du nombre de <strong>mineurs &eacute;trangers non accompagn&eacute;s</strong>. Ce sera le premier rapport budg&eacute;taire de notre session, et il ne sera certainement pas le plus simple, puisqu&rsquo;apr&egrave;s avoir ouvert une premi&egrave;re plateforme d&rsquo;accueil et d&rsquo;orientation, nous aurons &agrave; d&eacute;battre de la n&eacute;cessit&eacute; d&rsquo;ouvrir une seconde plateforme en 2019, afin de rationaliser une prise en charge qui s&rsquo;annonce d&eacute;sormais comme structurelle.</li> <li>Quatri&egrave;mement, le D&eacute;partement s&rsquo;engagera en 2019, comme nous avons commenc&eacute; &agrave; le faire en 2018 en devenant l&rsquo;un des territoires fran&ccedil;ais pilotes, sur le sujet de <strong>l&rsquo;inclusion num&eacute;rique</strong>. Nous ach&egrave;verons &agrave; cette occasion le maillage des Points Info 14, les Maisons de service au public que le D&eacute;partement d&eacute;veloppe depuis de nombreuses ann&eacute;es, le Calvados &eacute;tant &agrave; ma connaissance le d&eacute;partement le mieux &eacute;quip&eacute; aujourd&rsquo;hui en France.</li> </ul> <p>Enfin, <strong>le troisi&egrave;me de nos choix</strong>, c&rsquo;est celui de <strong>l&rsquo;investissement.</strong> En 2019, je vous le disais, le D&eacute;partement augmentera ses investissements de +20%, tout en pr&eacute;parant l&rsquo;exercice 2020 pour lequel nous pr&eacute;voyons une augmentation suppl&eacute;mentaire de +15 %. Dans le cadre de notre budget, nous proposerons de doubler les autorisations nouvelles de programme, en adoptant 50 millions d&rsquo;euros suppl&eacute;mentaires pour abonder notre plan de mandature. Le D&eacute;partement engagera un nouveau dispositif de soutien &agrave; l&rsquo;installation des artisans et des commer&ccedil;ants dans les centres-bourgs et les centres-villes. Nous augmenterons de 44% les cr&eacute;dits de paiement r&eacute;serv&eacute;s &agrave; l&rsquo;am&eacute;nagement &eacute;quilibr&eacute; des territoires, notamment pour la poursuite du projet Fibre Calvados Normandie et la reprise des grands travaux routiers tels que le remplacement du Pont de Colombelles, l&rsquo;am&eacute;lioration de la liaison Caen Flers et la rectification des virages de Truttemer-le-Grand. Nous augmenterons d&rsquo;un tiers les cr&eacute;dits de paiement r&eacute;serv&eacute;s aux services &agrave; la population. Nous financerons la cr&eacute;ation d&rsquo;une maison d&eacute;partementale des sports et de nouvelles casernes de gendarmerie &agrave; Bayeux et &agrave; Cond&eacute;-en-Normandie. Nous augmenterons les investissements pour les agriculteurs, pour l&rsquo;&eacute;ducatif num&eacute;rique dans nos coll&egrave;ges, pour la lutte contre les inondations. Nous d&eacute;bloquerons des dossiers compliqu&eacute;s comme la r&eacute;novation de l&rsquo;iconique jet&eacute;e en bois du port de Deauville. Nous r&eacute;noverons le coll&egrave;ge d&rsquo;Isigny-sur-Mer et le gymnase de Livarot. De front, nous porterons la ma&icirc;trise d&rsquo;ouvrage ou participerons au financement plusieurs centaines de projets d&rsquo;investissement partout dans le Calvados.</p> <p>R&eacute;solument, <strong>notre D&eacute;partement est le premier investisseur sur son territoire</strong>, si on rapporte sa capacit&eacute; d&rsquo;investissement &agrave; la population. Il est &eacute;galement, toujours rapport&eacute; &agrave; la population, <strong>le premier budget public</strong>, avec plus de 1&nbsp;000 euros par habitant. Il est enfin, dans le p&eacute;rim&egrave;tre du Calvados, avec ses 3&nbsp;000 agents et les &eacute;tablissements publics d&eacute;partementaux qui lui sont rattach&eacute;s, tels que le laboratoire interd&eacute;partemental Lab&eacute;o, <strong>le 2<sup>e</sup> employeur public</strong>.</p> <p>C&rsquo;est une force, et nous la mettons au service du territoire, au service de la R&eacute;publique fran&ccedil;aise.</p> <p><strong>Il y aura bien des raisons d&rsquo;aimer 2019</strong>, l&rsquo;ann&eacute;e du 75<sup>e</sup> anniversaire du D&eacute;barquement, l&rsquo;ann&eacute;e de la renaissance des Equi&rsquo;days. Nous conna&icirc;trons la fin des travaux de l&rsquo;h&ocirc;tel de D&eacute;partement et des Archives d&eacute;partementales. Nous r&eacute;&eacute;diterons un guide d&rsquo;accueil des nouveaux Calvadosiens avec notre agence Calvados Attractivit&eacute;.&nbsp;Nous mettrons en place de nouveaux services, comme la prise de rendez-vous m&eacute;dico-sociaux en ligne et la retransmission de nos sessions en streaming. Nous d&eacute;velopperons l&rsquo;offre de &laquo;&nbsp;La Bo&icirc;te num&eacute;rique&nbsp;&raquo; dans les biblioth&egrave;ques de notre r&eacute;seau et offrirons &agrave; tous les Calvadosiens un nouveau service de t&eacute;l&eacute;alarme au meilleur prix. Nous nous tournerons davantage vers les aidants, vers les accueillants familiaux, nous tiendrons notre front r&eacute;publicain de services, d&rsquo;entraide, de soutien envers tous les habitants et tous les territoires du Calvados.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Mes chers coll&egrave;gues, je viens de d&eacute;crire &agrave; grands traits les objectifs que nous devons poursuivre. Leur r&eacute;alisation n&eacute;cessite des moyens, et ces moyens, vous seuls pouvez les accorder.</p> <p>Pensons &agrave; cette population anxieuse dont le destin est le v&eacute;ritable enjeu de nos d&eacute;bats, &agrave; ce pays inquiet qui nous observe et qui nous juge. Travaillons ensemble pour contribuer, &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle de notre d&eacute;partement, &agrave; lui rendre la foi, les forces, la fraternit&eacute; qui assureront son redressement et sa r&eacute;novation.</p> <p>Nous avons, gr&acirc;ce &agrave; nos d&eacute;cisions courageuses du pass&eacute;, gr&acirc;ce &agrave; notre rigueur et &agrave; notre vigilance, apport&eacute; la preuve, ces derni&egrave;res ann&eacute;es, de notre capacit&eacute; de r&eacute;sistance, de s&eacute;rieux, d&#39;expertise et avons fait preuve d&#39;une certaine agilit&eacute;, voire m&ecirc;me, dans certains domaines, d&#39;app&eacute;tence, pour faire face aux &eacute;volutions ou prises en charge de nouvelles comp&eacute;tences.</p> <p>Mes chers coll&egrave;gues, soyez-en fiers, car nous n&rsquo;avons certainement pas emprunt&eacute; la voie la plus facile, mais nous faisons chaque jour la preuve de notre exemplarit&eacute;. <strong>Nous dessinons ensemble le D&eacute;partement du XXI<sup>e </sup>si&egrave;cle</strong>, une grande collectivit&eacute; territoriale en mouvement, moderne, parfaitement g&eacute;r&eacute;e et reconnue comme telle. C&#39;est une bonne chose, m&ecirc;me si l&#39;on peut consid&eacute;rer, en toute humilit&eacute;, que rien n&#39;est jamais parfait et que nous devons toujours &ecirc;tre vigilants &agrave; ne pas oublier de faire notre propre autocritique&hellip; Les remises en cause ou en question, positivement accept&eacute;es, sont souvent les victoires de demain.</p> <p>Alors, je vous souhaite &agrave; tous une semaine de d&eacute;bats politiques constructifs, sereins et bienveillants, porteurs d&rsquo;un horizon collectif enthousiasmant pour le Calvados.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <div>&nbsp;</div> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 4 f&eacute;vrier 2019 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du lundi 10 décembre 2018 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--9.html lun., 10 déc. 2018 15:00:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Notre session va &ecirc;tre tr&egrave;s essentiellement <strong>consacr&eacute;e &agrave; notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires</strong>, afin de pr&eacute;parer le budget de l&rsquo;ann&eacute;e prochaine, dont je vais vous dire naturellement quelques mots. J&rsquo;en profite pour vous demander de bloquer sur vos agendas les lundi 4, mardi 5 et mercredi 6 f&eacute;vrier pour l&rsquo;examen de notre budget 2019.</p> <p>Je viens d&#39;apprendre, il y a quelques jours, la nomination de notre coll&egrave;gue Michel Roca, dans l&#39;Ordre National du M&eacute;rite, au grade de Chevalier ; et je voudrais, en mon nom personnel, au nom de notre amiti&eacute;&nbsp; et au nom de l&#39;Assembl&eacute;e d&eacute;partementale, tr&egrave;s sinc&egrave;rement, lui adresser toutes nos f&eacute;licitations.</p> <p>Aujourd&#39;hui maire de la commune nouvelle de Valdalli&egrave;re, conseiller d&eacute;partemental du canton de Cond&eacute;-sur-Noireau et vice-pr&eacute;sident en charge de notre commission &quot;Enfance, famille, logement et insertion&quot;, Michel consacre toute son &eacute;nergie, ses comp&eacute;tences et ses qualit&eacute;s humaines, au service de ses mandats locaux puisqu&#39;il est, depuis 2015, en retraite.</p> <p>Le parcours de Michel, en tant que m&eacute;decin g&eacute;n&eacute;raliste en milieu rural, mais aussi comme m&eacute;decin-colonel des sapeurs-pompiers, a d&eacute;montr&eacute; tout son engagement au service de nos populations et plus particuli&egrave;rement des personnes en difficult&eacute;.</p> <p>V&eacute;ritable Saint-Bernard de l&#39;action publique, de jour comme de nuit, il a toujours &eacute;t&eacute; disponible pour les autres, tant pour ses patients que pour les interventions d&#39;urgence, r&eacute;pondant &agrave; l&#39;appel du Samu ou des pompiers.</p> <p>Son action au service de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral, toujours en proximit&eacute; des habitants est aujourd&#39;hui salu&eacute;e par cette nomination qui honore sa vie publique et civile.</p> <p>Au-del&agrave; de cet engagement profond au service des autres, Michel d&eacute;fend une vraie vision de l&#39;avenir des territoires, comme en t&eacute;moigne la cr&eacute;ation de cette commune nouvelle.</p> <p>Aujourd&#39;hui, au sein de notre collectivit&eacute;, sans pour autant mettre de c&ocirc;t&eacute; son sourire et son humour qu&#39;on lui conna&icirc;t, Michel Roca, vous le savez, par les responsabilit&eacute;s qui sont les siennes chez nous, partage avec nos services de la solidarit&eacute;, des dossiers et des missions lourds de sens et d&#39;engagement, toujours au plus pr&egrave;s des Calvadosiens qui ont le plus besoin de notre soutien, de notre accompagnement, dans leur quotidien.</p> <p>Encore bravo, cher Michel, pour cette distinction pour laquelle tu m&eacute;rites nos applaudissements.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Mais avant que d&rsquo;aborder ce d&eacute;bat, il y en a un autre, d&rsquo;une tout autre &eacute;chelle, qui traverse notre pays depuis le 17 novembre et dont la gravit&eacute; ne peut que tous nous inqui&eacute;ter.</p> <p>Bien s&ucirc;r, je parle l&agrave; du <strong>mouvement des &laquo;&nbsp;gilets jaunes&nbsp;&raquo;</strong>.&nbsp;La contestation est n&eacute;e, au tout d&eacute;but, du simple refus de la hausse annonc&eacute;e de la fiscalit&eacute; sur les carburants pour financer la transition &eacute;cologique. Mais exacerb&eacute;e par la question du pouvoir d&#39;achat, sur fond de m&eacute;pris ressenti par nombre d&#39;habitants des zones rurales et p&eacute;riurbaines, elle est en passe de se muer en <strong>une crise majeure de la d&eacute;mocratie et des institutions</strong> m&ecirc;mes de notre R&eacute;publique.</p> <p>Il y a eu des d&eacute;bordements graves et violents, qu&rsquo;il faut strictement condamner. De samedi en samedi, apr&egrave;s des semaines &eacute;maill&eacute;es par des blocages quotidiens un peu partout sur le territoire, la violence monte chaque fois, me semble-t-il, d&#39;un cran. Paris a &eacute;t&eacute; le th&eacute;&acirc;tre de v&eacute;ritables sc&egrave;nes de &laquo;&nbsp;gu&eacute;rilla urbaine&nbsp;&raquo;. L&rsquo;Arc de Triomphe a &eacute;t&eacute; tagu&eacute; et saccag&eacute;, les grilles du jardin des Tuileries ont &eacute;t&eacute; arrach&eacute;es, des dizaines de v&eacute;hicules incendi&eacute;s, des magasins pill&eacute;s... Au Puy-en-Velay, la pr&eacute;fecture a &eacute;t&eacute; partiellement incendi&eacute;e, fait symbolique &eacute;videmment fort et heureusement rare mais tr&egrave;s inqui&eacute;tant dans une R&eacute;publique. Des affrontements violents ont aussi eu lieu &agrave; Toulouse, Calais, Tours, Saint-Etienne, et le week-end dernier Bordeaux. &Agrave; Lyon, le plan Orsec a &eacute;t&eacute; d&eacute;clench&eacute;. Des menaces de mort ont &eacute;t&eacute; prof&eacute;r&eacute;es &agrave; l&rsquo;encontre de divers repr&eacute;sentants nationaux de la nation, tout autant qu&rsquo;&agrave; l&rsquo;encontre de plusieurs gilets jaunes eux-m&ecirc;mes, parce qu&rsquo;ils avaient &eacute;t&eacute; invit&eacute;s &agrave; une r&eacute;union &agrave; Matignon.</p> <p>Nous-m&ecirc;mes dans le Calvados, en tant que gestionnaires de la voirie d&eacute;partementale, nous sommes en passe de subir <strong>plus de 200&nbsp;000 euros de d&eacute;g&acirc;ts et de d&eacute;gradations</strong>, tout en maintenant mobilis&eacute;s pour un cumul de pr&egrave;s de 1&nbsp;000 heures suppl&eacute;mentaires, nos agents d&rsquo;exploitation des routes. &Eacute;galement, l&rsquo;un de nos coll&egrave;gues a &eacute;t&eacute; agress&eacute; je crois &agrave; la bombe lacrymog&egrave;ne, il y a quelques jours.</p> <p>Tout cela est vrai, <strong>c&rsquo;est le visage malheureux du mouvement</strong>. Mais nous qui sommes des &eacute;lus de proximit&eacute;, nous qui avons ce lien tr&egrave;s direct avec les habitants de nos cantons, nous qui sommes cinquante d&rsquo;entre eux autant qu&rsquo;ils sont 709&nbsp;436 d&rsquo;entre nous, nous savons que <strong>le mouvement des &laquo;&nbsp;gilets jaunes&nbsp;&raquo; est fondamentalement un mouvement pacifique</strong>. Il ne se r&eacute;duit pas &agrave; ces d&eacute;bordements, quel que soit le niveau d&rsquo;exc&egrave;s inacceptable de ces derniers.</p> <p>Nous pouvons t&eacute;moigner des femmes et des hommes qui d&eacute;filent quasi quotidiennement en gilet jaune, car vous le savez bien, ils sont nos voisins et nos commer&ccedil;ants de proximit&eacute;, des m&egrave;res et des p&egrave;res de famille que nous connaissons. La foule bien s&ucirc;r g&eacute;n&egrave;re sur eux un effet d&rsquo;entra&icirc;nement qui les conduit parfois &agrave; d&eacute;passer leurs intentions.</p> <p>La seconde erreur serait de croire que le mouvement est marginal, en voie d&rsquo;essoufflement, consid&eacute;rant qu&rsquo;au fond il n&rsquo;y a dans tout le pays que quelques dizaines de milliers de manifestants. C&rsquo;est vrai, il n&rsquo;y a eu samedi dernier &laquo;&nbsp;que&nbsp;&raquo; 136 000 manifestants contre 166 000 le 24 novembre. Mais ce n&rsquo;est pas un mouvement traditionnel, encadr&eacute; par des corps interm&eacute;diaires et notamment des syndicats rompus &agrave; l&rsquo;organisation de manifestations classiques. Ceux qui manifestent ne sont, me semble-t-il, que la pointe de l&rsquo;iceberg.</p> <p>C&rsquo;est un mouvement sans leader, n&eacute; sur les r&eacute;seaux sociaux, in&eacute;dit &agrave; cet &eacute;gard, et qui y vibre toujours avec une tr&egrave;s forte intensit&eacute;. C&rsquo;est un mouvement qui s&#39;appuie, selon les sondages, sur <strong>le soutien, pour l&rsquo;instant, &agrave; peu pr&egrave;s constant de 70 &agrave; 80 % de l&#39;opinion publique</strong>, ce qui est tout de m&ecirc;me extr&ecirc;mement &eacute;lev&eacute; et ne peut nous laisser indiff&eacute;rent en tant qu&rsquo;&eacute;lus locaux.</p> <p>Je ne cherche pas &agrave; asseoir le mouvement en en rendant ainsi compte ici. Avec l&rsquo;impartialit&eacute; et la dignit&eacute; de mon r&ocirc;le de repr&eacute;sentation des habitants du Calvados, je ne souhaite vraiment qu&rsquo;une seule chose&nbsp;: <strong>que le gouvernement prenne la juste mesure de la col&egrave;re qui anime le pays</strong>, et surtout qu&rsquo;il ne choisisse pas de favoriser le pourrissement de la situation d&rsquo;ici &agrave; esp&eacute;rer un essoufflement des gilets jaunes, car l&rsquo;effet serait en mon avis totalement contraire.</p> <p>&Agrave; partir de l&agrave;, si on reconna&icirc;t que le mouvement des gilets jaunes est intense, profond quoique prot&eacute;iforme, et qu&rsquo;il est fondamentalement anim&eacute; par une population que je vais qualifier de &laquo;&nbsp;r&eacute;guli&egrave;re&nbsp;&raquo;, et pacifique, soutenue par l&rsquo;opinion publique, alors peut-&ecirc;tre se donne-t-on la possibilit&eacute; d&rsquo;&eacute;couter, de comprendre et de d&eacute;faire le climat de d&eacute;fiance qui s&rsquo;est install&eacute;.</p> <p>Il y a urgence. J&rsquo;ai quelque fois l&rsquo;impression que <strong>La France est en train de se tirer une balle dans le pied</strong>. Rendez-vous compte. L&rsquo;ann&eacute;e 2018 aura &eacute;t&eacute; marqu&eacute;e au printemps, entre avril et jusqu&rsquo;&agrave; fin juin, par une terrible gr&egrave;ve de la SNCF, et accessoirement d&rsquo;Air France, et elle est en passe de s&rsquo;achever sur un mouvement qui voit peu &agrave; peu converger la gr&egrave;ve des lyc&eacute;ens depuis le 30 novembre, la gr&egrave;ve des transports routiers depuis le 9 d&eacute;cembre, ainsi qu&rsquo;une mobilisation qui commence &agrave; fr&eacute;mir chez les &eacute;tudiants et dans la fonction publique territoriale &agrave; l&rsquo;appel de certains syndicats.</p> <p><strong>L&rsquo;addition des col&egrave;res</strong> pourrait faire, vous le savez, basculer le pays tout entier et nous jeter dans l&rsquo;inconnu.</p> <p>En novembre, le moral des m&eacute;nages a atteint son plus bas niveau depuis f&eacute;vrier 2015. Alors que le gouvernement table sur un fr&eacute;missement timide de la croissance fran&ccedil;aise en 2019, ce qui est une donn&eacute;e importante pour comprendre tout &agrave; l&rsquo;heure l&rsquo;environnement de notre d&eacute;bat d&rsquo;orientation budg&eacute;taire, <strong>le mouvement des gilets jaunes risque de peser sur la consommation</strong> et donc sur l&#39;activit&eacute;, en poussant les Fran&ccedil;ais &agrave; accro&icirc;tre leur &eacute;pargne de pr&eacute;caution. D&eacute;j&agrave;, on entend dire qu&rsquo;il faut s&rsquo;attendre &agrave; une baisse de 15 &agrave; 25 % des transactions dans la grande distribution, une chute de 20 &agrave; 40 % dans le commerce de d&eacute;tail et de 15 % pour certains march&eacute;s de gros et de marchandise fra&icirc;che. De nombreux commer&ccedil;ants et artisans ne se rel&egrave;veront pas si leur chiffre d&rsquo;affaires, qui se joue parfois sur quelques semaines entre novembre et d&eacute;cembre, ne se r&eacute;tablit pas d&eacute;sormais tr&egrave;s vite.</p> <p>Pour apaiser les tensions, il faut, je crois, d&eacute;crypter que <strong>le n&oelig;ud de coh&eacute;sion du mouvement, au fond, c&rsquo;est avant toute chose un ressentiment accumul&eacute;</strong>, d&ucirc; &agrave; un manque de consid&eacute;ration au plus haut niveau de notre R&eacute;publique. Une batterie de petites phrases bien maladroites et des postures un tant soit peu distantes, ont &eacute;t&eacute; v&eacute;cues par une frange de la population fran&ccedil;aise comme des provocations symboliques. Elles ont, me semble-t-il, aviv&eacute; une col&egrave;re latente. Nous-m&ecirc;mes, que ce soit dans notre assembl&eacute;e d&eacute;partementale, au Congr&egrave;s des D&eacute;partements de France ou lors de l&rsquo;Appel de Marseille aux c&ocirc;t&eacute;s des autres grandes associations d&rsquo;&eacute;lus locaux, nous n&rsquo;avons eu de cesse d&rsquo;alerter le gouvernement sur sa trop forte verticalit&eacute;, sur sa d&eacute;connexion vis-&agrave;-vis des r&eacute;alit&eacute;s de terrain, sur son d&eacute;sir presque romanesque de b&acirc;tir un monde nouveau au risque d&rsquo;ignorer ou m&ecirc;me de d&eacute;nigrer beaucoup de l&rsquo;h&eacute;ritage et de l&rsquo;&eacute;quilibre du monde d&rsquo;aujourd&rsquo;hui.</p> <p>La t&acirc;che du Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique, dans un pays hyper endett&eacute; et qui doit absolument &ecirc;tre profond&eacute;ment r&eacute;form&eacute;, n&rsquo;est pas facile. Il y a bien des propositions et des actions qu&rsquo;il engage avec lesquelles je suis d&rsquo;accord, et m&ecirc;me je crois pouvoir dire, nous sommes tous d&rsquo;accord.</p> <p>C&rsquo;est une sorte d&rsquo;affrontement entre le haut et le bas, vous le savez ce qu&rsquo;on appelle le top-down, auquel nous assistons, direct car non amorti, non organis&eacute;, non canalis&eacute; par des corps interm&eacute;diaires ou des organisations collectives.</p> <p>C&rsquo;est cela qui m&rsquo;inqui&egrave;te aujourd&rsquo;hui le plus, tant <strong>cette situation en dit long sur l&rsquo;&eacute;tat de nos institutions</strong>. Avec le d&eacute;veloppement des moyens modernes de communication, avec l&rsquo;&eacute;mergence d&rsquo;une soci&eacute;t&eacute; de l&rsquo;information, permanente et imm&eacute;diate, avec l&rsquo;av&egrave;nement d&rsquo;une sorte de modernit&eacute; individuelle, form&eacute;e par des citoyens ayant achev&eacute; de conqu&eacute;rir leurs libert&eacute;s fondamentales et de s&rsquo;affranchir de bien des carcans soci&eacute;taux, on aurait pu croire que nous nous dirigerions vers une d&eacute;mocratie mature, douce, plus participative et d&eacute;lib&eacute;rative. Cela pouvait appara&icirc;tre comme allant dans le sens de l&rsquo;Histoire.</p> <p>Au lieu de cela, <strong>la politique sans corps interm&eacute;diaire nous fait rentrer de plein fouet dans une d&eacute;mocratie plus que jamais immature</strong>, compos&eacute;e d&rsquo;individus submerg&eacute;s par leurs col&egrave;res. Telles que les choses se pr&eacute;sentent, il n&rsquo;est pas dit que la &laquo;&nbsp;R&eacute;publique 3.0&nbsp;&raquo; ait beaucoup &agrave; gagner en d&eacute;mocratie. Au contraire, il semble m&ecirc;me qu&rsquo;elle porte en elle les germes d&rsquo;un certain populisme. Je partage les propos de Claude Malhuret prononc&eacute;s il y a quelques jours au S&eacute;nat sur le fait que sur les r&eacute;seaux sociaux, la devise semble &ecirc;tre &laquo;&nbsp;je hais donc je suis&nbsp;&raquo;.</p> <p>Ce n&rsquo;est pas propre &agrave; la France. Cela proc&egrave;de de quelque chose de plus g&eacute;n&eacute;ral, nourri par les v&eacute;rit&eacute;s alternatives de Donald Trump, Jair Bolsonaro, Victor Orban&hellip;.</p> <p>Chers coll&egrave;gues, portons ensemble le rappel que les interm&eacute;diaires politiques sont peu ou prou des garanties d&eacute;mocratiques, des sortes de mod&eacute;rateurs face &agrave; une &eacute;ventuelle d&eacute;mocratie directe, voire imm&eacute;diate. Mus par l&rsquo;amour que nous portons pour nos territoires et les habitants qui les composent, mus par notre engagement de diligence, de dignit&eacute;, de probit&eacute; et d&rsquo;int&eacute;grit&eacute;, faisons vivre ensemble la plus belle des d&eacute;mocraties, celle de l&rsquo;action publique locale qui reste encore, il me semble, un champ immense et enthousiasmant, un champ &agrave; cultiver, o&ugrave; le bon laboureur peut encore faire lever le grain d&rsquo;un avenir collectif et fertile.</p> <p>Pour sortir de la crise qui traverse notre d&eacute;mocratie, <strong>au niveau national</strong>, je porterai dans cet esprit le conseil de redonner pleine vie aux collectivit&eacute;s territoriales et &agrave; la repr&eacute;sentation &eacute;lue au scrutin universel direct d&rsquo;assembl&eacute;es de citoyens, telles que celle que nous composons ensemble aujourd&rsquo;hui et qui reste l&rsquo;h&eacute;ritage vibrant de la R&eacute;volution fran&ccedil;aise.</p> <p>L&rsquo;&Eacute;tat central, hors r&eacute;galien, doit fondamentalement se r&eacute;former et faire sa v&eacute;ritable mutation culturelle aboutissant &agrave; une relation de confiance dans les collectivit&eacute;s locales.</p> <p><strong>Au niveau local</strong>, vous me connaissez assez pour ne pas &ecirc;tre surpris de ce message, puisse chacun garder toujours pour unique finalit&eacute; l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral du territoire qu&rsquo;il repr&eacute;sente &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle globale de sa collectivit&eacute; territoriale, et mettre son &eacute;nergie dans la r&eacute;alisation concr&egrave;te de politiques publiques lisibles, davantage que dans la communication de ses intentions. Puisse chacun reconna&icirc;tre que l&rsquo;action publique est souvent complexe, &agrave; l&rsquo;image des sujets qu&rsquo;elle adresse, et que ses effets ne sont que rarement imm&eacute;diats, sans pour autant renoncer ni &agrave; la p&eacute;dagogie, ni &agrave; la juste conjugaison politique entre le court terme et le long terme.</p> <p>Dans ce paysage troubl&eacute;, j&rsquo;ai du moins un certain espoir. C&rsquo;est que quelque part, <strong>les D&eacute;partements peuvent appara&icirc;tre comme r&eacute;solument modernes</strong>. Avec une v&eacute;ritable l&eacute;gitimit&eacute; d&eacute;mocratique, avec encore aujourd&rsquo;hui une r&eacute;elle autonomie locale pour adapter les politiques publiques &agrave; la r&eacute;alit&eacute; d&rsquo;un territoire, avec une juste &eacute;chelle entre le local et le national, les D&eacute;partements peuvent &ecirc;tre les piliers r&eacute;silients pour reconstruire ensemble, une belle et int&eacute;grative R&eacute;publique des territoires.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Encore faut-il qu&rsquo;ils en aient demain encore les moyens. &Agrave; cet &eacute;gard, il faut reconna&icirc;tre que la situation est tr&egrave;s contrast&eacute;e d&rsquo;un D&eacute;partement &agrave; un autre et que beaucoup envient celle du D&eacute;partement du Calvados.</p> <p>Et pour cause. Au sortir d&rsquo;une d&eacute;cennie marqu&eacute;e par la crise financi&egrave;re, notre D&eacute;partement est en passe de solidement r&eacute;tablir ses marges budg&eacute;taires. S&eacute;bastien Leclerc, Xavier Charles et Claude Leteurtre vous exposeront tout &agrave; l&rsquo;heure les grands &eacute;quilibres de notre d&eacute;bat d&rsquo;orientation budg&eacute;taire pour l&rsquo;exercice 2019. Retenons d&rsquo;ores et d&eacute;j&agrave; quelques marqueurs.</p> <p><strong>Notre &eacute;pargne de gestion va progresser de 17 %</strong>, c&rsquo;est trois&nbsp;fois mieux que la moyenne des autres D&eacute;partements, et notre &eacute;pargne nette progressera m&ecirc;me de plus de 50 %&nbsp;! Par suite, <strong>nos investissements vont augmenter de 20 %</strong>, c&rsquo;est quatre fois plus que la moyenne des autres D&eacute;partements et cette hausse se prolongera encore l&rsquo;ann&eacute;e suivante jusqu&rsquo;&agrave; nous permettre d&rsquo;atteindre, si l&rsquo;environnement &eacute;conomique se maintient, une capacit&eacute; d&rsquo;investissement de 150 millions d&rsquo;euros par an. <strong>Notre endettement va diminuer de 11,5 %</strong>, c&rsquo;est sept fois mieux que la moyenne des autres D&eacute;partements, et &agrave; cet &eacute;gard d&rsquo;ailleurs, notre dette se confirme comme l&rsquo;une des plus performantes et ma&icirc;tris&eacute;es de France, puisqu&rsquo;elle est totalement s&eacute;curis&eacute;e, au taux moyen de 1,7 %, et elle est d&eacute;sormais 40 % inf&eacute;rieure &agrave; la dette moyenne des D&eacute;partements de notre strate.</p> <p>Ces param&egrave;tres nous permettent de pr&eacute;senter <strong>un budget globalement en hausse de 3,7 %</strong>, ce qui repr&eacute;sente tout de m&ecirc;me une marge nouvelle de 28 millions d&rsquo;euros, tout en respectant parfaitement le plafonnement l&eacute;gal de nos d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement. Vous savez que ce plafond est fix&eacute; par le l&eacute;gislateur &agrave; 1,2 % par an. Dans le budget que nous pr&eacute;parons, nous sommes &agrave; 0,3 % ou 0,9 %, selon que l&rsquo;on retraite ou pas les d&eacute;penses obligatoires que nous engagerons pour suivre l&rsquo;augmentation toujours vertigineuse du nombre de mineurs &eacute;trangers non accompagn&eacute;s que nous devons mettre &agrave; l&rsquo;abri.</p> <p>En mati&egrave;re de fonctionnement, la hausse de nos d&eacute;penses courantes se limitera &agrave; 6,5 millions d&rsquo;euros, qui s&rsquo;expliquent par seulement trois choses&nbsp;:</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>d&rsquo;abord et principalement, la prise en charge de ces jeunes migrants &agrave; hauteur de 4,5 millions d&rsquo;euros, soit plus des deux tiers de l&rsquo;&eacute;volution de notre budget de fonctionnement&nbsp;;</li> <li>puis la hausse forfaitaire du RSA &agrave; hauteur de 1,2 million d&rsquo;euros&nbsp;;</li> <li>enfin la hausse de la masse salariale contenue &agrave; hauteur de seulement 1 million d&rsquo;euros.</li> </ul> <p>L&rsquo;augmentation de nos d&eacute;penses de fonctionnement sera donc, vous le comprenez, tr&egrave;s essentiellement le fruit de d&eacute;cisions exog&egrave;nes qui s&rsquo;imposent &agrave; nous. Nous avons calcul&eacute; que depuis 2009, <strong>la pression des normes nationales</strong> sur les D&eacute;partements a pes&eacute; pour 8,8 milliards d&rsquo;euros. En 2018, ce ne sont pas moins de 355 projets de textes qui ont &eacute;t&eacute; examin&eacute;s par le Comit&eacute; national d&rsquo;&eacute;valuation des normes.&nbsp;</p> <p>Tenez, par exemple, rien que la mise en place du pr&eacute;l&egrave;vement &agrave; la source nous co&ucirc;te 240&nbsp;000 euros. Le retrait sec de l&rsquo;&Eacute;tat sur la maintenance et l&rsquo;&eacute;quipement informatiques des coll&egrave;ges nous co&ucirc;te 330&nbsp;000 euros. La d&eacute;mat&eacute;rialisation obligatoire de la cha&icirc;ne comptable nous co&ucirc;te 400&nbsp;000 euros.</p> <p>Alors apr&egrave;s, l&rsquo;&Eacute;tat a bon dos de pr&eacute;senter de son c&ocirc;t&eacute; pour l&rsquo;ann&eacute;e prochaine un budget dont la hausse est limit&eacute;e &agrave; 0,6 %, histoire de montrer qu&rsquo;il se donne une contrainte deux fois plus difficile que celle qu&rsquo;il impose aux collectivit&eacute;s territoriales. Sauf que, dans cette contrainte, les d&eacute;s sont pip&eacute;s. D&rsquo;une part, parce que beaucoup des d&eacute;penses courantes de l&rsquo;&Eacute;tat se sont donc d&eacute;fauss&eacute;es sur les collectivit&eacute;s territoriales. D&rsquo;autre part, parce que de son c&ocirc;t&eacute;, l&rsquo;&Eacute;tat a plafonn&eacute; la hausse des minima sociaux dont il a la charge (que ce soit les APL, les allocations familiales ou encore les retraites) &agrave; 0,3 %. En revanche, le RSA, qui est pay&eacute; je le rappelle par les D&eacute;partements, augmentera lui au m&ecirc;me niveau que l&rsquo;inflation, soit probablement de 1,3 %.</p> <p><strong>La relation entre l&rsquo;&Eacute;tat et les collectivit&eacute;s territoriales reste profond&eacute;ment insinc&egrave;re</strong>. J&rsquo;en veux une autre illustration. Le 13 septembre 2018, le chef de l&rsquo;&Eacute;tat a d&eacute;voil&eacute; son &laquo; plan pauvret&eacute; &raquo;. Il y annonce une obligation nouvelle pour les D&eacute;partements d&rsquo;<strong>accompagner tous les jeunes majeurs de 18 &agrave; 21 ans sortis de l&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance</strong>. Qu&rsquo;il y ait l&agrave; un besoin, je suis tout &agrave; fait d&rsquo;accord. Car entre la fin de l&rsquo;obligation d&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance &agrave; 18 ans et l&rsquo;acquisition des droits au RSA &agrave; 25 ans, il y a comme un trou dans la raquette. On ne peut raisonnablement pas demander &agrave; des jeunes parmi les plus fragiles de notre soci&eacute;t&eacute;, d&rsquo;acqu&eacute;rir le jour de leurs 18 ans d&rsquo;un coup leur pleine autonomie.</p> <p>Sauf que derri&egrave;re le constat partag&eacute; et l&rsquo;&eacute;lan que tous les D&eacute;partements forgent avec le chef de l&rsquo;&Eacute;tat, il s&rsquo;av&egrave;re que l&rsquo;objectif n&rsquo;est que de suivre <strong>3&nbsp;000 jeunes dans toute la France</strong>, avec une enveloppe de 50 millions d&rsquo;euros pour toute la France.</p> <p>J&rsquo;ai fait un rapide calcul, vous pouvez le faire aussi. Le Calvados p&egrave;se 1,1 % de la population fran&ccedil;aise. Proportionnellement, la prise en charge des 18-21 ans &agrave; l&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance se r&eacute;duirait donc chez nous &agrave;&hellip; seulement 33 jeunes&nbsp;? Par ailleurs, l&rsquo;exp&eacute;rience nous permet d&rsquo;affirmer qu&rsquo;une telle prise en charge co&ucirc;te en moyenne 30&nbsp;000 euros par an et par jeune. Mais alors dans ce cas, ce n&rsquo;est pas 50 millions d&rsquo;euros qu&rsquo;il faudrait pour suivre 3&nbsp;000 jeunes, mais 90 millions d&rsquo;euros.</p> <p>Tout cela, je vais vous le dire, ce ne sont que des annonces, du marketing politique, et les Fran&ccedil;ais, qui en ont bien conscience, n&rsquo;en peuvent plus.</p> <p>Entre temps, et heureusement, les D&eacute;partements agissent. Il se trouve qu&rsquo;ils prennent d&eacute;j&agrave; en charge 21&nbsp;000 contrats jeunes majeurs. Le n&ocirc;tre en a m&ecirc;me 278 actuellement, &agrave; lui seul, dont 110 contrats pour de jeunes migrants. C&rsquo;est donc pratiquement huit fois plus que l&rsquo;objectif, soit disant nouveau, que nous donnera l&rsquo;&Eacute;tat l&rsquo;ann&eacute;e prochaine.</p> <p>Et tout va ainsi. Quand d&rsquo;un c&ocirc;t&eacute; l&rsquo;&Eacute;tat met en place un fonds de secours de 115 millions d&rsquo;euros qui profitera aux D&eacute;partements les plus en difficult&eacute;, au m&ecirc;me moment il d&eacute;cide unilat&eacute;ralement de l&rsquo;augmentation du RSA qui co&ucirc;tera pratiquement autant &agrave; l&rsquo;ensemble des D&eacute;partements.</p> <p>Si nos perspectives budg&eacute;taires pour l&rsquo;exercice 2019 sont favorables, il nous faut donc de nouveau savoir raison garder et rester prudents. La r&eacute;forme annonc&eacute;e de la fiscalit&eacute; locale, l&rsquo;accroissement de la p&eacute;r&eacute;quation horizontale, le transfert mal compens&eacute; de nouvelles comp&eacute;tences ou le simple retournement du march&eacute; de l&rsquo;immobilier peuvent en quelques mois bouleverser nos &eacute;quilibres actuels.</p> <p>Tr&egrave;s concr&egrave;tement, un amendement adopt&eacute; jeudi dernier dans le projet de loi de finances va <strong>nous ponctionner 2,6 millions d&rsquo;euros</strong> suppl&eacute;mentaires afin de les reverser &agrave; d&rsquo;autres D&eacute;partements, au titre de la p&eacute;r&eacute;quation horizontale, ce que nous n&rsquo;avions pas int&eacute;gr&eacute; dans les simulations qui vous ont &eacute;t&eacute; adress&eacute;es il y a quinze jours. C&rsquo;est le revers de notre bonne sant&eacute; budg&eacute;taire, ne nous en plaignons pas, mais vous voyez que les &eacute;quilibres peuvent rapidement &ecirc;tre modifi&eacute;s.</p> <p>Pour l&rsquo;heure, ce qui est certain, c&rsquo;est que <strong>l&rsquo;ann&eacute;e prochaine nous n&rsquo;augmenterons toujours pas les imp&ocirc;ts locaux</strong>, tenant l&agrave; notre engagement de ne pas les augmenter tout au long de notre mandature, afin de pr&eacute;server le pouvoir d&rsquo;achat de nos concitoyens. Les cinq D&eacute;partements normands ont pris conjointement le m&ecirc;me engagement, mais je peux vous dire que ce n&rsquo;est plus le cas d&rsquo;une majorit&eacute; de D&eacute;partements.</p> <p>D&eacute;finitivement, avec la baisse de ses d&eacute;penses de structure, la hausse de son &eacute;pargne et de ses investissements, son d&eacute;sendettement, le gel des imp&ocirc;ts locaux et la performance reconnue de son dialogue de gestion, nous pouvons affirmer avec de tr&egrave;s nombreux observateurs et analystes nationaux, que <strong>notre D&eacute;partement est l&rsquo;un des mieux g&eacute;r&eacute;s de France</strong>.</p> <p>Nous en r&eacute;colterons le fruit, en r&eacute;ussissant l&rsquo;ann&eacute;e prochaine &agrave; augmenter de 15 % les cr&eacute;dits d&rsquo;investissement d&eacute;di&eacute;s &agrave; la r&eacute;novation courante des routes d&eacute;partementales, mais aussi en augmentant de 300&nbsp;000 euros nos investissements pour les pistes cyclables et autant pour les aides aux agriculteurs, en engageant une nouvelle politique publique d&rsquo;aides aux commerces de proximit&eacute; dot&eacute;e de 500&nbsp;000 euros par an, en augmentant de 2 millions d&rsquo;euros les cr&eacute;dits d&eacute;di&eacute;s &agrave; l&rsquo;&eacute;ducatif num&eacute;rique dans nos coll&egrave;ges, en cr&eacute;ant une nouvelle aide aux territoires pour lutter contre les inondations, dans le cadre de ce que l&rsquo;on appelle la comp&eacute;tence GEMAPI, &eacute;galement dot&eacute;e de 2 millions d&rsquo;euros. Nous engagerons de grands projets, comme le remplacement du Pont de Colombelles pour 4,5 millions d&rsquo;euros, l&rsquo;am&eacute;lioration de la liaison Caen Flers pour 19 millions d&rsquo;euros, la rectification des virages de Truttemer-le-Grand pour 5,5 millions d&rsquo;euros, la cr&eacute;ation d&rsquo;une maison d&eacute;partementale des sports pour 3 millions d&rsquo;euros, l&rsquo;adaptation des logements pour le maintien &agrave; domicile des personnes &acirc;g&eacute;es et des personnes en situation de handicap avec une autorisation de programme de 10 millions d&rsquo;euros. Nous d&eacute;bloquerons des dossiers compliqu&eacute;s comme la r&eacute;novation de l&rsquo;iconique jet&eacute;e en bois du port de Deauville en votant une autorisation de programme de 2,4 millions d&rsquo;euros. Nous r&eacute;noverons le coll&egrave;ge d&rsquo;Isigny-sur-Mer pour 2,5 millions d&rsquo;euros et le gymnase de Livarot pour 600&nbsp;000 euros. Enfin, je ne reviendrai pas sur les choses d&eacute;j&agrave; engag&eacute;es. Je veux parler, pour m&eacute;moire, de notre enveloppe sur les projets en cours ou &agrave; venir autour du 75<sup>e</sup> anniversaire du D&eacute;barquement ou encore de celle au titre des projets rayonnants.</p> <p>Notre bonne sant&eacute; budg&eacute;taire nous permettra d&rsquo;accompagner des projets tr&egrave;s sp&eacute;cifiques, comme l&rsquo;accueil scolaire d&rsquo;un enfant de la Lune, souffrant de cette maladie tr&egrave;s rare lui d&eacute;fendant strictement toute exposition aux rayons solaires. Nous allons l&rsquo;ann&eacute;e prochaine mener 100&nbsp;000 euros de travaux pour adapter le coll&egrave;ge Varignon &agrave; H&eacute;rouville-Saint-Clair et permettre &agrave; cet enfant d&rsquo;effectuer normalement sa rentr&eacute;e en sixi&egrave;me, en septembre prochain.</p> <p>Souvenez-vous, en janvier 2016, lors de l&rsquo;adoption du premier budget de notre mandature, je vous avais pr&eacute;venu que, toutes choses &eacute;gales par ailleurs, les efforts de gestion auxquels nous nous adonnions nous permettraient en seconde partie de mandat, de d&eacute;gager des marges nouvelles pour assurer un d&eacute;veloppement harmonieux et solidaire du Calvados. Mes chers coll&egrave;gues, notre d&eacute;bat d&rsquo;orientation budg&eacute;taire pour l&rsquo;exercice 2019 est la preuve que nous avons tenu cet engagement, et je crois que nous pouvons en &ecirc;tre collectivement tr&egrave;s fiers.</p> <p>J&rsquo;en ai termin&eacute; avec ce propos introductif, qui porte t&eacute;moignage de l&rsquo;ampleur des r&eacute;alisations que nous allons pouvoir mener ensemble. Au vu de ce que nous permettent de faire en investissement les marges budg&eacute;taires retrouv&eacute;es de notre D&eacute;partement, il me semble que nous pourrons contribuer &agrave; amortir la terrible crise sociale qui traverse notre pays, et redonner confiance &agrave; nos concitoyens, en l&rsquo;efficacit&eacute; d&rsquo;une action publique de proximit&eacute;, tourn&eacute;e vers les solidarit&eacute;s sociales et territoriales.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <div>&nbsp;</div> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 10 d&eacute;cembre 2018 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Inauguration de la déviation de Sainte-Honorine-la-Chardronnette https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-la-deviation-de.html jeu., 29 nov. 2018 11:30:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Voil&agrave;, pour l&#39;Histoire avec un grand &quot;H&quot;&hellip; Mais, ce qui nous int&eacute;resse, ce matin, c&#39;est la petite histoire de cette d&eacute;viation ouverte maintenant depuis quelques semaines.</p> <p>Je crois que depuis que je suis au D&eacute;partement, j&#39;ai toujours entendu parler de ce projet d&#39;am&eacute;nagement de Sainte- Honorine-la-Chardronnette. Je me souviens qu&#39;&agrave;&nbsp; chacune de nos sessions budg&eacute;taires, au milieu des ann&eacute;es 2000, il en a toujours &eacute;t&eacute; question.</p> <p>Aujourd&#39;hui, nous y sommes. Je le dis souvent, les projets d&#39;am&eacute;nagement demandent du temps, beaucoup de temps, de la constance dans les d&eacute;cisions, de la rigueur dans les proc&eacute;dures et surtout beaucoup de d&eacute;termination.</p> <p>Ce projet de d&eacute;viation a &eacute;t&eacute; d&eacute;clar&eacute; d&#39;utilit&eacute; publique en juin 2007 et prorog&eacute; en 2012, puis jusqu&#39;&agrave; l&#39;&eacute;t&eacute; 2017, pour un co&ucirc;t estim&eacute;, en 2 x 2 voies,&nbsp; de plus de 16 millions d&#39;euros, comprenant alors 24 hectares d&#39;emprises fonci&egrave;res n&eacute;cessaires pour le r&eacute;aliser.</p> <p>Comme vous le savez, il a &eacute;t&eacute; revu apr&egrave;s 2012, suite &agrave; la mise en place d&#39;un groupe de travail, charg&eacute; de faire des propositions sur l&#39;ensemble des grands projets d&#39;am&eacute;nagement de notre r&eacute;seau routier d&eacute;partemental.</p> <p>Et, nous avons donc d&eacute;cid&eacute; de reprendre ce dossier en 2 x 1 voies, tout en conservant son caract&egrave;re &eacute;volutif dans le temps (2 x 2) puisque nous disposons, &agrave; ce jour, comme je le disais, des emprises.</p> <p>Au fil du temps, ce projet d&#39;am&eacute;nagement, tr&egrave;s souhait&eacute;, est devenu beaucoup plus raisonnable, puisqu&#39;au final, son co&ucirc;t global est de 4,5 millions d&#39;euros pour 10 hectares utilis&eacute;s.</p> <p>Je ne reviendrais pas sur les diff&eacute;rentes phases d&#39;am&eacute;nagement de ces derni&egrave;res ann&eacute;es et depuis 2012. Et, sur les diverses autorisations obtenues, notamment celle au titre de la loi sur l&#39;eau, en 2015.</p> <p>Plusieurs fouilles arch&eacute;ologiques ont &eacute;galement &eacute;t&eacute; n&eacute;cessaires sur certaines zones de travaux, apr&egrave;s des sondages diagnostics, r&eacute;alis&eacute;s eux, en 2013. Les derni&egrave;res fouilles (assez riches <em>et tr&egrave;s ch&egrave;res !)</em> se sont achev&eacute;es fin 2017.</p> <p>Le giratoire entre les RD513 et 223, que l&#39;on appelle &quot;carrefour pyramide&quot;, ainsi que divers am&eacute;nagements de s&eacute;curit&eacute; dans le secteur du carrefour Lazzaro ont &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s en 2016.</p> <p>En 2017, nous avons poursuivi les travaux de d&eacute;viation, avec notamment la mise en place de bandes multifonctions ainsi que le giratoire sur la RD223, et la liaison neuve entre la RD223 et la RD513.</p> <p>Enfin, le raccordement sur la RD513, vers H&eacute;rouvillette, a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; en dernier lieu, pour une mise en service totale de cet &eacute;quipement, cet automne, il y a maintenant quelques semaines.</p> <p>Merci donc aux entreprises Eurovia, Colas, Eiffage, Mastellotto-Perez pour leurs interventions sur ces diff&eacute;rentes phases de travaux.</p> <p>Je sais que sur ce chantier, particulier dans sa dur&eacute;e, il a fallu faire preuve de beaucoup de patience, de beaucoup de diplomatie.</p> <p>Et, je voudrais remercier Olivier Colin d&#39;avoir &eacute;t&eacute; de toutes les r&eacute;unions, d&#39;avoir donn&eacute; de son temps, de sa capacit&eacute; d&#39;&eacute;coute et d&#39;explications ; merci pour ta mobilisation de chaque instant sur ce dossier, pour avoir initi&eacute; et d&eacute;fendu le principe du passage de 2x2 voies &agrave; 2x1 voies, dans un travail toujours constructif et de dialogue avec chacune des parties prenantes, notamment avec &quot;SOS DEVIATION&quot; de Sainte-Honorine, son pr&eacute;sident et ses membres.</p> <p>Cette association a toujours &eacute;t&eacute; tr&egrave;s mobilis&eacute;e, mais aussi, et je dois le dire, pour nous, un tr&egrave;s bon interlocuteur. Je voudrais, &agrave; ce moment d&#39;inauguration, les remercier pour leur participation active et tr&egrave;s efficace sur ce dossier.</p> <p>Vous le savez, avec le contexte de pression fonci&egrave;re car ici, nous sommes, en effet, pas loin de Caen, le dossier n&#39;&eacute;tait pas, &agrave; premi&egrave;re vue, facile ; nous avons mis en place, avec la Safer, une proc&eacute;dure &quot;d&#39;animation fonci&egrave;re&quot;, qui s&#39;est fort bien d&eacute;roul&eacute;e.</p> <p>Chacun y a trouv&eacute; son compte et je remercie notamment les agriculteurs, propri&eacute;taires ou exploitants. Nous avons, l&agrave; encore, travaill&eacute;, tous ensembles, dans une bonne intelligence, un bon &eacute;tat d&#39;esprit&nbsp; et une bonne ambiance, en essayant, &agrave; chaque phase travaux, de respecter le temps des r&eacute;coltes.</p> <p>Finalement, l&#39;ach&egrave;vement de cette d&eacute;viation a &eacute;t&eacute; plus rapide que le commencement.</p> <p>Et, permettez-moi enfin de remercier l&#39;ensemble de la direction g&eacute;n&eacute;rale adjointe Am&eacute;nagement Environnement, Jean-Jacques Rauline, directeur g&eacute;n&eacute;ral adjoint et, plus particuli&egrave;rement, la Direction des Routes, Yann Torlasco, Yann Jahouel et l&#39;ensemble de leurs &eacute;quipes durant toutes ces ann&eacute;es.</p> <p>Ce genre de projet d&#39;am&eacute;nagement n&#39;est jamais simple &agrave; mener, m&ecirc;me lorsque les financements sont l&agrave;. Les proc&eacute;dures sont telles que les retards guettent souvent.</p> <p>Mais l&#39;important, c&#39;est d&#39;en venir &agrave; bout, pour la plus grande satisfaction des riverains, des usagers (aux pires moments : 14 000 v&eacute;hicules/jour). Bref, il s&#39;agissait bien l&agrave;, d&#39;une question de tranquillit&eacute;, mais surtout de s&eacute;curit&eacute; des Calvadosiens : et c&#39;est bien l&agrave; l&#39;essentiel de notre action.</p> <p>Merci &agrave; tous.&nbsp; Et, je suis tr&egrave;s heureux, avec Olivier, que ce dossier soit d&eacute;sormais derri&egrave;re nous. Je suis persuad&eacute; que vous partagez notre sentiment&hellip; Une nouvelle fois, le D&eacute;partement a tenu promesse et est au rendez-vous de ses responsabilit&eacute;s vis-&agrave;-vis des territoires et des populations qui y vivent.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le jeudi 29 novembre 2018 &agrave; 11 h 30 &agrave; H&eacute;rouvillette. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du vendredi 21 septembre 2018 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--7.html ven., 21 sept. 2018 15:00:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Pendant ce temps, <strong>les travaux avancent sur notre h&ocirc;tel de D&eacute;partement</strong>, rue Saint-Laurent. C&rsquo;est un chantier d&rsquo;envergure, suivi avec beaucoup d&rsquo;attention par nos &eacute;quipes. Comme je sais que vous &ecirc;tes nombreux &agrave; vous interroger &agrave; ce sujet, je peux vous dire que le chantier avance globalement bien, en d&eacute;pit d&rsquo;un certain nombre d&rsquo;al&eacute;as qui obligent &agrave; s&rsquo;adapter dynamiquement, en particulier du fait des travaux de d&eacute;samiantage qui se sont r&eacute;v&eacute;l&eacute;s plus complexes que ce que les entreprises sp&eacute;cialis&eacute;es avaient initialement estim&eacute;. L&rsquo;essentiel est que l&rsquo;on r&eacute;ussit &agrave; tenir pour l&rsquo;heure le calendrier pr&eacute;visionnel. La fin des travaux est programm&eacute;e dans 12 mois exactement, nous permettant d&rsquo;envisager de nous r&eacute;installer dans le courant de l&rsquo;automne 2019. Nous programmerons une visite du chantier, tous ensemble, dans les prochaines semaines, d&egrave;s que les travaux de d&eacute;samiantage seront suffisamment avanc&eacute;s pour nous le permettre.</p> <p>Notre session de rentr&eacute;e est toujours pour moi l&rsquo;occasion de partager avec vous un <strong>premier bilan de la</strong> <strong>saison touristique </strong>dans le Calvados.</p> <p>L&rsquo;avant-saison a &eacute;t&eacute; tr&egrave;s positive, gr&acirc;ce &agrave; un calendrier des ponts de mai favorable aux d&eacute;placements touristiques de la client&egrave;le fran&ccedil;aise &ndash; on dit que ce n&rsquo;est qu&rsquo;en 2046 que l&rsquo;on retrouvera autant de jours f&eacute;ri&eacute;s en mai&nbsp;! Toutefois, la haute saison a d&eacute;marr&eacute; plus tardivement que d&rsquo;ordinaire, d&rsquo;une part parce que les vacances scolaires d&rsquo;&eacute;t&eacute; ont elles-m&ecirc;mes &eacute;t&eacute; tardives et d&rsquo;autre part parce qu&rsquo;il y a eu vraisemblablement un effet &laquo; Coupe du monde de football &raquo; d&eacute;but juillet. Fort heureusement, la saison touristique s&rsquo;est tr&egrave;s bien rattrap&eacute;e ensuite, port&eacute;e par une m&eacute;t&eacute;o tr&egrave;s favorable &ndash; tout en restant beaucoup plus agr&eacute;able que dans les r&eacute;gions frapp&eacute;es par la canicule. Le Calvados a observ&eacute; une stabilit&eacute; de la client&egrave;le fran&ccedil;aise (ce qui est positif au regard des tendances nationales) mais surtout, un retour particuli&egrave;rement marqu&eacute; de la client&egrave;le &eacute;trang&egrave;re, notamment en provenance de l&rsquo;Espagne et des pays m&eacute;diterran&eacute;ens. La client&egrave;le n&eacute;erlandaise a &eacute;galement progress&eacute; pour une nouvelle ann&eacute;e cons&eacute;cutive, avec ce que l&rsquo;on peut appeler un &laquo;&nbsp;effet v&eacute;lo&nbsp;&raquo; gr&acirc;ce &agrave; la qualit&eacute; de nos pistes cyclables en site propre et de notre environnement.</p> <p>En un mot, si bien entendu des situations peuvent &ecirc;tre contrast&eacute;e d&rsquo;un territoire &agrave; un autre et d&rsquo;une cat&eacute;gorie d&rsquo;offre de tourisme &agrave; une autre, la saison estivale 2018 qui vient de s&rsquo;achever aura donc &eacute;t&eacute; tr&egrave;s positive. Depuis quelques ann&eacute;es d&eacute;j&agrave;, j&rsquo;ai la conviction que notre &eacute;conomie touristique est en train de franchir un seuil structurel. C&rsquo;est le fruit d&rsquo;abord des initiatives du secteur priv&eacute; et des professionnels du tourisme&nbsp;; mais j&rsquo;ose &agrave; croire que c&rsquo;est aussi la r&eacute;compense de nos politiques publiques engag&eacute;es, pour accompagner le d&eacute;veloppement et le renouvellement des &eacute;quipements. Nous recevons l&agrave; un signal tr&egrave;s favorable pour les prolonger et continuer de travailler au profit de l&rsquo;attractivit&eacute; du Calvados.</p> <p>Sachez qu&rsquo;en seulement deux mois, plus de 15&nbsp;000 cyclistes et 10&nbsp;000 randonneurs ont emprunt&eacute; la nouvelle v&eacute;loroute que nous venions d&rsquo;inaugurer du c&ocirc;t&eacute; de Cl&eacute;cy. Au niveau de Caen, sa fr&eacute;quentation a augment&eacute; de 25 % pour les pi&eacute;tons et de 17 % pour les v&eacute;los, mais c&rsquo;est au niveau de Thury Harcourt que la progression est la plus impressionnante, avec +40 % de v&eacute;los cet &eacute;t&eacute;. En deux mois, plus de 12 500 visiteurs se sont rendus &agrave; notre exposition &laquo;&nbsp;Esprits cr&eacute;ateur(s)&nbsp;: le dressing des &eacute;v&ecirc;ques revisit&eacute;&nbsp;&raquo;, organis&eacute; dans les villes de Bayeux et de Lisieux. Ils ont &eacute;t&eacute; environ 6&nbsp;000 &agrave; l&rsquo;exposition &laquo;&nbsp;Vous avez dit Barbares&nbsp;&raquo; organis&eacute;e par nos arch&eacute;ologues, tandis que la fr&eacute;quentation du mus&eacute;e de Vieux la Romaine a doubl&eacute; cet &eacute;t&eacute;. Les festivals que nous soutenons ont tous tr&egrave;s bien fonctionn&eacute;, avec pour la premi&egrave;re ann&eacute;e, une &eacute;dition de Beauregard qui a atteint les 108&nbsp;000 festivaliers, la propulsant parmi la demi-douzaine des plus grands festivals fran&ccedil;ais de musiques actuelles.</p> <p>Parall&egrave;lement, Caen est entr&eacute; dans le top 10 des villes o&ugrave; il fait bon vivre, selon le num&eacute;ro de l&rsquo;Express de mi-septembre, gagnant 6 places depuis le classement 2017. Le travail de notre agence Calvados Attractivit&eacute; continuera d&rsquo;amplifier ces dynamiques positives &agrave; l&rsquo;avenir, avec des initiatives originales comme le fait d&rsquo;emporter un bout du Calvados quelques jours sur le parvis de la D&eacute;fense, du 11 au 14 septembre derniers, en partenariat avec la ville de Caen, directement &agrave; la rencontre du principal vivier de nos visiteurs. Nous pr&eacute;senterons par ailleurs lors de notre prochaine session, une nouvelle dynamique pour notre second plan v&eacute;lo, sur lequel nous avons beaucoup travaill&eacute;.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Mais pour l&rsquo;heure, pour revenir &agrave; notre session de rentr&eacute;e, elle est consacr&eacute;e &agrave; l&rsquo;examen de trois rapports.</p> <p>Le premier est pour ainsi dire un marronnier&nbsp;: il s&rsquo;agit de la traditionnelle mise &agrave; jour annuelle des <strong>dotations de fonctionnement et des tarifs de restauration de nos coll&egrave;ges</strong>. Bien que nous soyons d&eacute;sormais, vous le savez, pour notre part assujettis &agrave; un plafond l&eacute;gal de +1,2 % pour l&rsquo;&eacute;volution de nos d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement, nous avons souhait&eacute; cette ann&eacute;e pr&eacute;server de cet effort nos coll&egrave;ges. Il vous est propos&eacute; d&rsquo;augmenter leurs dotations de fonctionnement en moyenne de <strong>+3,74 %</strong>, faisant remonter cette enveloppe sp&eacute;cifique &agrave; plus de 8 millions d&rsquo;euros. Comme vous le pr&eacute;sentera dans le d&eacute;tail notre coll&egrave;gue Clara Dewa&euml;le-Canou&euml;l, nous avons par ailleurs engag&eacute;, en concertation avec les &eacute;tablissements, un travail d&rsquo;harmonisation des tarifs de la restauration scolaire, dans un souci d&rsquo;&eacute;quit&eacute; et de simplification &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle du d&eacute;partement. Concr&egrave;tement, pour les quatre cinqui&egrave;mes de nos coll&eacute;giens qui sont inscrits en demi-pension, le prix moyen du repas va, dans le temps, converger vers <strong>3,10 euros</strong>, &agrave; comparer au co&ucirc;t r&eacute;el de pr&eacute;paration, davantage proche de 8 euros.</p> <p>Globalement, nous consacrons environ 10% de notre budget aux coll&egrave;ges et 20 % de nos effectifs. Nous en avons fait l&rsquo;une des priorit&eacute;s de notre mandature, avec la cr&eacute;ation de nombreuses actions &eacute;ducatives et un pic historique d&rsquo;investissement. En cette rentr&eacute;e 2018, nous avons eu le plaisir d&rsquo;inaugurer le <strong>nouveau coll&egrave;ge &laquo;&nbsp;Gis&egrave;le Guillemot&nbsp;&raquo; du secteur Colombelles &ndash; Mondeville</strong> et d&rsquo;observer combien nous aurons su changer positivement la <strong>dynamique du coll&egrave;ge Pagnol</strong>, rebaptis&eacute; Stephen Hawking. Outre que ses effectifs ont augment&eacute;, ce coll&egrave;ge est devenu un mod&egrave;le en mati&egrave;re de r&eacute;am&eacute;nagement des espaces p&eacute;dagogiques. Il a fait l&rsquo;objet d&rsquo;une visite minist&eacute;rielle cet &eacute;t&eacute; et pour le clin d&rsquo;&oelig;il, le chanteur Orelsan s&rsquo;en est port&eacute; le parrain.</p> <p>En mati&egrave;re de carte scolaire, nous prenons parfois des d&eacute;cisions longuement raisonn&eacute;es mais que nous savons objectivement difficiles. Nous le faisons parce que nous les savons n&eacute;cessaires et favorables aux &eacute;l&egrave;ves et aux &eacute;quipes p&eacute;dagogiques, sur le moyen ou le long terme. Parfois, il nous faut faire un pari, en mettant bien entendu toutes les chances de notre c&ocirc;t&eacute; par une attention constante des &eacute;lus et des services. Lorsqu&rsquo;il se confirme que ce pari est r&eacute;ussi, qu&rsquo;il est b&eacute;n&eacute;fique pour le territoire et pour les habitants du Calvados, qui plus est pour une jeunesse qui porte notre avenir, je ne connais pas de meilleure satisfaction en tant qu&rsquo;&eacute;lu local.</p> <p>Je voudrais souligner &eacute;galement qu&rsquo;en 2018, nous aurons investi plus de 21 millions d&rsquo;euros dans nos coll&egrave;ges et confirm&eacute; notre avance sur les autres territoires nationaux en mati&egrave;re de <strong>num&eacute;rique &eacute;ducatif</strong>. Alors que nous venons de livrer 5&nbsp;200 ordinateurs individuels, que notre plateforme d&rsquo;aide aux devoirs en ligne, &laquo;&nbsp;e-tude&nbsp;&raquo;, s&rsquo;inscrit d&eacute;sormais dans le quotidien des &eacute;l&egrave;ves, nous nous appr&ecirc;tons &agrave; lancer l&rsquo;appel &agrave; projet &laquo;&nbsp;e-coll&egrave;ge Calvados&nbsp;&raquo; aupr&egrave;s de l&rsquo;ensemble des &eacute;tablissements. Il s&rsquo;agit de diffuser les bonnes pratiques de nos exp&eacute;rimentations dans les coll&egrave;ges de Fleury-sur-Orne (c&rsquo;est-&agrave;-dire le coll&egrave;ge Stephen Hawking dont je parlais &agrave; l&rsquo;instant), et de Falaise.</p> <p>Dans le Calvados, nous n&rsquo;imaginons pas le coll&egrave;ge de demain, d&rsquo;aucun dise &laquo;&nbsp;du futur&nbsp;&raquo;. Nous faisons le coll&egrave;ge d&rsquo;aujourd&rsquo;hui, et il se trouve qu&rsquo;il a d&eacute;j&agrave; tout de celui de demain, sans avoir &agrave; attendre le futur.</p> <p>Le second rapport &agrave; l&rsquo;ordre du jour de notre session vous sera rapport&eacute; par <strong>Sylvie Jacq</strong>. Il &eacute;tait un engagement que nous avions pris aupr&egrave;s de vous&nbsp;: celui d&rsquo;&eacute;tablir un <strong>bilan annuel</strong> des actions men&eacute;es dans le cadre de notre <strong>premier sch&eacute;ma int&eacute;gr&eacute; des politiques culturelles</strong>. Nos engagements sont tenus. Nous n&rsquo;avons pas diminu&eacute; nos budgets allou&eacute;s &agrave; la culture, tout au contraire, nous les avons augment&eacute;s. C&rsquo;est particuli&egrave;rement marquant en mati&egrave;re d&rsquo;investissement, avec 24 projets accompagn&eacute;s pour d&eacute;j&agrave; plus de 1,2 million d&rsquo;euros de cr&eacute;dits de paiement vers&eacute;s, au titre de nos nouveaux contrats de territoires. Trois territoires pr&eacute;figurent actuellement nos premiers contrats d&eacute;partementaux de d&eacute;veloppement culturel, qui visent &agrave; soutenir leur &laquo;&nbsp;mise en capacit&eacute;&nbsp;&raquo; dans ce domaine. Le D&eacute;partement incarne aupr&egrave;s d&rsquo;eux un r&ocirc;le moderne, adapt&eacute; &agrave; la dynamique actuelle des territoires, ce que je crois particuli&egrave;rement pertinent et m&ecirc;me exemplaire. De ce bilan, nous retiendrons sans doute &eacute;galement que 200 manifestations culturelles ont &eacute;t&eacute; soutenues par le D&eacute;partement ces douze derniers mois, et que 88 b&acirc;timents class&eacute;s et monuments remarquables ont &eacute;t&eacute; subventionn&eacute;s pour leur restauration. Enfin, je soulignerai que spectaculairement, notre service interne d&rsquo;arch&eacute;ologie a su se repositionner sur un juste &eacute;quilibre entre la m&eacute;diation culturelle et l&rsquo;ing&eacute;nierie territoriale, en augmentant significativement ses missions d&rsquo;arch&eacute;ologie pr&eacute;ventive et en multipliant par cinq ses recettes g&eacute;n&eacute;r&eacute;es.</p> <p>Ce rapport d&eacute;di&eacute; &agrave; notre politique culturelle est &eacute;galement pour moi l&rsquo;occasion de vous annoncer le recrutement d&rsquo;une nouvelle directrice de la culture, H&eacute;l&egrave;ne Chedorge, qui prendra ses fonctions d&rsquo;ici quelques jours. Elle occupait jusqu&rsquo;alors un poste &eacute;quivalent dans le D&eacute;partement du Morbihan et elle prendra donc le poste qu&rsquo;occupait chez nous jusqu&rsquo;&agrave; cet &eacute;t&eacute; Nadia Mahcer. Cette derni&egrave;re, forte de la confiance de notre &eacute;x&eacute;cutif et de celle de notre direction g&eacute;n&eacute;rale des services, s&rsquo;est vue confier un poste d&rsquo;adjoint au DGA &eacute;ducation, culture, attractivit&eacute; et territoires, sur un p&eacute;rim&egrave;tre assez proche de celui pr&eacute;c&eacute;demment occup&eacute; par Sylvie Brodin.</p> <p>Enfin, j&rsquo;aurai le plaisir de vous rapporter le troisi&egrave;me rapport de notre session, portant <strong>mise &agrave; jour de notre plan de mandature 2015-2021</strong>. J&rsquo;y reviendrai en d&eacute;tail apr&egrave;s nos &eacute;changes introductifs. C&rsquo;est un exercice nouveau auquel nous nous livrons ici encore. &Agrave; mi-mandat, il participe &agrave; une pleine transparence de nos actions publiques, afin de mieux rendre compte de l&rsquo;&eacute;tendue de ce que nous faisons, et de ce qui nous reste &agrave; faire, dans tous les domaines.</p> <p>Sans empi&eacute;ter sur le d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires pour l&rsquo;exercice 2019, que nous tiendrons ensemble en d&eacute;cembre prochain, il s&rsquo;agit &eacute;galement de documenter le niveau de nos marges de man&oelig;uvre d&rsquo;ici la fin du mandat. Disons simplement &agrave; ce stade que gr&acirc;ce &agrave; notre rigueur de gestion, ces marges sont saines et r&eacute;elles, alors m&ecirc;me que nous n&rsquo;avions pas choisi la voie la plus facile, en prenant l&rsquo;engagement de ne pas augmenter les imp&ocirc;ts locaux, au contraire de ce qui se passe dans la majorit&eacute; des autres collectivit&eacute;s fran&ccedil;aises, et en profitant d&rsquo;une conjoncture favorable pour nous d&eacute;sendetter de plus de 20 %. Nous avons ainsi d&eacute;gag&eacute; des marges tr&egrave;s int&eacute;ressantes pour l&rsquo;avenir, avec une capacit&eacute; &agrave; engager des investissements nouveaux pour plusieurs dizaines de millions d&rsquo;euros d&rsquo;ici la fin de notre mandature. La principale contrainte qui p&egrave;se sur nos &eacute;quilibres, mais elle est un &eacute;tau terrible, est celle du plafonnement l&eacute;gal de nos d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement &agrave; 1,2 %, qui s&rsquo;impose &agrave; toutes les collectivit&eacute;s et qui a &eacute;t&eacute; mal pens&eacute; et mal n&eacute;goci&eacute; par le Gouvernement &ndash; je n&rsquo;y reviendrai pas, vous savez ma col&egrave;re sur ce sujet.</p> <p>Nous ne sommes qu&rsquo;&agrave; mi-mandat, et <strong>d&eacute;j&agrave; nous avons r&eacute;alis&eacute; les &frac34; des projets</strong> que nous nous &eacute;tions engag&eacute;s &agrave; mener au cours de notre mandature. Il faut dire que nous avons su r&eacute;unir les ingr&eacute;dients&nbsp;n&eacute;cessaires pour r&eacute;ussir : une vision claire, un cap tenu, des marges saines et pr&eacute;serv&eacute;es, sans oublier un engagement remarquable et une ing&eacute;nierie talentueuse au sein de nos services.</p> <p>Nous pouvons &ecirc;tre collectivement fiers du travail que nous avons ainsi impuls&eacute;. Je tiens &agrave; remercier tous ceux d&rsquo;entre vous qui prennent part &agrave; cet engagement, et en particulier les pr&eacute;sidents de nos six commissions th&eacute;matiques, car je connais leur sens des responsabilit&eacute;s et leur capacit&eacute; &agrave; rechercher en toute chose l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral. Je sais que beaucoup d&rsquo;entre eux ont sans rel&acirc;che sillonn&eacute; les terres du Calvados de bout en bout, parfois plusieurs fois de suite, pour tisser les liens d&rsquo;une proximit&eacute; quotidienne, &eacute;troite, toujours bienveillante, entre les Calvadosiens que nous repr&eacute;sentons, les territoires que nous incarnons et la collectivit&eacute; dont nous avons la charge.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Avant que d&rsquo;en finir avec ce propos d&rsquo;ouverture de notre session, je voudrai revenir rapidement sur deux faits d&rsquo;actualit&eacute; qui me pr&eacute;occupent particuli&egrave;rement.</p> <p>J&rsquo;ai tout d&rsquo;abord une pens&eacute;e pour tous nos <strong>p&ecirc;cheurs de coquilles Saint-Jacques</strong>, tant je comprends et partage la tension qui les habitent. Par un accord professionnel, ils se sont volontairement soumis &agrave; des restrictions particuli&egrave;res, pour pr&eacute;server une ressource marine fragile. Or leurs homologues anglais ne se sont pas soumis aux m&ecirc;mes r&egrave;gles&nbsp;; eux ne sont nullement troubl&eacute;s de p&ecirc;cher sans p&eacute;riode de r&eacute;pit, avec des bateaux de plus de 15 m&egrave;tres et un mat&eacute;riel moins respectueux de l&rsquo;environnement marin. La situation &eacute;tait telle que cela, vous le savez, a bien failli d&eacute;g&eacute;n&eacute;rer cet &eacute;t&eacute;. Il y a eu des altercations et nous avons sans doute fr&ocirc;l&eacute; des catastrophes.</p> <p>Il fallait &agrave; nos p&ecirc;cheurs du courage pour exprimer leur d&eacute;sarroi vis-&agrave;-vis de ces conditions de p&ecirc;che &agrave; ce point diff&eacute;rentes entre la France et l&rsquo;Angleterre, et plus encore du courage pour aller chercher pacifiquement un compromis. M&ecirc;me s&rsquo;il arrive un peu tard sans doute, m&ecirc;me s&rsquo;il est loin d&rsquo;&ecirc;tre parfait et ne r&eacute;sout au fond pas totalement le probl&egrave;me, je suis heureux qu&rsquo;il y en ait un. C&rsquo;est un premier pas et c&rsquo;est d&eacute;sormais au Gouvernement d&rsquo;agir. Il va sans dire que dans ce contexte, les f&ecirc;tes de la Coquille Saint-Jacques rev&ecirc;tiront un caract&egrave;re particulier, et il est une bonne chose que cette ann&eacute;e, le D&eacute;partement ait pu augmenter sensiblement ses subventions aff&eacute;rentes.</p> <p>Enfin, je ne saurai conclure mon propos sans vous dire un mot de ce nouveau <strong>plan national de lutte contre la pauvret&eacute;</strong>, que le Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique a pr&eacute;sent&eacute; en personne le 13 septembre dernier. Avec un lyrisme assum&eacute;, il s&rsquo;agirait pas moins que de, je cite, &laquo;&nbsp;fonder l&rsquo;&Eacute;tat providence du XXI<sup>e</sup> si&egrave;cle&nbsp;&raquo;, et m&ecirc;me, je cite encore, de revendiquer une &laquo;&nbsp;r&eacute;volution copernicienne dans l&rsquo;approche des questions de pauvret&eacute;&nbsp;&raquo;, en s&rsquo;int&eacute;ressant aux enjeux de la petite enfance, de l&rsquo;emploi, des aides sociales et du logement. Quoique le tout soit encore tr&egrave;s flou en mati&egrave;re de financement, de moyens allou&eacute;s et de gouvernance, et qu&rsquo;il y ait quelques annonces qui me paraissent somme toute anecdotiques, comme l&rsquo;impact r&eacute;el qu&rsquo;auront ces petits-d&eacute;jeuners gratuits pour les &eacute;coles primaires situ&eacute;s dans les r&eacute;seaux d&rsquo;&eacute;ducation prioritaire, il faut reconna&icirc;tre qu&rsquo;un certain nombre de finalit&eacute;s vont dans le bon sens. Je ne saurais dire autrement, et pour cause, car elles reprennent des propositions &eacute;mises par l&rsquo;Assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France depuis plusieurs ann&eacute;es d&eacute;j&agrave;, qu&rsquo;il s&rsquo;agisse d&rsquo;une meilleure coordination des diff&eacute;rents guichets locaux avec l&rsquo;identification d&rsquo;un r&eacute;f&eacute;rent unique pour les usagers, de la convergence des diff&eacute;rentes aides sociales vers une prestation unique ou encore d&rsquo;un meilleur suivi des jeunes majeurs en difficult&eacute;, pour &eacute;viter des sorties s&egrave;ches des dispositifs de protection de l&rsquo;enfance et de soutien &agrave; la scolarit&eacute;.</p> <p>Ce qui me questionne en revanche, c&rsquo;est le fait qu&rsquo;un tel plan n&rsquo;ait pas &eacute;t&eacute; concert&eacute; avec les collectivit&eacute;s territoriales, comme il l&rsquo;aurait tr&egrave;s certainement &eacute;t&eacute; dans n&rsquo;importe quel autre pays europ&eacute;en. Peut-on aujourd&rsquo;hui, dans notre pays, porter une ambition tr&egrave;s forte en mati&egrave;re de formation sans associer les R&eacute;gions, poser des objectifs d&rsquo;accueil de la petite enfance sans associer les mairies et redessiner les strat&eacute;gies locales d&rsquo;insertion sans associer les D&eacute;partements&nbsp;?</p> <p>Des mesures du plan pauvret&eacute; vont nous impacter directement. Ainsi, il est annonc&eacute; que l&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance va s&rsquo;&eacute;tendre obligatoirement de 18 &agrave; 21 ans, voire dans certains cas &agrave; 25 ans. Les D&eacute;partements devront proposer &agrave; ces jeunes un logement, un emploi, une formation ou un soutien. On ne sait &agrave; ce stade ni avec quels moyens, ni avec quelle approche. Mais c&rsquo;est en mati&egrave;re d&rsquo;insertion que le r&ocirc;le des D&eacute;partements est le plus flou, et c&rsquo;est ici que je suis en alerte. J&rsquo;ai crainte d&rsquo;y lire une savante pirouette pour tenter habilement de nous contourner.</p> <p>Le Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique a &eacute;voqu&eacute; la probl&eacute;matique du financement du RSA de sorte &agrave; l&rsquo;&eacute;vacuer aussit&ocirc;t pour passer &agrave; autre chose, en disant que, je le cite, &laquo;&nbsp;depuis trop d&rsquo;ann&eacute;es, nous nous sommes r&eacute;fugi&eacute;s dans un concert de chicaneurs&nbsp;&raquo;. J&rsquo;ose dire que c&rsquo;est un peu facile&nbsp;! Le fait est que la d&eacute;pense <em>nette</em> des D&eacute;partements s&rsquo;est &eacute;lev&eacute;e en mati&egrave;re sociale &agrave; 37 milliards d&rsquo;euros en 2016. C&rsquo;est une hausse de 2 %, en euros constants, sur un an, de 22 % sur 5 ans et de 66 % sur 10 ans&nbsp;! Et tandis que le Gouvernement annonce que les autres prestations sociales n&rsquo;augmenteront l&rsquo;ann&eacute;e prochaine que de 0,3 %, une exception est faite pour la revalorisation du RSA, qui pourrait suivre une inflation projet&eacute;e entre 2,3 et 2,6 %&nbsp;! C&rsquo;est bien facile, quand ce sont les D&eacute;partements qui payent&nbsp;!</p> <p>Il faut avancer, il faut d&eacute;passer ce probl&egrave;me du financement du RSA, qui empoisonne depuis bient&ocirc;t 5 ans les relations entre l&rsquo;&Eacute;tat et les D&eacute;partements, de sorte que l&rsquo;on ne parle plus que de cela en oubliant le c&oelig;ur de nos comp&eacute;tences. On aboutit au fait que les D&eacute;partements ont refus&eacute; cet &eacute;t&eacute; majoritairement de s&rsquo;engager dans une contractualisation financi&egrave;re avec l&rsquo;&Eacute;tat, alors qu&rsquo;ils sont les administrations locales les plus performantes de notre pays et qu&rsquo;ils tiendront vraisemblablement tous leurs d&eacute;penses en de&ccedil;&agrave; de l&rsquo;objectif de 1,2 %. Personne n&rsquo;en sort grandi. Ne faisons donc pas l&rsquo;autruche, regardons ce sujet du financement du RSA pos&eacute;ment. En premier lieu, reconnaissons une responsabilit&eacute; de l&rsquo;&Eacute;tat dans le fait de couvrir une d&eacute;pense dynamique avec une recette quasi fig&eacute;e, puis dans le fait de porter un plan de revalorisation de 10 % du RSA en suppl&eacute;ment de l&rsquo;inflation. Ensuite, r&eacute;fl&eacute;chissons globalement au panier de recettes des D&eacute;partements, posons l&rsquo;enjeu d&rsquo;un renfort de la p&eacute;r&eacute;quation horizontale qui me para&icirc;t incontournable aujourd&rsquo;hui, et r&eacute;tablissons un nouveau pacte de confiance entre l&rsquo;&Eacute;tat et les D&eacute;partements, au travers de la pleine reconnaissance de nos comp&eacute;tences l&eacute;gales en mati&egrave;re de solidarit&eacute;s sociales et de solidarit&eacute;s territoriales, deux domaines dans lesquels nous faisons gagner la France parce que nous sommes l&rsquo;&eacute;chelon le plus pertinent et le plus performant.</p> <p>Je vous l&rsquo;avais d&eacute;j&agrave; dit, on ne redressera pas la France sans les D&eacute;partements, et on ne gagnera pas la bataille de la pauvret&eacute; sans eux, car ils en sont les fers de lance. &Agrave; cet &eacute;gard, que dire de l&rsquo;intention du chef de l&rsquo;&Eacute;tat de renforcer le r&ocirc;le de P&ocirc;le Emploi dans l&rsquo;accompagnement et le suivi des b&eacute;n&eacute;ficiaires du RSA&nbsp;? Je re&ccedil;ois cela avec int&eacute;r&ecirc;t, tant il est vrai que ce partenaire doit &ecirc;tre davantage mobilis&eacute; aux c&ocirc;t&eacute;s des D&eacute;partements. Mais je dis bien, aux c&ocirc;t&eacute;s des D&eacute;partements, dont le bilan en mati&egrave;re d&rsquo;insertion professionnelle est remarquable, en d&eacute;pit de toute la propagande actuelle qui voudrait faire croire le contraire.</p> <p>Les chiffres sont l&agrave;. Nous avons consacr&eacute; l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re plus de 12 millions d&rsquo;euros aux actions d&rsquo;insertion, assum&eacute; la coordination d&rsquo;une vingtaine de partenaires et le financement d&rsquo;une centaine de structure, nous avons rencontr&eacute; en moyenne au moins chaque trimestre nos quelques 14&nbsp;600 b&eacute;n&eacute;ficiaires du RSA, gr&acirc;ce &agrave; la mobilisation d&rsquo;une &eacute;quipe de plus de 70 agents sp&eacute;cialis&eacute;s, totalement d&eacute;di&eacute;s, implant&eacute;s dans tous les bassins de vie et d&rsquo;emploi du Calvados. Nous intervenons de mani&egrave;re engag&eacute;e et volontariste en mati&egrave;re d&rsquo;insertion sociale, d&rsquo;insertion socio-professionnelle et d&rsquo;insertion professionnelle. Notre action est performante et reconnue comme telle. Dans le cadre de la refonte de notre strat&eacute;gie d&eacute;partementale d&rsquo;insertion, dont nous d&eacute;battrons ensemble lors de notre session de f&eacute;vrier, nous &eacute;tudions d&eacute;sormais la mise en &oelig;uvre d&rsquo;engagements plus forts encore, comme celui de recevoir tous les nouveaux p&eacute;titionnaires pour le RSA en moins d&rsquo;un mois et de garantir des taux de sorties parmi les plus ambitieux de France. Nous n&rsquo;avons pas attendu le plan pauvret&eacute; pour cela, nous l&rsquo;avons devanc&eacute; et d&eacute;j&agrave; d&eacute;pass&eacute;.</p> <p>La politique d&rsquo;insertion et de retour &agrave; l&rsquo;emploi ne se d&eacute;cide pas depuis Paris. Pour &ecirc;tre r&eacute;ellement efficace en faveur des Fran&ccedil;ais &eacute;loign&eacute;s de l&rsquo;activit&eacute;, les politiques de retour &agrave; l&rsquo;emploi doivent partir des bassins d&rsquo;emplois. Elles doivent &ecirc;tre coordonn&eacute;es par les D&eacute;partements, auxquels la loi a conf&eacute;r&eacute; une place centrale dans la pr&eacute;servation des solidarit&eacute;s territoriales et sociales.</p> <p>L&rsquo;humain a besoin de proximit&eacute;&nbsp;: rien ne serait plus dommageable en effet qu&rsquo;une tentative &agrave; peine voil&eacute;e de recentralisation des politiques sociales.</p> <p>Or le fait est que nous revivons actuellement une tension entre la tentation parisienne bureaucratique et uniformisatrice, et le bol d&rsquo;air que repr&eacute;sentent pour les citoyens la proximit&eacute; d&rsquo;autorit&eacute;s locales d&eacute;mocratiques et leur capacit&eacute; d&rsquo;intervention sur les politiques men&eacute;es. Port&eacute; par la d&eacute;mocratie de terrain, le d&eacute;partement n&rsquo;est pas une construction technico-dirigiste comme notre pays en a eu r&eacute;cemment le talent, il n&rsquo;est l&rsquo;enfant d&rsquo;aucune autre histoire que celle de la R&eacute;publique une et indivisible, mat&eacute;rialisant un territoire v&eacute;cu. Il est un espace de confrontation concr&egrave;te avec une r&eacute;alit&eacute; qui n&rsquo;est pas faite de noir et de blanc, et qui oblige &agrave; consid&eacute;rer l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral au plus pr&egrave;s. Cet &eacute;quilibre unique en Europe entre le national et le local, cette singularit&eacute; fran&ccedil;aise, est la chance de notre pays, pour nous &eacute;viter une gestion d&eacute;connect&eacute;e et purement administrative dont, gr&acirc;ce &agrave; la d&eacute;centralisation, nous sommes parvenus jusqu&rsquo;&agrave; pr&eacute;sent &agrave; &eacute;viter les emb&ucirc;ches.</p> <p>Merci de votre attention.</p> <div>&nbsp;</div> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 21 septembre 2018 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Inauguration du collège Gisèle Guillemot à Mondeville https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-du-college-gisele-g.html ven., 14 sept. 2018 16:07:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Je le dis souvent, une inauguration est toujours un temps d&#39;aboutissement. Mais, lorsqu&#39;il s&#39;agit d&#39;un &eacute;tablissement scolaire, chacun mesure que ces moments sont peut-&ecirc;tre un peu plus sp&eacute;ciaux que d&#39;autres, car ils touchent &agrave; l&#39;&eacute;ducation de nos jeunes, &agrave; une responsabilit&eacute; majeure pour l&#39;avenir.<br /> Et, le D&eacute;partement, aux c&ocirc;t&eacute;s de l&#39;&Eacute;tat, puisqu&#39;il s&#39;agit bien d&#39;une responsabilit&eacute; partag&eacute;e, d&eacute;montre, une fois de plus, qu&#39;il est au rendez-vous de ses engagements sur cette comp&eacute;tence &quot;coll&egrave;ge&quot; si essentielle.<br /> Je veux dire que ce travail en commun, en bin&ocirc;me, entre le D&eacute;partement et la Direction Acad&eacute;mique est, je le crois, exemplaire et je remercie, une nouvelle fois, le Directeur Acad&eacute;mique pour ce dialogue permanent, constructif, mais aussi responsable qui permet, en toute confiance, en toute s&eacute;r&eacute;nit&eacute;, de prendre les d&eacute;cisions justes, m&ecirc;me si parfois, elles peuvent &ecirc;tre difficiles ; mais le devoir de r&eacute;alit&eacute; est l&agrave;, les donn&eacute;es scientifiques et arithm&eacute;tiques sont t&ecirc;tues et chacun doit &ecirc;tre comptable de son action.<br /> Et, c&#39;est bien ce que nous avons, tous ensembles, voulu d&eacute;montrer, &agrave; travers la r&eacute;alisation de ce nouveau coll&egrave;ge, baptis&eacute; Gis&egrave;le Guillemot, j&#39;y reviendrai dans quelques instants.<br /> Je ne peux pas vous cacher notre satisfaction d&#39;&ecirc;tre l&agrave;, cette apr&egrave;s-midi, avec les coll&eacute;giens, l&#39;ensemble des &eacute;lus, la communaut&eacute; &eacute;ducative et administrative pour d&eacute;couvrir ces superbes nouveaux locaux.<br /> <br /> Permettez-moi un petit retour en arri&egrave;re, pour vous dire que c&#39;est au printemps 2009 que tout a commenc&eacute; avec l&#39;engagement d&#39;Anne d&#39;Ornano de reconstruire, dans le cadre de la reconversion du site de l&#39;&Eacute;tablissement Central des Mat&eacute;riels de Mobilisation du Service de Sant&eacute; des Arm&eacute;es, un coll&egrave;ge, au sein d&#39;un nouveau quartier.<br /> C&#39;est un v&eacute;ritable travail de partenariat qui d&eacute;bute alors, avec la commune de Mondeville et la Direction Acad&eacute;mique. Je vous passe les proc&eacute;dures administratives toujours trop longues. Les travaux d&eacute;buteront en d&eacute;cembre 2016, sous la conduite du cabinet d&#39;architectes Millet-Chilou-Gardette&hellip; Que nous connaissons bien et que je remercie pour leur travail.<br /> Dans les temps qui suivront, c&#39;est-&agrave;-dire &agrave; la rentr&eacute;e 2017, nous prendrons la d&eacute;cision de la fermeture du coll&egrave;ge de Colombelles et la fusion des secteurs Colombelles/Mondeville au sein de ce nouveau coll&egrave;ge.<br /> Nous avons beaucoup &eacute;cout&eacute;, beaucoup concert&eacute;, beaucoup r&eacute;pondu aux attentes nombreuses et l&eacute;gitimes, pour l&#39;essentiel, sur cette op&eacute;ration. En ajustant m&ecirc;me nos enveloppes financi&egrave;res, portant le co&ucirc;t final de construction de ce coll&egrave;ge &agrave; 12,4 millions d&#39;euros.<br /> <br /> Je ne reviendrai pas sur l&#39;ensemble de ces proc&eacute;dures et sur la complexit&eacute; de cette op&eacute;ration qui s&#39;inscrivait en marge d&#39;une ZAC dont les plans et les calendriers ont beaucoup &eacute;volu&eacute;, au fil du temps.<br /> Mais, nous avons su tenir les d&eacute;lais, gr&acirc;ce &agrave; la mobilisation de nos &eacute;quipes, toujours tr&egrave;s talentueuses, et aux interventions, dans les moments-cl&eacute;s, des &eacute;lus du D&eacute;partement en responsabilit&eacute; sur cette comp&eacute;tence.<br /> Je pense notamment &agrave; Clara Dewa&euml;le-Canouel, vice-pr&eacute;sidente du D&eacute;partement et pr&eacute;sidente de la commission &Eacute;ducation, Sport, Culture et Citoyennet&eacute;, qui a toute ma confiance.<br /> Je pense tr&egrave;s sinc&egrave;rement que le r&eacute;sultat est &agrave; la hauteur des ambitions que nous nous &eacute;tions fix&eacute;es et l&#39;on peut collectivement f&eacute;liciter notre architecte ainsi que l&#39;ensemble des bureaux d&#39;&eacute;tudes et les nombreuses entreprises qui sont intervenues sur le chantier, sur cette tr&egrave;s belle op&eacute;ration, livr&eacute;e dans les d&eacute;lais.<br /> Pour cette premi&egrave;re rentr&eacute;e 2018, nous comptions sur l&#39;accueil d&#39;environ 550 coll&eacute;giens, ils sont aujourd&#39;hui 559 (544 + 15 ULIS) soit exactement notre cible projet&eacute;e, avec une moyenne de 24 &eacute;l&egrave;ves par classe.<br /> <br /> C&#39;est bien le signe que nos projections &eacute;taient robustes et tr&egrave;s proches de la r&eacute;alit&eacute;&hellip; M&ecirc;me si la capacit&eacute; r&eacute;elle, &agrave; termes, de cet &eacute;tablissement peut &ecirc;tre port&eacute;e &agrave; 640 coll&eacute;giens.<br /> S&#39;agissant du d&eacute;sormais ancien coll&egrave;ge Guy Liard, je le rappelle, construit en 1968, il va donner lieu &agrave; une tr&egrave;s belle op&eacute;ration d&#39;habitat, l&agrave; encore, port&eacute;e par Calvados Habitat, l&#39;Office Public de l&#39;Habitat du Calvados.<br /> Tandis que des pistes de reconversion se profilent d&eacute;j&agrave; sur l&#39;ancien coll&egrave;ge Henri Sellier de Colombelles, susceptible d&#39;accueillir, demain, un nouvel &eacute;quipement public.<br /> Je voudrais, une nouvelle fois, rappeler le travail collectif sur cette op&eacute;ration avec les collectivit&eacute;s et la Direction Acad&eacute;mique. Nous avons chemin&eacute;, tous ensembles, parfois au gr&eacute; de conventions et d&#39;accords amiables, pour fixer les attentes, les objectifs et les engagements de toutes les parties.<br /> Je crois, qu&#39;aujourd&#39;hui, chacun peut se f&eacute;liciter de ce travail partenarial. M&ecirc;me si rien n&#39;est jamais simple et tout peut tr&egrave;s vite se compliquer.<br /> Mais, l&agrave; encore, &agrave; force de bonne volont&eacute;, d&#39;&eacute;coute, de sagesse, de rigueur et de d&eacute;termination, l&#39;objectif final peut &ecirc;tre atteint. C&#39;est tout le sens de cette r&eacute;alisation et de cette ouverture, pour cette rentr&eacute;e 2018, dans les temps.<br /> <br /> Oui, je le redis, le D&eacute;partement est bien au rendez-vous de ses responsabilit&eacute;s, non seulement dans le cadre de cette comp&eacute;tence &quot;coll&egrave;ge&quot;, mais encore dans son r&ocirc;le d&#39;accompagnement des territoires lorsqu&#39;il porte, comme c&#39;est le cas ici, d&#39;importantes op&eacute;rations de requalification urbaine, tel que ce quartier en devenir, qui peut d&eacute;sormais compter sur la pr&eacute;sence d&#39;un nouvel &eacute;quipement public de grande qualit&eacute;.<br /> Mais construire des murs, assurer l&#39;entretien et la restauration est une chose&hellip; Il ne faut jamais oublier que la vie interne m&ecirc;me d&#39;un coll&egrave;ge d&eacute;pend surtout, bien entendu, des &eacute;l&egrave;ves, mais aussi de la qualit&eacute; des enseignements et des enseignants, des &eacute;quipes p&eacute;dagogiques et administratives, avec &agrave; leurs t&ecirc;tes, le chef d&#39;&eacute;tablissement.<br /> Je rappelle que nous portons, de front, aujourd&#39;hui, dans une quinzaine de coll&egrave;ges, des travaux de r&eacute;novation, requalification ou de modernisation et nous consacrons, dans cette mandature, 30 % de cr&eacute;dits suppl&eacute;mentaires, l&agrave; encore, pour &ecirc;tre au rendez-vous pr&eacute;cis&eacute;ment des attentes de nos coll&eacute;giens et de leurs familles, des communaut&eacute;s &eacute;ducatives et administratives.<br /> Par ailleurs, j&#39;ai souhait&eacute; d&eacute;velopper, il y a maintenant quelques temps, un plan num&eacute;rique pour nos coll&egrave;ges, sur la p&eacute;riode 2016/2021.<br /> <br /> Il s&#39;agit d&#39;une d&eacute;marche d&#39;exp&eacute;rimentation d&eacute;nomm&eacute;e &quot;E-Coll&egrave;ges&quot;, visant &agrave; l&#39;accompagnement des d&eacute;veloppements num&eacute;riques de derni&egrave;re g&eacute;n&eacute;ration et portant un certain nombre d&#39;actions pour permettre l&#39;apprentissage de ces usages.<br /> C&#39;est une d&eacute;marche reconnue et salu&eacute;e nationalement, si j&#39;en crois les r&eacute;centes derni&egrave;res visites minist&eacute;rielles, dans nos &eacute;tablissements ; et ce coll&egrave;ge b&eacute;n&eacute;ficiera, bien entendu, d&#39;un traitement sp&eacute;cifique en mati&egrave;re de num&eacute;rique et d&#39;innovation, dans le cadre de cette d&eacute;marche in&eacute;dite et novatrice &quot;E-Coll&egrave;ges-Calvados&quot;, dont nous sommes fiers.<br /> Vous le savez, sur cette comp&eacute;tence &quot;coll&egrave;ge&quot;, nous allons bien au-del&agrave; des engagements pr&eacute;vus par la Loi, puisque notre action s&#39;&eacute;tend &eacute;galement &agrave; tout un panel d&#39;actions p&eacute;dagogiques en faveur de la culture, du sport, de la citoyennet&eacute;, et de l&#39;engagement europ&eacute;en.<br /> Comme vous pouvez le constater, notre action est une action de chaque instant et j&#39;esp&egrave;re qu&#39;ici, comme ailleurs, dans les autres &eacute;tablissements de notre d&eacute;partement, nos coll&eacute;giens trouveront, &agrave; la fois, des &eacute;quipements et un univers de travail conformes &agrave; leurs attentes et &agrave; celles de leurs enseignants.<br /> <br /> Enfin, nous avons choisi, bien entendu avec l&#39;accord de sa famille, et je remercie ses filles de leur pr&eacute;sence &agrave; nos c&ocirc;t&eacute; aujourd&#39;hui, de baptiser ce coll&egrave;ge du nom d&#39;une figure locale de la r&eacute;sistance : Gis&egrave;le Guillemot.<br /> Merci aux diff&eacute;rents intervenants d&#39;avoir rappel&eacute; son parcours de femme et de r&eacute;sistante.<br /> Si Gis&egrave;le Guillemot a v&eacute;cu &agrave; Paris, son engagement et son action de r&eacute;sistante, vous l&#39;avez tous compris sont indissociables de l&rsquo;histoire du Plateau de Mondeville/Colombelles.<br /> Elle y est revenue r&eacute;guli&egrave;rement pour t&eacute;moigner : rencontre avec des scolaires, inauguration d&rsquo;une plaque comm&eacute;morative en 1995, travail avec les Archives D&eacute;partementales (enregistrement de son t&eacute;moignage en 1995).<br /> Elle a &eacute;t&eacute; faite citoyenne d&rsquo;Honneur de la ville de Colombelles en 2002 et des comm&eacute;morations r&eacute;guli&egrave;res sont organis&eacute;es par les collectivit&eacute;s, autour de la plaque comm&eacute;morant ses premiers compagnons de r&eacute;sistance, morts pour la France.<br /> Une salle de documentation, portant son nom, avait &eacute;t&eacute; inaugur&eacute;e au coll&egrave;ge Henri Sellier de Colombelles, en 2003.<br /> <br /> Je voudrais, &agrave; ce moment, remercier ses filles pour le don de sa biblioth&egrave;que personnelle, comprenant de nombreux ouvrages sur la d&eacute;portation et la r&eacute;sistance, vers nos Archives D&eacute;partementales.<br /> Sa volont&eacute; de transmettre a toujours &eacute;t&eacute; son moteur, avec un vrai sens p&eacute;dagogique, ce qui en fait une figure particuli&egrave;rement importante et attachante de la m&eacute;moire r&eacute;sistante.<br /> Elle a publi&eacute;, en 2001, un r&eacute;cit de ses souvenirs : (Entre parenth&egrave;ses), De Colombelles (Calvados) &agrave; Mauthausen (Autriche), qui a re&ccedil;u le prix 2002 de sociologie et d&rsquo;histoire de l&rsquo;Acad&eacute;mie Fran&ccedil;aise et le prix du Comit&eacute; Action R&eacute;sistance.<br /> Gis&egrave;le Guillemot, qui nous a quitt&eacute;s en f&eacute;vrier 2013, est Commandeur de la L&eacute;gion d&rsquo;Honneur.<br /> Son parcours de r&eacute;sistante est exemplaire. Il d&eacute;passe largement le cadre de son engagement politique communiste, naturel pour un enfant du plateau dans les ann&eacute;es 30, pour toucher &agrave; l&#39;essentiel : l&rsquo;universel.<br /> Ce parcours, marqu&eacute; par des valeurs d&rsquo;humanisme et de courage, d&#39;engagement total, ne peut que parler aux jeunes g&eacute;n&eacute;rations&hellip; C&#39;est bien ce qui nous a conduit &agrave; retenir le nom de Gis&egrave;le Guillemot pour ce coll&egrave;ge.<br /> <br /> Un nom, en lettres capitales, d&eacute;sormais au fronton de cet &eacute;tablissement, qui signalera &agrave; des g&eacute;n&eacute;rations de coll&eacute;giens, la m&eacute;moire de son action, de son engagement pour la France, la libert&eacute;, son combat pour les valeurs qu&#39;elle d&eacute;fendait et surtout son infatigable foi &agrave; vouloir t&eacute;moigner de son v&eacute;cu aupr&egrave;s des jeunes.<br /> Enfin, en conclusion, je souhaite &agrave; tous les coll&eacute;giens qui fr&eacute;quenteront cet &eacute;tablissement de trouver la force et les moyens n&eacute;cessaires, pour construire leur avenir&hellip; Parce que nous, D&eacute;partement et &Eacute;tat r&eacute;unis, fid&egrave;les &agrave; nos engagements et nos missions de service public, nous nous sommes nous-m&ecirc;mes donn&eacute; tous les moyens pour permettre leur r&eacute;ussite scolaire et &eacute;ducative.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le vendredi 14 septembre 2018 &agrave; 15 h par Jean-L&eacute;once Dupont, en pr&eacute;sence notamment du principal du coll&egrave;ge, Denis Perrier, et de H&eacute;l&egrave;ne Burgat, maire de Mondeville. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; E. Blivet</span></p> Inauguration de la voie verte de la Suisse normande et de l'espace naturel sensible des Rochers des Parcs https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-la-voie-verte-de.html mer., 11 juil. 2018 10:59:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Merci Paul et Sylvie de nous accueillir chez vous (&hellip;) ! Merci aux nombreux &eacute;lus, R&eacute;gionaux, D&eacute;partementaux, Maires et Conseillers Municipaux de nous accompagner.</p> <p>C&#39;est d&eacute;j&agrave; un peu les vacances&hellip; Et, ce parcours que nous venons de faire, nous rapproche encore un peu plus de ce moment de l&#39;ann&eacute;e o&ugrave; le temps se trouve un peu ralenti.</p> <p>Cette voie verte de la Suisse Normande est une beaut&eacute; ! Et, on peut le dire, constitue, en quelque sorte, la &quot;vitrine&quot; de nos itin&eacute;raires cyclables d&eacute;partementaux. M&ecirc;me si, d&#39;autres sites, d&#39;autres lieux, n&#39;ont rien &agrave; envier &agrave; ces paysages qui nous accueillent aujourd&#39;hui&hellip;</p> <p><br /> Nous avons, sur cette question du v&eacute;lo et des voies vertes, beaucoup r&eacute;fl&eacute;chi, beaucoup travaill&eacute; et beaucoup r&eacute;alis&eacute; avec les territoires et communaut&eacute;s de communes, aux quatre coins de notre d&eacute;partement&hellip;</p> <p>Et, m&ecirc;me si tout n&#39;est pas encore boucl&eacute;&hellip; On peut dire que les choses sont bien avanc&eacute;es et que le Calvados est en train de gagner le pari du v&eacute;lo, avec tous les enjeux touristiques et &eacute;conomiques qui vont avec&hellip; Mais, il va falloir continuer de p&eacute;daler dans le bon sens, sur ce sujet, comme sur d&#39;autres d&#39;ailleurs !</p> <p>Il aura fallu, ces derni&egrave;res ann&eacute;es, beaucoup de volont&eacute;, de d&eacute;termination, parfois de courage, surtout de la patience, voire de la diplomatie avec certains de nos partenaires, pour en arriver l&agrave;&hellip; &Agrave; ces moments d&#39;inauguration que nous vivons&hellip;</p> <p>Et, c&#39;est, je crois, aujourd&#39;hui, toute la Suisse normande qui peut avoir le c&oelig;ur en f&ecirc;te !</p> <p>Il y a quelques semaines, nous &eacute;tions sur le littoral du Bessin, de Longues-sur-Mer &agrave; Asnelles, en passant par Arromanches, pour d&eacute;couvrir un autre itin&eacute;raire remarquable.</p> <p>L&agrave;, c&#39;est une toute autre nature qui nous accueille : verdoyante, reposante, apaisante.</p> <p><br /> Des &eacute;quipements de grande qualit&eacute;, avec cette &quot;mati&egrave;re premi&egrave;re&quot;, &quot;Dame Nature&quot;, si riche ici, et qui ne demande qu&#39;&agrave; se faire visiter&hellip; &Agrave; s&#39;introduire dans cet arri&egrave;re-pays qui n&#39;en finit pas de livrer toutes ces richesses pour le plus grand plaisir des nombreux visiteurs qui fr&eacute;quentent ces parcours.</p> <p>Les &eacute;lus de ce territoire peuvent &ecirc;tre fiers, n&#39;est-ce pas Paul ? Pour avoir cru en leurs atouts et en la volont&eacute; d&#39;accompagner ce projet et continuer de le faire.</p> <p>Je sais combien tu as combattu, bataill&eacute;, n&eacute;goci&eacute; pour cet itin&eacute;raire&hellip; Combien de fois, tu as d&ucirc; convaincre nos partenaires pour gagner, tron&ccedil;on apr&egrave;s tron&ccedil;on, le droit d&#39;aller encore plus loin&hellip; De poursuivre.</p> <p>Laissez-moi, en quelques mots, retracer l&#39;itin&eacute;raire de ce projet&hellip;</p> <p>Repr&eacute;sentant l&#39;axe vertical du &quot;T&quot; d&eacute;partemental du Plan V&eacute;lo, la r&eacute;alisation de la voie verte de la Suisse Normande, lanc&eacute;e en 2012, au terme d&#39;une longue phase de concertation, a &eacute;t&eacute; phas&eacute;e en trois tranches successives, entre Caen, Grimbosq, Thury-Harcourt et Cl&eacute;cy.</p> <p>Avec l&#39;ach&egrave;vement des travaux de la derni&egrave;re tranche, entre Thury-Harcourt et Cl&eacute;cy, il y a quelques semaines, c&#39;est d&eacute;sormais l&#39;ensemble de la voie verte, entre Caen et Cl&eacute;cy qui est op&eacute;rationnelle.</p> <p><br /> Avec ces derniers kilom&egrave;tres, c&#39;est un itin&eacute;raire continu et s&eacute;curis&eacute;, au c&oelig;ur de la vall&eacute;e de l&#39;Orne, sur plus de 40 kilom&egrave;tres, qui s&#39;offre &agrave; tous les usagers, locaux ou touristes.</p> <p>Au global, cette voie verte aura repr&eacute;sent&eacute; un investissement de 13 millions d&#39;euros pour le D&eacute;partement, cofinanc&eacute; &agrave; hauteur de 5,6 millions d&#39;euros par la R&eacute;gion et l&#39;Europe au titre du FEDER. Ce qui repr&eacute;sente une somme certaine&hellip;</p> <p>A relativiser toutefois, en comparaison, cela correspond &agrave; deux kilom&egrave;tres de voie d&#39;autoroute.</p> <p>Lorsque l&#39;on voit l&#39;engouement populaire croissant, plus de 300 000 usagers/an (v&eacute;los, pi&eacute;tons, rollers) sont comptabilis&eacute;s, au d&eacute;part de la voie verte de la Suisse Normande, &agrave; Caen. On peut se dire que c&#39;est de l&#39;argent public bien investi.</p> <p>Cette fr&eacute;quentation d&eacute;croit, au fur et &agrave; mesure, de la progression dans la vall&eacute;e, mais ce sont, tout de m&ecirc;me, 150 000 usagers/an comptabilis&eacute;s &agrave; Feuguerolles-Bully et plus de 100 000 &agrave; Thury-Harcourt.</p> <p>Principalement utilis&eacute;e par les usagers locaux, cette voie verte s&#39;inscrit &eacute;galement comme un axe de d&eacute;veloppement touristique en tant que tron&ccedil;on de la &quot;V&eacute;lo Francette&quot; (v&eacute;loroute gratifi&eacute;e de deux prix successifs au niveau national et europ&eacute;en en 2017 et 2018).</p> <p>&nbsp;</p> <p>Reconnue comme l&#39;une des plus belles &eacute;tapes de cette v&eacute;loroute par les touristes &agrave; v&eacute;lo, la voie verte de la Suisse Normande pourra progressivement s&#39;enrichir d&#39;offres de services, notamment en mati&egrave;re d&#39;h&eacute;bergement et de restauration.</p> <p>&Agrave; l&#39;image de l&#39;ensemble du trac&eacute;, le dernier tron&ccedil;on Thury-Harcourt/Cl&eacute;cy, permet de d&eacute;couvrir, de mani&egrave;re s&eacute;curis&eacute;e et confortable, des points de vue exceptionnels sur la vall&eacute;e de l&#39;Orne.</p> <p>P&eacute;n&eacute;trant au c&oelig;ur de la Suisse normande, elle est &eacute;galement directement connect&eacute;e aux sites naturels des Rochers des Parcs et de la Houle, ENS d&eacute;partementaux, et &quot;monuments naturels&quot; embl&eacute;matiques de la Suisse normande, supports&nbsp; des activit&eacute;s de pleine nature qui en font la renomm&eacute;e : randonn&eacute;e, escalade, parapente, kayak, etc.</p> <p>Conscientes du potentiel de d&eacute;veloppement local que repr&eacute;sente l&#39;arriv&eacute;e de la voie verte, les collectivit&eacute;s locales et les &eacute;lus portent des projets locaux qui viennent enrichir l&#39;offre de cet itin&eacute;raire :</p> <ul class="avec-checkbox"> <li>Le Hom : am&eacute;nagements dans l&#39;ancienne gare de Thury-Harcourt et dans la Base de Pleine Nature de Kayak.</li> <li>Saint-R&eacute;my : projet mixte culturel/restauration/accueil v&eacute;lo, au niveau de l&#39;ancien mus&eacute;e de la mine, r&eacute;cemment r&eacute;habilit&eacute; et ouvert au public, le 23 juin dernier.</li> </ul> <p><br /> Si vous le permettez, en quelques points rapides, je vais rappeler les grands &eacute;l&eacute;ments de cette troisi&egrave;me tranche de travaux : 13,5 km de lin&eacute;aire, avec un rev&ecirc;tement en enrob&eacute; color&eacute;, adapt&eacute; aux diff&eacute;rents secteurs g&eacute;ographiques et notamment aux prescriptions r&eacute;glementaires en site class&eacute;, notamment sur la commune de Le Vey.</p> <p>La voie a une largeur de 3 m&egrave;tres et est autoris&eacute;e aux v&eacute;los, rollers et pi&eacute;tons, en cohabitation sur un espace commun. Par contre, les engins motoris&eacute;s et les chevaux ne sont pas autoris&eacute;s, except&eacute; sur quelques tron&ccedil;ons ponctuels de liaison sur des itin&eacute;raires &eacute;questres.</p> <p>Des am&eacute;nagements connexes ont &eacute;t&eacute; n&eacute;cessaires, tel le r&eacute;am&eacute;nagement de l&#39;ancien passage &agrave; niveau, au sud de Saint-R&eacute;my-sur-Orne, en traverse de la RD 562 ainsi que des connexions aux Espaces Naturels Sensibles du D&eacute;partement (Rochers de la Houle et Rochers des Parcs). Ou encore l&#39;am&eacute;nagement d&#39;aires de repos, avec 24 bancs, 14 tables de pique-nique et 32 range-v&eacute;los.</p> <p>L&#39;am&eacute;nagement de la troisi&egrave;me tranche s&#39;est, en fait, d&eacute;roul&eacute;e en deux parties distinctes : une premi&egrave;re partie, entre la mi-mars 2017 et octobre 2017, entre le Pont de la Mousse &agrave; Saint-R&eacute;my-sur-Orne et Cl&eacute;cy.</p> <p>Puis, la seconde partie de cette tranche 3, au premier semestre de cette ann&eacute;e, entre Thury-Harcourt et le Pont de la Mousse.</p> <p><br /> Le budget de cette troisi&egrave;me tranche s&#39;&eacute;l&egrave;ve &agrave; 4 millions d&#39;euros T.T.C. avec un financement par la R&eacute;gion, &agrave; hauteur de 850 000 euros et 3 150 000 euros &agrave; la charge du D&eacute;partement.</p> <p>Sur cet itin&eacute;raire magique, se trouve l&#39;Espace Naturel Sensible des Rochers des Parcs, autre tr&eacute;sor de cette Suisse Normande ; ce site naturel constitue l&#39;un des sites embl&eacute;matiques de la r&eacute;gion.</p> <p>Il s&#39;agit d&#39;une barre rocheuse, orient&eacute;e d&#39;ouest en est, surplombant l&#39;Orne d&#39;une hauteur d&#39;environ 70 m&egrave;tres. Son d&eacute;nivel&eacute; et son affleurement rocheux lui conf&egrave;rent une ambiance montagnarde qui a historiquement fait la renomm&eacute;e de ce territoire.</p> <p>Cr&eacute;&eacute;e, en 1994, sur le territoire de la commune de Le Vey, la zone de pr&eacute;emption a &eacute;t&eacute; ensuite &eacute;tendue sur le territoire des communes de Cl&eacute;cy et Le B&ocirc;, en 2008, pour une surface totale de 37 hectares.</p> <p>&Agrave; ce jour, un peu plus de 22 hectares sont acquis, soit un taux d&#39;acquisition de 61 %, comprenant la quasi-totalit&eacute; des falaises, c&oelig;ur du site, sur la commune de Le Vey.</p> <p>Site class&eacute; en zone &quot;Natura 2000&quot;, il abrite une grande diversit&eacute; de milieux naturels : sur les rochers orient&eacute;s au sud, habitats de milieux secs et pauvres : pelouses, landes et fourr&eacute;s ; plus proches de la rivi&egrave;re : boisements et prairies humides.</p> <p><br /> Le caract&egrave;re montagneux du site en fait un espace privil&eacute;gi&eacute; en Normandie, pour la pratique de sports de nature.</p> <p>Au-del&agrave; des randonn&eacute;es p&eacute;destres, &eacute;questres et VTT, c&#39;est un site d&#39;importance r&eacute;gionale pour la pratique de l&#39;escalade (8&egrave;me site le plus pratiqu&eacute; &agrave; l&#39;&eacute;chelon national par les clubs adh&eacute;rents &agrave; la F&eacute;d&eacute;ration Fran&ccedil;aise de Montagne et d&#39;Escalade). Pas moins de 32 000 visiteurs, &agrave; l&#39;ann&eacute;e, fr&eacute;quentent ce site remarquable !</p> <p>Au travers de la ma&icirc;trise fonci&egrave;re quasi-compl&egrave;te des falaises, de r&eacute;cents am&eacute;nagements r&eacute;alis&eacute;s par le D&eacute;partement, pour l&#39;accueil du public et une d&eacute;marche de pr&eacute;servation des milieux naturels aboutie, le site peut d&eacute;sormais &ecirc;tre consid&eacute;r&eacute; comme &quot;mature&quot; en tant qu&#39;ENS.</p> <p>C&#39;est-&agrave;-dire ne n&eacute;cessitant plus que des efforts de maintenance de son capital naturel et des am&eacute;nagements.</p> <p>Le plan de gestion, &eacute;tabli en 2005, d&eacute;finit les actions &agrave; mener pour la conservation du patrimoine naturel et paysager, l&#39;ouverture ma&icirc;tris&eacute;e du site, au public, ainsi que le maintien des usages en place.</p> <p>Ainsi, la d&eacute;construction de bungalows, le long de l&#39;Orne, pour un montant de 25 000 &euro;, l&#39;abattage de peupliers et la&nbsp; restauration&nbsp; des&nbsp; milieux&nbsp;&nbsp; naturels&nbsp; (landes&nbsp;&nbsp; et&nbsp;&nbsp; pierriers&nbsp; -travaux en r&eacute;gie-) ont &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s, au titre des am&eacute;nagements naturels et paysagers.</p> <p>&nbsp;</p> <p><br /> En ce qui concerne l&#39;accueil du public, divers travaux ont &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s, tels que la r&eacute;habilitation, en 2014, du parking au pied de viaduc, pour un montant de 11 800 &euro;, ou encore la mise en place de la signal&eacute;tique, sur le site, pour 12 500 &euro; ou bien l&#39;am&eacute;nagement d&#39;une boucle de randonn&eacute;e (travaux r&eacute;alis&eacute;s en r&eacute;gie par l&#39;&eacute;quipe d&#39;entretien des ENS) ou enfin, la gestion du site restaur&eacute; (zones d&#39;accueil du public, chemins et milieux naturels) dont l&#39;entretien est principalement r&eacute;alis&eacute;, en r&eacute;gie, par l&#39;&eacute;quipe d&#39;entretien des ENS, l&agrave; encore.</p> <p>Je souhaite vivement remercier tous ceux qui ont particip&eacute;, depuis tant d&#39;ann&eacute;es, &agrave; faire de ces itin&eacute;raires et de ces sites remarquables de v&eacute;ritables atouts touristiques&hellip; Peut-&ecirc;tre un jour r&eacute;ussirons-nous &agrave; relier tous les ENS d&eacute;partementaux par ces voies vertes ! Beau challenge !</p> <p>Remerciements &agrave; nos Services D&eacute;partementaux, bien s&ucirc;r, et &agrave; la Direction G&eacute;n&eacute;rale Adjointe Am&eacute;nagement et Environnement, mais &eacute;galement aux territoires, les Communes et leurs Elus, Maires ou Pr&eacute;sidents d&#39;Intercommunalit&eacute;s et aux diff&eacute;rents partenaires (Etat, R&eacute;gion&hellip;).</p> <p>Merci &agrave; toi, Paul, merci &agrave; Sylvie&hellip;</p> <p>Je sais que vous ne m&eacute;nagez jamais votre peine pour la promotion et la valorisation de ce coin du d&eacute;partement, cher &agrave; votre c&oelig;ur&hellip; En associant et partageant avec vos coll&egrave;gues &eacute;lus&hellip;</p> <p><br /> Vous faites, je le sais, vous les &eacute;lus du territoire, de votre c&ocirc;t&eacute;, avec vos budgets, le maximum pour accompagner, par les am&eacute;nagements que vous portez, les investissements du D&eacute;partement sur cet itin&eacute;raire&hellip; Il faut du temps, beaucoup de temps pour la strat&eacute;gie d&#39;un itin&eacute;raire&hellip; C&#39;est pour cela que j&#39;aime &agrave; dire qu&#39;il faut aussi des &eacute;lus qui apportent cette constance dans le suivi des projets !</p> <p>Bravo et merci pour votre engagement.</p> <p>Cette voie verte d&eacute;sormais achev&eacute;e, je le disais, est pour le D&eacute;partement, au-del&agrave; d&#39;&ecirc;tre une belle vitrine, pour la promotion du v&eacute;lo et les sports de nature, une v&eacute;ritable fiert&eacute; que je partage, aujourd&#39;hui, avec chacun d&#39;entre vous !!!</p> <p>Oui, le D&eacute;partement du Calvados est un D&eacute;partement en mouvement, il le prouve et nous le prouvons, ce matin, avec des kilom&egrave;tres parcourus, dans cette nature luxuriante et si accueillante.</p> <p>Non seulement, le D&eacute;partement est en mouvement, mais il est, je le crois, reconnu comme tel&hellip; Aussi, dans ce domaine du v&eacute;lo et des itin&eacute;raires cyclables, et de la pr&eacute;servation et valorisation de l&#39;environnement.</p> <p>M&ecirc;me, s&#39;il faut bien le dire, nous &eacute;tions, il y a encore quelques ann&eacute;es, en retard&hellip; Le Plan V&eacute;lo, et cette volont&eacute; politique que nous avons collectivement, a permis de rattraper ce retard et je m&#39;en f&eacute;licite !</p> <p>&nbsp;</p> <p>Et, je dois le dire, merci Paul d&#39;en avoir &eacute;t&eacute; le porte-drapeau, pour ne pas dire le &quot;porte-bidons&quot; !</p> <p>Je remercie &eacute;galement toutes les entreprises, les diff&eacute;rents corps de m&eacute;tier qui, au fil du chantier, ont particip&eacute; &agrave; cette tr&egrave;s belle r&eacute;alisation ainsi que l&#39;entreprise LOCVELO de Bayeux pour la location des v&eacute;los.</p> <p>Je vous remercie de votre attention et pour f&ecirc;ter cet &eacute;v&eacute;nement, je vous invite &agrave; partager quelques moments de convivialit&eacute; en attendant les vacances !</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le mercredi 11 juillet 2018 &agrave; Le Hom (Thury-Harcourt) / Le Vey, en pr&eacute;sence notamment de Paul Chandelier et Sylvie Jacq. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p>&nbsp; <p><span style="font-size:12px;"></span></p> </p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du vendredi 29 juin 2018 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--6.html ven., 29 juin 2018 15:00:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Notre journ&eacute;e s&rsquo;annonce donc particuli&egrave;rement riche, &agrave; l&rsquo;image des trois ann&eacute;es qui viennent de s&rsquo;&eacute;couler. &Agrave; cet &eacute;gard, nous avons &eacute;dit&eacute; ce printemps notre bilan d&rsquo;&eacute;tape et il vous a &eacute;t&eacute; distribu&eacute; &agrave; votre arriv&eacute;e le dernier <strong>rapport d&rsquo;activit&eacute;s des services du D&eacute;partement</strong>. Au travers de ces documents, il est rendu compte du formidable &eacute;lan que nous portons ensemble, et dont je crois nous pouvons &ecirc;tre collectivement fiers.</p> <p>Je pense bien s&ucirc;r &agrave; la refonte de pratiquement toutes nos grandes politiques publiques, &agrave; leur red&eacute;finition dans un cadre plus moderne, plus contemporain, plus &agrave; l&rsquo;&eacute;coute de notre temps, que ce soit dans le domaine des aides aux territoires, de la culture, du sport, de l&rsquo;&eacute;ducation, du tourisme, des aides agricoles, des espaces naturels, de la vie associative, de l&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique&hellip; sachant que nous nous penchons actuellement sur nos grandes politiques sociales, en mati&egrave;re de protection de l&rsquo;enfance, d&rsquo;autonomie et d&rsquo;insertion.</p> <p>Sur bien des sujets, le Calvados s&rsquo;est retrouv&eacute; pilote en France, comme il l&rsquo;est actuellement sur l&rsquo;inclusion num&eacute;rique, sur le nouveau syst&egrave;me d&rsquo;information des maisons d&eacute;partementales des personnes handicap&eacute;es ou encore sur le mod&egrave;le &eacute;conomique des laboratoires d&eacute;partementaux d&rsquo;analyse. Notre D&eacute;partement a re&ccedil;u le Prix national du management public local, le Prix Innova&rsquo;ter, le Prix Futurs Publics, deux Troph&eacute;es nationaux de la communication&nbsp;; l&rsquo;excellence de sa gestion a &eacute;t&eacute; reconnue par la Chambre r&eacute;gionale des comptes.</p> <p>Bref, sans jamais m&eacute;nager notre peine, avec parfois des d&eacute;cisions difficiles mais toujours raisonn&eacute;es et responsables, nous aurons bient&ocirc;t pass&eacute; en revue toutes nos actions publiques. Nous aurons ainsi peu &agrave; peu repens&eacute; la place et le r&ocirc;le du D&eacute;partement en l&rsquo;&eacute;rigeant comme <strong>un puissant pilier territorial</strong>, capable d&rsquo;agir en proximit&eacute; dans le quotidien des habitants tout en pr&eacute;parant les grandes transitions de notre temps. C&rsquo;est de cela dont nous pouvons &ecirc;tre je crois particuli&egrave;rement fiers &agrave; mi-mandat.</p> <p>En 2017, je retiendrai plus particuli&egrave;rement la signature de nos premiers contrats de territoire, l&rsquo;inauguration du village des marques &agrave; Honfleur, l&rsquo;ach&egrave;vement de la couverture du Calvados en CLIC afin de mieux accompagner les personnes &acirc;g&eacute;es et leurs aidants, l&rsquo;adoption de notre premier sch&eacute;ma d&eacute;partemental d&rsquo;accessibilit&eacute; des services au public et l&rsquo;ouverture de six nouvelles maisons de services au public, l&rsquo;inauguration du tron&ccedil;on de la V&eacute;lofrancette entre Caen et Ouistreham, mais aussi notre premier plan d&eacute;partemental pour le cheval et un &eacute;v&eacute;nement qui me tient beaucoup &agrave; c&oelig;ur, le Refugee Food Festival dans le cadre du prix Bayeux-Calvados.</p> <p>Quel que soit la s&eacute;lection des &eacute;v&eacute;nements phares du D&eacute;partement en 2017 que vous ferez de votre c&ocirc;t&eacute;, je crois que chacun se convaincra que plus que jamais, <strong>notre D&eacute;partement est une collectivit&eacute; en mouvement, et reconnue comme telle</strong>.</p> <p>Cet &eacute;lan se poursuit jusqu&rsquo;au c&oelig;ur de notre session, puisqu&rsquo;il sera question aujourd&rsquo;hui de remplacer la t&eacute;l&eacute;alarme, dont nous &eacute;quipions certaines personnes &acirc;g&eacute;es b&eacute;n&eacute;ficiaires de nos aides sociales, par un nouveau syst&egrave;me modernis&eacute;, moins on&eacute;reux pour un meilleur service, et qui pourra par ailleurs profiter &agrave; l&rsquo;ensemble des citoyens du Calvados qui en feront la demande.</p> <p>Nous voterons &eacute;galement un nouveau dispositif d&rsquo;ing&eacute;nierie pour accompagner le bloc communal dans l&rsquo;adoption des technologies d&rsquo;acc&egrave;s &agrave; internet tr&egrave;s haut d&eacute;bit. Nous augmenterons nos plafonds d&rsquo;aide aux communes pour les travaux et &eacute;quipements de s&eacute;curit&eacute; routi&egrave;re et nous poursuivrons nos recherches de mutualisation, en nous pronon&ccedil;ant sur la fusion des syndicats mixtes des Ports Normands Associ&eacute;s et du Port de Dieppe.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Toutefois, avant que d&rsquo;aborder ensemble ces beaux sujets, il y en a un qui retiendra en ouverture de session, notre attention. Il nous faudra en effet nous prononcer sur le nouveau cadre imagin&eacute; par le Gouvernement pour corseter l&rsquo;action des collectivit&eacute;s territoriales, j&rsquo;ai nomm&eacute; &laquo;&nbsp;<strong>la contractualisation</strong>&nbsp;&raquo;.</p> <p>Vous savez d&eacute;sormais tous que pour respecter les engagements europ&eacute;ens de l&rsquo;&Eacute;tat en mati&egrave;re de d&eacute;ficit public, la loi de programmation des finances publiques 2018-2022 impose aux collectivit&eacute;s territoriales une progression maximale de leurs d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement &agrave; <strong>+1,2 %</strong> <strong>par an, inflation comprise</strong>, et un d&eacute;sendettement de 30 %. Pour atteindre ces objectifs, tous les D&eacute;partements sont appel&eacute;s &agrave; signer &ndash; d&rsquo;ici demain &ndash; un contrat avec les Pr&eacute;fets pour d&eacute;terminer leurs objectifs individuels.</p> <p>De l&rsquo;ordre de 80 % des D&eacute;partements devraient le refuser. Pour cause, c&rsquo;est un dispositif <strong>conceptuellement insupportable</strong> et <strong>techniquement contre-productif</strong>. Apr&egrave;s 40 ann&eacute;es de combats engag&eacute;s pour la d&eacute;centralisation, pour la responsabilisation des &eacute;lus locaux et la d&eacute;fense des libert&eacute;s locales, je suis personnellement vent debout contre cette <strong>d&eacute;marche technocratique</strong>, d&rsquo;une extr&ecirc;me maladresse, qui va p&eacute;naliser pour trois ans la contribution de la sph&egrave;re publique locale &agrave; la performance de notre pays.</p> <p>Sous les pr&eacute;c&eacute;dents quinquennats, tant sous celui de Nicolas Sarkozy que sous celui de Fran&ccedil;ois Hollande, les collectivit&eacute;s territoriales s&rsquo;&eacute;taient d&eacute;j&agrave; vues amputer de leurs marges de man&oelig;uvre sur leurs recettes, fragilisant le lien logique entre le citoyen-contribuable et la qualit&eacute; des services publics locaux. D&eacute;sormais, le Gouvernement d&rsquo;Emmanuel Macron s&rsquo;appr&ecirc;te &agrave; nous amputer de nos marges de man&oelig;uvre sur les d&eacute;penses.</p> <p>Entendez-moi bien. <strong>Nul ne conteste la n&eacute;cessit&eacute; absolue de redresser les comptes publics de l&rsquo;&Eacute;tat</strong> &ndash; je dis bien <em>de l&rsquo;&Eacute;tat</em> &ndash; dans notre pays. Mais il y en a assez que ce dernier s&rsquo;&eacute;rige en donneur de le&ccedil;on. C&rsquo;est voir une poussi&egrave;re dans l&rsquo;&oelig;il des collectivit&eacute;s et ne pas voir la poutre dans le sien&nbsp;!</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Les collectivit&eacute;s territoriales ont d&eacute;j&agrave; pris leurs responsabilit&eacute;s. Notre D&eacute;partement probablement plus encore que d&rsquo;autres. Au cours de ces 5 derni&egrave;res ann&eacute;es, l&rsquo;&eacute;volution moyenne de nos d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement a &eacute;t&eacute; de 1,14 %, en de&ccedil;&agrave; du seuil des 1,2 % - seuil par ailleurs quelque peu artificiel car il ne repose sur aucune prospective macro-&eacute;conomique. En 2018, nous avons fait mieux encore, en votant une augmentation limit&eacute;e &agrave; 0,8 %. Pendant ce temps, les d&eacute;penses de fonctionnement de l&rsquo;&Eacute;tat augmentent de 1,9 % cette ann&eacute;e...</p> <p>Je n&rsquo;ose pas reparler du niveau d&rsquo;endettement de l&rsquo;&Eacute;tat, extr&ecirc;mement pr&eacute;occupant d&rsquo;autant que l&rsquo;&Eacute;tat continue de s&rsquo;endetter pour rembourser sa dette, tandis que notre collectivit&eacute; s&rsquo;est d&eacute;sendett&eacute;e de plus de 20 % en trois ans, sans augmenter les imp&ocirc;ts locaux.</p> <p>&Agrave; cet &eacute;gard, l&rsquo;<strong>analyse de notre compte administratif 2017</strong>, qui vous sera expos&eacute; en d&eacute;tail tout &agrave; l&rsquo;heure par S&eacute;bastien Leclerc et Xavier Charles, est la plus belle illustration qui se puisse trouver. Avec des fonds libres limit&eacute;s &agrave; moins de 1 % du budget, nos pr&eacute;visions auront &eacute;t&eacute; particuli&egrave;rement justes et sinc&egrave;res &ndash; on est &agrave; ce niveau v&eacute;ritablement dans <strong>de l&rsquo;orf&egrave;vrerie</strong>. Notre taux d&rsquo;&eacute;pargne brute bondit de&nbsp;+13 % et nos investissements de +19 %, alors m&ecirc;me que nous nous sommes d&eacute;sendett&eacute;s de plus de 48 millions d&rsquo;euros. Il faut reconna&icirc;tre que cette &eacute;quation a de quoi faire quelques envieux.</p> <p>Alors faut-il que l&rsquo;Ex&eacute;cutif national vienne casser cette belle m&eacute;canique&nbsp;?</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Il suffit d&eacute;j&agrave; que ces pr&eacute;c&eacute;dentes ann&eacute;es les collectivit&eacute;s territoriales aient subi une baisse drastique des dotations de l&rsquo;&Eacute;tat pour plus de <strong>11 milliards d&rsquo;euros</strong>, une insuffisance heurtante de ses compensations sur le reste &agrave; charge des trois allocations individuelles de solidarit&eacute; &ndash; l&rsquo;ardoise s&rsquo;&eacute;l&egrave;ve au niveau de l&rsquo;ensemble des D&eacute;partements &agrave; presque <strong>10 milliards d&rsquo;euros</strong> en 2016 &ndash; et que nous devions de surcro&icirc;t composer avec ce que l&rsquo;on appelle &laquo;&nbsp;l&rsquo;inflation normative&nbsp;&raquo;, ces d&eacute;penses exog&egrave;nes d&eacute;cid&eacute;es unilat&eacute;ralement par l&rsquo;&Eacute;tat mais prises en charge par les collectivit&eacute;s, sans qu&rsquo;elles n&rsquo;aient aucunement leur mot &agrave; dire. Rien qu&rsquo;entre 2008 et 2014, ces d&eacute;penses exog&egrave;nes ont pes&eacute; pour plus de <strong>6 milliards d&rsquo;euros</strong> dans les comptes des collectivit&eacute;s.</p> <p>On parle ainsi, dans la relation entre l&rsquo;&Eacute;tat &ndash; au d&eacute;ficit tristement structurel depuis 43 ans &ndash; et les collectivit&eacute;s &ndash; respectueuses pour leur part de la fameuse r&egrave;gle d&rsquo;or &ndash; d&rsquo;<strong>une ardoise de pr&egrave;s de 26 milliards d&rsquo;euros </strong>creus&eacute;e en seulement quelques exercices budg&eacute;taires. Vous reconna&icirc;trez que ce n&rsquo;est pas rien&nbsp;!</p> <p>Et l&rsquo;histoire n&rsquo;est pas finie, car le pire est peut-&ecirc;tre encore &agrave; venir.</p> <p>Le Gouvernement s&rsquo;est engag&eacute; dans un <strong>engrenage fiscal</strong> qu&rsquo;il ne semble pas &agrave; m&ecirc;me de pouvoir ma&icirc;triser. Il a d&eacute;cid&eacute; de supprimer la taxe d&rsquo;habitation pour 80 % des m&eacute;nages. Il fallait s&rsquo;y attendre, le Conseil constitutionnel l&rsquo;a oblig&eacute; &agrave; supprimer la taxe d&rsquo;habitation pour les 20 % restants. Par suite, le Gouvernement doit trouver non pas 10 milliards d&rsquo;euros, mais 20 milliards d&rsquo;euros pour compenser la perte de recettes de la taxe d&rsquo;habitation. Alors, dans un v&eacute;ritable <strong>num&eacute;ro de passe-passe</strong>, un rapport remis au Gouvernement le 9 mai dernier pr&eacute;conise le transfert de la taxe fonci&egrave;re sur les propri&eacute;t&eacute;s b&acirc;ties, des D&eacute;partements vers le bloc communal&nbsp;; ainsi que le transfert des droits de mutation &agrave; titre on&eacute;reux des D&eacute;partements vers l&rsquo;&Eacute;tat&nbsp;; tandis que les D&eacute;partements pourraient recevoir une fraction de CSG. Dans le m&ecirc;me temps, allez comprendre, le Gouvernement porte la proposition de permettre aux D&eacute;partements d&rsquo;augmenter de 0,2 point le taux des droits de mutation &agrave; titre on&eacute;reux, dans un pays o&ugrave; la fiscalit&eacute; sur les transactions immobili&egrave;res est d&eacute;j&agrave; l&rsquo;une des plus &eacute;lev&eacute;es au monde. Autant vous dire que les discussions vont bon train et qu&rsquo;elles sont loin d&rsquo;aboutir.</p> <p>Mais pendant ce temps, il reste toujours au bout du compte un trou de 20 milliards d&rsquo;euros, celui de la taxe d&rsquo;habitation&hellip; enfin pas tout &agrave; fait, rassurez-vous bien s&ucirc;r, le Gouvernement a pris en compte 3 milliards de moindres recettes dans la trajectoire budg&eacute;taire du quinquennat. Il ne reste donc plus que 17 milliards d&rsquo;euros &agrave; trouver&hellip; sans doute une bagatelle.</p> <p>La v&eacute;rit&eacute; est que le Gouvernement s&rsquo;est v&eacute;ritablement mis dans <strong>une situation p&eacute;rilleuse</strong>, parce qu&rsquo;il a pris le probl&egrave;me &agrave; l&rsquo;envers. Il aurait fallu avoir un grand d&eacute;bat sur les ressources fiscales des collectivit&eacute;s, avant de supprimer la taxe d&rsquo;habitation.</p> <p>Quand on a cela en t&ecirc;te, on comprend que la contractualisation n&rsquo;est m&ecirc;me plus l&agrave; pour aider notre pays &agrave; compenser les d&eacute;ficits de l&rsquo;&Eacute;tat afin de faire meilleure figure devant nos partenaires europ&eacute;ens, dit autrement pour <strong>boucher les trous que l&rsquo;&Eacute;tat a lui-m&ecirc;me cr&eacute;&eacute;</strong>, mais pour &eacute;coper avec une cuill&egrave;re un paquebot qui prend l&rsquo;eau&nbsp;de partout, tout en orientant l&rsquo;opinion publique de sorte &agrave; ce qu&rsquo;elle se dise que le probl&egrave;me, ce n&rsquo;est pas que le paquebot prenne l&rsquo;eau, mais que la cuill&egrave;re n&rsquo;est pas assez efficace&nbsp;!</p> <p>Vous l&rsquo;avez compris, je suis en col&egrave;re, car je vois que notre pays s&rsquo;enfonce dans une crise des finances publiques terrible, que la d&eacute;fiance entre l&rsquo;&Eacute;tat et les collectivit&eacute;s territoriales n&rsquo;a jamais &eacute;t&eacute; aussi forte et que les grands d&eacute;cideurs &agrave; Paris ne semblent plus se rendre compte des clivages sociaux et territoriaux qu&rsquo;ils alimentent.</p> <p>Alors je voudrais rappeler que <strong>les collectivit&eacute;s territoriales ne sont pas les filiales de la holding &Eacute;tat</strong>, elles sont librement administr&eacute;es. Notre nation n&rsquo;est pas repr&eacute;sent&eacute;e par l&rsquo;&Eacute;tat, mais par l&rsquo;&Eacute;tat et les collectivit&eacute;s territoriales &eacute;galitairement fond&eacute;es par la Constitution. Et pour bien avancer, il faut ces deux piliers, c&ocirc;te &agrave; c&ocirc;te, car je vais vous le dire, on ne rel&egrave;vera pas notre pays &agrave; cloche-pied&nbsp;!</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Revenons &agrave; la contractualisation. Sur le principe, si on s&rsquo;en fie au sens que donne le code civil du terme &laquo;&nbsp;contrat&nbsp;&raquo;, c&rsquo;est un outil int&eacute;ressant. Le probl&egrave;me est qu&rsquo;ici, il n&rsquo;est aucunement question d&rsquo;un accord librement consenti, avec des engagements &eacute;quilibr&eacute;s. Il n&rsquo;est pas m&ecirc;me question de contrat l&eacute;onin. Au fait de contrat, c&rsquo;est purement <strong>une lettre de cadrage</strong>, sur laquelle nous n&rsquo;avons aucune, mais alors strictement aucune marge de n&eacute;gociation ou m&ecirc;me de discussion. Les D&eacute;partements qui ont tent&eacute; de faire valoir des sp&eacute;cificit&eacute;s locales se sont tous faits retoquer par la censure des minist&egrave;res de l&rsquo;Int&eacute;rieur et de Bercy, donc une lettre de cadrage et si vous n&rsquo;&ecirc;tes pas sages, vous avez des sanctions&nbsp;!</p> <p>Dans le cas du D&eacute;partement du Calvados, un plafond d&rsquo;&eacute;volution de 1,2 % de nos d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement repr&eacute;sente une marge d&rsquo;environ 7 millions d&rsquo;euros par an. La moiti&eacute; sera amput&eacute;e par la hausse des trois allocations individuelles de solidarit&eacute;, notamment du RSA. Nous ne serons donc pas assujettis &agrave; un plafond de 1,2 %, mais en r&eacute;alit&eacute; de <strong>0,7 %</strong>&nbsp;! Sur cette <strong>marge en peau de chagrin</strong>, il faudra imputer la hausse m&eacute;canique de la masse salariale, sur laquelle p&egrave;sent des mesures de revalorisation d&eacute;cid&eacute;es par l&rsquo;&Eacute;tat et qui s&rsquo;imposent &agrave; nous, telles que la hausse des cotisations retraite. Il faudra imputer l&rsquo;inflation, qui devrait fluctuer entre 1,5 et 2 % par an&nbsp;; mais aussi l&rsquo;accroissement proportionn&eacute; de certaines d&eacute;penses avec la croissance d&eacute;mographique du Calvados. Il faudra faire face &agrave; l&rsquo;explosion de nos d&eacute;penses pour la prise en charge des mineurs non accompagn&eacute;s, &agrave; la couverture des besoins dans les EHPAD, dans les &eacute;tablissements m&eacute;dico-sociaux, dans les coll&egrave;ges, au SDIS&hellip;</p> <p>Nous serons tant corset&eacute;s qu&rsquo;il ne nous sera plus m&ecirc;me permis d&rsquo;engager certaines d&eacute;penses couvertes par des recettes nouvelles, ou pire, et c&rsquo;est cela qui est totalement contre-productif, d&rsquo;engager des projets de mutualisation n&eacute;cessitant de reprendre, dans notre budget principal, certaines d&eacute;penses supports de nos satellites. Avec la contractualisation, il n&rsquo;aurait pas &eacute;t&eacute; possible de cr&eacute;er en 2014 le fleuron qu&rsquo;est devenu le laboratoire interd&eacute;partemental LABEO, pas plus que de mettre en place en 2016 des services unifi&eacute;s entre le D&eacute;partement et le SDIS du Calvados.</p> <p>Nous sommes donc <strong>dans une impasse</strong>, sans aucune marge de discussion possible avec le Gouvernement, qui entend d&rsquo;ores et d&eacute;j&agrave; prendre des mesures de r&eacute;torsion contre les D&eacute;partements au pr&eacute;texte qu&rsquo;ils refuseraient massivement cette diabolique et absurde contractualisation. A titre d&rsquo;exemple, le Premier ministre a laiss&eacute; entendre qu&rsquo;il reviendrait sur toutes les maigres mais belles annonces qu&rsquo;il avait faites lors du 87<sup>e</sup> congr&egrave;s de l&rsquo;assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France en octobre dernier.</p> <p><strong>Notre vote doit</strong> <strong>exprimer notre incompr&eacute;hension</strong>, en suivant l&rsquo;avis, rendu &agrave; l&rsquo;unanimit&eacute;, de notre commission Finances et Moyens contre la contractualisation.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>J&rsquo;en viens &agrave; penser que <strong>notre Gouvernement a un probl&egrave;me avec les corps interm&eacute;diaires</strong>, qu&rsquo;il s&rsquo;agisse des organisations syndicales, des &eacute;lus locaux, ou m&ecirc;me des partis politiques. Il existe pourtant une autre voie, et je serais pour ma part bien volontaire pour y travailler, si nous &eacute;tions en capacit&eacute; de trouver quelques esprits parisiens que la technostructure n&rsquo;aura pas d&eacute;voy&eacute;s.</p> <p>La raison me pousse &agrave; croire que le Gouvernement ne peut pas se satisfaire de ce rendez-vous manqu&eacute; avec les collectivit&eacute;s. Plus que jamais, il a en particulier besoin des D&eacute;partements, car les grands d&eacute;fis du quinquennat, apr&egrave;s une premi&egrave;re p&eacute;riode consacr&eacute;e &agrave; la &laquo;&nbsp;flexibilit&eacute;&nbsp;&raquo;, doivent se tourner vers &laquo;&nbsp;la s&eacute;curit&eacute;&nbsp;&raquo; des trajectoires individuelles. Il est temps de s&rsquo;occuper des solidarit&eacute;s territoriales et des solidarit&eacute;s sociales, et les D&eacute;partements doivent &ecirc;tre l&agrave; au premier rang.</p> <p>J&rsquo;en veux deux exemples.</p> <p>Le Gouvernement r&eacute;fl&eacute;chit actuellement &agrave; la prise en charge des <strong>jeunes majeurs de 18 &agrave; 21 ans</strong> par l&rsquo;aide sociale &agrave; l&rsquo;enfance, voire m&ecirc;me jusqu&rsquo;&agrave; leurs 25 ans. Je peux comprendre cette orientation, car on demande autrement &agrave; ces jeunes, qui sont souvent parmi les plus fragiles et les plus isol&eacute;s, d&rsquo;&ecirc;tre autonomes bien plus t&ocirc;t que les autres. Mais cette prise en charge pourrait co&ucirc;ter &agrave; notre D&eacute;partement entre 10 et 20 millions d&rsquo;euros par an. Qui la financera&nbsp;?</p> <p>Dans le m&ecirc;me esprit, la Secr&eacute;taire d&rsquo;&Eacute;tat Sophie Cluzel vient de pr&eacute;senter sa proposition de loi pour supprimer une limite d&rsquo;&acirc;ge de la <strong>PCH</strong>. D&eacute;sormais, des personnes d&eacute;clar&eacute;es handicap&eacute;es n&rsquo;ayant pas demand&eacute; la PCH avant 75 ans pourraient la r&eacute;clamer si leur &eacute;tat se d&eacute;grade ou en cas de d&eacute;c&egrave;s de leur conjoint. La proposition de loi sugg&egrave;re aussi d&rsquo;exp&eacute;rimenter, d&egrave;s l&rsquo;ann&eacute;e prochaine, une baisse du reste &agrave; charge pour les personnes handicap&eacute;es. Ce sont deux propositions qui me questionnent personnellement, dans un pays o&ugrave; les aides sociales sont devenues un v&eacute;ritable puits sans fond &ndash; mais le vrai sujet est que ces deux propositions seront &eacute;videmment &agrave; la charge financi&egrave;re des D&eacute;partements, pas de l&rsquo;&Eacute;tat.</p> <p>On ne peut pas continuer ainsi, avec d&rsquo;un c&ocirc;t&eacute; un Gouvernement qui fait des annonces sur le dos des comp&eacute;tences qu&rsquo;il n&rsquo;exerce pas et des moyens qu&rsquo;il ne mobilise pas&nbsp;; et de l&rsquo;autre des D&eacute;partements qui tendent &agrave; &ecirc;tre mis sur la touche, alors que leur r&ocirc;le les pousse naturellement au premier plan pour r&eacute;sorber les clivages de notre soci&eacute;t&eacute;.</p> <p>Je propose donc au Gouvernement un nouveau mod&egrave;le de contrats, pourvu cette fois d&rsquo;en penser le canevas dans le cadre d&rsquo;un v&eacute;ritable dialogue librement consenti. Mon cr&eacute;do est simple&nbsp;: <strong>moins de d&eacute;penses contre moins de normes</strong>&nbsp;; <strong>moins de d&eacute;penses contre plus de libert&eacute;s locales</strong>. Dit autrement, je serai le premier des volontaires pour contractualiser un plafond contraignant d&rsquo;&eacute;volution des d&eacute;penses r&eacute;elles de fonctionnement, mais pourvu que l&rsquo;&Eacute;tat fasse des efforts proportionn&eacute;s, qu&rsquo;il cesse de d&eacute;fausser ses propres d&eacute;penses dans le budget des collectivit&eacute;s et qu&rsquo;il nous accorde une v&eacute;ritable libert&eacute; d&rsquo;action locale pour mettre en place les outils nous garantissant d&rsquo;atteindre nos objectifs. En tout cas, j&rsquo;irai plaider cela, en mobilisant les D&eacute;partements de l&rsquo;ASERDEL et au sein du bureau de l&rsquo;ADF, en n&rsquo;oubliant jamais que le v&eacute;ritable contrat n&rsquo;est pas entre l&rsquo;&Eacute;tat et les collectivit&eacute;s territoriales, mais entre les &eacute;lus et les citoyens qu&rsquo;ils repr&eacute;sentent.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Ce contrat-ci, le seul qui compte finalement r&eacute;ellement, nous l&rsquo;avons toujours honor&eacute;.</p> <p>Dans le cadre de notre bilan de mi-mandat, nous avons r&eacute;alis&eacute; un sondage aupr&egrave;s des habitants du Calvados. <strong>86 % des Calvadosiens sont attach&eacute;s &agrave; leur d&eacute;partement&nbsp;; 75 % jugent l&rsquo;action d&eacute;partementale utile</strong>. Ce sont des scores exceptionnels dans la sph&egrave;re publique, et ce sont l&agrave; de formidables encouragements que je partage fi&egrave;rement avec chacun d&#39;entre vous. Un autre sondage, mais cette fois-ci r&eacute;alis&eacute; au niveau national, montre que les Fran&ccedil;ais sont convaincus que la France est le pays qui dispose du meilleur service public parmi les grands pays europ&eacute;ens. Il s&rsquo;y dit aussi que les trois quarts des Fran&ccedil;ais sont convaincus que les services publics jouent un r&ocirc;le capital dans la sauvegarde des territoires en voie de d&eacute;sertification et surtout qu&rsquo;ils permettront le d&eacute;veloppement futur de ceux-ci !</p> <p>Quelle que soit l&rsquo;opinion du Gouvernement &agrave; l&rsquo;endroit des D&eacute;partements et des collectivit&eacute;s territoriales dans leur ensemble, nous savons ici ce que nos &eacute;nergies r&eacute;unies peuvent r&eacute;ussir. J&rsquo;ai plaisir &agrave; clore ce propos en &eacute;voquant avec vous la vitalit&eacute; des &eacute;v&eacute;nements que nous portons actuellement.&nbsp;Apr&egrave;s-demain, nous attendons de 9 &agrave; 10 000 personnes pour le <strong>Ch&acirc;teau des Enfants</strong> &agrave; B&eacute;nouville et ce week-end, il faut s&rsquo;attendre &agrave; ce qu&rsquo;il y ait &eacute;galement beaucoup de monde sur le nouveau tron&ccedil;on de la v&eacute;loroute du littoral que nous venons d&rsquo;inaugurer entre Asnelles et Longues-sur-mer, mais aussi aux superbes expositions que nous avons r&eacute;alis&eacute;es, celle sur le dressing des &eacute;v&ecirc;ques revisit&eacute;, &laquo;&nbsp;Esprits Cr&eacute;ateur(s)&nbsp;&raquo;, &agrave; Bayeux et &agrave; Lisieux&nbsp;; celle &agrave; notre mus&eacute;e de Vieux-la-Romaine, &laquo;&nbsp;ils sont food ces Romains&nbsp;&raquo; et celle en partenariat avec la ville de Caen au mus&eacute;e de Normandie, intitul&eacute;e &laquo;&nbsp;Vous avez dit barbares&nbsp;?&nbsp;&raquo;.</p> <p>Tandis que nous sommes entr&eacute;s dans la p&eacute;riode estivale, de tr&egrave;s nombreuses animations soutenues par le D&eacute;partement vont donner pleine vie &agrave; notre littoral, &agrave; nos espaces verts, &agrave; nos terroirs &ndash; et j&rsquo;esp&egrave;re qu&rsquo;il vous sera &agrave; tous possible de pleinement en profiter, conscient de la chance que nous avons &agrave; vivre dans un territoire en paix, dans ce qui est, objectivement, l&rsquo;un des plus beaux territoires au monde.</p> <p>Je vous remercie pour votre attention.</p> <div>&nbsp;</div> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 29 juin 2018 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Inauguration de l'exposition "Esprit Créateur(s) Le dressing des évêques revisité" https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-lexposition-espr.html ven., 15 juin 2018 18:00:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Ce b&acirc;timent que nous r&eacute;investissons aujourd&rsquo;hui, le temps de l&rsquo;exposition, est un lieu v&eacute;ritablement pr&eacute;destin&eacute; &agrave; accueillir notre patrimoine local, puisque depuis 1794, date o&ugrave; il a &eacute;t&eacute;&nbsp; affect&eacute; &agrave; la conservation des objets d&#39;arts des saisies r&eacute;volutionnaires, il fut r&eacute;guli&egrave;rement&nbsp; choisi pour accueillir des collections patrimoniales, comme jusqu&rsquo;en 1982, notre c&eacute;l&egrave;bre et convoit&eacute;e Tapisserie, ou plus r&eacute;cemment, le mus&eacute;e Baron G&eacute;rard. &nbsp;</p> <p>C&rsquo;est donc dans ce lieu symbolique que nous inaugurons, ce soir, l&rsquo;exposition : &quot;Esprit cr&eacute;ateur(s)&quot;, une exposition temporaire que je consid&egrave;re comme exceptionnelle &agrave; bien des &eacute;gards.</p> <p>Cette exposition se propose de r&eacute;pondre au challenge de valoriser nos richesses patrimoniales sous un angle qui peut para&icirc;tre audacieux, voire un peu provocateur, osons le dire, en m&ecirc;lant des th&egrave;mes apparemment fort &eacute;loign&eacute;s, &agrave; savoir : la religion, la mode et la haute couture !&nbsp; Le couturier et l&rsquo;&eacute;v&ecirc;que ! La mode et le patrimoine !</p> <p>Notre patrimoine, les &eacute;lus du Conseil D&eacute;partemental, leur Pr&eacute;sident en t&ecirc;te, en sont fiers et sont parfaitement conscients de son int&eacute;r&ecirc;t, de la richesse historique et culturelle qu&rsquo;il repr&eacute;sente, de son potentiel touristique et de son r&ocirc;le essentiel en terme d&rsquo;attractivit&eacute; du territoire. Bayeux en est une belle illustration !</p> <p>Les &eacute;lus du D&eacute;partement l&rsquo;ont compris depuis longtemps, qui m&egrave;nent, depuis de nombreuses ann&eacute;es, une politique volontariste et soutiennent, notamment en compl&eacute;ment des aides de l&rsquo;&Eacute;tat, les propri&eacute;taires priv&eacute;s et les collectivit&eacute;s, pour son entretien, sa restauration et sa mise en valeur.</p> <p>C&rsquo;est donc tout naturellement qu&rsquo;il prendra part&nbsp; &agrave; la campagne &quot;Ensemble, sauvons notre patrimoine&quot;, confi&eacute;e &agrave; l&rsquo;animateur St&eacute;phane BERN, dans laquelle seront mobilis&eacute;es les&nbsp; &eacute;nergies publiques et priv&eacute;es.</p> <p>Je ne peux d&rsquo;ailleurs que vous encourager &agrave; participer au loto du patrimoine du 14 septembre prochain, dont les gains b&eacute;n&eacute;ficieront, pour notre d&eacute;partement, au sauvetage du ch&acirc;teau de Magny-en-Bessin, &agrave; deux pas d&rsquo;ici, &agrave; la restauration de la charmante &eacute;glise de La Roque-Baignard, pr&egrave;s de Cambremer, du&nbsp; manoir du D&eacute;sert &agrave; Gonneville-sur-Honfleur ou encore de la tour Saint-Michel de l&rsquo;ancienne abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives.<br /> &nbsp;<br /> Vous savez l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t que je porte aux choses du patrimoine et la consid&eacute;ration que je porte &agrave; ceux qui en ont fait leur profession, tout comme &agrave; ceux qui donnent b&eacute;n&eacute;volement leur temps et partagent leurs connaissances pour le sauvegarder et le valoriser.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Le D&eacute;partement a accept&eacute; que les missions de Conservateur des Antiquit&eacute;s et Objets d&rsquo;Art soient d&eacute;volues &agrave; deux de ses agents du Service Patrimoine, ce qui permet de donner des vrais moyens &agrave; cette mission dont nous f&ecirc;tons,&nbsp; cette ann&eacute;e, l&rsquo;anniversaire de la cr&eacute;ation.</p> <p>Cela fait 110 ans que des Conservateurs des Antiquit&eacute;s et Objets d&rsquo;Art arpentent la France &ndash;et, bien s&ucirc;r, notre d&eacute;partement- pour recenser, prot&eacute;ger et conserver nos richesses patrimoniales. Ils veillent ainsi sur pr&egrave;s de 4 000 &oelig;uvres d&rsquo;art dont une grande partie se trouve dans des &eacute;difices religieux.</p> <p>Depuis 110 ans, ils contribuent ainsi &agrave; la d&eacute;couverte, red&eacute;couverte, restauration&nbsp; et mise en lumi&egrave;re de nos chefs-d&rsquo;&oelig;uvre, conserv&eacute;s &agrave; deux pas de chez nous.</p> <p>Les allusions religieuses des cr&eacute;ateurs et couturiers ne pouvaient donc pas &eacute;chapper &agrave; l&rsquo;&oelig;il aguerri de nos Conservatrices qui ont imagin&eacute; cette exposition.</p> <p>Si cette id&eacute;e de rapprocher mode, haute couture et vestiaire religieux pouvait, a priori, para&icirc;tre farfelue, le rapport malicieux que peut parfois entretenir la mode avec le religieux est un sujet en vogue.</p> <p>Il est d&eacute;sormais &eacute;tudi&eacute; dans les milieux de la recherche universitaire. Ces recherches et ce dialogue sont illustr&eacute;s, en ce moment m&ecirc;me, par une exposition intitul&eacute;e &quot;Heavenly bodies&quot; au tr&egrave;s prestigieux Metropolitan Museum de New York.<br /> Ce soir, nous pouvons donc dire que la pomme de&nbsp; notre logo n&rsquo;est plus notre&nbsp; seul&nbsp; point commun avec &quot;big apple&quot; !</p> <p>Le grand m&eacute;rite de cette exposition remarquable, pr&eacute;sent&eacute;e pendant les trois mois &agrave; venir, &agrave; Bayeux, est de nous d&eacute;voiler quelques-unes des &oelig;uvres d&rsquo;art les plus int&eacute;ressantes ou les plus d&eacute;monstratives de notre D&eacute;partement, dans ce domaine de l&rsquo;art vestimentaire et de nous permettre de comprendre pourquoi, par qui et comment elles ont &eacute;t&eacute; -de fa&ccedil;on plus ou moins consciente-&nbsp; sources d&rsquo;inspiration pour les cr&eacute;ateurs et grands couturiers.</p> <p>Cette exposition et le catalogue qui l&rsquo;accompagne nous obligeront &agrave; regarder dor&eacute;navant avec un autre &oelig;il le patrimoine de nos &eacute;glises aussi bien que la presse de mode.<br /> &nbsp;<br /> L&rsquo;autre propos de ce projet &eacute;tait de casser une id&eacute;e re&ccedil;ue qui voudrait que le patrimoine soit r&eacute;serv&eacute; &agrave; un public d&rsquo;&eacute;rudits, d&rsquo;initi&eacute;s et de sp&eacute;cialistes et ainsi permettre de le d&eacute;couvrir sous un angle plus ludique, plus actuel, plus abordable, en donnant &agrave; tous, le go&ucirc;t, l&rsquo;envie et la curiosit&eacute; des richesses conserv&eacute;es tout &agrave; c&ocirc;t&eacute; de chez nous.</p> <p>En montrant aussi qu&rsquo;on peut toujours avoir un regard neuf sur notre patrimoine et sur les objets qui nous entourent.</p> <p>Il va m&rsquo;&ecirc;tre difficile de remercier toutes les personnes qui ont contribu&eacute; directement et indirectement &agrave; l&rsquo;organisation et au succ&egrave;s de cette exposition.<br /> Merci tout particuli&egrave;rement au Service Patrimoine et &agrave; la Direction de la Culture du D&eacute;partement qui a tout organis&eacute; et coordonn&eacute;. Merci &eacute;galement au sc&eacute;nographe et toute son &eacute;quipe pour leur professionnalisme.</p> <p>Il m&rsquo;a &eacute;t&eacute; rapport&eacute; que cette exposition n&rsquo;aurait pu voir le jour sans Lo&iuml;c Jamin, Maire Adjoint de la ville de Bayeux, en charge du tourisme, des mus&eacute;es, de la promotion de la ville et de la valorisation du patrimoine ; il cherchait une id&eacute;e d&#39;exposition sur la mode, lorsqu&rsquo;il sugg&eacute;ra une exposition sur les v&ecirc;tements des &eacute;v&ecirc;ques.</p> <p>Et, suite l&agrave; encore, &agrave; un &quot;regard crois&eacute;&quot; avec Aude Maisonneuve et Armelle Dalibert que je remercie grandement, de l&#39;id&eacute;e au projet, il n&#39;y avait qu&#39;un pas&hellip; Et, le r&ecirc;ve est devenu r&eacute;alit&eacute; ! Ils &eacute;taient sans doute loin d&rsquo;imaginer que ce projet prendrait la tournure qu&rsquo;on lui connait aujourd&rsquo;hui.</p> <p>Je me souviens encore d&#39;une discussion que nous avions eue, ici m&ecirc;me, dans la cour du Doyen pour mettre en lumi&egrave;re notre D&eacute;p&ocirc;t D&eacute;partemental d&#39;Art Sacr&eacute;.</p> <p>Merci &eacute;galement &agrave; tous ceux qui ont contribu&eacute; &agrave; ce projet. Bien entendu, merci, cher Patrick, &agrave; la ville de Bayeux et&nbsp; &agrave;&nbsp; tous ses services.</p> <p>&nbsp;</p> <p><br /> Merci aux maisons de couture prestigieuses, Chanel, Yves-Saint-Laurent, Balenciaga, pour leurs pr&ecirc;ts exceptionnels, ainsi qu&rsquo;aux mus&eacute;es normands, nationaux&nbsp; et internationaux : Victoria &amp; Albert Museum de Londres, Archives Fellini de Rimini.</p> <p>Merci aux nombreux collectionneurs priv&eacute;s, dont plusieurs repr&eacute;sentants, que je salue, sont ici dans cette salle. Un tr&egrave;s grand merci et bravo &agrave; tous.</p> <p>Je tiens &agrave; remercier particuli&egrave;rement l&rsquo;ensemble des m&eacute;c&egrave;nes qui ont contribu&eacute; &agrave; la concr&eacute;tisation de ce projet : l&rsquo;Association Patrimoine Cultuel et Art Sacr&eacute; avec qui le D&eacute;partement entretient un lien privil&eacute;gi&eacute;.</p> <p>Je remercie &eacute;galement la soci&eacute;t&eacute; Contact Ste qui a contribu&eacute;, par son savoir-faire, &agrave; l&rsquo;&eacute;clairage de cette exposition, ainsi que la soci&eacute;t&eacute; Siegl &amp; Stockman, soci&eacute;t&eacute; mondialement connue pour ses mannequins.</p> <p>Que tous ces partenaires de renom soient remerci&eacute;s pour leur contribution essentielle.</p> <p>Je ne peux maintenant que vous inviter &agrave; voir et revoir cette exposition, durant tout l&#39;&eacute;t&eacute;, et&nbsp; aller au Mus&eacute;e d&rsquo;Art et d&rsquo;Histoire de Lisieux pour d&eacute;couvrir l&rsquo;autre volet de cette exposition, organis&eacute;e conjointement par le p&ocirc;le mus&eacute;al Lisieux Normandie.</p> <p><br /> Cette exceptionnelle exposition prouve une chose : d&#39;une id&eacute;e au projet, puis du projet &agrave; la r&eacute;alisation, le chemin est souvent long, mais la d&eacute;termination, la force de la volont&eacute;, l&#39;enthousiasme &agrave; convaincre, l&#39;&eacute;nergie positive et l&#39;esprit de cr&eacute;ation, l&#39;emportent sur tout le reste&hellip;</p> <p>Et, je sais que je peux compter sur nos &eacute;quipes au D&eacute;partement et ici, &agrave; Bayeux, pour vivre de belles &eacute;motions, &agrave; l&#39;image de celles que nous vivons ce soir.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><br /> <span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le jeudi 15 juin 2018. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Inauguration de la véloroute du Bessin https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-la-veloroute-du.html ven., 15 juin 2018 10:59:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Sur notre littoral, l&#39;objectif du D&eacute;partement est de cr&eacute;er un itin&eacute;raire continu sur un lin&eacute;aire de 120 km. Cet axe s&#39;inscrit dans les sch&eacute;mas structurants r&eacute;gional, national et europ&eacute;en, pour le d&eacute;veloppement du tourisme &agrave; v&eacute;lo, en tant &quot;qu&#39;EUROVELO 4&quot;, qui reliera, &agrave; terme, Kiev &agrave; Roscoff.</p> <p>A ce titre, le D&eacute;partement s&#39;est engag&eacute; dans la r&eacute;habilitation du sentier du littoral du Bessin, de Grandcamp-Maisy &agrave; Saint-C&ocirc;me-de-Fresn&eacute; (interdit par arr&ecirc;t&eacute; pr&eacute;fectoral du 30 mars 2001) pour le rendre accessible aux pi&eacute;tons et cycles, en se portant acqu&eacute;reur, au besoin, de l&#39;emprise fonci&egrave;re n&eacute;cessaire.</p> <p>Ces acquisitions finalis&eacute;es, la r&eacute;alisation des am&eacute;nagements se d&eacute;cline par sous-tron&ccedil;ons. Des premiers am&eacute;nagements sont, d&#39;ores-et-d&eacute;j&agrave;, en service, depuis 2013, sur le secteur d&#39;Omaha Beach (entre Vierville-sur-Mer et Sainte-Honorine-des-Pertes) par exemple.</p> <p>Le tron&ccedil;on d&#39;Asnelles aux Batteries de Longues-sur-Mer, se d&eacute;cline encore en deux autres sous-tron&ccedil;ons : le premier sous-tron&ccedil;on entre Asnelles et Arromanches-les-Bains et le second entre Arromanches-les-Bains et Longues-sur-Mer.</p> <p>Le premier sous-tron&ccedil;on relie la digue d&#39;Asnelles au centre d&#39;Arromanches-les-Bains, en longeant principalement la route d&eacute;partementale 514, avant d&#39;entamer une descente depuis le cin&eacute;ma 360&deg; vers le mus&eacute;e d&#39;Arromanches.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Le trac&eacute; traverse, en partie, le p&eacute;rim&egrave;tre du site class&eacute; du &quot;Port Winston Churchill&quot; et des falaises qui le dominent. Une proc&eacute;dure administrative sp&eacute;cifique, au titre de la Nature et des Paysages, a conduit en une r&eacute;alisation en deux temps, pour distinguer la partie hors site class&eacute; (tranche ferme) de la partie en site class&eacute; (tranche conditionnelle).</p> <p>Les travaux ont &eacute;t&eacute; principalement r&eacute;alis&eacute;s au second semestre 2016 et les derniers travaux ont permis d&#39;ouvrir l&#39;ensemble du tron&ccedil;on avec Arromanches &agrave; l&#39;&eacute;t&eacute; dernier.</p> <p>Ce tron&ccedil;on d&#39;une longueur de 3 km a &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute; par l&#39;entreprise MARTRAGNY, sous ma&icirc;trise d&#39;ouvrage de l&#39;Agence Routi&egrave;re D&eacute;partementale de Bayeux.</p> <p>Il consiste en l&#39;am&eacute;nagement d&#39;une aire pi&eacute;tonne, ouverte aux cycles sur la digue d&#39;Asnelles, puis d&#39;une voie verte, d&#39;une largeur de 3 m, en sable stabilis&eacute; beige et enrob&eacute; beige, en accotement de la RD 514, jusqu&#39;&agrave; l&#39;entr&eacute;e du cin&eacute;ma circulaire et enfin d&#39;une voie partag&eacute;e, en b&eacute;ton teint&eacute; beige et rev&ecirc;tement existant pour rejoindre le centre d&#39;Arromanches.</p> <p>Quelques am&eacute;nagements connexes ont aussi &eacute;t&eacute; r&eacute;alis&eacute;s, tels que la s&eacute;paration, par une lisse en bois, hors agglom&eacute;ration, le r&eacute;am&eacute;nagement des arr&ecirc;ts de bus verts et de l&#39;entr&eacute;e du parking du cin&eacute;ma.</p> <p>Le co&ucirc;t total des travaux est de 582 000 &euro; TTC. Le d&eacute;partement a financ&eacute; &agrave; hauteur de 85 %, soit 519 722,55 &euro; et la R&eacute;gion, &agrave; hauteur de 15 %, soit 61 642 &euro;.</p> <p><br /> Le second sous-tron&ccedil;on de v&eacute;loroute, sur lequel nous nous trouvons, relie le centre d&#39;Arromanches aux batteries de Longues-sur-Mer. Il prolonge ainsi le tron&ccedil;on am&eacute;nag&eacute;, en 2016, depuis Asnelles.</p> <p>Il est principalement am&eacute;nag&eacute; sur des chemins ruraux et des voies communales existantes. Au niveau du lieu-dit &quot;La Br&ecirc;che&quot; &agrave; Tracy-sur-Mer, il traverse les emprises, propri&eacute;t&eacute;s du Conservatoire du Littoral, que je remercie.</p> <p>Ce trac&eacute; traverse, lui aussi, en partie, le p&eacute;rim&egrave;tre du site class&eacute; de &quot;Port Winston Churchill&quot;. L&agrave; encore, une proc&eacute;dure administrative sp&eacute;cifique, au titre de la Nature et des Paysages, a permis d&#39;obtenir les autorisations n&eacute;cessaires, fin 2016.</p> <p>Les travaux ont d&eacute;but&eacute; en septembre 2017 sous ma&icirc;trise d&#39;ouvrage de l&#39;entreprise SAFEGE, pour un tron&ccedil;on d&#39;une longueur de 7,5 kms.</p> <p>On rencontre des am&eacute;nagements en voie verte, d&#39;une largeur de 3 m, en sable stabilis&eacute; beige avec ciment de verre, puis en voie partag&eacute;e avec le rev&ecirc;tement existant et enfin, en autres sites propres, par une cohabitation principale avec les usages agricoles.</p> <p>Des am&eacute;nagements connexes ont d&ucirc;, l&agrave; aussi, &ecirc;tre r&eacute;alis&eacute;s. Il s&#39;agit de la s&eacute;curisation de la rue du 7 juin 1944, au droit des batteries de Longues ainsi que la fermeture de l&#39;ancien cheminement, rendu dangereux, &agrave; Tracy-sur-Mer.</p> <p><br /> Le co&ucirc;t des travaux pour ce second sous-tron&ccedil;on est de 620 000 &euro; TTC, avec une aide financi&egrave;re de la R&eacute;gion, &agrave; hauteur de 15 %, soit 76 573 &euro; et une part d&eacute;partementale, &agrave; 85 %, soit 543 427 &euro;.</p> <p>A terme, ce sont donc bien les 45 km entre Asnelles et Grandcamp-Maisy qui seront am&eacute;nag&eacute;s &agrave; destination des touristes &agrave; v&eacute;lo et usagers locaux&hellip; Quel beau projet !</p> <p>Ces diff&eacute;rents am&eacute;nagements permettront de voir se d&eacute;velopper progressivement le trac&eacute; de &quot;l&#39;EUROVELO4&quot;, sur notre territoire Calvadosien, l&#39;objectif &eacute;tant de disposer d&#39;une continuit&eacute;, en version provisoire, d&egrave;s 2020.</p> <p>Dans cette perspective, des &eacute;tudes de conception sont actuellement en cours sur les tron&ccedil;ons entre Sainte-Honorine-des-Pertes et Port-en-Bessin-Huppain, entre Grandcamp-Maisy et Vierville-sur-Mer ou encore sur la section du cimeti&egrave;re am&eacute;ricain d&#39;Omaha Beach.</p> <p>Je ne d&eacute;sesp&egrave;re pas d&#39;aboutir ! Il faut beaucoup de patience&hellip; Et de force de conviction !</p> <p>Ces am&eacute;nagements sont pr&eacute;vus pour 2019/2020 et compl&eacute;teront, de 21 kilom&egrave;tres suppl&eacute;mentaires, le lin&eacute;aire am&eacute;nag&eacute; sur ce littoral.</p> <p>Je sais que le v&eacute;lo est en plein essor dans le Bessin, comme dans tout notre d&eacute;partement d&#39;ailleurs ! C&#39;&eacute;tait l&#39;une de nos ambitions&hellip; Et les r&eacute;sultats sont l&agrave; et je m&#39;en f&eacute;licite ! Et, je remercie toutes les parties prenantes &agrave; ces diff&eacute;rents travaux.</p> <p>Mais, rien n&#39;est jamais acquis, il faut continuer les am&eacute;nagements et satisfaire les attentes dans ce domaine&hellip; Mais, je crois pouvoir dire que nous sommes bien au rendez-vous du v&eacute;lo !</p> <p>Sur ce sujet comme sur bien d&#39;autres&hellip; Le D&eacute;partement est en mouvement et, je le crois, reconnu comme tel !</p> <p>Je vous remercie de votre attention et pour f&ecirc;ter cet &eacute;v&eacute;nement, je vous invite &agrave; partager quelques moments de convivialit&eacute;.</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le jeudi 15 juin 2018. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Inauguration du Point info 14 de Pont-d'Ouilly https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-du-point-info-14-de.html jeu., 19 avr. 2018 17:28:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Nous inaugurions, en tout d&eacute;but de semaine, un autre Point info, c&#39;&eacute;tait mardi &agrave; May-sur-Orne.</p> <p>Je voudrais, en quelques mots, vous dire ce qui se cache derri&egrave;re cette appellation : &quot;Point info 14&quot;. Tout d&#39;abord et avant tout, une belle ambition politique : aider nos communes, nos&nbsp; &eacute;tablissements publics &agrave; mettre en place des lieux de service qui facilitent et regroupent les d&eacute;marches des usagers, c&#39;est-&agrave;-dire nos concitoyens qui sont trop &eacute;loign&eacute;s des si&egrave;ges des administrations.</p> <p>C&#39;est une id&eacute;e simple, c&#39;est pour cela qu&#39;elle fonctionne bien et que d&#39;ici quelques mois, nous aurons finalis&eacute; le maillage de ce dispositif, avec une quarantaine de Points infos, puisque l&#39;objectif du D&eacute;partement est que chaque Calvadosien puisse acc&eacute;der, en moins de 15 mn de son domicile, &agrave; un Point info 14.</p> <p>Leur r&ocirc;le est bien d&#39;assurer un accueil de proximit&eacute; pour obtenir un premier niveau d&#39;information, une premi&egrave;re mise en relation, notamment lorsque c&#39;est possible par visioconf&eacute;rence, dans un espace confidentiel, avec des correspondants experts de nos partenaires.</p> <p>&nbsp;Chaque usager peut &ecirc;tre accompagn&eacute; pour faciliter ses d&eacute;marches par un animateur et l&agrave; en l&#39;occurrence, il s&#39;agit de Sandrine Lecocq.</p> <p>Vous l&#39;avez compris, &agrave; travers mes propos, les Points infos 14 sont des structures l&eacute;g&egrave;res, mais tr&egrave;s op&eacute;rationnelles, qui contribuent ainsi &agrave; am&eacute;liorer la qualit&eacute; de la relation entre les grands organismes, charg&eacute;s d&#39;un service public, et leurs usagers, en particulier ceux qui en sont physiquement &eacute;loign&eacute;s ou &eacute;prouvent des difficult&eacute;s pour en appr&eacute;hender le fonctionnement.</p> <p>Rien ne pouvait se faire sans un r&eacute;seau de 23 partenaires qui sont aujourd&#39;hui repr&eacute;sent&eacute;s dans les &quot;Points infos 14&quot; et je voudrais prendre le temps de les citer tous, car c&#39;est important de signifier leur engagement :</p> <p>&nbsp;</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>L&#39;arm&eacute;e de terre.</li> <li>P&ocirc;le emploi.</li> <li>La Caisse d&#39;Allocations familiales.</li> <li>La MSA C&ocirc;tes Normandes.</li> <li>Le Centre d&#39;Information sur les Droits des Femmes et des Familles.</li> <li>La Direction D&eacute;partementale des Finances Publiques.</li> <li>Le SDEC Energie.</li> <li>La Chambre de Commerce et d&#39;Industrie de Caen.</li> <li>La Chambre de Commerce et d&#39;Industrie Seine et Estuaire.</li> <li>La SAUR.</li> <li>KEOLIS Bus Verts.</li> <li>CARSAT Retraite.</li> <li>Le Tribunal de Grande Instance de Caen.</li> <li>La Caisse Primaire d&#39;Assurance Maladie.</li> <li>L&#39;URSSAF.</li> <li>La Maison D&eacute;partementale des Personnes Handicap&eacute;es (MDPH).</li> <li>Le CREAN (Carrefour Rural Europ&eacute;en des Acteurs Normands).</li> <li>EDF Solidarit&eacute;.</li> <li>ENEDIS (Ex ERDF).</li> <li>L&#39;Association &quot;Mathilde&quot;.</li> <li>Le RSI (R&eacute;gime Social des Ind&eacute;pendants).</li> <li>SOLIHA -Ex Arim des Pays Normands- (logement).</li> </ul> <p>Et, je les remercie tous, d&#39;&ecirc;tre avec nous, en proximit&eacute;, pour apporter ce r&eacute;el service &agrave; nos populations, au c&oelig;ur de nos territoires, comme ici, &agrave; Pont-d&#39;Ouilly.</p> <p>Le D&eacute;partement s&#39;assure du fonctionnement homog&egrave;ne des Points infos et de leur qualit&eacute; sur l&#39;ensemble du Calvados. Il apporte une aide mat&eacute;rielle, par la mise &agrave; disposition d&#39;un &eacute;quipement informatique adapt&eacute; et finance aussi la signal&eacute;tique lors de l&#39;ouverture.</p> <p>Nous &nbsp;&nbsp;pouvons &nbsp;&eacute;galement &nbsp;apporter &nbsp;une &nbsp;subvention&nbsp; de &nbsp;10 600 &euro; en fonctionnement, &agrave; chaque &quot;Point info 14&quot;, en compl&eacute;ment de celle de l&#39;&Eacute;tat. Au global, sur cette politique, c&#39;est tout de m&ecirc;me pr&egrave;s de 150 000 &euro; par an, pour le D&eacute;partement.</p> <p>Par ailleurs, au travers du plan de d&eacute;ploiement des 1 000 Maisons de services aux publics (MSAP), l&#39;&Eacute;tat, de son c&ocirc;t&eacute;, poursuit au niveau national, un objectif similaire : aider les communes et les &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale &agrave; mettre en place un dispositif de traitement &agrave; distance et d&#39;interm&eacute;diation pour les d&eacute;marches administratives.</p> <p>Les &quot;Points infos 14&quot; r&eacute;pondent, et m&ecirc;me exc&egrave;dent, bien souvent, les attendus du cahier des charges des MSAP.</p> <p>C&#39;est pour cette raison que le Conseil D&eacute;partemental et l&#39;&Eacute;tat ont d&eacute;cid&eacute; d&#39;agir ensemble, dans le Calvados, pour le soutien et l&#39;animation de cette politique publique autour de l&#39;accessibilit&eacute; des services au public, en commen&ccedil;ant par la labellisation progressive des &quot;Points infos 14&quot; en Maison de Services Aux Publics (MSAP)&hellip;</p> <p>28, &agrave; ce jour, le sont d&eacute;j&agrave; ! Et, le Point info de Pont-d&#39;Ouilly a obtenu la labellisation d&egrave;s son ouverture (bravo).</p> <p>Le partenariat, l&#39;union, la mutualisation, sont des axes essentiels pour assurer, dans nos territoires, un accompagnement de qualit&eacute; et donc, je le redis, de proximit&eacute; pour l&#39;usager et permettre l&#39;av&egrave;nement d&#39;un bon niveau de services.</p> <p>Aujourd&#39;hui, sur l&#39;ensemble des sites, pr&egrave;s de 50 000 actions sont r&eacute;alis&eacute;es par an. C&#39;est dire l&#39;efficience et le succ&egrave;s de ce dispositif partenarial exemplaire.</p> <p>J&#39;ai toujours pens&eacute; que c&#39;est un droit, pour chacun, que de trouver dans sa commune ou &agrave; proximit&eacute;, dans son canton, les services n&eacute;cessaires &agrave; sa bonne information, son bien-&ecirc;tre et &agrave; sa qualit&eacute; de vie.</p> <p>Vous le savez, le d&eacute;ploiement des services num&eacute;riques au b&eacute;n&eacute;fice des populations de nos territoires est au c&oelig;ur des pr&eacute;occupations du D&eacute;partement&hellip; C&#39;est l&#39;une de nos priorit&eacute;s.</p> <p>Une fois de plus, le D&eacute;partement, par cette op&eacute;ration collective, bien pens&eacute;e et surtout bien r&eacute;alis&eacute;e, montre tout l&#39;int&eacute;r&ecirc;t qu&#39;il porte &agrave; ses territoires, tout l&#39;int&eacute;r&ecirc;t qu&#39;il porte aux Calvadosiens pour tenter de r&eacute;duire, le plus possible, la fracture num&eacute;rique, la fracture territoriale&hellip;</p> <p>Etre au plus pr&egrave;s de la population, garantir un bon niveau&nbsp; d&#39;aides et de services, mailler tout le territoire d&eacute;partemental en apportant toujours plus d&#39;offres de proximit&eacute;, voil&agrave; r&eacute;sum&eacute;e notre ambition.</p> <p>Avant de conclure, je voudrais vous rappeler que cette politique de &quot;Points Infos 14&quot; exprime, de la plus belle des mani&egrave;res, je le crois, trois marqueurs forts qui forment l&#39;ADN du D&eacute;partement :</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li><strong>La solidarit&eacute; envers les territoires.</strong></li> <li><strong>La proximit&eacute; du D&eacute;partement avec les communes, les intercoms et les Calvadosiens.</strong></li> <li><strong>Le sens du service public</strong> <strong>et son maintien sur les territoires les plus &eacute;loign&eacute;s.</strong></li> </ul> <p><strong>Trois mots</strong> qui expriment parfaitement toute notre volont&eacute; d&#39;accompagner les territoires et assurer notamment par les politiques d&#39;&eacute;quilibre que nous avons mises en place (contrats), l&#39;&eacute;quit&eacute; des territoires.</p> <p>Je voudrais remercier chacun d&#39;entre vous, tous ceux qui ont rendu possible cette op&eacute;ration&hellip; Car, r&eacute;unir l&#39;ensemble des partenaires, trouver les accords, les financements, n&#39;est jamais chose facile&hellip;</p> <p>Ici, les choses sont all&eacute;es tr&egrave;s vite et je remercie Clara et notre Service des Territoires de vous avoir accompagn&eacute; pour cette implantation et int&eacute;gration au sein de votre Mairie. Et, peut-&ecirc;tre, remercier tout particuli&egrave;rement, notre Animatrice du R&eacute;seau des Points Infos 14 : Ludivine Godin qui est toujours disponible pour accompagner les r&eacute;f&eacute;rents qui rencontrent des difficult&eacute;s de fonctionnement dans le quotidien.</p> <p>Je crois d&#39;ailleurs savoir qu&#39;un contrat APCR, sur quatre ans, pour des travaux ici, est pr&eacute;vu. Si le dossier technique est complet, et notamment l&#39;&eacute;tude &eacute;nerg&eacute;tique, nous proposerons, &agrave; une prochaine commission permanente, une subvention de 40 000 &euro;, pour vous accompagner sur ces travaux de r&eacute;habilitation que vous allez engager.</p> <p>Enfin, et pour conclure, un grand merci, Madame le Maire et &agrave; tout votre conseil municipal d&#39;accueillir, &agrave; travers ce Point info, notre politique d&eacute;partementale.</p> <p>&nbsp;</p> <p>C&#39;est, je crois, la plus belle fa&ccedil;on de dire &agrave; nos Calvadosiens que l&#39;action publique, lorsqu&#39;elle est efficacement coordonn&eacute;e, bien pr&eacute;par&eacute;e, largement concert&eacute;e, n&#39;est-ce pas Monsieur le Sous-Pr&eacute;fet, am&eacute;liore grandement, et quel que soit le territoire sur lequel on se trouve, les conditions de vie de nos concitoyens, c&#39;est bien tout le sens de notre pr&eacute;sence ici, ce soir.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p>&nbsp; <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le jeudi 19 avril 2018 &agrave; 17 h &agrave; la mairie de Pont-d&#39;Ouilly, en pr&eacute;sence notamment de<strong> </strong>Madame Maryvonne Guibout, maire de Pont-d&#39;Ouilly.Seul le prononc&eacute; fait foi.&nbsp;&nbsp;&nbsp;</span>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</p> </p> Challenge startup Calvados : annonce du lauréat https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/challenge-startup-calvados--anno.html ven., 06 avr. 2018 18:30:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Vous le savez tous, nous avons, depuis quelques ann&eacute;es maintenant, en prenant appui sur la DMAP (Direction de la Modernisation de l&#39;Action Publique) et accompagn&eacute; de la DSN (Direction des Syst&egrave;mes Num&eacute;riques), engag&eacute; une vraie d&eacute;marche de modernisation publique de notre collectivit&eacute; d&eacute;partementale. Je tiens &eacute;galement &agrave; remercier la DISIC qui, au niveau de l&#39;&Eacute;tat, est notre partenaire dans cette approche.</p> <p>Nous poursuivons dans cette voie puisque nous avons vot&eacute;, tout d&eacute;but 2018, un ambitieux programme d&#39;innovation et de modernisation qui fixe le cap et la trajectoire &agrave; suivre, dans ce domaine, pour les trois ann&eacute;es &agrave; venir.</p> <p>Nous d&eacute;tenons, je crois, depuis quelques temps maintenant, de vrais savoir-faire et une reconnaissance nationale.</p> <p>Nous avons ainsi obtenu, en 2016, le &quot;Prix National de l&#39;Innovation Financi&egrave;re&quot;, puis en 2017, le Prix &quot;Innovater&quot; de la Gazette des Communes, pour notre infoth&egrave;que, <em>&quot;la conciergerie de l&#39;information&quot;.</em></p> <p>Et, il y a quelques jours maintenant, nous avons &eacute;galement &eacute;t&eacute; l&#39;un des laur&eacute;ats du Prix &quot;Futurs Publics&quot;, organis&eacute; par la Direction Interminist&eacute;rielle de la Transformation Publique, avec notre outil : Promash, le &quot;tinder des politiques publiques&quot;.</p> <p>Nous sommes, par ailleurs, tr&egrave;s pr&eacute;sents dans la presse sp&eacute;cialis&eacute;e sur ce domaine. Je rappelle que nous organisons aussi, chaque ann&eacute;e, &quot;La Semaine de l&#39;Innovation publique&quot; et que V&eacute;ronique Maymaud si&egrave;ge &agrave; la Commission Innovation de l&#39;ADF o&ugrave; elle travaille sur le sujet de l&#39;inclusion num&eacute;rique.</p> <p>Nous sommes donc, sur ce sujet du num&eacute;rique, un territoire en pointe.</p> <p>Il n&#39;y a pas que l&#39;&Eacute;tat qui fait sa r&eacute;volution num&eacute;rique puisque notre collectivit&eacute; et les territoires, en g&eacute;n&eacute;ral, r&eacute;inventent, chaque jour, leur mani&egrave;re de faire de l&#39;action publique en recherchant toujours plus de proximit&eacute; avec ses usagers et d&#39;efficience.</p> <p>D&#39;une fa&ccedil;on g&eacute;n&eacute;rale, cette modernisation et les nouveaux outils qui vont avec, participent, je le crois, &agrave; notre excellence de gestion, avec autant de sources d&#39;&eacute;conomies bien r&eacute;elles.</p> <p>On peut donc bien se consid&eacute;rer comme une collectivit&eacute; en mouvement et les vocables &quot;adaptabilit&eacute; et flexibilit&eacute;&quot; se trouvent au c&oelig;ur m&ecirc;me de notre action publique.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Mais, derri&egrave;re toute cette volont&eacute;, ces objectifs, ces r&eacute;sultats, ces actions novatrices, il faut des femmes et des hommes capables d&#39;innover et tout le secret vient de notre capacit&eacute; &agrave; mobiliser une intelligence collective : c&#39;est bien le but de notre d&eacute;marche et de ce qui nous r&eacute;unit ce soir.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Ce premier challenge &quot;Stratup Calvados&quot; s&#39;inscrit dans une d&eacute;marche manag&eacute;riale globale qui vise &agrave; mobiliser toute la cha&icirc;ne hi&eacute;rarchique, de la Direction G&eacute;n&eacute;rale aux agents. L&#39;id&eacute;e : que chacun puisse devenir acteur de la modernisation de la collectivit&eacute; d&eacute;partementale.</p> <p>En second lieu, ce challenge visait &agrave; identifier des probl&egrave;mes et proposer une vision de solutions avec des gains attendus.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Enfin, il s&#39;agit de retenir un projet autonome, mais soutenu par notre collectivit&eacute; sur plusieurs mois (6), afin d&#39;en faire le bilan et de regarder les premiers r&eacute;sultats. Une sorte de &quot;carte blanche&quot; donn&eacute;e au promoteur de l&#39;action retenue.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Une vingtaine de projets nous ont &eacute;t&eacute; pr&eacute;sent&eacute;s et le r&ocirc;le du jury n&#39;a pas &eacute;t&eacute; facile, puisqu&#39;il s&#39;agissait, d&#39;une part, d&#39;identifier le projet avec la meilleure valeur ajout&eacute;e, en lien avec nos politiques publiques ou bien notre organisation interne et, d&#39;autre part, &agrave; chercher &agrave; am&eacute;liorer le service aux usagers.</p> <p>&nbsp;</p> <p>C&#39;est donc au travers de ces deux prismes que nous avons d&ucirc; faire un choix et retenir notre laur&eacute;at de ce challenge &quot;Startup Calvados&quot;.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Mais avant de le d&eacute;voiler, je voudrais tous vous remercier individuellement pour avoir permis la construction de cette intelligence collective au sein du D&eacute;partement. Je tiens aussi &agrave; souligner que s&#39;il n&#39;y a qu&#39;un seul laur&eacute;at, tous les projets pr&eacute;sent&eacute;s nous ont interrog&eacute;s et nous tenterons, au fil du temps, d&#39;y apporter une r&eacute;ponse, sous une forme ou une autre.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Et, vous le savez bien, la force du collectif, c&#39;est bien l&#39;humain. Seule la dynamique de groupe permet le progr&egrave;s et nous sommes, je le crois, tous convaincus de cet int&eacute;r&ecirc;t collectif qui permet de faire gagner le D&eacute;partement du Calvados.</p> <p>C&#39;est bien dans la compl&eacute;mentarit&eacute; de nos comp&eacute;tences, dans cette intelligence collective et coh&eacute;sive que nous trouverons les moyens de r&eacute;soudre les grandes probl&eacute;matiques auxquelles nous sommes confront&eacute;s dans la gestion de nos politiques ou dans notre mode d&#39;organisation.</p> <p>C&#39;est aussi dans la diversit&eacute; des acteurs que se cr&eacute;e la richesse et chacun sait combien nos comp&eacute;tences sont nombreuses et si diff&eacute;rentes les unes des autres.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je suis persuad&eacute; que ce premier challenge en appellera d&#39;autres et que nous sommes, aujourd&#39;hui, tous gagnants par la richesse et la force de l&#39;ensemble des propositions qui nous ont &eacute;t&eacute; soumises et je vous en remercie.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-Lonce Dupont le vendredi 6 avril 2018 &agrave; 18 h 30 au Rond-Point Num&eacute;rique &agrave; Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Image d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; E. Fossey</span></p> Remise du premier label "Village de caractère du Calvados" https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/remise-du-premier-label-village.html ven., 06 avr. 2018 10:59:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>Je ne vous l&#39;apprends pas, ce qui fait la richesse de notre d&eacute;partement, c&#39;est bien la diversit&eacute; de ses paysages, de ses terroirs, et de tous ses villages, que l&#39;on se situe c&ocirc;t&eacute; mer ou c&ocirc;t&eacute; campagne. Tant&ocirc;t, c&#39;est le bleu-littoral qui nous accueille, tant&ocirc;t, c&#39;est le vert-bocage qui nous tend les bras.</p> <p>C&#39;est cela qui forme l&#39;ADN de notre Calvados. Et, l&#39;ambition de ce label <em>&quot;Village de Caract&egrave;re&quot;</em> a pour objectif principal de valoriser, de promouvoir, ce qui fait la quintessence m&ecirc;me de ces sites, qu&#39;ils soient pittoresques, embl&eacute;matiques, mais si repr&eacute;sentatifs de toutes nos richesses.</p> <p>Vous savez tous combien le tourisme est une activit&eacute; &eacute;conomique &agrave; part enti&egrave;re, cruciale au dynamisme et au d&eacute;veloppement de nos territoires.</p> <p>L&#39;attribution de ces labels d&eacute;partementaux participe &agrave; la dynamisation de cette offre touristique, qu&#39;il nous revient &agrave; tous de &quot;muscler&quot; encore davantage.</p> <p>Je rappelle que cette action <em>&quot;Village de Caract&egrave;re du Calvados&quot;</em> s&#39;inscrit dans l&#39;un des quatre univers, <em>&quot;Patrimoine b&acirc;ti et environnemental&quot;, l&#39;histoire et la</em> <em>culture&quot;,</em> que le D&eacute;partement souhaite d&eacute;velopper et mettre en tourisme dans le cadre de sa nouvelle strat&eacute;gie.</p> <p>Ce label port&eacute; donc par le D&eacute;partement, Calvados Attractivit&eacute; mais aussi le CAUE, est d&eacute;cern&eacute; aux communes de moins de 2000 habitants qui, par leurs singularit&eacute;s architecturales et environnementales, et apr&egrave;s une op&eacute;ration globale de mise en valeur, pr&eacute;sentent un caract&egrave;re remarquable.</p> <p>Dans le cadre du plan tourisme 2017/2022 que nous avons adopt&eacute; en juin dernier, le D&eacute;partement a d&eacute;cid&eacute; de finaliser cette politique de village de caract&egrave;re, initi&eacute;e dans le plan pr&eacute;c&eacute;dent, avec quatre objectifs principaux, que je rappelle :</p> <ul class="avec-checkbox"> <li>R&eacute;aliser un produit d&#39;appel touristique rare, &agrave; travers la constitution d&#39;un r&eacute;seau de villages pittoresques et embl&eacute;matiques du Calvados, une sorte de vitrine des territoires et de leur identit&eacute;.</li> <li>Mettre en valeur les richesses patrimoniales et susciter une dynamique touristique contribuant au d&eacute;veloppement &eacute;conomique.</li> <li>Enrichir l&#39;offre existante en favorisant le d&eacute;veloppement d&#39;activit&eacute;s d&#39;accueil.</li> <li>Faciliter l&#39;adh&eacute;sion aux labels nationaux reconnus.</li> </ul> <p>En r&eacute;sum&eacute;, pour &ecirc;tre labellis&eacute;, il faut compter moins de 2 000 habitants, poss&eacute;der un patrimoine architectural, des paysages remarquables et les mettre en valeur, proposer un accueil de qualit&eacute; et &ecirc;tre en capacit&eacute; d&#39;organiser des animations ou des &eacute;v&eacute;nements culturels&hellip; Et, j&#39;y ajouterai avoir des &eacute;lus, eux aussi de caract&egrave;re, pour mener &agrave; bien cette d&eacute;marche !</p> <p>&nbsp;</p> <p>Les communes doivent s&#39;engager &agrave; mettre en &oelig;uvre ces actions dans le temps, notamment en mati&egrave;re d&#39;urbanisme et de qualit&eacute; paysag&egrave;re. De son c&ocirc;t&eacute;, le D&eacute;partement, en retour, apporte un accompagnement en ing&eacute;nierie et son aide financi&egrave;re.</p> <p>C&#39;est bien ce qui a &eacute;t&eacute; le cas avec les deux premi&egrave;res communes labellis&eacute;es que nous accueillons aujourd&#39;hui.</p> <p>Je commencerai par la Suisse Normande, (n&#39;y voyez l&agrave; aucune pr&eacute;f&eacute;rence), et donc le village de Cl&eacute;cy, qui a su sauvegarder et mettre en valeur son patrimoine b&acirc;ti, tout en pr&eacute;servant un cadre paysager remarquable et tr&egrave;s renomm&eacute;.</p> <p>Cette commune de &quot;pleine nature&quot;, a men&eacute; au fil de ces derni&egrave;res ann&eacute;es, de nombreux projets, en parfaite concordance avec l&#39;esprit et les objectifs du label.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je citerai notamment la cr&eacute;ation d&#39;une &quot;via ferrata&quot;, l&#39;am&eacute;nagement d&#39;une maison des artisans et des artistes, l&#39;action de revitalisation du commerce de proximit&eacute;, la mise en place d&#39;une signal&eacute;tique d&#39;interpr&eacute;tation et la r&eacute;alisation d&#39;un jeu de piste pour encore mieux d&eacute;couvrir le village.</p> <p>Le D&eacute;partement a accompagn&eacute; la plupart de ces projets en apportant une aide globale de plus de 200 000 &euro;, au total.</p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Cl&eacute;cy </strong>est, en effet, la base de d&eacute;part id&eacute;ale pour parcourir les panoramas verdoyants de cette Suisse Normande, la V&eacute;lo francette, les Rochers des Parcs, le Pain de Sucre, l&#39;&Eacute;minence ou encore la Croix de Faverie.</p> <p>La nature est omnipr&eacute;sente &agrave; Cl&eacute;cy. Pas &eacute;tonnant que ses environs soient identifi&eacute;s, par les amateurs de pleine nature et d&#39;adr&eacute;naline, comme un coin de libert&eacute; et de sensations fortes.</p> <p>En contrebas du village, ils peuvent tutoyer la falaise en escalade ou en via ferrata, se laisser porter sur l&#39;Orne en cano&euml;, prendre de la hauteur en parapente et admirer la grande boucle que dessine le fleuve dans les roches du Massif Armoricain.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Permettez-moi maintenant de me tourner face &agrave; la mer et rejoindre <strong>Villerville,</strong> une commune accroch&eacute;e &agrave; la falaise et qui s&#39;est attach&eacute;e &agrave; pr&eacute;server et valoriser son b&acirc;ti, tout en soutenant des initiatives en mati&egrave;re culturelle et th&eacute;&acirc;trale.</p> <p>&nbsp;</p> <p>On y entend toujours en tendant l&#39;oreille, les r&eacute;pliques de Gabin et Belmondo dans <em>Un singe en Hiver</em> au fond du &quot;Cabaret Normand&quot;&hellip; Mais Villerville, c&#39;est beaucoup d&#39;autres choses, c&ocirc;t&eacute; mer ou c&ocirc;t&eacute; falaise.</p> <p>L&agrave; encore, diff&eacute;rents projets ont &eacute;t&eacute; men&eacute;s en accord avec notre label d&eacute;partemental : restauration du patrimoine, signal&eacute;tique touristique, am&eacute;nagement des abords du club de voile, sans parler des nombreuses manifestations organis&eacute;es.</p> <p>Le D&eacute;partement les a soutenus pour 80 000 &euro;.</p> <p>Et, par ailleurs, nous apporterons notre aide, aux c&ocirc;t&eacute;s de l&#39;&Eacute;tat et de la R&eacute;gion, pour participer &agrave; une importante op&eacute;ration de confortement de la falaise. Op&eacute;ration qui comporte, bien entendu, un volet touristique par l&#39;am&eacute;nagement d&#39;une promenade en bord de mer (notre contribution sera de 700 000 &euro;).</p> <p>Villerville&nbsp; est, en effet, situ&eacute;e &agrave; proximit&eacute; du parc des Graves, Espace Naturel Sensible de 5 hectares, ouvert au public. Isol&eacute;e par les reliefs de la c&ocirc;te de Gr&acirc;ce, bordant la mer de tout son long, Villerville a pr&eacute;serv&eacute; ces atouts qui font d&#39;elle un vrai village de caract&egrave;re.</p> <p>Outre une vue magnifique sur l&#39;estuaire de la Seine, le lieu se veut aussi vivant et dynamique. Et, la municipalit&eacute; offre, aujourd&#39;hui, tout un programme d&#39;animations, dans ce cadre particuli&egrave;rement photog&eacute;nique.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Tous ces projets, inscrits dans une d&eacute;marche de qualit&eacute;, repr&eacute;sentent pour de petites communes, beaucoup d&#39;efforts, de temps pass&eacute;, d&#39;engagement, de r&eacute;flexions, et des sommes importantes.</p> <p>Et, je souhaite au nom de tous mes coll&egrave;gues de l&#39;Assembl&eacute;e D&eacute;partementale, tr&egrave;s sinc&egrave;rement, f&eacute;liciter les Maires et les &eacute;quipes municipales,&nbsp; pour leur d&eacute;termination, leur pugnacit&eacute; et tout le dynamisme qu&#39;ils mettent, ann&eacute;e apr&egrave;s ann&eacute;e, &agrave; embellir, pr&eacute;server, d&eacute;velopper, valoriser leur commune.</p> <p>Ce label d&eacute;partemental ne constitue qu&#39;un point d&#39;&eacute;tape pour acc&eacute;der, pourquoi pas, aux labels nationaux. Et, vous pouvez compter sur le D&eacute;partement du Calvados pour vous soutenir &agrave; poursuivre vos actions d&#39;am&eacute;lioration et de valorisation, dans le temps.</p> <p>Vous le savez tous, le D&eacute;partement du Calvados a une lourde responsabilit&eacute; lorsqu&#39;il est question de la solidarit&eacute; territoriale.</p> <p>Jour apr&egrave;s jour, &agrave; travers les politiques que nous menons envers nos territoires, nous essayons en proximit&eacute;, d&#39;&ecirc;tre toujours &agrave; leur &eacute;coute et d&#39;apporter, dans le temps, ce dont ils ont besoin, pour renforcer leur attractivit&eacute; et le maintien d&#39;une vie &eacute;conomique locale.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je suis persuad&eacute; qu&#39;aux c&ocirc;t&eacute;s de nos spots touristiques majeurs, ce qui fait la force de notre destination &quot;Calvados&quot;, &nbsp;c&#39;est bien l&#39;esprit, le charme et le pittoresque de nos villages, qui participent, &agrave; leur fa&ccedil;on, &agrave; r&eacute;v&eacute;ler l&#39;image d&#39;un Calvados, toujours plus Normand, toujours plus accueillant et fascinant.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Avant de donner la parole &agrave; nos deux laur&eacute;ats du jour, laissez-moi, une nouvelle fois, leur redire au nom de mes coll&egrave;gues et de tout le D&eacute;partement, &agrave; la fois toutes nos f&eacute;licitations, notre fiert&eacute; partag&eacute;e mais surtout nos remerciements de vous &ecirc;tre engag&eacute;s dans cette d&eacute;marche positive et b&eacute;n&eacute;fique pour tout le Calvados, que je sais n&eacute;anmoins exigeante, mais tellement passionnante et porteuse d&#39;avenir pour nos deux villages d&eacute;sormais &quot;de caract&egrave;re&quot; !</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont au ch&acirc;teau de B&eacute;nouville le vendredi 6 avril 2018 &agrave; 11 h. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Image d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; E. Fossey</span></p> Cérémonie des Podiums & Trophées 2018 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/ceremonie-des-podiums--trophees.html ven., 09 févr. 2018 18:03:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Je souhaite, en premier lieu, remercier Monsieur le Maire de Caen pour son accueil, ici, au Palais des Sports, &agrave; l&#39;occasion de ce match qui va opposer, ce soir, le Caen Handball et son pr&eacute;sident Benoit Gruau, au Grand Nancy M&eacute;tropole.&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</p> <p>Nous r&eacute;compenserons, dans quelques instants, comme &agrave; notre habitude, cat&eacute;gorie par cat&eacute;gorie, sans oublier nos &quot;Coups de C&oelig;ur&quot;, tous ceux qui ont particuli&egrave;rement brill&eacute;, au fil des comp&eacute;titions, dans leur sport de pr&eacute;dilection, en 2017.</p> <p>Mais, et je crois que c&#39;est une nouveaut&eacute;, nous r&eacute;compenserons &eacute;galement les performances r&eacute;alis&eacute;es, &agrave; l&#39;occasion de notre cross scolaire d&eacute;partemental qui s&#39;est d&eacute;roul&eacute;, comme chaque ann&eacute;e, en novembre.</p> <p>Mais, avant ces podiums, permettez-moi de vous dire, plus globalement, quelques mots sur notre politique sportive d&eacute;partementale.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Comme vous le savez certainement, ce n&#39;est pas une comp&eacute;tence obligatoire, mais dans le Calvados, nous y sommes tr&egrave;s attach&eacute;s et nous trouvons, dans les missions qui sont les n&ocirc;tres, les cadres et les programmes pour continuer de financer notre politique sportive.</p> <p>Vous le savez, nous avons trois responsabilit&eacute;s majeures, que sont : la solidarit&eacute; sociale, la solidarit&eacute; territoriale et l&#39;attractivit&eacute; du territoire et je vais vous dire comment, au regard de ces grands objectifs, nous souhaitons que notre politique sportive trouve sa place et toute sa place.</p> <p>Tout d&#39;abord, la solidarit&eacute; territoriale. Elle trouve &eacute;cho dans le soutien que nous apportons aux territoires pour s&#39;&eacute;quiper et je pense &agrave; toutes les aides et subventions que le Conseil D&eacute;partemental apporte aux communes et plus particuli&egrave;rement aux Intercommunalit&eacute;s pour s&#39;&eacute;quiper et offrir des installations sportives de qualit&eacute; &agrave; tous et &eacute;galement &agrave; nos coll&eacute;giens. Je pense aux centres aquatiques, gymnases, terrains de football, dojos, pistes d&#39;athl&eacute;tisme&hellip;</p> <p>En second lieu, la solidarit&eacute; sociale qui s&#39;exprime tout naturellement en s&#39;orientant vers ce que l&#39;on appelle nos &nbsp;&quot;publics-cible&quot;, &agrave; savoir : la jeunesse, les personnes en situation de handicap, l&#39;enfance en difficult&eacute; et les seniors.</p> <p>L&agrave; encore, le D&eacute;partement souhaite un accompagnement privil&eacute;gi&eacute;, au plus pr&egrave;s des r&eacute;alit&eacute;s et des difficult&eacute;s de ces publics.</p> <p>Le d&eacute;veloppement du sport f&eacute;minin est &eacute;galement un axe qui nous privil&eacute;gions.</p> <p>Enfin, l&#39;attractivit&eacute; du territoire trouve certainement une r&eacute;sonnance particuli&egrave;re par un soutien marqu&eacute;, apport&eacute; au sport de haut niveau, aux sportifs en devenir, mais aussi et surtout, par un soutien dans le temps, &agrave; des fili&egrave;res qui forment notre ADN d&eacute;partemental&hellip; Je pense aux sports de nature, &agrave; l&#39;&eacute;quitation, au nautisme.</p> <p>Des activit&eacute;s qui participent grandement au rayonnement et au dynamisme de nos territoires. Je suis persuad&eacute; qu&#39;ils repr&eacute;sentent des enjeux majeurs d&#39;attractivit&eacute; pour demain.</p> <p>Pour l&#39;ensemble de nos actions, nous disposons d&#39;un budget global, d&eacute;di&eacute; au sport, de plus de 3 millions d&#39;euros en fonctionnement et de 3 millions d&#39;euros en investissement, soit environ et globalement, 6 millions d&#39;euros inject&eacute;s dans cette politique, &agrave; laquelle nous sommes tr&egrave;s attach&eacute;s pour les raisons que je viens de vous exposer.</p> <p>Bien s&ucirc;r, rien ne se fait sans vous. L&#39;&eacute;lan sportif s&#39;appr&eacute;hende dans le collectif.</p> <p>Et je pense forc&eacute;ment au Comit&eacute; D&eacute;partemental Olympique et Sportif et &agrave; son pr&eacute;sident, Monsieur Patrick Osouf, aux comit&eacute;s sportifs d&eacute;partementaux, aux 500 clubs aid&eacute;s chaque ann&eacute;e par le D&eacute;partement, dont plus d&#39;une soixantaine &eacute;voluent au niveau national.</p> <p>C&#39;est tout cela le mouvement sportif. Et, je tiens &agrave; remercier chacun, pour son action dans le quotidien, au service de nos sportifs d&eacute;partementaux.</p> <p>Je pense aussi au haut niveau avec nos &quot;clubs phares&quot; : Malherbe, l&#39;USOM Basket, le Caen Basket Calvados, les Drakkars et, bien entendu, le Caen Handball qui nous accueille ce soir.</p> <p>Nous avons aussi la chance d&#39;&ecirc;tre un territoire de grands &eacute;v&eacute;nements sportifs, avec l&agrave; encore, une vraie diversit&eacute;. Je citerai l&#39;Open de Tennis de Caen, le BMX Indoor, l&#39;Xtrem VTT d&#39;Amay&eacute;, le Triathlon de Deauville, la Normandy Channel Race, la course cycliste Paris-Camembert ou encore les Courants de la Libert&eacute;&hellip; J&#39;en oublie certainement.</p> <p>Autant de manifestations qui participent au rayonnement, comme je le disais, et &agrave; l&#39;attractivit&eacute; du Calvados.</p> <p>Un mot, ou m&ecirc;me plusieurs, sur le sport scolaire. C&#39;est important.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Le sport &agrave; l&#39;&eacute;cole participe de l&#39;&eacute;quilibre de nos jeunes. Et, je remercie enseignants et encadrants pour leur mission, dans le quotidien, aupr&egrave;s notamment de nos jeunes coll&eacute;giens. Sans oublier nos sections sportives et, bien entendu, notre grand rendez-vous annuel : le cross scolaire du D&eacute;partement qui est toujours un moment tr&egrave;s attendu, pour ne pas dire tr&egrave;s couru, par nos coll&eacute;giens.</p> <p>C&#39;est l&#39;occasion de mettre en avant le sport au coll&egrave;ge et c&#39;est, pour nous, l&#39;occasion de mettre, tr&egrave;s concr&egrave;tement en avant, l&#39;action d&eacute;partementale en faveur du sport comme un axe important de la citoyennet&eacute;.</p> <p>Le sport porte des valeurs essentielles au d&eacute;veloppement de nos jeunes : le d&eacute;passement de soi, le courage, l&#39;abn&eacute;gation, la volont&eacute;, l&#39;humilit&eacute;. Des valeurs, vous l&#39;aurez compris, que nous responsables publics, devons faire r&eacute;sonner.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;Vous connaissez notre slogan : <em>&quot;Ensemble, vivons le sport sur tous les terrains&quot;. </em>Oui, je le dis, le D&eacute;partement est fier de vous accompagner dans les diff&eacute;rentes pratiques sportives, tout au long de l&#39;ann&eacute;e. Avec, je le crois, une offre tr&egrave;s diversifi&eacute;e sur l&#39;ensemble de notre territoire.</p> <p>C&#39;est un engagement fort, de chaque instant, aux c&ocirc;t&eacute;s des clubs, des comit&eacute;s ou des ligues. En veillant toujours &agrave; ne jamais laisser personne au bord du terrain, comme je le disais pr&eacute;cedemment.</p> <p>Je suis accompagn&eacute;, ce soir, par mes coll&egrave;gues &eacute;lus, conseillers d&eacute;partementaux et notamment par Clara Dewa&euml;le-Canouel, vice-pr&eacute;sidente du D&eacute;partement, qui a en charge ces questions. Elle a toute ma confiance pour traduire, dans le concret et toujours &agrave; vos c&ocirc;t&eacute;s, c&#39;est important, notre volont&eacute; politique en faveur du sport.</p> <p>Elle est, elle aussi, accompagn&eacute;e par une &eacute;quipe tr&egrave;s dynamique, sous la conduite notamment d&#39;Aur&eacute;lien Richard. C&#39;est une &eacute;quipe, des hommes et des femmes, qui ont eux aussi ma confiance pour faire vivre et aimer le sport dans le Calvados.</p> <p>En attendant les r&eacute;compenses de ce soir et le match qui va suivre, laissez-moi vous dire combien j&#39;appr&eacute;cie ces moments de rassemblement de la grande famille du sport de notre d&eacute;partement et de voir sur les visages des plus jeunes, toute leur envie de victoires, de podiums et de troph&eacute;es.</p> <p>Nous vivrons encore, en 2018, de beaux et grands moments de sport. Et, au-del&agrave; des grands rendez-vous internationaux ou nationaux, il existe, chaque semaine, sur les terrains du Calvados, de grandes victoires &agrave; remporter et sachez que vous pouvez compter sur le D&eacute;partement pour vous y aider.</p> <p>Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une excellente soir&eacute;e</p> <p><span style="font-size:11px;">Discours prononc&eacute; le vendredi 9 f&eacute;vrier 2018 au Palais des Sports de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.&nbsp;&nbsp;&nbsp;</span>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;</p> Signature de la convention de mutualisation des Systèmes d'information géographique (SIG) https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/signature-de-la-convention-de-mu.html jeu., 08 févr. 2018 16:25:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Derri&egrave;re ces sigles ou ces mots nouveaux se cache l&#39;id&eacute;e de d&eacute;marche commune, de se rassembler, de se f&eacute;d&eacute;rer pour offrir, toujours plus et toujours mieux, de nouveaux outils associant des donn&eacute;es essentielles pour nous aider &agrave; d&eacute;cider, &agrave; faire nos choix. C&#39;est bien cela qui nous r&eacute;unit aujourd&#39;hui.</p> <p>Comme vous le savez, le D&eacute;partement du Calvados est investi, depuis maintenant de nombreuses ann&eacute;es, dans ce domaine de l&#39;information g&eacute;ographique.</p> <p>Nous conduisons, en effet, une politique volontariste qui vise &agrave; diffuser des r&eacute;f&eacute;rentiels &agrave; l&#39;&eacute;chelle du D&eacute;partement, tels que par exemple, la num&eacute;risation du cadastre, des documents d&#39;urbanisme ou encore des photos a&eacute;riennes.</p> <p>Et nous facilitons l&#39;acc&egrave;s &agrave; ces donn&eacute;es &agrave; toutes les collectivit&eacute;s qui le souhaitent par l&#39;interm&eacute;diaire de notre portail SIG d&eacute;di&eacute; que l&#39;on appelle &quot;G&eacute;oCalvados&quot;.</p> <p>Le SDEC, de son c&ocirc;t&eacute;, comme l&#39;a fort bien rappel&eacute; le pr&eacute;sident Lelandais, a une d&eacute;marche similaire dans son domaine de comp&eacute;tence.</p> <p>Il nous a donc paru intelligent de se rapprocher et de superposer nos exp&eacute;riences, c&#39;est-&agrave;-dire de superposer des couches g&eacute;ographiques contenant des donn&eacute;es essentielles pour encore mieux d&eacute;crypter, analyser les pratiques de nos territoires et donc encore mieux nous aider &agrave; piloter nos politiques publiques.</p> <p>C&#39;est r&eacute;ellement un outil d&#39;aide &agrave; la d&eacute;cision pour toujours mieux penser le d&eacute;veloppement de nos territoires.</p> <p>Voil&agrave; pour la philosophie g&eacute;n&eacute;rale de cette action. Alors, me direz-vous, pourquoi nous &ecirc;tre engag&eacute; pr&eacute;cis&eacute;ment et aujourd&#39;hui dans une d&eacute;marche de mutualisation avec le SDEC ?<br /> Eh bien, tout simplement parce que depuis 2015 et les lois portant sur la r&eacute;forme territoriale, les collectivit&eacute;s et syndicats sont confront&eacute;s &agrave; des enjeux nouveaux.</p> <p>En effet, de la r&eacute;forme territoriale, sont n&eacute;es de nouvelles collectivit&eacute;s plus grandes, plus importantes et qui, &agrave; moyen terme, ont besoin de SIG communautaires, pour faire face &agrave; des comp&eacute;tences accrues : comme l&#39;instruction du droit des sols, par exemple.</p> <p>Pareillement, cette r&eacute;forme territoriale a mis en avant une n&eacute;cessaire mutualisation et coordination des interventions des diff&eacute;rents acteurs d&eacute;partementaux, tels le D&eacute;partement, bien s&ucirc;r, mais aussi le SDEC, bien &eacute;videmment, ou encore le CAUE, le SDIS, etc.</p> <p>Et ceci dans le but d&#39;&ecirc;tre plus coh&eacute;rents par des interventions mutualis&eacute;es aupr&egrave;s des EPCI, plus lisibles par la fin d&#39;un doublon &quot;G&eacute;oCalvados&quot; et &quot;G&eacute;oSDEC&quot; et aussi et surtout, plus &eacute;conomes puisque le m&ecirc;me prestataire intervient, &agrave; la fois, pour le SDEC et pour le D&eacute;partement.</p> <p>Comme vous pouvez le constater, il faut &ecirc;tre capable de s&#39;adapter en permanence, &ecirc;tre agile aux mutations, car rester immobile, c&#39;est reculer et cette convention de mutualisation que nous signons, aujourd&#39;hui, permet donc de s&#39;adapter, d&#39;&eacute;voluer, d&#39;avancer afin d&#39;apporter le meilleur, de faciliter les d&eacute;marches de nos territoires, des EPCI.</p> <p><br /> M&ecirc;me si maintenant, au moment o&ugrave; je vous parle, tout para&icirc;t simple, tout n&#39;a pas &eacute;t&eacute; facile. C&#39;est un sujet tr&egrave;s technique dont il est question et pr&egrave;s de deux ann&eacute;es de travail ont &eacute;t&eacute; n&eacute;cessaires pour arriver &agrave; ce r&eacute;sultat.</p> <p>C&#39;est, en effet, en d&eacute;cembre 2015 que Hubert Courseaux, premier vice-pr&eacute;sident du D&eacute;partement rencontrait le pr&eacute;sident du SDEC pour lancer les pr&eacute;mices de cette mutualisation et ouvrir les premi&egrave;res portes de cette d&eacute;marche innovante et je tenais &agrave; le remercier.</p> <p>Il a ensuite fallu engager un travail de recensement des donn&eacute;es existantes et surtout faire le tri parmi les plus pertinentes.</p> <p>L&#39;&eacute;tape suivante a consist&eacute; &agrave; identifier la solution optimale permettant d&#39;atteindre notre objectif commun, tout en conservant les sp&eacute;cificit&eacute;s, &agrave; la fois du D&eacute;partement et du SDEC, et tout en &eacute;vitant &quot;le pi&egrave;ge&quot; de cr&eacute;er une nouvelle structure de type syndicat mixte ou autre.</p> <p>&Agrave; l&#39;issue de ces deux ann&eacute;es de collaboration, de coop&eacute;ration, je dirais m&ecirc;me de co-construction, je dois dire que le r&eacute;sultat, je le pense, est plus que satisfaisant car nous avons et allons travailler en mutualisation intelligente, comme nous savons d&eacute;j&agrave; le faire de par notre collaboration &eacute;troite et ancienne sur d&#39;autres volets, eux aussi techniques, tels que l&#39;effacement des r&eacute;seaux, le d&eacute;ploiement des bornes &eacute;lectriques de rechargement, entre autres.</p> <p><br /> Permettez-moi de saluer le travail, effectu&eacute; dans la dur&eacute;e, et l&#39;investissement de chacun, &eacute;lus, personnels de nos deux entit&eacute;s afin d&#39;aboutir &agrave; cette convention de mutualisation.</p> <p>&Eacute;videmment, cet outil de mutualisation, qui arrive tout juste, ouvre des perspectives pour le D&eacute;partement, notamment par le d&eacute;veloppement d&#39;un partenariat renforc&eacute; avec le SDEC.</p> <p>Cependant, il faut garder &agrave; l&#39;esprit les &quot;ma&icirc;tres mots&quot; qui doivent pr&eacute;sider &agrave; notre action, comme une mutualisation &agrave; double objectifs, double vis&eacute;es d&#39;&eacute;conomie et de synergie, mais aussi la subsidiarit&eacute; afin que chaque niveau de collectivit&eacute; soit le plus pertinent dans son intervention.</p> <p>Cette nouvelle mutualisation va aussi permettre d&#39;&eacute;tablir une coop&eacute;ration, une collaboration renforc&eacute;e avec d&#39;autres partenaires, tels l&#39;Aucame, dont le travail d&#39;observation n&eacute;cessite de disposer de donn&eacute;es de premier choix, ou encore le SDIS, dont le SIG tr&egrave;s op&eacute;rationnel permet des interventions dans les meilleures conditions possibles.</p> <p>Je pr&eacute;cise &eacute;galement qu&#39;&agrave; terme, cette action de mutualisation exemplaire doit permettre d&#39;am&eacute;liorer l&#39;acc&egrave;s aux donn&eacute;es territoriales pour les acteurs publics, mais aussi priv&eacute;s, je pense notamment aux am&eacute;nageurs.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Avant que ne vous soit pr&eacute;sent&eacute;e cette nouvelle solution : &quot;Map&eacute;o Calvados&quot;, je tenais &agrave; remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribu&eacute; &agrave; la mise en place de cet outil innovant, en particulier les services du SDEC &Eacute;nergie et ceux du D&eacute;partement avec une mention particuli&egrave;re et des f&eacute;licitations pour nos deux services SIG respectifs.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:11px;">Discours prononc&eacute; le jeudi 8 f&eacute;vrier 2018 &agrave; 16 h &agrave; la CCI Caen Normandie de Saint-Contest. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:11px;">Image d&#39;en-t&ecirc;te : Claude Chesnel, Jacques Lelandais, Jean-L&eacute;once Dupont et Hubert Courseaux le 8 f&eacute;vrier &agrave; la CCI Caen Normandie. / &copy; M. Fresnais</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du lundi 5 février 2018 - Budget primitif 2018 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--4.html lun., 05 févr. 2018 09:00:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Notre session est consacr&eacute;e &agrave; l&rsquo;adoption de notre budget primitif 2018. Je vous remercie d&rsquo;avoir r&eacute;serv&eacute; les quatre jours qui viennent afin de pouvoir tenir sereinement et compl&egrave;tement nos d&eacute;bats. Au fil de ces journ&eacute;es, nous op&egrave;rerons une <strong>revue int&eacute;grale de toutes nos d&eacute;penses et recettes</strong>, tant en fonctionnement qu&rsquo;en investissement, dans un souci de transparence, de clart&eacute; et de p&eacute;dagogie vis-&agrave;-vis des actions publiques men&eacute;es par le D&eacute;partement. Nous savons nous conformer, ce faisant, avec l&rsquo;approche qui pr&eacute;vaut pour la pr&eacute;sentation moderne du budget de l&rsquo;&Eacute;tat depuis la fameuse loi&nbsp;&laquo;&nbsp;LOLF&nbsp;&raquo;. Celle-ci remonte d&eacute;j&agrave; au d&eacute;but du XXI<sup>e</sup> si&egrave;cle, et pourtant, aujourd&rsquo;hui encore, peu de collectivit&eacute;s territoriales l&rsquo;ont transpos&eacute;e localement. Beaucoup finiront par y venir, j&rsquo;en suis persuad&eacute;, car c&rsquo;est le sens de l&rsquo;Histoire mais surtout un devoir vis-&agrave;-vis du d&eacute;bat d&eacute;mocratique et de la lisibilit&eacute; de l&rsquo;action publique locale.</p> <p>Nous nous appuierons tout au long de cette semaine sur ce v&eacute;ritable <strong>ouvrage de 430 pages</strong>, <em>tout de m&ecirc;me</em>, qui est l&rsquo;&oelig;uvre collective des Pr&eacute;sidents de commission, des commissions elles-m&ecirc;mes et &agrave; leurs c&ocirc;t&eacute;s, des services. Je tiens &agrave; souligner la qualit&eacute; de ce travail et &agrave; remercier, toujours en votre nom &agrave; tous, toute l&rsquo;administration d&eacute;partementale, nos remarquables collaborateurs, qui se sont tr&egrave;s largement mobilis&eacute;s pour r&eacute;diger les <strong>29 rapports budg&eacute;taires</strong> de cet ouvrage, sous la coordination de notre directeur g&eacute;n&eacute;ral des services et de son adjointe en charge des finances et des moyens, Nathalie Payen.</p> <p><em>Sur la forme</em>, pour la premi&egrave;re fois, cet ouvrage s&rsquo;architecture autour de <strong>notre nouvelle segmentation strat&eacute;gique</strong>, qui a &eacute;t&eacute; simplifi&eacute;e et repens&eacute;e pour mieux faire ressortir notre projet de mandature. D&eacute;sormais, vous retrouvez les quatre grands enjeux politiques de notre collectivit&eacute;, d&eacute;clin&eacute;s en 19 objectifs strat&eacute;giques puis en 73 actions op&eacute;rationnelles, toutes tr&egrave;s concr&egrave;tes.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p><em>Sur le fond</em>, dans leurs grands &eacute;quilibres, les &eacute;l&eacute;ments pr&eacute;sent&eacute;s dans cet ouvrage ne vous auront pas surpris&nbsp;: ils sont, &agrave; quelques votes en s&eacute;ance pr&egrave;s, <strong>totalement conformes</strong> aux &eacute;l&eacute;ments pr&eacute;sent&eacute;s le 11 d&eacute;cembre dernier, lors de <strong>notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires</strong>.</p> <p>Nos fondamentaux sont inchang&eacute;s. Ils forment ce que certains observateurs de la sph&egrave;re publique locale ont appel&eacute; &laquo;&nbsp;l&rsquo;exception du Calvados&nbsp;&raquo;, largement reconnu aujourd&rsquo;hui comme <strong>l&rsquo;un des D&eacute;partements les mieux g&eacute;r&eacute;s de France</strong>.</p> <p>En 2018, pas plus qu&rsquo;au cours des cinq ann&eacute;es &eacute;coul&eacute;es et pas plus qu&rsquo;au cours des trois prochaines selon l&rsquo;engagement de mandature que nous avons pris, <strong>nous n&rsquo;augmenterons pas les imp&ocirc;ts locaux</strong>. <strong>&Eacute;</strong>tait-ce une &eacute;vidence&nbsp;? Certainement pas, car je vous rappelle que depuis 2015, la majorit&eacute; des D&eacute;partements ont d&ucirc; augmenter le taux de leur taxe fonci&egrave;re sur les propri&eacute;t&eacute;s b&acirc;ties, parfois de mani&egrave;re assez bouleversante, jusqu&rsquo;&agrave; +68 %&nbsp;!</p> <p>Dans le m&ecirc;me temps, ici dans le Calvados, <strong>nous ma&icirc;triserons parfaitement nos d&eacute;penses de fonctionnement</strong>, qui ne devraient &eacute;voluer cette ann&eacute;e que de 0,8 % (c&rsquo;est-&agrave;-dire bien en de&ccedil;&agrave; de l&rsquo;objectif national de r&eacute;duction des d&eacute;penses publiques, fix&eacute; 50 % au-dessus), gr&acirc;ce notamment &agrave; une <strong>nouvelle baisse de nos moyens g&eacute;n&eacute;raux de -1,4 %</strong>, tandis que nous d&eacute;gagerons des marges nouvelles pour investir, nos d&eacute;penses d&rsquo;investissement bondissant de +9 %.</p> <p>La conjonction de ces param&egrave;tres est aussi rare qu&rsquo;exemplaire dans la sph&egrave;re publique fran&ccedil;aise, surtout si on souligne que <strong>le D&eacute;partement s&rsquo;est d&eacute;sendett&eacute; de plus de 60 millions d&rsquo;euros</strong> depuis le d&eacute;but de notre mandature et qu&rsquo;il a su r&eacute;duire les effectifs de son administration de plusieurs dizaines d&rsquo;agents (2015-2017&nbsp;: en net, suppression de 62 postes).</p> <p>Mes chers coll&egrave;gues, soyez-en fiers, car nous n&rsquo;avons certainement pas emprunt&eacute; la voie la plus facile, mais nous faisons chaque jour <strong>la preuve de notre exemplarit&eacute;</strong>. Nous dessinons ensemble le D&eacute;partement de demain, une grande collectivit&eacute; territoriale en mouvement, moderne, parfaitement g&eacute;r&eacute;e, capable de b&acirc;tir un front r&eacute;publicain de services, d&rsquo;entraide, de soutien envers tous les habitants et tous les territoires du Calvados. La pente est parfois raide, il nous arrive de devoir prendre des d&eacute;cisions que nous savons honn&ecirc;tement difficiles voire douloureuses, mais voici que pratiquement d&eacute;sormais &agrave; mi-mandat, ce chemin nous donne &agrave; entrevoir un horizon collectif enthousiasmant pour le Calvados.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Je voudrais &agrave; ce titre souligner ce qui me semble pouvoir &ecirc;tre les grands marqueurs politiques de notre projet de budget.</p> <p>Pour ce qui concerne tout d&rsquo;abord nos d&eacute;penses d&rsquo;investissement, que je vous disais donc tr&egrave;s sensiblement en hausse et que nous abonderons sans doute encore lors de nos traditionnels budgets suppl&eacute;mentaires en juin et novembre prochains, nous porterons en 2018 de <strong>grandes ambitions</strong>.</p> <p>Je pourrais vous citer celle de hisser le Calvados au rang des <strong>destinations <em>nationales</em> du v&eacute;lo</strong>, avec la pr&eacute;paration d&rsquo;un nouveau plan v&eacute;lo&nbsp;qui accompagnera l&rsquo;ach&egrave;vement de la v&eacute;loroute du littorale, la compl&eacute;tude de la V&eacute;lo Francette et de la Seine &agrave; V&eacute;lo pratiquement dans le temps de notre mandature ; ou bien l&rsquo;ouverture au public de deux <strong>nouveaux espaces naturels sensibles</strong>&nbsp;et &agrave; terme d&rsquo;une vingtaine d&rsquo;entre eux, capitalisant ainsi un patrimoine vert de plus de 1&nbsp;000 hectares qui sera &agrave; n&rsquo;en pas douter la richesse d&rsquo;avenir du Calvados ; ou bien encore l&rsquo;ambition que portera notre premier <strong>sch&eacute;ma d&eacute;partemental d&rsquo;accessibilit&eacute; des services au public</strong>, avec la compl&eacute;tude du <strong>r&eacute;seau de nos Points info 14</strong>, de sorte &agrave; mailler nos territoires par un total de 40 maisons de service au public, atteignant ainsi un niveau de service qu&rsquo;aucun autre d&eacute;partement en France ne sera en capacit&eacute; d&rsquo;apporter avant probablement de nombreuses ann&eacute;es.</p> <p>Je pense n&eacute;anmoins que vous serez nombreux &agrave; retenir prioritairement quatre grands projets d&rsquo;investissements, et vous aurez sans doute raison, car ils marqueront tous les quatre l&rsquo;histoire de notre collectivit&eacute;.</p> <p><strong>Le premier</strong>, bien entendu car je sais que nous sommes tr&egrave;s attendus sur ce dossier, c&rsquo;est l&rsquo;annonce de l&rsquo;ouverture probablement en mars ou avril prochains, d&rsquo;une nouvelle autorisation de programme pour accompagner la <strong>couverture int&eacute;grale du Calvados en fibre optique d&rsquo;ici fin 2021</strong>, avec 10 ans d&rsquo;avance sur le planning initial de notre d&eacute;l&eacute;gation de service public Fibre Calvados.</p> <p>Oubliez la typologie des phases 1, 2 et 3, et les horizons 2026 et 2031 qui &eacute;taient attach&eacute;s &agrave; ces derni&egrave;res. Nous sommes en train de finaliser la r&eacute;daction d&rsquo;un avenant fondamental &agrave; notre projet, avec l&rsquo;appui de la R&eacute;gion Normandie, de l&rsquo;&Eacute;tat et de l&rsquo;Europe, en vue d&rsquo;assurer pratiquement dans le temps de notre mandature une couverture 100 % fibre de tous nos territoires, sans plus viser d&eacute;sormais aucun raccordement radio ni aucun raccordement satellite.</p> <p>Nous aurons &agrave; en reparler plus en d&eacute;tail ensemble, d&rsquo;ici une poign&eacute;e de semaines. Je vous annonce simplement &agrave; ce stade ce qui devrait &ecirc;tre le fruit bient&ocirc;t formalis&eacute; de nos longues et encore toutes fra&icirc;ches n&eacute;gociations avec notre d&eacute;l&eacute;gataire et nos partenaires. Au lieu d&rsquo;un projet &agrave; 170 millions d&rsquo;euros d&rsquo;investissement, nous changerons r&eacute;solument d&rsquo;&eacute;chelle en passant &agrave; un projet de pratiquement 395 millions d&rsquo;euros&nbsp;! Les travaux aff&eacute;rents s&rsquo;op&egrave;reront en une poign&eacute;e d&rsquo;ann&eacute;es, gr&acirc;ce &agrave; une strat&eacute;gie industrielle qui va permettre de concentrer, dans le Calvados, tous les efforts du groupe Covage et de ses sous-traitants, tenus par des niveaux de p&eacute;nalit&eacute; tr&egrave;s dissuasifs afin d&rsquo;&eacute;carter d&eacute;sormais tout retard. Je vous rassure de suite, l&rsquo;essentiel de ces investissements colossaux seront financ&eacute;s par notre d&eacute;l&eacute;gataire, ou plus pr&eacute;cis&eacute;ment par ses actionnaires, la subvention additionnelle du D&eacute;partement &eacute;tant attendue, en nette des recettes de nos partenaires, de l&rsquo;ordre d&rsquo;une dizaine de <strong>millions d&rsquo;euros</strong>.</p> <p>Vous savez que l&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique d&rsquo;un d&eacute;partement comme le Calvados est un projet d&rsquo;ing&eacute;nierie tr&egrave;s complexe&nbsp;; c&rsquo;est une affaire s&eacute;rieuse, de longue haleine et qui oblige &agrave; maintenir une vigilance et une humilit&eacute; de tous les instants. Jamais nous n&rsquo;avons port&eacute; la ma&icirc;trise d&rsquo;ouvrage d&rsquo;un dossier de cette ampleur. Nous avons &eacute;t&eacute; pr&eacute;curseurs et nous avons souvent d&ucirc; d&eacute;fricher les obstacles en &eacute;claireurs, c&ocirc;te &agrave; c&ocirc;te avec le territoire de la C&ocirc;te C&oelig;ur Fleurie qui a &eacute;t&eacute; le premier int&eacute;gralement couvert en France. Nous avons connu quelques succ&egrave;s, &agrave; commencer par le fait que le Calvados est aujourd&rsquo;hui le troisi&egrave;me d&eacute;partement de France par sa couverture num&eacute;rique, juste derri&egrave;re Paris et les Hauts-de-Seine, excusez du peu&nbsp;! Mais il est vrai que l&rsquo;attente pour les territoires moins urbains devenait de plus en plus p&eacute;nalisante, tandis que la commercialisation peinait &agrave; d&eacute;coller.</p> <p>Je dois dire aujourd&rsquo;hui mon soulagement d&rsquo;avoir pu si fondamentalement r&eacute;impuls&eacute; notre projet, afin de tenir compte d&rsquo;une part, d&rsquo;une attente de la soci&eacute;t&eacute; beaucoup plus forte qu&rsquo;&agrave; l&rsquo;&eacute;poque o&ugrave; nous l&rsquo;avions initialement engag&eacute; et d&rsquo;autre part, des derni&egrave;res recommandations en mati&egrave;re de construction et d&rsquo;exploitation des r&eacute;seaux fibre, telles qu&rsquo;elles ont peu &agrave; peu &eacute;merg&eacute;es au fil des retours d&rsquo;exp&eacute;rience depuis 2010.</p> <p><strong>Le second projet majeur</strong> d&rsquo;investissement engag&eacute; dans notre budget 2018, c&rsquo;est l&rsquo;ambition que nous affichons aux c&ocirc;t&eacute;s de la R&eacute;gion Normandie, de <strong>rapprocher Flers de Caen</strong>, dans une logique globale d&rsquo;itin&eacute;raire incluant les contournements des communes de Thury-Harcourt et de Cond&eacute;-en-Normandie. D&rsquo;ici dix ans, ce grand itin&eacute;raire devrait offrir un temps de parcours r&eacute;duit &agrave; 45 minutes, mais surtout un trajet beaucoup plus r&eacute;silient vis-&agrave;-vis des al&eacute;as de circulation.</p> <p>Toujours dans le domaine routier, <strong>le troisi&egrave;me</strong> marqueur de notre budget d&rsquo;investissement est &agrave; mes yeux le fait de r&eacute;server 400&nbsp;000 euros pour <strong>relancer les &eacute;tudes sur la desserte de la c&ocirc;te fleurie</strong>, en allant chercher des alternatives &agrave; la d&eacute;viation de Canapville au-del&agrave; des travaux de s&eacute;curisation que nous avons d&eacute;j&agrave; entrepris. Ceux d&rsquo;entre vous qui &eacute;taient conseillers d&eacute;partementaux en 2014, &laquo;&nbsp;les anciens&nbsp;&raquo;, s&rsquo;en souviennent&nbsp;: nous &eacute;tions pr&ecirc;ts &agrave; lancer un formidable chantier pour enfin d&eacute;sengorger le tron&ccedil;on entre l&rsquo;A13 et la c&ocirc;te du c&ocirc;t&eacute; de Deauville-Trouville, tout en limitant les traverses d&rsquo;agglom&eacute;rations, jusqu&rsquo;&agrave; ce que la ministre en charge de l&rsquo;&Eacute;cologie, S&eacute;gol&egrave;ne Royal, mette &agrave; terre quinze ann&eacute;es de travail. Ce qui &eacute;tait inou&iuml; &agrave; l&rsquo;&eacute;poque, c&rsquo;est qu&rsquo;elle nous demandait en somme de revenir sur notre premi&egrave;re approche du projet, au plus pr&egrave;s de la voie ferr&eacute;e, apr&egrave;s que les conclusions de l&rsquo;enqu&ecirc;te publique, et donc du commissaire-enqu&ecirc;teur, nous aient emmen&eacute;s &agrave; pr&eacute;senter un projet s&rsquo;en &eacute;loignant substantiellement&hellip; Alors il est bien s&ucirc;r trop t&ocirc;t pour pr&eacute;senter un nouveau projet, mais j&rsquo;ai pour objectif que nous soyons en capacit&eacute; d&rsquo;en d&eacute;finir un d&rsquo;ici quelques mois &ndash; et vous savez qu&rsquo;il y a urgence, car certains riverains voient d&eacute;filer jusqu&rsquo;&agrave; 25&nbsp;000 v&eacute;hicules par jour dans leurs communes pendant la p&eacute;riode estivale&nbsp;!</p> <p>Enfin, <strong>le quatri&egrave;me </strong>marqueur de notre budget en mati&egrave;re de grands investissements concerne <strong>nos efforts en faveur de nos coll&egrave;ges</strong>. Sans doute, dans le cadre de nos &eacute;changes cette semaine, et c&rsquo;est normal en d&eacute;mocratie, nous reviendrons largement sur la fusion annonc&eacute;e des coll&egrave;ges de Mondeville et de Colombelles, ainsi que sur la fermeture du coll&egrave;ge de Port-en-Bessin-Huppain. Puissiez-vous, mes chers coll&egrave;gues, ne pas occulter ce faisant qu&rsquo;en 2018, nous aurons <strong>15 coll&egrave;ges publics en travaux de front</strong>, auxquels nous consacrerons plus de 21 millions d&rsquo;euros de cr&eacute;dits de paiement, un niveau pratiquement jamais atteint dans l&rsquo;histoire de notre D&eacute;partement. Rien que pour l&rsquo;achat de mobiliers neufs, nous avons pr&eacute;vu une enveloppe de 445&nbsp;000 euros&nbsp;tandis que je vous proposerai de voter 2,1 millions d&rsquo;euros de cr&eacute;dits de paiement en faveur de l&rsquo;&eacute;ducatif num&eacute;rique, afin d&rsquo;acqu&eacute;rir plusieurs milliers d&rsquo;ordinateurs.</p> <p>Nous nous donnons ainsi les moyens de pr&eacute;figurer le coll&egrave;ge de demain, avec par exemple des exp&eacute;rimentations sur deux premiers &laquo;&nbsp;coll&egrave;ges lab&nbsp;&raquo; &agrave; Caen et &agrave; Falaise, nous donnant l&rsquo;opportunit&eacute; de repenser compl&egrave;tement les espaces p&eacute;dagogiques. Nous lancerons plus g&eacute;n&eacute;ralement cette ann&eacute;e notre plan &laquo;&nbsp;coll&egrave;ges num&eacute;riques et innovation&nbsp;&raquo;. C&#39;est un pari pour l&#39;avenir et une ambition pour nos coll&eacute;giens.</p> <p>Alors que cet effort est remarquable, sans aucune mesure vis-&agrave;-vis de ce que consacrait l&rsquo;&Eacute;tat aux coll&egrave;ges publics au moment de leur d&eacute;centralisation &ndash; pour m&eacute;moire c&rsquo;&eacute;tait 8 fois moins &ndash;, vous aurez l&rsquo;opportunit&eacute; par vos votes cette semaine d&rsquo;augmenter encore de 5 millions d&rsquo;euros nos enveloppes r&eacute;serv&eacute;es de travaux, afin d&rsquo;intervenir en suppl&eacute;ment sur le <strong>coll&egrave;ge de Douits &agrave; Falaise</strong>, le plus grand du Calvados pourtant d&eacute;pourvu de pr&eacute;au, et sur <strong>celui du Val d&rsquo;Aure &agrave; Isigny-sur-Mer</strong>, probablement le plus fragile aujourd&rsquo;hui avec son taux d&rsquo;occupation de seulement 36 % mais dont nous pourrons faire le pari raisonn&eacute; ensemble de la redynamisation. Le maillage <em>d&eacute;partemental</em> de nos coll&egrave;ges publics, je souligne d&eacute;partemental car c&rsquo;est bien &agrave; cette &eacute;chelle que doit s&rsquo;appr&eacute;cier notre r&eacute;seau d&rsquo;&eacute;tablissements, sera ainsi fortement et durablement confort&eacute;, nous permettant de concentrer efficacement nos moyens afin d&rsquo;assurer globalement &agrave; nos coll&eacute;giens les meilleures chances pour leur r&eacute;ussite scolaire et leur &eacute;panouissement.</p> <p>Par ailleurs, c&rsquo;est un marqueur probablement politique de notre assembl&eacute;e et je sais qu&rsquo;il peut faire d&eacute;bat, nous proposerons d&rsquo;ouvrir une nouvelle enveloppe volontariste pour accompagner les <strong>travaux dans les coll&egrave;ges priv&eacute;s</strong>. Nous nous substituerons enfin &agrave; l&rsquo;&Eacute;tat, qui ne nous a jamais vers&eacute; la moindre aide en d&eacute;pit de ses engagements et de l&rsquo;assurance dont faisait preuve certains de nos coll&egrave;gues sous le pr&eacute;c&eacute;dent quinquennat, afin de <strong>s&eacute;curiser autant que faire se peut nos coll&egrave;ges contre le risque terroriste</strong>, car nous consid&eacute;rons que la s&eacute;curit&eacute; de nos coll&eacute;giens est une priorit&eacute; absolue.</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Au niveau de nos d&eacute;penses d&rsquo;intervention en fonctionnement, si je me livre au m&ecirc;me exercice, je dirai que notre budget primitif 2018 aura sans doute parmi ses principaux marqueurs le fait de <strong>maintenir les politiques volontaristes du D&eacute;partement en mati&egrave;re d&rsquo;insertion sociale</strong>, et notamment de sanctuariser une enveloppe de 2,7 millions d&rsquo;euros pour financer <strong>les contrats aid&eacute;s</strong>, en d&eacute;pit du d&eacute;sengagement de l&rsquo;&Eacute;tat. Plusieurs indicateurs macro-&eacute;conomiques tendent actuellement &agrave; s&rsquo;aligner pour laisser esp&eacute;rer un regain de croissance dans notre pays. Il ne nous faut n&eacute;anmoins pas baisser la garde, alors que le ch&ocirc;mage reste &agrave; un niveau tr&egrave;s pr&eacute;occupant en Normandie et que nous observons ces derni&egrave;res semaines une l&eacute;g&egrave;re remont&eacute;e du nombre de b&eacute;n&eacute;ficiaires du RSA. Faute d&rsquo;alternatives actuellement, puisque rien n&rsquo;a encore &eacute;t&eacute; mis en place au niveau national pour les suppl&eacute;er, ces contrats aid&eacute;s sont pour certains la seule opportunit&eacute; d&rsquo;insertion active dans l&rsquo;emploi, et nous ferons donc front aussi longtemps qu&rsquo;il le faudra.</p> <p>En ce qui concerne <strong>la culture</strong>, c&rsquo;est je le sais un autre sujet sur lequel nous sommes attendus, selon l&rsquo;observatoire national des politiques culturelles, 59 % des collectivit&eacute;s territoriales ont baiss&eacute; leurs d&eacute;penses sur la p&eacute;riode r&eacute;cente, et un quart des D&eacute;partements envisagent encore de le faire cette ann&eacute;e. Ce n&rsquo;est pas l&rsquo;orientation de notre projet de budget. Non seulement nous avons sanctuaris&eacute;, comme nous nous y &eacute;tions engag&eacute;s, nos cr&eacute;dits d&rsquo;intervention en mati&egrave;re culturelle, mais nous proposerons m&ecirc;me de les abonder de 100&nbsp;000 euros cette ann&eacute;e pour accompagner la mutation &eacute;conomique des &eacute;coles associatives d&rsquo;enseignement artistique. Nous proposerons &eacute;galement d&rsquo;ouvrir en compl&eacute;ment une enveloppe nouvelle de 40&nbsp;000 euros pour subventionner l&rsquo;achat d&rsquo;instruments de musique.</p> <p>2018 sera <strong>une grande ann&eacute;e des solidarit&eacute;s humaines</strong> pour le D&eacute;partement. Nous adopterons cet &eacute;t&eacute; notre premier sch&eacute;ma d&eacute;partemental de l&rsquo;autonomie puis &agrave; l&rsquo;automne, notre nouveau sch&eacute;ma d&eacute;partemental de l&rsquo;enfance et de la famille, tandis que nous travaillerons d&rsquo;ici l&rsquo;hiver prochain sur un nouveau plan d&eacute;partemental de l&rsquo;insertion. Parmi les grandes ambitions que nous nous donnerons, nous viserons &agrave; <strong>r&eacute;duire de mani&egrave;re tr&egrave;s sensible les d&eacute;lais d&rsquo;instruction des demandes aupr&egrave;s de la maison d&eacute;partementale des personnes handicap&eacute;es</strong>.</p> <p>Nous nous saisirons pleinement des d&eacute;fis li&eacute;s au vieillissement en mettant en &oelig;uvre une v&eacute;ritable strat&eacute;gie pour le maintien &agrave; domicile des personnes en perte d&rsquo;autonomie, par exemple en modernisant les bracelets de t&eacute;l&eacute;alarme reli&eacute;e au Service d&eacute;partemental d&rsquo;incendie et de secours, dont nous &eacute;quipons nos a&icirc;n&eacute;s. Au sujet du SDIS, nous l&rsquo;accompagnerons dans l&rsquo;animation des &eacute;tats g&eacute;n&eacute;raux du secours aux personnes en juin prochain. Si en accord avec la nouvelle direction du <strong>SDIS nous avons gel&eacute; en 2018 notre contingent en fonctionnement</strong>, nous travaillons actuellement sur la mani&egrave;re de soutenir l&rsquo;&eacute;tablissement selon sa pr&eacute;f&eacute;rence en investissement, tout en poursuivant nos politiques de mutualisation et de modernisation crois&eacute;e.</p> <p>Enfin, le D&eacute;partement restera fid&egrave;le &agrave; son r&ocirc;le f&eacute;d&eacute;rateur, ou disons plut&ocirc;t, <strong>catalyseur de la vie associative locale</strong>. Au fil de cette semaine, nous adopterons des subventions &agrave; plusieurs dizaines d&rsquo;organismes tiers, tels le r&eacute;seau des AMAP, la soci&eacute;t&eacute; des Meilleurs ouvriers de France, 36 associations d&rsquo;insertion (dont la Croix Rouge Fran&ccedil;aise, Les Restos du C&oelig;ur, le Secours Catholique, le Secours Populaire, la Banque alimentaire&hellip;), mais aussi l&rsquo;UDAF, SOS Amiti&eacute;, l&rsquo;union d&eacute;partementale des associations pour le don de sang, ATD Quart-Monde, France Terre d&rsquo;Asile, le Planning familial, l&rsquo;association Mathilde, ou encore la Maison du v&eacute;lo, le groupe ornithologique normand, l&rsquo;association pour le contr&ocirc;le de la radioactivit&eacute; dans l&rsquo;ouest&hellip;</p> <p>Est-il utile de lister davantage d&rsquo;organismes pour vous rappeler combien le D&eacute;partement est aujourd&rsquo;hui un puissant et indispensable pilier territorial, pr&eacute;sent dans le quotidien et intervenant au plus proche des habitants&nbsp;?</p> <p align="center">&nbsp;</p> <p>Ces missions nombreuses, autour des solidarit&eacute;s sociales, des solidarit&eacute;s territoriales et de ce que nous avons r&eacute;uni sous l&rsquo;enjeu de l&rsquo;attractivit&eacute; du Calvados dans notre nouvelle segmentation strat&eacute;gique, ne sont possibles que gr&acirc;ce &agrave; la mobilisation et &agrave;<strong> </strong>l&rsquo;engagement de <strong>notre tr&egrave;s agile administration</strong>.</p> <p>En 2018, elle aussi restera en mouvement. Non pas tant, <em>quoique</em>, parce qu&rsquo;elle conna&icirc;tra un pic historique dans le nombre des d&eacute;parts en retraite et donc dans le renouvellement de ses effectifs, mais parce qu&rsquo;au cours de notre semaine, nous viendrons &agrave; voter un tr&egrave;s ambitieux et enthousiasmant <strong>plan d&rsquo;innovation et de modernisation</strong>, ainsi qu&rsquo;une charte de d&eacute;ontologie et une charte de management.</p> <p>Afin d&rsquo;adapter notre administration aux enjeux actuels de notre plan de mandature, nous accueillerons par ailleurs de nouveaux directeurs.</p> <p>Je citerai tout d&rsquo;abord <strong>Eric Bouffeteau</strong>, qui a pris la t&ecirc;te d&rsquo;une nouvelle direction en charge de l&rsquo;accueil et de l&rsquo;orientation des mineurs non accompagn&eacute;s. Sa mission principale va &ecirc;tre de faire vivre le nouveau foyer de 76 places que nous avons ouvert mardi dernier dans la commune du Val d&rsquo;Arry. Le d&eacute;fi est immense, car en l&rsquo;attente des n&eacute;gociations nationales avec l&rsquo;&Eacute;tat, le D&eacute;partement est globalement aujourd&rsquo;hui seul pour faire face &agrave; l&rsquo;afflux de jeunes migrants, qui rel&egrave;veraient pour l&rsquo;heure de notre pleine responsabilit&eacute;. Nous l&rsquo;exer&ccedil;ons avec humanisme et discernement, mais la pression de ces derniers mois exc&egrave;de la raison, et le probl&egrave;me est en r&eacute;alit&eacute; d&rsquo;abord un enjeu de politique migratoire nationale, particuli&egrave;rement sensible dans un d&eacute;partement c&ocirc;tier et frontalier avec l&rsquo;Angleterre comme le n&ocirc;tre.</p> <p>Je citerai ensuite <strong>Elise Ablain</strong>, qui prendra en avril prochain la direction de l&rsquo;Enfance et de la Famille, afin d&rsquo;y mener un formidable chantier de refondation de ces politiques publiques, dans le cadre des ambitions que nous nous donnerons ensemble avec le nouveau sch&eacute;ma &eacute;ponyme. Elle quittera alors la direction de notre maison d&eacute;partementale de l&rsquo;enfance et de la famille, o&ugrave; elle laissera un bilan &ndash; et un souvenir - tr&egrave;s positifs.</p> <p>Je vous annonce encore l&rsquo;arriv&eacute;e prochaine de <strong>Didier Orain</strong>, administrateur territorial qui prendra en mars prochain la nouvelle direction de la mer et de l&rsquo;attractivit&eacute; littorale. Il aura pour mission rien de moins que de mettre en &oelig;uvre notre strat&eacute;gie afin de pleinement faire vivre le caract&egrave;re marin du Calvados et de d&eacute;velopper nos ports d&eacute;partementaux.</p> <p>Enfin, je vous annonce ma d&eacute;cision de cr&eacute;er une nouvelle direction en charge du m&eacute;c&eacute;nat et des partenariats, afin de capter l&rsquo;opportunit&eacute; de nouvelles recettes mais surtout d&rsquo;associer certains de nos projets aux valeurs que nous partageons avec de grands partenaires, qu&rsquo;ils s&rsquo;agissent de fondations, de philanthropes ou d&rsquo;entreprises engageant leur responsabilit&eacute; soci&eacute;tale. Au regard de son profil et de l&rsquo;aide qu&rsquo;elle nous a d&eacute;j&agrave; apport&eacute;e pour pr&eacute;figurer cette direction, j&rsquo;ai fait la proposition &agrave; <strong>G&eacute;raldine Ollivier</strong> d&rsquo;en prendre la t&ecirc;te dans les jours qui viennent.</p> <p align="center"><strong>&nbsp;</strong></p> <p>Chers coll&egrave;gues, avec ce budget sinc&egrave;re et exemplaire, avec des marges pr&eacute;serv&eacute;es en investissement et un cap clair, avec des cr&eacute;dits d&rsquo;intervention parfaitement pilot&eacute;s, cibl&eacute;s et utiles, avec enfin votre &eacute;nergie &agrave; tous et celle de l&rsquo;administration qui nous &eacute;paule, nous avons les raisons de regarder <strong>2018 </strong>avec s&eacute;r&eacute;nit&eacute;.</p> <p>Nous f&ecirc;terons cette ann&eacute;e les 10 ans de Pierres en Lumi&egrave;res et du festival de Beauregard, les 20 ans du festival N&ouml;rdik Impakt, les 25 ans du Prix Bayeux Calvados et les 30 ans du M&eacute;morial de Caen. Nous lancerons plusieurs initiatives pour accompagner les 50 ans de mai 68&nbsp;et surtout les 100 ans de l&rsquo;armistice de 1918.&nbsp;Nous reconduirons le Refugee Food Festival, le Ch&acirc;teau des Enfants, le Cross scolaire et le bal des seniors, autant d&rsquo;&eacute;v&egrave;nements qui auront &eacute;t&eacute; de tr&egrave;s grands succ&egrave;s l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re &ndash; et il y aura bien des d&eacute;couvertes nouvelles &agrave; faire, dans nos nombreux espaces culturels.</p> <p>La vitalit&eacute; bat son plein dans le Calvados, d&rsquo;ailleurs il se dit que nous franchirons la barre des 700&nbsp;000 habitants dans le courant de l&rsquo;ann&eacute;e&nbsp;!</p> <p>Je vous souhaite donc &agrave; tous une belle semaine de travail, dans le courage et la lucidit&eacute; et je vous remercie pour votre attention.</p> <div>&nbsp;</div> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 5 f&eacute;vrier 2018 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Réunion de lancement de la concertation sur le schéma départemental de l'autonomie 2018-2023 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/reunion-de-lancement-de-la-conce.html mer., 10 janv. 2018 10:09:00 +0100 root ]]> <p>Et, je vous remercie d&rsquo;avoir r&eacute;pondu aussi nombreux &agrave; notre invitation. C&rsquo;est un moment important, je dirais m&ecirc;me cl&eacute;.</p> <p>&nbsp;Les deux sch&eacute;mas d&eacute;partementaux pour les personnes &acirc;g&eacute;es et les personnes handicap&eacute;es arrivent &agrave; &eacute;ch&eacute;ance et le D&eacute;partement se devait d&rsquo;&ecirc;tre &agrave; ce rendez-vous, en donnant un nouvel &eacute;lan &agrave; notre politique de l&rsquo;autonomie &agrave; travers de nouvelles orientations.</p> <p>Permettez-moi, puisque l&#39;occasion m&#39;en est offerte en ce tout d&eacute;but d&#39;ann&eacute;e de vous pr&eacute;senter tous mes v&oelig;ux pour 2018 et quel plus beau symbole pour notre collectivit&eacute; de l&#39;ouvrir avec ce travail sur l&#39;expression m&ecirc;me de notre solidarit&eacute; &agrave; l&#39;&eacute;gard de ceux qui ont en ont le plus besoin.</p> <p>Nous avons souhait&eacute; r&eacute;unir en un seul sch&eacute;ma les actions &agrave; mener pour les cinq prochaines ann&eacute;es en raisonnant globalement, c&rsquo;est-&agrave;-dire en regroupant l&rsquo;ensemble des probl&eacute;matiques communes li&eacute;es &agrave; l&rsquo;autonomie et au vieillissement tout en conservant des orientations sp&eacute;cifiques pour chaque public.</p> <p>Ce futur sch&eacute;ma de l&rsquo;autonomie 2018/2023 est aujourd&rsquo;hui en cours d&rsquo;&eacute;laboration et c&rsquo;est ce moment que nous avons choisi pour partager avec vous les premiers &eacute;l&eacute;ments.</p> <p>Il couvrira donc, je le disais, les cinq prochaines ann&eacute;es. Au-del&agrave; de l&rsquo;obligation l&eacute;gale, c&rsquo;est un cadre structurant que nous sommes amen&eacute;s collectivement &agrave; d&eacute;finir, &agrave; partir d&rsquo;aujourd&rsquo;hui.</p> <p>Ces travaux, et vous le savez, je ne m&rsquo;&eacute;tendrai pas, s&rsquo;inscrivent dans des contextes difficiles, aussi bien d&rsquo;un point de vue l&eacute;gislatif, institutionnel, socio-d&eacute;mographique que financier ; en effet, je pr&eacute;cise juste que c&#39;est la premi&egrave;re fois que nous &eacute;laborons un sch&eacute;ma d&eacute;partemental, dans le domaine social, dans un contexte budg&eacute;taire tr&egrave;s particulier.</p> <p>L&rsquo;autonomie est un sujet &ocirc; combien strat&eacute;gique de notre collectivit&eacute;. Sur le plan d&eacute;mographique, le d&eacute;partement est concern&eacute; par le vieillissement de sa population et ce ph&eacute;nom&egrave;ne va sensiblement s&rsquo;acc&eacute;l&eacute;rer dans les d&eacute;cennies &agrave; venir. On sait d&eacute;j&agrave; qu&#39;en 2050, un Calvadosien sur cinq aura 75 ans ou plus.</p> <p>Notre collectivit&eacute; s&rsquo;est d&eacute;j&agrave; saisie de cette question&nbsp;; elle consacre ainsi environ 190 millions par an pour sa politique de l&rsquo;autonomie et nous employons environ 150 agents d&eacute;di&eacute;s &agrave; cette mission &agrave; Caen et dans tous les territoires. C&rsquo;est notre responsabilit&eacute;.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Le D&eacute;partement du Calvados a toujours eu le souci d&rsquo;ajuster en permanence son action, pour toujours mieux pr&eacute;venir la perte d&rsquo;autonomie, l&rsquo;accompagner et aider les personnes et leurs familles &agrave; y faire face. C&rsquo;est pour nous une priorit&eacute;. Le D&eacute;partement &eacute;tant par essence, mais aussi par engagement, la collectivit&eacute; de proximit&eacute;.</p> <p>L&#39;autonomie, c&#39;est d&#39;ailleurs bien plus qu&#39;une politique sp&eacute;cifique dans notre D&eacute;partement : elle est aussi un enjeu transversal que nous nous appliquons &agrave; prendre en compte dans l&#39;ensemble de nos politiques avec des exemples &eacute;vidents, tels que l&#39;accessibilit&eacute; et la proximit&eacute; des services publics, les coll&egrave;ges adapt&eacute;s aux publics en situation de handicap ou encore les chantiers d&#39;insertion que nous finan&ccedil;ons.</p> <p>Notre volont&eacute; est bien de mettre en place une politique de l&rsquo;autonomie encore plus proche des besoins et surtout des r&eacute;alit&eacute;s territoriales, en accord avec les deux missions principales d&eacute;di&eacute;es de par la loi au D&eacute;partement. Je veux parler d&rsquo;une part, de la solidarit&eacute; sociale et d&rsquo;autre part de la solidarit&eacute; territoriale. Sur les enjeux qui nous pr&eacute;occupent, aujourd&rsquo;hui, les deux sont intimement li&eacute;s.</p> <p>C&rsquo;est donc une d&eacute;marche de &quot;r&eacute;interrogation&quot; totale de la politique d&eacute;partementale de l&#39;autonomie dans laquelle nous sommes engag&eacute;s. Avec la volont&eacute; d&rsquo;y associer tous les acteurs et tous les partenaires. Et c&rsquo;est bien ce qui nous vaut le plaisir d&rsquo;&ecirc;tre ensemble aujourd&rsquo;hui.</p> <p>Je rappellerai &eacute;galement un autre enjeu : celui de la coh&eacute;rence avec la temporalit&eacute; des programmes de l&rsquo;&Eacute;tat (je citerai, par exemple, les travaux en cours de l&rsquo;ARS pour la mise en &oelig;uvre du PRS 2<sup>e</sup> g&eacute;n&eacute;ration).</p> <p>Quelques chiffres, si vous me le permettez, dans cette introduction, et qui doivent retenir notre attention&nbsp;:</p> <ul class="avec-checkbox"> <li><strong>15&nbsp;000 b&eacute;n&eacute;ficiaires de l&rsquo;APA</strong> (6&nbsp;000 en &eacute;tablissement, 40 %, et 9&nbsp;000 &agrave; domicile, 60 %) - (64M&euro;) :&nbsp; la DREES (Direction de la recherche, des &eacute;tudes, de l&#39;&eacute;valuation et des statistiques) en pr&eacute;voit 20&nbsp;000 &agrave; l&rsquo;horizon 2040.</li> <li><strong>1&nbsp;500 b&eacute;n&eacute;ficiaires de la PCH</strong> (17M&euro;).</li> <li><strong>840 b&eacute;n&eacute;ficiaires de l&rsquo;ACTP</strong> (5M&euro;)</li> <li><strong>710 b&eacute;n&eacute;ficiaires de l&rsquo;Aide M&eacute;nag&egrave;re</strong> (PA et PH)</li> <li><strong>3&nbsp;000 b&eacute;n&eacute;ficiaires de ASH</strong> (83M&euro;).</li> </ul> <p>Ces donn&eacute;es importantes nous rappellent qu&rsquo;au-del&agrave; de ce que nous entreprenons dans le Calvados, la pr&eacute;vention et l&rsquo;accompagnement de la perte d&rsquo;autonomie sont bien d&rsquo;enjeu national. Ces chiffres nous rappellent surtout l&rsquo;importance de ces questions qui touchent au plus pr&eacute;cieux de chaque &ecirc;tre humain.</p> <p>J&rsquo;ai souhait&eacute; confier le pilotage de cette d&eacute;marche, engag&eacute;e depuis quelques mois, &agrave; Sylvie Lenourrichel. Elle a, vous le savez, l&rsquo;expertise et l&rsquo;exp&eacute;rience de terrain sur ces sujets&nbsp;; elle y consacre la majeure partie de son temps d&rsquo;&eacute;lue. Elle a aussi toute ma confiance.</p> <p>Je voudrais remercier l&rsquo;ensemble des services du D&eacute;partement qui ont pr&eacute;par&eacute;, en amont de la phase de concertation qui s&rsquo;ouvre aujourd&rsquo;hui, un pr&eacute;cieux diagnostic de l&rsquo;autonomie, dont les points saillants vont &ecirc;tre port&eacute;s &agrave; votre connaissance d&rsquo;ici quelques minutes. J&#39;associerai &agrave; ces remerciements &eacute;galement, et bien &eacute;videmment, la MDPH et sa directrice qui, r&eacute;alisent dans le quotidien de ses d&eacute;cisions un travail tout &agrave; fait exceptionnel et consid&eacute;rable.</p> <p>Mais &eacute;galement l&rsquo;INSEE et ses responsables qui, dans le cadre d&rsquo;un partenariat bien compris, a r&eacute;alis&eacute; une &eacute;tude tr&egrave;s pr&eacute;cise afin de conna&icirc;tre finement la situation de nos populations concern&eacute;es par les probl&eacute;matiques d&rsquo;autonomie.</p> <p>Merci, bien &eacute;videmment, &agrave; notre cabinet Ceko&iuml;a Conseil qui nous accompagne sur cette mission et pour ce 1<sup>er</sup> rendu-compte. C&rsquo;est un vrai travail collaboratif avec les services qu&rsquo;ils nous rendent aujourd&rsquo;hui.</p> <p>Les grands enseignements issus de cette &eacute;tude sont d&eacute;terminants pour que nous partagions ensemble les enjeux d&rsquo;avenir et que nous r&eacute;fl&eacute;chissions collectivement &agrave; la mani&egrave;re d&rsquo;organiser et de d&eacute;livrer le meilleur service possible &agrave; nos usagers et donc aux b&eacute;n&eacute;ficiaires finaux&hellip; C&rsquo;est bien notre ambition et notre mission.</p> <p>Cette r&eacute;union de lancement est une &eacute;tape cl&eacute; de la d&eacute;marche, mais il ne s&rsquo;agit aucunement d&rsquo;un aboutissement pour le D&eacute;partement. Nous avons tr&egrave;s utilement besoin de vos retours, de votre expertise, de vos propres exp&eacute;riences de terrain, dans le quotidien, pour continuer cette mission et aboutir &agrave; ce sch&eacute;ma.</p> <p>C&rsquo;est bien ce temps de la concertation que nous ouvrons maintenant&nbsp;; puis viendra, en toute logique, celui des ultimes orientations et des d&eacute;cisions finales. Ce sera un second temps, avant de le proposer au vote de notre Assembl&eacute;e D&eacute;partementale, en septembre prochain.</p> <p>Les groupes de travail auxquels nous souhaitons vous associer sont le c&oelig;ur m&ecirc;me de notre d&eacute;marche. Ils doivent nous permettre de construire un nouveau sch&eacute;ma de qualit&eacute;, en coh&eacute;rence avec les &eacute;volutions l&eacute;gislatives r&eacute;centes, les r&eacute;alit&eacute;s territoriales, mais aussi et surtout, au regard des attentes de nos usagers.</p> <p>Ces groupes de travail, nous en consacrerons un par enjeu majeur que les &eacute;tudes et &eacute;valuations men&eacute;es tant par nos propres services que par l&#39;INSEE et le Cabinet CEKO&Iuml;A ont pu identifier. Ces enjeux, nous en avons isol&eacute; cinq principaux :</p> <ul style="list-style-type:circle;"> <li>La pr&eacute;vention de la perte d&#39;autonomie.</li> <li>L&#39;adaptation des structures d&#39;accueil.</li> <li>Le soutien aux aidants.</li> <li>La vie dans la cit&eacute; et la valorisation des actions existantes.</li> <li>L&#39;accompagnement de l&#39;&eacute;volution des pratiques.</li> </ul> <p>Il y en a certainement d&#39;autres, qui vous tiennent personnellement &agrave; c&oelig;ur, sur lesquels vous &ecirc;tes particuli&egrave;rement vigilants, c&#39;est votre r&ocirc;le de professionnels attentifs et de repr&eacute;sentants de la soci&eacute;t&eacute; civile. C&#39;est m&ecirc;me parfaitement l&eacute;gitime.</p> <p>Le futur Sch&eacute;ma de l&#39;Autonomie devra n&eacute;anmoins rester centr&eacute; sur notre propre champ de comp&eacute;tence, et je reste convaincu que vous partagerez largement ces cinq priorit&eacute;s que nous avons identifi&eacute;es.</p> <p>Nous vous demandons, aujourd&#39;hui, de nous aider &agrave; y r&eacute;pondre au mieux. Pour cela nous accordons une importance toute particuli&egrave;re, au D&eacute;partement, &agrave; la notion de &quot;soutenabilit&eacute;&quot;.</p> <p>Comme chacune de nos politiques, nos orientations futures en mati&egrave;re d&#39;autonomie devront ainsi faire une large part aux enjeux de modernisation et d&#39;innovation pour am&eacute;liorer, pour garantir l&#39;efficience et donc la qualit&eacute; de nos services &agrave; l&#39;usager.</p> <p>Je me dois aussi d&#39;insister : la soutenabilit&eacute; de nos politiques, elle est &eacute;galement financi&egrave;re, dans un contexte qui demeure contraint et alors que les attentes envers le D&eacute;partement restent fortes dans de nombreux domaines.</p> <p>Pour &ecirc;tre au rendez-vous de ce grand d&eacute;fi de l&#39;autonomie, nous invitons donc les groupes de travail auxquels nous vous proposons de participer &agrave; consacrer leur &eacute;nergie et leur inventivit&eacute; &agrave; rechercher l&#39;efficacit&eacute;, les actions les plus pertinentes, les plus urgentes et les plus porteuses de sens.</p> <p>Pour encore mieux partager avec vous l&rsquo;ensemble de nos travaux, nous avons r&eacute;alis&eacute;, en interne, une vid&eacute;o didactique destin&eacute;e au grand public et donc &agrave; nos usagers. C&rsquo;est une premi&egrave;re.</p> <p>Elle sera consultable sur le site du D&eacute;partement et je vous propose, si vous le voulez bien, de la d&eacute;couvrir ensemble afin d&#39;ouvrir l&#39;apr&egrave;s-midi et de r&eacute;pondre ensuite &agrave; vos questionnements. Nous sommes bien entendu &agrave; votre &eacute;coute, c&rsquo;est tout le sens de cette rencontre.</p> <p>Je vous remercie une nouvelle fois de votre pr&eacute;sence et de votre attention.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:11px;">Discours prononc&eacute; le 10 janvier 2018 &agrave; la Caisse r&eacute;gionale du Cr&eacute;dit agricole Normandie. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du lundi 11 décembre 2017 - Débat d'orientation budgétaire https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--3.html lun., 11 déc. 2017 15:00:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Ce d&eacute;bat s&rsquo;ouvre en commen&ccedil;ant par prendre acte d&rsquo;une nouvelle trajectoire des finances publiques nationales, telle qu&rsquo;elle vient d&rsquo;&ecirc;tre adopt&eacute;e pour toute la dur&eacute;e du nouveau quinquennat. Le cadre qui s&rsquo;impose &agrave; nous n&rsquo;a pourtant rien de bien nouveau. Ann&eacute;e apr&egrave;s ann&eacute;e, budget apr&egrave;s budget, l&rsquo;&Eacute;tat s&rsquo;immisce toujours plus dans la gestion des collectivit&eacute;s territoriales. Le mill&eacute;sime 2018 apporte m&ecirc;me un coup d&rsquo;acc&eacute;l&eacute;rateur.<br /> Vous le savez d&eacute;j&agrave; tous, nous en avons d&eacute;j&agrave; parl&eacute; ensemble : <strong>le gouvernement veut poser un corset aux collectivit&eacute;s</strong>, pour contraindre leurs d&eacute;penses de fonctionnement, afin qu&rsquo;elles d&eacute;gagent globalement <strong>13 milliards d&rsquo;euros </strong>d&rsquo;&eacute;conomies d&rsquo;ici 5 ans.</p> <p>Nul ne conteste la n&eacute;cessit&eacute; absolue d&rsquo;assainir les finances publiques dans notre pays. Mais il se pose une question d&rsquo;&eacute;quilibre, pour ne pas dire d&rsquo;&eacute;quit&eacute;, dans la contribution des uns et des autres. Dit autrement, tout donne le sentiment que l&rsquo;&Eacute;tat tente de s&rsquo;exon&eacute;rer lui-m&ecirc;me des efforts n&eacute;cessaires, en les faisant essentiellement reposer sur les collectivit&eacute;s territoriales.<br /> La d&eacute;monstration de cette assertion est implacable. Les d&eacute;penses publiques ont baiss&eacute; de <strong>6,9 milliards</strong> d&rsquo;euros entre 2013 et 2017. Mais cette baisse est provenue, pratiquement en totalit&eacute;, de celle des dotations aux collectivit&eacute;s, les d&eacute;penses de l&rsquo;&Eacute;tat ayant progress&eacute;, elles, de 2,5 milliards sur la m&ecirc;me p&eacute;riode !<br /> Pour les ann&eacute;es &agrave; venir, alors qu&rsquo;elles ne p&egrave;sent que <strong>20 %</strong> dans la d&eacute;pense publique, les collectivit&eacute;s sont appel&eacute;es &agrave; contribuer &agrave; hauteur d&rsquo;<strong>un tiers</strong> aux nouveaux efforts. L&rsquo;Histoire nous dira peut-&ecirc;tre, qu&rsquo;une fois encore, dans cinq ann&eacute;es, il n&rsquo;y aura qu&rsquo;elles qui auront tenu leurs engagements, corset&eacute;es il est vrai comme elles l&rsquo;auront &eacute;t&eacute;&hellip;<br /> Ce n&rsquo;est pas farfelu d&rsquo;envisager une telle hypoth&egrave;se. Depuis 44 ans, l&rsquo;&Eacute;tat n&rsquo;a pas &eacute;t&eacute; en mesure de tenir l&rsquo;&eacute;quilibre budg&eacute;taire. Le dernier budget vot&eacute; et ex&eacute;cut&eacute; en &eacute;quilibre l&rsquo;a &eacute;t&eacute; sous Georges Pompidou, en 1973 !<br /> Dans le projet de loi de finances de 2018, l&rsquo;&Eacute;tat pr&eacute;voit <strong>63 milliards</strong> de d&eacute;ficit de fonctionnement, c&rsquo;est-&agrave;-dire que <strong>la moiti&eacute; du personnel de la fonction publique d&rsquo;&Eacute;tat sera pay&eacute;e par l&rsquo;emprunt</strong>. De m&ecirc;me, aucune dotation aux amortissements n&rsquo;est mentionn&eacute;e, ce qui signifie que les v&eacute;hicules, les ordinateurs et les mobiliers de l&rsquo;&Eacute;tat auraient une dur&eacute;e de vie infinie. En 2018, il est aussi pr&eacute;vu de lever <strong>195 milliards</strong> d&rsquo;euros d&rsquo;emprunt pour rembourser <strong>120 milliards</strong> d&rsquo;emprunts anciens, prendre en charge le d&eacute;ficit de fonctionnement et r&eacute;aliser, seulement, <strong>18 milliards</strong> d&rsquo;euros de d&eacute;penses d&rsquo;investissement.<br /> Si nous pr&eacute;sentions, nous, un tel budget, nous serions imm&eacute;diatement d&eacute;f&eacute;r&eacute;s devant la Chambre r&eacute;gionale des Comptes.<br /> Le fait est que de leurs c&ocirc;t&eacute;s, les collectivit&eacute;s &ndash; autrement plus vertueuses et mieux g&eacute;r&eacute;es &ndash; sont toujours rest&eacute;es proches de l&rsquo;&eacute;quilibre budg&eacute;taire, par l&rsquo;application de la fameuse r&egrave;gle d&rsquo;or, avec un d&eacute;ficit occasionnel qui n&rsquo;a jamais d&eacute;pass&eacute; <strong>0,5 %</strong> du PIB. D&eacute;sormais, leur budget se trouve en exc&eacute;dent.<br /> L&rsquo;&Eacute;tat reste donc le principal responsable du d&eacute;ficit. Or comme il ne semble pas capable de respecter les <strong>3 % </strong>maximum de d&eacute;ficit mais qu&rsquo;il est redevable vis-&agrave;-vis de Bruxelles sur trois crit&egrave;res (&Eacute;tat, S&eacute;curit&eacute; sociale et collectivit&eacute;s territoriales), <strong>il r&eacute;percute les contraintes sur tous les satellites de la sph&egrave;re publique</strong>. Il exige que ces satellites affichent un solde positif pour compenser, en r&eacute;alit&eacute;, ses d&eacute;rives.<br /> Ainsi s&rsquo;expliquent les s&eacute;v&egrave;res ponctions financi&egrave;res sur les agences de l&rsquo;eau, sur les bailleurs sociaux, et bien entendu sur les collectivit&eacute;s territoriales.<br /> Parce que l&rsquo;&Eacute;tat ne leur fait pas confiance, parce qu&rsquo;il veut contr&ocirc;ler ce que font les collectivit&eacute;s, y compris dans des domaines transf&eacute;r&eacute;s de longue date et pour lesquels les &eacute;lus locaux ont fait leurs preuves de bons gestionnaires, <strong>il conserve des doublons inutiles</strong>.<br /> Parce qu&rsquo;il ne s&rsquo;av&egrave;re pas capable de ma&icirc;triser sa propre dette, il exige que les collectivit&eacute;s territoriales diminuent la leur, qui ne repr&eacute;sente pourtant d&eacute;j&agrave; que 9 % de la dette publique nationale, alors m&ecirc;me qu&rsquo;elles r&eacute;alisent la majeure partie des investissements !<br /> C&rsquo;est, disons-le, totalement d&eacute;lirant.<br /> C&rsquo;est en quoi j&rsquo;aurais pu faire mien, le cri du c&oelig;ur du pr&eacute;sident du Conseil sup&eacute;rieur de la fonction publique, Philippe Laurent : &laquo; <em>moins l&rsquo;&Eacute;tat sait faire, plus il veut imposer aux collectivit&eacute;s territoriales comment faire ! </em>&raquo;.<br /> &nbsp;</p> <p><br /> Dans ce contexte, les associations de collectivit&eacute;s territoriales attendent beaucoup de la <strong>seconde conf&eacute;rence nationale des territoires</strong>, qui se tiendra ce jeudi. J&rsquo;aimerais &ecirc;tre optimiste, mais vous savez que je ne le suis jamais que sur le long terme. <strong>J&rsquo;ai crainte que l&rsquo;&Eacute;tat ne d&eacute;roule jeudi son sc&eacute;nario</strong>, sous l&rsquo;alibi de la consultation &ndash; ou mieux, comme on dit aujourd&rsquo;hui, de la co-construction, ce nouveau mot &agrave; la mode qui veut nous faire croire que l&rsquo;&Eacute;tat ne pr&eacute;juge de rien. Mais <strong>consultation n&rsquo;est pas concertation</strong>.</p> <p>En particulier, le gouvernement veut engager une <strong>contractualisation financi&egrave;re</strong> avec les <strong>319 </strong>plus grandes collectivit&eacute;s, parmi lesquelles on retrouve bien s&ucirc;r les 101 D&eacute;partements. Selon le Code civil qu&rsquo;avait habilement cit&eacute; G&eacute;rard Larcher, le contrat est &laquo; <em>un accord de volont&eacute;, que chacun est libre de contracter ou de ne pas contracter. Les contrats doivent &ecirc;tre n&eacute;goci&eacute;s, form&eacute;s et ex&eacute;cut&eacute;s de bonne foi </em>&raquo;. Ainsi, la contractualisation sous la menace ne respecte pas la Constitution. Il s&rsquo;agirait d&rsquo;<strong>une forme de recentralisation rampante</strong>. Sans m&ecirc;me parler de la l&eacute;gitimit&eacute; du Pr&eacute;fet, ce repr&eacute;sentant de l&rsquo;&Eacute;tat dans le d&eacute;partement &eacute;rig&eacute; soudain en manager public local, c&rsquo;est nouveau, qui aurait &agrave; donner une le&ccedil;on budg&eacute;taire aux grandes collectivit&eacute;s !<br /> Mes chers coll&egrave;gues, nous ici le savons, on ne redressera pas la France sans ou contre les collectivit&eacute;s territoriales. Il faut que cessent les rendez-vous rat&eacute;s entre le gouvernement et nos associations d&rsquo;&eacute;lus. On ne peut pas continuer dans cette c&eacute;sure entre collectivit&eacute;s territoriales et &eacute;x&eacute;cutif national. Il ne peut y avoir de pacte de confiance sans respect r&eacute;el des &eacute;lus locaux.</p> <p>&nbsp;</p> <p>En d&eacute;pit du contexte national pour le moins tendu que je viens de vous d&eacute;crire, il faut reconna&icirc;tre qu&rsquo;ici, tr&egrave;s sp&eacute;cifiquement dans le Calvados, nous sommes parvenus &agrave; <strong>b&acirc;tir une nouvelle maquette budg&eacute;taire</strong> coh&eacute;rente et parfaitement ma&icirc;tris&eacute;e. S&eacute;bastien Leclerc et Xavier Charles vous pr&eacute;senteront tout &agrave; l&rsquo;heure le d&eacute;tail de nos grandes orientations budg&eacute;taires.<br /> J&rsquo;en retiendrais &agrave; mon niveau quelques marqueurs remarquables. La <strong>conjoncture &eacute;conomique locale</strong> nous est plut&ocirc;t favorable, nous sommes notamment port&eacute;s par la dynamique, un temps retrouv&eacute;, de nos droits de mutation.<br /> <strong>Le nombre des b&eacute;n&eacute;ficiaires du RSA continue de refluer </strong>: &agrave; la fin de cette ann&eacute;e, nous aurons retrouv&eacute; le nombre de b&eacute;n&eacute;ficiaires de 2013, 5 ans en arri&egrave;re. Gardons-nous toutefois de toute conclusion h&acirc;tive : notre budget RSA aura n&eacute;anmoins augment&eacute; de l&rsquo;ordre de <strong>13 millions</strong> d&rsquo;euros sur cette p&eacute;riode, du simple fait de la revalorisation forfaitaire de l&rsquo;allocation et de la plus grande pr&eacute;carisation des b&eacute;n&eacute;ficiaires. Vous savez &eacute;galement que la contribution de l&rsquo;&Eacute;tat &agrave; la couverture de cette d&eacute;pense s&rsquo;est effondr&eacute;e, avec un reste &agrave; charge sur l&rsquo;ensemble de nos allocations individuelles de solidarit&eacute; qui d&eacute;passe d&eacute;sormais les <strong>80 millions d&rsquo;euros</strong>&hellip;</p> <p>Nous savons aussi qu&rsquo;une conjoncture favorable est peu de chose face aux <strong>&eacute;volutions structurelles </strong>de notre soci&eacute;t&eacute;, avec la croissance continue de la PCH du fait d&rsquo;une meilleure reconnaissance et d&rsquo;une meilleure prise en charge des situations de handicap, mais aussi et surtout de la v&eacute;ritable bombe &agrave; retardement que repr&eacute;sente le vieillissement de nos populations sur l&rsquo;APA. D&rsquo;ici 2050, un Calvadosien sur cinq aura plus de 75 ans et plus du tiers de notre population aura plus de 60 ans.<br /> <strong>L&rsquo;essentiel de nos marges de man&oelig;uvre provient donc de nos efforts de gestion</strong>, qui ont &eacute;t&eacute; largement remarqu&eacute;s par la Chambre r&eacute;gionale des comptes au printemps dernier. L&rsquo;ann&eacute;e prochaine, en d&eacute;pit d&rsquo;une inflation repartant &agrave; la hausse, nous diminuerons encore nos moyens g&eacute;n&eacute;raux de <strong>-0,9 % </strong>et les int&eacute;r&ecirc;ts de notre dette de <strong>-8,3 %</strong>, sachant que <strong>nous nous sommes d&eacute;sendett&eacute;s de 48 millions d&rsquo;euros</strong> entre 2016 et 2017.<br /> Nous maintiendrons l&rsquo;&eacute;volution de notre <strong>masse salariale</strong> &agrave; seulement <strong>+0,5 %</strong>, jugulant ce faisant l&rsquo;essentiel des normes exog&egrave;nes qui p&egrave;sent sur elle et ce que l&rsquo;on appelle le glissement vieillesse-technicit&eacute;. Je vous rappelle que nos d&eacute;penses de personnel avaient recul&eacute; en 2016 pour la premi&egrave;re fois dans l&rsquo;histoire de notre collectivit&eacute; et que nos effectifs baisseront de <strong>-1,4 %</strong> &agrave; l&rsquo;issue de cette ann&eacute;e. C&rsquo;est l&agrave; <strong>une exception dans la sph&egrave;re publique fran&ccedil;aise</strong>, et nous la devons &agrave; notre rigueur de gestion autant qu&rsquo;au d&eacute;ploiement de nos strat&eacute;gies de modernisation, de simplification administrative et d&rsquo;innovation.<br /> L&rsquo;&eacute;volution de nos d&eacute;penses de solidarit&eacute; sera contenue &agrave; seulement <strong>+1,5 %</strong>, en d&eacute;pit de l&rsquo;explosion continue des d&eacute;penses pour la prise en charge des <strong>mineurs non accompagn&eacute;s</strong>, qui augmenteront de <strong>+17,3 %</strong> : c&rsquo;est pratiquement un million d&rsquo;euros de plus chaque ann&eacute;e. C&rsquo;est l&rsquo;un des plus formidables d&eacute;fis auxquels nous sommes aujourd&rsquo;hui expos&eacute;s, mais plus qu&rsquo;un d&eacute;fi financier, c&rsquo;est d&rsquo;abord &eacute;videmment un d&eacute;fi humain pour ne pas dire humanitaire.<br /> Globalement, nous n&rsquo;aurons ainsi pas de difficult&eacute; &agrave; respecter ce qui devrait &ecirc;tre l&rsquo;obligation nationale d&rsquo;&eacute;volution des d&eacute;penses de fonctionnement pour les D&eacute;partements, <strong>sous la barre de 1,4 %</strong>, en r&eacute;ussissant m&ecirc;me &agrave; nous situer <strong>&agrave; seulement 0,8 %</strong>. Au niveau de la soutenabilit&eacute; de notre dette, nous nous situerons &agrave; un niveau trois fois plus faible que le seuil d&rsquo;alerte nouvellement d&eacute;fini par l&rsquo;&Eacute;tat.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Dans le m&ecirc;me temps, nos d&eacute;penses d&rsquo;investissement progresseront pour leur part de <strong>+10 %</strong> et notre capacit&eacute; d&rsquo;autofinancement de <strong>+30 %</strong>, en d&eacute;pit d&rsquo;une projection que je sais prudente de nos droits de mutation.<br /> Vous reviendrez peut-&ecirc;tre tout &agrave; l&rsquo;heure, dans notre d&eacute;bat, sur ce point pr&eacute;cis. Je reconnais qu&rsquo;il n&rsquo;existe pas qu&rsquo;une seule maquette budg&eacute;taire. J&rsquo;affirme n&eacute;anmoins que celle que je d&eacute;fends aujourd&rsquo;hui est certainement la plus avis&eacute;e d&rsquo;entre elles.<br /> Pour projeter <strong>la recette esp&eacute;r&eacute;e de nos droits de mutation</strong> &agrave; titre on&eacute;reux, il y a, en r&eacute;alit&eacute;, deux m&eacute;thodes :</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>Soit partir sur l&rsquo;estimation la plus haute de la fourchette, et se retrouver potentiellement en tr&egrave;s grande difficult&eacute; en cas de retournement de la conjoncture. Cela est d&eacute;j&agrave; arriv&eacute; par le pass&eacute;. &Agrave; la fin des ann&eacute;es 2000 et au d&eacute;but des ann&eacute;es 2010, c&rsquo;est un souvenir encore vif, il nous a fallu composer avec un montant plancher de seulement <strong>60 millions d&rsquo;euros</strong> de droits de mutation, c&rsquo;est pratiquement deux fois moins que ce que nous toucherons cette ann&eacute;e. Cela nous rappelle combien les droits de mutation peuvent &ecirc;tre brutalement fluctuants. Or, la raison nous invite &agrave; ne pas faire reposer notre maquette budg&eacute;taire, qui supporte essentiellement <strong>des d&eacute;penses r&eacute;currentes et structurelles</strong>, sur <strong>une recette volatile et cyclique</strong>.</li> <li>Soit donc, la deuxi&egrave;me m&eacute;thode, <strong>partir sur une estimation que nous jugeons raisonnable</strong>.<br /> Celle-ci tient notamment compte de l&rsquo;abattement de droits de mutation, qui peut atteindre 46 000 euros, que nous appliquons sur les transactions immobili&egrave;res situ&eacute;es dans <strong>les zones de revitalisation rurale</strong>. En effet, il faut savoir que depuis le 1<sup>er</sup> juillet dernier, le Calvados a b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;un &eacute;largissement tr&egrave;s important de ces zones, passant de 43 &agrave; 161 communes. Nous avons demand&eacute; une &eacute;tude d&rsquo;impact &agrave; la direction d&eacute;partementale des finances publiques, mais &agrave; l&rsquo;heure d&rsquo;&eacute;tablir nos orientations budg&eacute;taires, nous n&rsquo;avons pas encore de retour. Nos services estiment que l&rsquo;impact pourrait se chiffrer en millions d&rsquo;euros et donc nous aurons &agrave; en rediscuter tous ensemble.</li> </ul> <p>Il y a une autre raison pour partir sur un montant raisonnable de nos droits de mutation. C&rsquo;est celle de <strong>mettre le D&eacute;partement &agrave; l&rsquo;abri en cas de mauvaises surprises</strong>. Nous devons veiller &agrave; la r&eacute;silience de notre budget et &agrave; notre capacit&eacute; &agrave; absorber des chocs en cours d&rsquo;exercice. Je crois que des progr&egrave;s en mati&egrave;re d&rsquo;efficacit&eacute; de la d&eacute;pense sont encore parfois possibles, mais ceux r&eacute;alis&eacute;s ces derni&egrave;res ann&eacute;es ne sont pas reproductibles ind&eacute;finiment. Quel levier nous resterait-il r&eacute;ellement si nous &eacute;tions demain &agrave; devoir composer avec l&rsquo;explosion d&rsquo;une d&eacute;pense ou la perte subite d&rsquo;une recette attendue ?<br /> Nos efforts payent ici localement, mais nous n&rsquo;oublions pas <strong>la fragilit&eacute; globale des ressources de la strate d&eacute;partementale</strong>, &agrave; d&eacute;faut d&rsquo;une couverture suffisante du reste &agrave; charge sur les allocations individuelles de solidarit&eacute;. Globalement, avec un taux d&rsquo;&eacute;pargne brute de seulement 11 %, les D&eacute;partements sont les entit&eacute;s dont la situation financi&egrave;re est la plus fragile. Deux tiers des D&eacute;partements se trouvent dans une zone confortable, mais un tiers souffre d&rsquo;un taux d&rsquo;&eacute;pargne brute inf&eacute;rieur &agrave; 10 %.<br /> Faute d&rsquo;avoir la capacit&eacute; l&eacute;gale &agrave; provisionner un exc&eacute;dent de recettes, notre strat&eacute;gie est donc de voir venir en cours d&rsquo;ann&eacute;e la dynamique r&eacute;elle de nos droits de mutation, et de d&eacute;cider de leur affectation au cours de nos d&eacute;cisions modificatives, traditionnellement en juin et en novembre. Si tout va bien, si nous n&rsquo;avons pas &agrave; faire face &agrave; de mauvaises surprises, nous aurons ainsi, d&egrave;s la fin du premier semestre, la capacit&eacute; de porter quelques projets d&rsquo;investissement suppl&eacute;mentaires et exceptionnels, comme nous le faisions autrefois, du temps o&ugrave; nous avions encore de <strong>v&eacute;ritables budgets suppl&eacute;mentaires</strong> en cours d&rsquo;ann&eacute;e.<br /> Au final, c&rsquo;est donc une &eacute;quation tout &agrave; fait vertueuse que nous portons &agrave; notre d&eacute;bat aujourd&rsquo;hui. Nous diminuons certaines d&eacute;penses de fonctionnement structurelles, nous ma&icirc;trisons parfaitement les autres ; nous n&rsquo;augmentons par les imp&ocirc;ts conform&eacute;ment &agrave; notre engagement tout au long de notre mandature, nous nous d&eacute;sendettons et dans le m&ecirc;me temps, nous augmentons nos investissements. Autant vous dire que bien des collectivit&eacute;s nous envient et que ce n&rsquo;est pas pour rien que <strong>le D&eacute;partement du Calvados est reconnu aujourd&rsquo;hui en France comme l&rsquo;un des mieux g&eacute;r&eacute;s</strong>.</p> <p>&nbsp;</p> <p>La somme de nos efforts nous permet de soutenir un niveau &eacute;lev&eacute; d&rsquo;investissement, comme en a t&eacute;moign&eacute; il y a quinze jours la conclusion de notre contrat de territoire avec la communaut&eacute; urbaine de Caen la mer pour un montant global de <strong>70 millions</strong> d&rsquo; euros, dont plus de 22 millions de subventions directes aux ma&icirc;tres d&rsquo;ouvrage locaux, sans m&ecirc;me int&eacute;gr&eacute; le financement du tramway.</p> <p>Plus globalement, dans la dur&eacute;e de notre mandature, nous investirons directement aupr&egrave;s des ma&icirc;tres d&rsquo;ouvrage locaux, plus de <strong>120 millions d&rsquo;euros</strong>, faisant ainsi du D&eacute;partement d&eacute;finitivement le premier &ndash; et parfois le seul &ndash; partenaire financier des communes et de leurs groupements pour donner un juste &eacute;l&eacute;ment de comparaison, il faut savoir que&nbsp; lorsque la collectivit&eacute; r&eacute;gionale investit 1 euro, nous en investissons 2 &ndash; et nous pouvons &ecirc;tre collectivement fiers d&rsquo;avoir pu d&eacute;gager cet effort remarquable, pour pr&eacute;parer l&rsquo;avenir et la modernisation du Calvados.<br /> Dans nos orientations budg&eacute;taires 2018, nous &eacute;voquons de <strong>nouveaux investissements</strong> : pour la s&eacute;curisation de la route d&eacute;partementale entre Caen et Flers, pour la restructuration des coll&egrave;ges de Falaise et d&rsquo;Isigny-sur-Mer alors m&ecirc;me que nous connaissons d&eacute;j&agrave; un pic historique dans nos cr&eacute;dits de paiement d&eacute;di&eacute;s aux coll&egrave;ges, pour la construction de l&rsquo;agence routi&egrave;re d&eacute;partementale de Pont-l&rsquo;&Eacute;v&ecirc;que, pour la cr&eacute;ation de nouvelles autorisations de programme d&eacute;di&eacute;es &agrave; soutenir de grands projets d&rsquo;attractivit&eacute; ou &agrave; pr&eacute;parer le 75<sup>e</sup> anniversaire du D&eacute;barquement, pour la cr&eacute;ation d&rsquo;une base de maintenance des &eacute;nergies maritimes renouvelables &agrave; Ouistreham, pour la pr&eacute;servation &eacute;cologique des marais de la Touques, pour la r&eacute;alisation des itin&eacute;raires cyclables de la Seine &agrave; V&eacute;lo et de la v&eacute;loroute du littoral, pour l&rsquo;acc&eacute;l&eacute;ration des phases 2 et 3 de notre grand projet Fibre Calvados, etc.<br /> En fonctionnement, nos marges de man&oelig;uvre nous permettent de <strong>concevoir de grands &eacute;v&eacute;nementiels</strong> pour faire rayonner le Calvados, avec l&rsquo;appui de l&rsquo;outil que nous venons de cr&eacute;er, cette agence &laquo; Calvados Attractivit&eacute; &raquo;. C&rsquo;est ainsi que nous travaillons sur le concept d&rsquo;une manifestation d&eacute;di&eacute;e aux producteurs de cidre, &laquo; <strong>Cidrexpo</strong> &raquo; sur le mod&egrave;le de la c&eacute;l&egrave;bre Vinexpo &agrave; Bordeaux. Nous travaillons &eacute;galement sur une <strong>Biennale du cheval </strong>pour prendre le relais tr&egrave;s attendu des Jeux &eacute;questres mondiaux et des &Eacute;quidays, conform&eacute;ment aux engagements de notre premier plan cheval d&eacute;partemental. Enfin, j&rsquo;ai eu le plaisir d&rsquo;annoncer la veille de la Sainte-Barbe, que nous porterons la candidature du Calvados pour accueillir en 2021 le <strong>congr&egrave;s national des sapeurs-pompiers</strong>, qui, avec plus de 50 000 visiteurs, est le deuxi&egrave;me congr&egrave;s le plus important en France.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Notre collectivit&eacute; est en mouvement, elle porte des projets nombreux, utiles, raisonn&eacute;s, percutants et qui font la diff&eacute;rence. Elle f&eacute;d&egrave;re dans son sillage les &eacute;nergies et sert d&rsquo;exemple aux autres administrations r&eacute;gionales.<br /> Nous &eacute;tions &agrave; ce titre les seuls porteurs en Normandie du grand &eacute;v&eacute;nementiel national de la <strong>Semaine de l&rsquo;Innovation</strong>. Il y a une poign&eacute;e de jours, nous rassemblions pendant toute une semaine 350 personnes &agrave; Caen : des chefs d&rsquo;entreprises, des coll&eacute;giens, des &eacute;tudiants, des familles. Certains d&rsquo;entre vous ont eu la chance d&rsquo;y participer et d&rsquo;y rencontrer des personnalit&eacute;s reconnues nationalement, de voir l&rsquo;effervescence d&rsquo;un hackathon avec des &eacute;tudiants de nos territoires et la mise en valeur de nos propres r&eacute;alisations. Le point d&rsquo;orgue de cette manifestation aura sans doute &eacute;t&eacute; la table ronde autour du th&egrave;me des &eacute;crans et de la parentalit&eacute;, dont l&rsquo;organisation a &eacute;t&eacute; relay&eacute;e &agrave; plus de 90 000 personnes. Elle a &eacute;t&eacute; diffus&eacute;e en direct sur les r&eacute;seaux sociaux et la vid&eacute;o qui circule depuis a d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; visionn&eacute;e par plus de 1 500 internautes.<br /> J&rsquo;ai plaisir &agrave; citer cette r&eacute;ussite, car elle marque combien notre collectivit&eacute; aura su s&rsquo;inscrire dans <strong>l&rsquo;usage des outils contemporains</strong> pour toucher un public nouveau et toujours plus nombreux. Je tiens &agrave; ce titre &agrave; f&eacute;liciter tous nos collaborateurs, et en particulier notre directrice de la communication, Myriam Kimmel, et ses &eacute;quipes, car le D&eacute;partement du Calvados a re&ccedil;u fin novembre <strong>deux prix nationaux</strong>, l&rsquo;un pour la qualit&eacute; de son nouveau site Internet, r&eacute;alis&eacute; par une &eacute;quipe projet directement rattach&eacute;e en interne &agrave; notre directeur g&eacute;n&eacute;ral des services, l&rsquo;autre pour l&rsquo;originalit&eacute; de ses actions en mati&egrave;re de coh&eacute;sion d&rsquo;&eacute;quipe et de communication interne. Nous nous sommes retrouv&eacute;s prim&eacute;s aux c&ocirc;t&eacute;s de trois grands comptes : H&amp;M, Orange et Auchan&hellip; Ce n&rsquo;est tout de m&ecirc;me pas tous les jours que cela arrive !<br /> La reconnaissance de notre collectivit&eacute; et de sa remarquable administration, c&rsquo;est aussi la reconnaissance de nos collaborateurs. En votre nom &agrave; tous, je tiens ici &agrave; f&eacute;liciter <strong>Annie Coletta</strong>, la directrice de notre maison d&eacute;partementale des personnes handicap&eacute;es, par ailleurs pr&eacute;sidente de l&rsquo;association nationale des MDPH, qui vient d&rsquo;&ecirc;tre re&ccedil;ue dans l&rsquo;<strong>ordre national du M&eacute;rite</strong>.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Mes chers coll&egrave;gues, nous avons ainsi tous les ingr&eacute;dients pour r&eacute;ussir : une vision claire inscrite dans le projet de mandature que nous avons adopt&eacute; l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re &agrave; cette m&ecirc;me &eacute;poque ; un cap clair que nous tenons ensemble avec, vous le savez, courage et d&eacute;termination ; des moyens pour agir, fruits de nos efforts de gestion ; et des &eacute;quipes sur lesquelles nous savons pouvoir compter.<br /> Au moment d&rsquo;ouvrir notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires, nous pouvons oser, peut-&ecirc;tre pour une fois, nous adonner &agrave; un r&eacute;el optimisme&hellip; je reste quand m&ecirc;me prudent, de moyen et de long termes.<br /> J&rsquo;adresse toutes mes f&eacute;licitations &agrave; Val&eacute;rie Desquesne qui, comme vous le savez, s&rsquo;est brillamment fait &eacute;lire samedi dernier, maire de Cond&eacute;-en-Normandie.</p> <p><br /> Je vous remercie.<br /> &nbsp;</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 11 d&eacute;cembre 2017 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du lundi 20 novembre 2017 - Décision modificative n°2 du budget 2017 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--2.html lun., 20 nov. 2017 10:48:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Je salue &eacute;galement en avant-propos <strong>notre coll&egrave;gue Sophie Simonnet</strong>, qui a &eacute;t&eacute; appel&eacute;e &agrave; remplacer Sonia de La Prov&ocirc;t&eacute;, le 1<sup>er</sup> octobre dernier. Elle repr&eacute;sente d&eacute;sormais le canton de Caen 1 au sein de notre assembl&eacute;e et si&egrave;ge &agrave; ce titre &agrave; la commission d&eacute;veloppement et solidarit&eacute; des territoires ainsi qu&rsquo;en bien des instances dans lesquelles s&rsquo;implique le D&eacute;partement. Elle nous rejoint donc, c&rsquo;est certain, dans le c&oelig;ur battant de la vie de nos territoires, dans le quotidien de l&rsquo;exercice des nombreuses comp&eacute;tences dont nous avons collectivement la charge, et je lui souhaite, en notre nom &agrave; tous, une fois de plus, la bienvenue.<br /> Il y a, tout juste 30 ans, je quittais ces lieux. &Agrave; l&rsquo;&eacute;poque, j&rsquo;&eacute;tais directeur de cabinet d&rsquo;abord de Michel d&rsquo;Ornano puis de Ren&eacute; Garrec. J&rsquo;ai bien connu cette salle, sa construction, sa conception&hellip;<br /> <br /> Pour en venir &agrave; <strong>notre ordre du jour</strong>, nous avons ce matin &agrave; examiner <strong>dix rapports</strong>, &agrave; commencer par celui relatif &agrave; la <strong>seconde d&eacute;cision modificative de notre budget</strong>. Il s&rsquo;agit, vous le savez, simplement de nous ajuster comptablement par rapport &agrave; l&rsquo;avancement des projets que nous avions vot&eacute; en f&eacute;vrier et en juin derniers, sans que cet exercice n&rsquo;&eacute;veille de remarques particuli&egrave;res &agrave; ce stade &ndash; de fait, nous ne touchons globalement qu&rsquo;&agrave; moins de 1 % de notre &eacute;quilibre budg&eacute;taire initial, c&rsquo;est dire la pr&eacute;cision de nos projections en d&eacute;but d&rsquo;ann&eacute;e. Nous enregistrons toutefois, c&rsquo;est une bonne nouvelle m&ecirc;me si je redoute toujours qu&rsquo;elle soit tr&egrave;s volatile, une progression remarqu&eacute;e des droits de mutation &agrave; titre on&eacute;reux, de l&rsquo;ordre de +15 &agrave; +20 % par rapport &agrave; l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re. Le Pr&eacute;sident de notre commission Finances et Moyens, S&eacute;bastien Leclerc, et le rapporteur du budget, Xavier Charles, vous pr&eacute;senteront le d&eacute;tail de ces mouvements tout &agrave; l&rsquo;heure.<br /> <br /> Deux autres rapports appellent sans doute un commentaire de ma part plus appuy&eacute;, compte-tenu de l&rsquo;actualit&eacute; qui s&rsquo;y attache. Je parle bien s&ucirc;r de nos <strong>garanties d&rsquo;emprunt </strong>et du <strong>rapport d&rsquo;analyse financi&egrave;re sur les satellites du D&eacute;partement et les organismes HLM</strong>. Ils rev&ecirc;tent cette ann&eacute;e un caract&egrave;re signal&eacute;, car le Gouvernement a engag&eacute; une r&eacute;forme susceptible de bouleverser totalement le mod&egrave;le du logement social en France et d&rsquo;atteindre &agrave; la sant&eacute; financi&egrave;re des organismes dont nous nous portons caution.<br /> Concr&egrave;tement, le <em>projet de loi de Finances 2018</em> adopt&eacute; en premi&egrave;re lecture &agrave; l&rsquo;Assembl&eacute;e nationale le 3 novembre dernier, annonce une &eacute;conomie sur les aides personnalis&eacute;es au logement &agrave; hauteur de <strong>1,5 milliard d&rsquo;euros</strong>, qui devra &ecirc;tre compens&eacute;e par les bailleurs sociaux sous la forme de baisses de loyers. Rien que pour nos deux organismes, <strong>Calvados Habitat </strong>dont nous sommes la collectivit&eacute; de rattachement, et <strong>Logipays</strong>, dont nous sommes l&rsquo;actionnaire de r&eacute;f&eacute;rence, la cons&eacute;quence directe de cette mesure serait une perte de recettes de loyers de <strong>plus de 9 millions d&rsquo;euros par an</strong>, entra&icirc;nant <strong>une baisse imm&eacute;diate de presque 60 % de l&rsquo;autofinancement </strong>consolid&eacute; de ces deux entit&eacute;s. Heureusement, j&rsquo;ose croire que leur sant&eacute; financi&egrave;re, que la saine gestion &agrave; laquelle nous nous sommes toujours employ&eacute;s, leur permettra d&rsquo;absorber ce choc. Mais selon le mouvement HLM, au niveau national, plus des deux tiers des offices publics de l&rsquo;habitat entreraient dans une zone de difficult&eacute; financi&egrave;re, ainsi que 90 entreprises sociales de l&rsquo;habitat sur 230.<br /> M&ecirc;me si je regrette que les efforts ne soient pas proportionn&eacute;s avec ceux que se fixent pour lui-m&ecirc;me le Gouvernement, je comprends &eacute;videmment la n&eacute;cessit&eacute; de mobiliser tous les organismes publics, para-publics ou simplement porteurs de mission d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral, pour contribuer au redressement des comptes publics de l&rsquo;&Eacute;tat. Mais je suis inquiet lorsqu&rsquo;une approche, qui me para&icirc;t essentiellement financi&egrave;re &ndash; pour ne pas dire &laquo; Bercy-ienne &raquo; et donc fatalement un peu techno-autoritaire &ndash; entra&icirc;ne une remise en cause aussi profonde et subite du mod&egrave;le &eacute;conomique des organismes de logement social dans notre pays. Faute, une fois de plus, d&rsquo;&eacute;tudes d&rsquo;impact s&eacute;rieuses, personne ne sait quelles seront les cons&eacute;quences de cette r&eacute;forme &agrave; court et moyen termes.<br /> Je vais vous dire ce que la raison porte en &eacute;vidence. Tout d&rsquo;abord, les organismes HLM devenus exsangues, vont devoir <strong>diminuer drastiquement les moyens </strong>qu&rsquo;ils consacrent &agrave; l&rsquo;entretien du parc existant et aux travaux d&rsquo;&eacute;conomie d&rsquo;&eacute;nergie ; probablement &eacute;galement, ils ne pourront plus soutenir le m&ecirc;me rythme de constructions neuves. Par suite, il va se poser la question d&rsquo;<strong>abandonner des projets</strong> de renouvellement urbain, tandis qu&rsquo;avec des moyens limit&eacute;s, il ne se construira plus de logement social que dans les zones les plus tendues, parce que suppos&eacute;ment les plus &laquo; rentables &raquo; &ndash; et je mets des guillemets.<br /> &Agrave; court terme, nous mesurerons donc ainsi probablement une baisse d&rsquo;activit&eacute; importante dans le secteur du BTP, pour lequel les bailleurs sociaux sont des donneurs d&rsquo;ordre de premier plan. Rien que dans le Calvados, par les politiques volontaristes de notre assembl&eacute;e, le D&eacute;partement soutient la construction de <strong>800 logements sociaux</strong> et la r&eacute;habilitation de plus de <strong>6 000 logements</strong> par an, en moyenne sur les trois derni&egrave;res ann&eacute;es, engendrant de l&rsquo;ordre de <strong>200 millions d&rsquo;euros </strong>de travaux dont une partie importante au b&eacute;n&eacute;fice &agrave; l&rsquo;&eacute;conomie locale.<br /> &Agrave; court terme, il se pose aussi la question du risque de mise en jeu des garanties d&rsquo;emprunts accord&eacute;es par les collectivit&eacute;s locales, du fait de la d&eacute;faillance probable de nombreux organismes. M&ecirc;me si le rapport d&rsquo;analyse financi&egrave;re des organismes HLM &oelig;uvrant dans le Calvados &ndash; dont nous allons d&eacute;battre tout &agrave; l&rsquo;heure &ndash; se veut rassurant, je rappelle les enjeux : <strong>notre dette garantie, de l&rsquo;ordre de 600 millions d&rsquo;euros, est deux fois et demie &eacute;quivalente &agrave; notre dette propre.</strong><br /> Mais ce qui m&rsquo;inqui&egrave;te le plus, en r&eacute;alit&eacute;, c&rsquo;est &agrave; moyen terme, <strong>la remise en cause du mod&egrave;le g&eacute;n&eacute;raliste du logement social en France</strong>, c&rsquo;est-&agrave;-dire un mod&egrave;le qui fait que le logement aid&eacute; s&rsquo;adresse aux plus d&eacute;munis, bien s&ucirc;r, mais aussi plus largement, aux personnes &agrave; revenus modestes, soit presque au tiers de la population fran&ccedil;aise y compris dans les territoires ruraux. Or &agrave; l&rsquo;avenir, seuls les territoires jug&eacute;s attractifs &ndash; car relativement tendus &ndash; vont en mon avis susciter l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de certains op&eacute;rateurs HLM. On risque ainsi de glisser vers une approche purement immobili&egrave;re et patrimoniale du logement social, en oubliant le volet social de cette mission d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral et l&rsquo;accompagnement des populations dont les D&eacute;partements ont la charge.<br /> Nous ferons en tout cas &agrave; notre niveau tout pour garder un op&eacute;rateur local HLM performant, r&eacute;silient et capable de porter une politique de construction ambitieuse afin de r&eacute;pondre aux besoins des Calvadosiens, partout dans le d&eacute;partement. C&rsquo;est en ce sens, et nous aurons l&rsquo;occasion d&rsquo;en d&eacute;battre de nouveau prochainement ensemble, que nous avons demand&eacute; &agrave; nos deux bailleurs sociaux, Calvados Habitat et Logipays, de r&eacute;fl&eacute;chir l&rsquo;un avec l&rsquo;autre afin de construire un nouveau mod&egrave;le &eacute;conomique en poursuivant et en actionnant tous les leviers d&rsquo;optimisation et en r&eacute;interrogeant en profondeur leurs processus et leur organisation. Leur patrimoine r&eacute;uni repr&eacute;sente la moiti&eacute; du parc social dans le Calvados ; notre ambition est rien de moins qu&rsquo;il en soit encore de m&ecirc;me demain.<br /> Ce que je demande simplement au Gouvernement, comme je le ferai le 4 d&eacute;cembre prochain lors d&rsquo;une nouvelle r&eacute;union des D&eacute;partements de Normandie, c&rsquo;est d&rsquo;<strong>accepter le caract&egrave;re n&eacute;cessairement progressif de la r&eacute;forme </strong>qu&rsquo;il envisage, afin de permettre aux organismes HLM de s&rsquo;en saisir pleinement, sans p&eacute;naliser l&rsquo;activit&eacute; courante et les locataires. C&rsquo;est &eacute;galement de reconna&icirc;tre, je sais que c&rsquo;est parfois difficile depuis Paris, la diversit&eacute; des territoires et notamment les <strong>zones d&eacute;tendues</strong>, dans lesquelles des besoins tr&egrave;s importants existent : elles ne doivent pas &ecirc;tre d&eacute;laiss&eacute;es au b&eacute;n&eacute;fice des seules zones jug&eacute;es tendues.<br /> <br /> Cette r&eacute;forme du Gouvernement, par r&eacute;action, nous oblige &agrave; assurer <strong>un pilotage tr&egrave;s &eacute;troit </strong>de nos deux organismes HLM, afin de prendre les d&eacute;cisions n&eacute;cessaires &agrave; leur <strong>adaptation rapide et intelligente</strong> face &agrave; la future nouvelle donne de leur environnement financier. Je sais combien cette p&eacute;riode mobilise parmi vous tous ceux qui portent la responsabilit&eacute; de repr&eacute;senter le D&eacute;partement aux seins des conseils d&rsquo;administration de Calvados Habitat et de Logipays. Je sais le <strong>travail de vigilance, d&rsquo;orientations et d&rsquo;arbitrage avis&eacute;</strong> qu&rsquo;ils engagent, toujours dans l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t premier des salari&eacute;s de ces organismes, des habitants du Calvados et des territoires que nous repr&eacute;sentons. Je les remercie pour leur engagement, en me tournant tout particuli&egrave;rement vers Michel Fricout, &eacute;lu pr&eacute;sident de Logipays l&rsquo;&eacute;t&eacute; dernier.<br /> Ce <strong>devoir de vigilance</strong>, nous le portons ce matin <strong>collectivement</strong> au travers du rapport d&rsquo;analyse financi&egrave;re sur les satellites du D&eacute;partement, qui traite par ailleurs &eacute;galement de <strong>nos soci&eacute;t&eacute;s d&rsquo;&eacute;conomie mixte</strong> : la SHEMA dont je rappelle que le D&eacute;partement est toujours &agrave; l&rsquo;heure actuelle l&rsquo;actionnaire de r&eacute;f&eacute;rence, la soci&eacute;t&eacute; d&rsquo;&eacute;quipement naval du Calvados et sa filiale la Somanor, la soci&eacute;t&eacute; anonyme d&rsquo;&eacute;conomie mixte locale du M&eacute;morial ainsi que la Saphyn.<br /> Mais au-del&agrave; de ce rapport soumis une fois par an &agrave; notre assembl&eacute;e d&eacute;lib&eacute;rante, j&rsquo;appelle <strong>chacun d&rsquo;entre vous</strong>, qui repr&eacute;sentez le D&eacute;partement au sein de ces soci&eacute;t&eacute;s de droit priv&eacute; mais aux capitaux tr&egrave;s majoritairement publics, &agrave; ne pas retenir vos demandes d&rsquo;information, votre droit de contr&ocirc;le et de supervision et &agrave; ne jamais cesser de questionner des projets de d&eacute;cision qui viendraient &agrave; vous &ecirc;tre pr&eacute;sent&eacute;s en conseil d&rsquo;administration ou en assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale sans que l&rsquo;on ne vous en ait expliqu&eacute; tous les arbitrages et non-dits sous-jacents.<br /> Je sais que la t&acirc;che n&rsquo;est pas toujours facile. <strong>Un responsable politique ne peut prendre de d&eacute;cisions que sur la base des informations qui lui sont fournies</strong> &ndash; et la tentation peut exister, pour des salari&eacute;s de droit priv&eacute;, de ne pas tout dire, lorsqu&rsquo;ils peuvent se trouver manifestement en position de conflit d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t, &agrave; titre personnel ou au b&eacute;n&eacute;fice d&rsquo;un autre actionnaire.<br /> Il est toutefois essentiel d&rsquo;<strong>assurer le parfait alignement strat&eacute;gique et politique de nos satellites</strong>, &agrave; un moment o&ugrave; les citoyens et contribuables du Calvados, que nous repr&eacute;sentons, sont en droit d&rsquo;attendre une haute efficience de l&rsquo;action publique. Le D&eacute;partement innove et se modernise chaque jour, en optimisant constamment ses moyens et sa gestion : ce mouvement doit distiller d&eacute;sormais pleinement dans l&rsquo;ensemble de nos satellites, o&ugrave; les habitudes doivent &ecirc;tre, &agrave; leur tour, une &agrave; une pass&eacute;es en revue et, chaque fois que le besoin s&rsquo;en fait sentir, adapt&eacute;es au nouveau si&egrave;cle. C&rsquo;est la condition pour que le D&eacute;partement du Calvados, avec l&rsquo;ensemble des satellites qui l&rsquo;environnent, reste, de l&rsquo;avis de tous les observateurs, l&rsquo;une des collectivit&eacute;s les mieux g&eacute;r&eacute;es de France.<br /> <br /> Ce mouvement de modernit&eacute; que nous avons engag&eacute;, se traduit au travers d&rsquo;un autre rapport de notre session, ayant trait &agrave; <strong>la mise en place du t&eacute;l&eacute;travail</strong> au sein de notre administration.<br /> Jusqu&rsquo;&agrave; pr&eacute;sent, dans le cadre d&rsquo;une premi&egrave;re exp&eacute;rimentation, une petite trentaine de nos agents t&eacute;l&eacute;-travaillaient : c&rsquo;est d&eacute;j&agrave;, &agrave; l&rsquo;&eacute;chelle des collectivit&eacute;s territoriales, un fait relativement rare. Pourtant, dans les pays d&rsquo;Europe du nord, pr&egrave;s d&rsquo;un salari&eacute; sur trois pratique le t&eacute;l&eacute;travail et selon un sondage r&eacute;alis&eacute; l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re, les <strong>deux-tiers des Fran&ccedil;ais</strong> se disaient int&eacute;ress&eacute;s par ce mode d&rsquo;organisation.<br /> Alors aujourd&rsquo;hui, nous voulons volontairement, de mani&egrave;re intelligente et moderne, &eacute;tendre le t&eacute;l&eacute;travail beaucoup plus largement au sein de nos services. Bien s&ucirc;r, nous questionnons l&agrave; notre <strong>vision du travail</strong>, et je sais que Claude Leteurtre, notre vice-pr&eacute;sident en charge du personnel, vous en parlera ce matin ; mais nous allons faciliter aussi, j&rsquo;en suis personnellement convaincu, l&rsquo;adoption de <strong>multiples innovations</strong>. La suppression du temps de transport va par ailleurs permettre une r&eacute;affectation sur les temps de vie mais aussi sur le travail, tout en faisant davantage vivre le jour certains territoires plus ruraux du Calvados.<br /> Comme le souligne le cabinet OCALIA, nous avons l&agrave;, si vous le d&eacute;cidez par votre vote tout &agrave; l&rsquo;heure dans le sillage de celui favorable du comit&eacute; technique central de notre administration, une bonne pratique qui pourra, je l&rsquo;esp&egrave;re, &ecirc;tre demain valoris&eacute;e pour encourager d&rsquo;autres collectivit&eacute;s r&eacute;gionales dans cette voie.<br /> &nbsp;</p> <p>Vous le comprenez, dans ce domaine comme dans bien d&rsquo;autres, nous partageons sans ambigu&iuml;t&eacute; un m&ecirc;me objectif : celui de d&eacute;montrer que <strong>le D&eacute;partement est une collectivit&eacute; remarquable a bien des &eacute;gards et qu&rsquo;il est n&eacute;cessaire qu&rsquo;elle puisse continuer &agrave; l&rsquo;&ecirc;tre</strong>.<br /> C&rsquo;est le sens de la contribution que j&rsquo;ai apport&eacute;e, au nom de notre collectivit&eacute;, dans le cadre des <strong>travaux du &laquo; programme d&rsquo;action publique 2022 </strong>&raquo;, ces ateliers que le Gouvernement vient de lancer afin de parfaire, une fois de plus apr&egrave;s la RGPP et la r&eacute;forme territoriale, l&rsquo;organisation des services publics dans notre pays.<br /> Je ne sais pas bien encore que penser de ces ateliers. Pour citer le cri du c&oelig;ur du pr&eacute;sident du S&eacute;nat, <strong>G&eacute;rard Larcher</strong>, lors du Congr&egrave;s de l&rsquo;ADF le mois dernier, je le cite &laquo; <em>j&rsquo;esp&egrave;re que nous ne sommes tout de m&ecirc;me pas partis pour faire une r&eacute;forme territoriale tous les cinq ans !</em> &raquo;.<br /> Il faut &ecirc;tre, je crois, simplement pragmatiques et proc&eacute;der aux ajustements n&eacute;cessaires, comme le Gouvernement s&rsquo;y est engag&eacute; &agrave; ce m&ecirc;me Congr&egrave;s, par exemple en mati&egrave;re de prise en charge des mineurs non accompagn&eacute;s et de lutte contre les inondations.<br /> Mais en disant cela, je n&rsquo;ignore pas cette petite musique que l&rsquo;on entend parfois encore, et que certains, paresseusement s&eacute;duits par la &laquo; hype &raquo; des m&eacute;tropoles, tenteraient de faire tonner de nouveau : <strong>le D&eacute;partement serait une collectivit&eacute; d&eacute;pass&eacute;e</strong>. Quelle erreur !<br /> J&rsquo;affirme pour ma part que confront&eacute;s aux &eacute;volutions de nos comp&eacute;tences et &agrave; celles des attentes et des besoins de nos territoires, aucune collectivit&eacute; n&rsquo;a su autant adapter ses politiques publiques depuis 30 ans. Depuis les premi&egrave;res lois de d&eacute;centralisation,</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>nous d&eacute;veloppons des savoir-faire irrempla&ccedil;ables, nous osons des innovations sociales et &eacute;cologiques pionni&egrave;res, nous engageons des exp&eacute;rimentations audacieuses ;</li> <li>nous cr&eacute;ons chaque jour des lieux humains nouveaux, de l&rsquo;activit&eacute; &eacute;conomique locale et un espoir pour des personnes qui n&rsquo;en ont plus ; je veux simplement parler de la tr&egrave;s belle inauguration, je me tourne vers Michel, du Village des marques de Honfleur, il y a quelques jours ;</li> <li>nous r&eacute;investissons les zones blanches de service public, urbaines comme rurales ;</li> <li>nous portons les maisons d&rsquo;accessibilit&eacute; des services au public ;</li> <li>nous soutenons les maisons de sant&eacute; ;</li> <li>nous construisons la France du tr&egrave;s haut d&eacute;bit, des tableaux connect&eacute;s, de la domotique &agrave; domicile, des r&eacute;seaux responsables, des pratiques num&eacute;riques de demain ;</li> <li>nous accueillons, pratiquement chaque semaine, des correspondants d&rsquo;autres strates de collectivit&eacute;s ou de minist&egrave;res ou d&rsquo;agences nationales qui viennent &agrave; notre rencontre pour apprendre de nos r&eacute;formes et projets. Nous animons &agrave; ce titre cette semaine, au nom de toute la Normandie, la Semaine de l&rsquo;innovation de l&rsquo;action publique au D&ocirc;me &agrave; Caen.</li> </ul> <p><strong>Et nous serions donc du pass&eacute; ?</strong><br /> Mes chers coll&egrave;gues, affirmons-le : <strong>les D&eacute;partements sont des acteurs quotidiens d&rsquo;une France r&eacute;solument tourn&eacute;e vers l&rsquo;avenir ! </strong>Ils sont des acc&eacute;l&eacute;rateurs de changements.<br /> C&rsquo;est pourquoi, dans la contribution que j&rsquo;ai apport&eacute;e au Gouvernement sur le &laquo; programme d&rsquo;action publique 2022 &raquo;, j&rsquo;ai voulu &ecirc;tre extr&ecirc;mement clair sur les principes fondamentaux qui guident notre action.<br /> Nous sommes des <strong>d&eacute;centralisateurs</strong>.<br /> Nous sommes attach&eacute;s au <strong>principe fondamental de libre administration des collectivit&eacute;s</strong>, qui &eacute;mane de notre texte fondamental, la Constitution, dont nous demandons simplement le respect.<br /> En femmes et hommes de terrain, nous sommes pr&ecirc;ts &agrave; participer aux &eacute;volutions institutionnelles que veut ouvrir le Gouvernement. Mais nous attendons de lui qu&rsquo;il donne des signes clairs de sa volont&eacute; de s&rsquo;inscrire dans l&rsquo;h&eacute;ritage de la d&eacute;centralisation :</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>Qu&rsquo;il accompagne les projets de fusion ou de mutualisation entre collectivit&eacute;s, <strong>comme l&rsquo;approfondissement m&eacute;tropolitain, dont le Grand Paris</strong>, uniquement, lorsqu&rsquo;elles &eacute;manent d&rsquo;une volont&eacute; partag&eacute;e et consentie de l&rsquo;ensemble des collectivit&eacute;s concern&eacute;es ;</li> <li>Qu&rsquo;il affecte aux D&eacute;partements <strong>une part de CSG</strong> afin qu&rsquo;ils b&eacute;n&eacute;ficient d&rsquo;une ressource dynamique coh&eacute;rente avec leurs comp&eacute;tences de solidarit&eacute; ;</li> <li>Qu&rsquo;il appuie et conforte le r&ocirc;le d&rsquo;ing&eacute;nierie des D&eacute;partements pour r&eacute;duire les fractures territoriales et accompagner le monde rural plut&ocirc;t que de cr&eacute;er une agence qui leur ferait concurrence.</li> </ul> <p>&Agrave; ce titre, j&rsquo;ai voulu rappeler au Gouvernement, que derri&egrave;re ce qu&rsquo;il appelle, tr&egrave;s justement d&rsquo;ailleurs, la &laquo; coh&eacute;sion des territoires &raquo;, se cache autre chose qu&rsquo;une enveloppe budg&eacute;taire &agrave; raboter. Il se cache des femmes et des hommes, des enfants et des a&icirc;n&eacute;s, des plaines et des for&ecirc;ts, des c&ocirc;tes et des rivages, des villes et des villages qui n&rsquo;ont pas besoin qu&rsquo;on leur coupe les vivres ! Au contraire ! Ils ont besoin de <strong>s&rsquo;inscrire dans la transformation &eacute;conomique, sociale, environnementale et num&eacute;rique de la soci&eacute;t&eacute;</strong>, qu&rsquo;on les invite &agrave; partager un destin collectif <strong>national et europ&eacute;en</strong>.<br /> Je ne peux rester sans r&eacute;agir, lorsque je lis la semaine derni&egrave;re que d&#39;apr&egrave;s le CR&Eacute;DOC et le Commissariat g&eacute;n&eacute;ral &agrave; l&#39;&eacute;galit&eacute; des territoires, <strong>pr&egrave;s d&#39;un Fran&ccedil;ais sur trois, essentiellement des habitants de zones rurales isol&eacute;es, estiment vivre dans des lieux d&eacute;laiss&eacute;s par les pouvoirs publics</strong>.<br /> Alors qu&rsquo;une partie du pays se transforme en une immense friche industrielle, une autre b&eacute;n&eacute;ficie &agrave; plein de la mondialisation. Moi, je ne crois pas &agrave; un mod&egrave;le qui voudrait encourager la m&eacute;tropolisation en esp&eacute;rant qu&rsquo;un &laquo; ruissellement &raquo; s&rsquo;op&egrave;re en faveur des territoires connaissant un d&eacute;crochage socio-&eacute;conomique, que ce soit au travers des transferts sociaux ou de la p&eacute;r&eacute;quation. Je ne crois pas que les pouvoirs publics doivent encourager les Fran&ccedil;ais vivant dans des territoires en crise et des zones d&rsquo;emploi sinistr&eacute;es &agrave; migrer vers des territoires plus dynamiques, alors que fondamentalement, ils restent attach&eacute;s aux lieux qui les ont vus na&icirc;tre.<br /> Je ne crois pas qu&rsquo;il faille construire la France, ou m&ecirc;me la Normandie, en favorisant des aides &agrave; la mobilit&eacute; entre des territoires dynamiques et des territoires o&ugrave; 2/3 des rideaux de fer restent tristement baiss&eacute;s.<br /> Je refuse de subir l&rsquo;anorexie de nos centres-bourgs. J&rsquo;affirme que <strong>la m&eacute;tropole &agrave; la fran&ccedil;aise, c&rsquo;est-&agrave;-dire d&eacute;multipli&eacute;e, est un concept contraire &agrave; la solidarit&eacute; territoriale</strong>.<br /> Je me prononce en faveur d&rsquo;un renforcement de l&rsquo;attractivit&eacute; des territoires en d&eacute;prise d&eacute;mographique comme &eacute;conomique : d&eacute;veloppement soutenu par le D&eacute;partement gr&acirc;ce &agrave; la p&eacute;r&eacute;quation que lui seul peut op&eacute;rer &agrave; la juste &eacute;chelle, installation de nouvelles entreprises, am&eacute;lioration de l&rsquo;offre de sant&eacute;, des transports et des services administratifs tels que les maisons de service au public dont nous avons la charge.<br /> Maintenir ce lien entre territoires dynamiques et territoires en d&eacute;prise d&eacute;mographique, c&rsquo;est le r&ocirc;le des services publics, de l&rsquo;&Eacute;tat et des collectivit&eacute;s territoriales. Ensemble, nous sommes les garants de l&rsquo;indispensable &eacute;quilibre des valeurs fondamentales et universelles de la R&eacute;publique, du pacte R&eacute;publicain qui fonde notre vivre ensemble. Mais qui, aux c&ocirc;t&eacute;s de l&rsquo;&Eacute;tat, mieux que les D&eacute;partements, incarne, par son histoire, par ses comp&eacute;tences, la n&eacute;cessaire continuit&eacute; du Pacte R&eacute;publicain et l&rsquo;indispensable renouvellement perp&eacute;tuel de son application ?<br /> <strong>Chefs de file des solidarit&eacute;s humaines</strong>, c&rsquo;est le D&eacute;partement qui investit chaque jour dans les politiques de solidarit&eacute;s, parce que nous croyons sinc&egrave;rement qu&rsquo;ils sont une chance et une ressource pour nos territoires.<br /> <strong>Chefs de file des solidarit&eacute;s territoriales</strong>, c&rsquo;est le D&eacute;partement qui soutient les communes pour permettre &agrave; chacun de b&eacute;n&eacute;ficier de services publics de qualit&eacute; quel que soit son lieu de vie. Nous cr&eacute;ons les r&eacute;seaux physiques et num&eacute;riques indispensables &agrave; l&rsquo;&eacute;change et l&rsquo;interaction qui cr&eacute;ent des richesses humaines, &eacute;conomiques, et culturelles. Nous garantissons le maillage territorial d&rsquo;acc&egrave;s &agrave; l&rsquo;&eacute;ducation de nos enfants, mais aussi &agrave; la culture et aux sports, indispensable pour l&rsquo;&eacute;panouissement personnel.<br /> Bref, nous cr&eacute;ons les conditions indispensables qui permettent &agrave; chaque Fran&ccedil;ais de prendre conscience qu&rsquo;il appartient &agrave; un collectif. C&rsquo;est l&rsquo;essence de la R&eacute;publique et de l&rsquo;universalisme !<br /> Comme nous le sommes d&eacute;j&agrave;, <strong>nous serons donc au rendez-vous de nos responsabilit&eacute;s ! </strong>En dirigeants rigoureux, nous sommes pr&ecirc;ts &agrave; participer au redressement des comptes publics de la Nation, comme nous le faisons d&rsquo;ailleurs depuis d&eacute;j&agrave; de tr&egrave;s nombreuses ann&eacute;es. Mais nous ne pourrons le faire qu&rsquo;&agrave; la condition que le Gouvernement assume les siennes et fasse la d&eacute;monstration de sa volont&eacute; de construire avec nous la France de demain. Ces conditions sont imp&eacute;ratives pour construire un dialogue p&eacute;renne. Sans elles, le Gouvernement fera le choix de d&eacute;fier les territoires.<br /> <strong>C&rsquo;est pour mener ce combat, pour donner une voix aux territoires, pour travailler sans rel&acirc;che &agrave; ce que ces principes fondamentaux soient accept&eacute;s et respect&eacute;s dans une p&eacute;riode qui nous appelle plus que jamais &agrave; la vigilance, que j&rsquo;ai fait le choix de rester au D&eacute;partement.</strong> L&rsquo;enjeu n&rsquo;est rien de moins que de continuer &agrave; construire dans le Calvados, ici, &agrave; notre &eacute;chelle et avec vous tous, chaque jour, la France humaine et solidaire de demain !<br /> &Agrave; mes c&ocirc;t&eacute;s, avec la puissance de notre grande collectivit&eacute;, avec l&rsquo;appui des autres D&eacute;partements de Normandie, je vous propose d&rsquo;&ecirc;tre les vikings de l&rsquo;anticipation d&rsquo;un nouveau monde, de repr&eacute;sentation de la vie concr&egrave;te des Fran&ccedil;ais, au quotidien, et de faire le serment ensemble de ne jamais opposer les territoires, mais de les unir. Nous sommes la France des territoires et de ses habitants, c&rsquo;est elle que nous voulons construire !<br /> Et si l&rsquo;on nous reparle un jour du millefeuille territorial, nous dirons sans vergogne que le D&eacute;partement en est la cr&egrave;me et qu&rsquo;il est ce qui unit le millefeuille.<br /> Sur le tombeau de la reine Mathilde, &agrave; quelque pas de cet h&eacute;micycle, on peut lire sur son &eacute;pigraphe qu&rsquo;elle &eacute;tait la &laquo; <em>consolatrice des faibles, aimant la pi&eacute;t&eacute;, pauvre pour elle-m&ecirc;me, riche pour les d&eacute;munis </em>&raquo;. Et bien plus que jamais, chers coll&egrave;gues, dans l&rsquo;histoire de notre territoire, je crois que nous pouvons nous sentir extr&ecirc;mement proches d&rsquo;elle.</p> <p><br /> Merci de votre &eacute;coute.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 20 novembre 2017 &agrave; l&#39;Abbaye aux Dames de Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:12px;">Photo d&#39;en-t&ecirc;te : &copy; BIERNACKI Eric / R&eacute;gion Normandie</span></p> <p>&nbsp;</p> Conclusion de la présentation du Plan tourisme 2017/2022 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/conclusion-de-la-presentation-du.html mer., 08 nov. 2017 16:49:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Je voudrais, en premier lieu, f&eacute;liciter et remercier tr&egrave;s sinc&egrave;rement, l&rsquo;ensemble des personnes qui ont apport&eacute; leurs id&eacute;es, leur &eacute;clairage, leur temps, leurs comp&eacute;tences et expertise &agrave; la d&eacute;finition de cette nouvelle orientation du tourisme pour le Calvados ; tout d&rsquo;abord Hubert Courseaux et, bien entendu, Paul Chandelier, mais aussi Michel Lamarre et tous nos coll&egrave;gues conseillers d&eacute;partementaux qui se pr&eacute;occupent de ces questions, ainsi que l&rsquo;ensemble de nos collaborateurs et notamment le directeur de Calvados Tourisme.</p> <p>Karl Joly a su, en quelques mois, avec talent et finesse, nous accompagner avec toute son &eacute;quipe pour donner un nouvel &eacute;lan &agrave; notre politique.</p> <p>Je vous remercie tous de votre implication.</p> <p>Chacun a bien compris tout l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t, tous les enjeux et toutes les esp&eacute;rances de ce nouveau plan, vot&eacute;, je le rappelle, &agrave; l&rsquo;unanimit&eacute; (donc avec conviction) par tous les conseillers d&eacute;partementaux.</p> <p>Les mesures, les propositions, les orientations de ce plan doivent nous aider &agrave; faire du Calvados un d&eacute;partement &agrave; tr&egrave;s forte valeur ajout&eacute;e touristique.</p> <p>Chacun a &eacute;galement bien saisi l&rsquo;importance de continuer &agrave; travailler notre attractivit&eacute; tout en conservant nos fondamentaux, c&rsquo;est-&agrave;-dire ce qui marche, mais peut-&ecirc;tre en portant une d&eacute;marche nouvelle de marketing territorial par un &eacute;largissement de nos actions et nos missions &agrave; d&rsquo;autres acteurs du d&eacute;veloppement&nbsp;: c&rsquo;est bien tout le sens du terme &quot;attractivit&eacute;&quot;.</p> <p>Cr&eacute;er des passerelles, des compl&eacute;mentarit&eacute;s par une plus grande mise en coh&eacute;rence de tous les secteurs et acteurs qui participent au sens le plus large possible du d&eacute;veloppement de nos territoires&nbsp;: c&rsquo;est cette belle ambition que nous avons souhait&eacute; rendre encore plus lisible aujourd&rsquo;hui en ciblant au-del&agrave; des client&egrave;les touristiques, des professionnels, le monde de l&rsquo;entreprise et bien s&ucirc;r les Calvadosiens.</p> <p>Je voudrais, bien entendu, &eacute;galement associer &agrave; ces remerciements l&rsquo;ensemble des prestataires touristiques qui nous ont aussi, &agrave; l&rsquo;occasion de nos travaux, apport&eacute; leurs propres exp&eacute;riences de terrain.</p> <p>Je me souviens de notre rencontre avec les acteurs du tourisme (c&rsquo;est-&agrave;-dire vous), &agrave; B&eacute;nouville, au mois de d&eacute;cembre dernier ou encore de nos discussions r&eacute;centes avec les pr&eacute;sidents d&rsquo;intercommunalit&eacute;s. Le terrain, est une richesse cr&eacute;ative sur laquelle il faut n&eacute;cessairement continuer de nous appuyer.</p> <p>Nous avons bien conscience que ce plan tourisme qui se d&eacute;cline en objectifs strat&eacute;giques et propose notamment la structuration d&rsquo;univers de s&eacute;jours, n&rsquo;est qu&rsquo;un cadre d&rsquo;actions qui traduit n&eacute;anmoins une r&eacute;elle volont&eacute; politique&nbsp;; mais rien ne peut se faire sans vous qui en &ecirc;tes les acteurs.</p> <p>Bien entendu, cette d&eacute;marche d&rsquo;attractivit&eacute; globale pour le Calvados, il faut la comprendre comme compl&eacute;mentaire &agrave; ce que la R&eacute;gion a imagin&eacute;. Et, je n&rsquo;entends pas qu&rsquo;il en soit autrement tant nos strat&eacute;gies doivent se compl&eacute;ter, se nourrir pour s&rsquo;enrichir et rendre ainsi le Calvados encore plus attractif.</p> <p>J&rsquo;aime &agrave; rappeler que le Calvados, de par sa position g&eacute;ographique centrale en Normandie, est le seul &agrave; poss&eacute;der des fronti&egrave;res communes avec les quatre autres d&eacute;partements normands. C&rsquo;est une donn&eacute;e forte, immuable que nous utiliserons sur l&rsquo;ensemble des cibles de l&rsquo;attractivit&eacute;.</p> <p>Parce qu&rsquo;il est au c&oelig;ur d&rsquo;une R&eacute;gion conqu&eacute;rante, le Calvados est &agrave; lui seul, un concentr&eacute; de Normandie.</p> <p>Nous trouverons ainsi toute notre place tout en &eacute;tant en capacit&eacute; d&rsquo;attirer des populations actives nouvelles ou encore de retenir les talents de notre &eacute;conomie.</p> <p>C&rsquo;est bien tout le sens et l&rsquo;essence m&ecirc;me de la cr&eacute;ation, dans le prolongement de nos missions historiques, de notre agence &quot;Calvados Attractivit&eacute;&quot;.</p> <p>D&rsquo;ailleurs, d&egrave;s cet apr&egrave;s-midi, Calvados Tourisme proposera &agrave; ses membres de nouveaux statuts portant l&rsquo;id&eacute;e d&rsquo;un &eacute;largissement aux diff&eacute;rents secteurs, qui font l&rsquo;attractivit&eacute; du D&eacute;partement et sans lesquels nous ne pourrions r&eacute;ussir.</p> <p>Je compte bien &eacute;videmment sur chacun d&rsquo;entre vous pour relever ce d&eacute;fi et pour que le Calvados, dans un environnement fortement concurrentiel, continue de se d&eacute;marquer au gr&eacute; des opportunit&eacute;s, mais aussi des &eacute;volutions des march&eacute;s, en r&eacute;pondant toujours plus aux attentes des client&egrave;les, mais aussi de tous ceux qui veulent faire le Calvados de demain.</p> <p>D&rsquo;ailleurs, nous aurons, sur ce dernier sujet, certainement besoin de plus d&rsquo;&eacute;l&eacute;ments d&rsquo;&eacute;tude pour encore mieux cerner les attentes des nouveaux habitants de mani&egrave;re &agrave; faciliter au mieux leur int&eacute;gration au territoire.</p> <p>Vous l&rsquo;avez compris, l&rsquo;enjeu de l&rsquo;attractivit&eacute; est un enjeu capital, tellement vital pour l&rsquo;avenir de nos territoires.</p> <p>&nbsp;Et, si le tourisme est au centre m&ecirc;me des politiques d&rsquo;attractivit&eacute;, il ne doit pas &ecirc;tre le seul&nbsp;: d&eacute;veloppement &eacute;conomique, acc&egrave;s aux soins, offre culturelle, couverture num&eacute;rique ou de t&eacute;l&eacute;phonie&nbsp;; tous ces param&egrave;tres participent du d&eacute;veloppement et constituent tous, en tant que tels, des enjeux.</p> <p>C&rsquo;est bien dans une compl&eacute;mentarit&eacute;, dans une mise en coh&eacute;rence des id&eacute;es, des structures, des hommes et des femmes que nous r&eacute;ussirons, tous ensemble, ce pari gagnant de l&rsquo;attractivit&eacute;.</p> <p>Notre comp&eacute;titivit&eacute; dans le secteur touristique, comme dans d&rsquo;autres, s&rsquo;appr&eacute;ciera, en effet, &agrave; la fa&ccedil;on dont nous saurons, dans le respect des uns et des autres, travailler.</p> <p>Il nous faut une bonne dose d&rsquo;audace, bien s&ucirc;r du courage, mais aussi de l&rsquo;envie d&rsquo;entreprendre pour continuer &agrave; b&acirc;tir le Calvados du futur&nbsp;; nous ne partons pas de rien, de nombreux indicateurs de succ&egrave;s sont d&eacute;j&agrave; l&agrave; et sont aujourd&rsquo;hui, pour nous, autant de marqueurs forts de notre attractivit&eacute; sur lesquels il nous appartient, il vous appartient de rebondir&nbsp;!</p> <p>Mais cela ne saurait suffire dans un monde en mouvement perp&eacute;tuel o&ugrave; la concurrence fait souvent rage.</p> <p>C&rsquo;est pourquoi, il nous faut aussi &ecirc;tre en mode comp&eacute;titivit&eacute; et rester agile, c&rsquo;est-&agrave;-dire en veille, &agrave; tous changements qui sont bien souvent autant d&rsquo;opportunit&eacute;s et de sources de progr&egrave;s pourvu que l&rsquo;on s&rsquo;y int&eacute;resse et que l&rsquo;on soit &agrave; l&rsquo;offensive.</p> <p>C&rsquo;est bien ce message que je veux, ce matin, porter et partager avec vous tous.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><span style="font-size:12px;">Discours prononc&eacute; le mercredi 8 novembre 2017 &agrave; l&#39;&Eacute;cole Sup&eacute;rieure d&rsquo;Arts et M&eacute;dias. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Assemblée générale de l'Union amicale des maires du Calvados (UAMC) https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/assemblee-generale-de-lunion-ami.html lun., 06 nov. 2017 09:58:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Monsieur le Pr&eacute;fet du Calvados et les membres de l&#39;Administration Pr&eacute;fectorale,<br /> Mesdames et Messieurs les Parlementaires,<br /> Monsieur le S&eacute;nateur Bizet, Pr&eacute;sident de la Commission des Affaires Europ&eacute;ennes du S&eacute;nat, Cher Jean,<br /> Monsieur le Pr&eacute;sident de R&eacute;gion, Cher Herv&eacute;,<br /> Mesdames et Messieurs les Conseillers R&eacute;gionaux et D&eacute;partementaux,<br /> Monsieur le Pr&eacute;sident de l&#39;UAMC, Cher Ambroise,<br /> Monsieur le Maire de Caen et Pr&eacute;sident de Caen-la-Mer, Cher Jo&euml;l,<br /> Mesdames et Messieurs les Repr&eacute;sentants des Chambres Consulaires,<br /> Mesdames et Messieurs les Pr&eacute;sidents d&#39;Intercommunalit&eacute;s,<br /> Mesdames et Messieurs les Maires, Maires-D&eacute;l&eacute;gu&eacute;s,<br /> Mesdames et Messieurs les Conseillers Communautaires et Municipaux,<br /> Mesdames et Messieurs les Directeurs,<br /> Mesdames et Messieurs,</p> <p>Je voudrais, en premier lieu, vous remercier, Monsieur le Pr&eacute;sident, Cher Ambroise, de donner, &agrave; l&#39;occasion de ce rendez-vous, la parole au D&eacute;partement, dans un timing de cette matin&eacute;e, que je sais &ocirc; combien pr&eacute;cis, tant le temps vous est compt&eacute;.</p> <p>Rassurez-vous, j&#39;essayerai d&#39;&ecirc;tre bref, en commen&ccedil;ant peut-&ecirc;tre par vous dire justement ce que je ne d&eacute;velopperai pas ce matin !</p> <p>Non, je ne suis pas l&agrave;, pour vous parler, une nouvelle fois, des aides du D&eacute;partement aux territoires. Nous avons eu, ces derniers mois, bien des occasions d&#39;&eacute;changer &agrave; ce sujet et de vous pr&eacute;senter notre r&eacute;forme. Nous aurons sign&eacute;, d&#39;ici la fin de l&#39;ann&eacute;e, les deux tiers des Contrats de Territoire.</p> <p>Non, je ne suis pas l&agrave;, ce matin non plus, pour &eacute;voquer, une fois encore, le jeu de Lego territorial auquel nous avons assist&eacute; ces derniers mois. Beaucoup de bouleversements pour vos communes.</p> <p>Et, je sais le temps pass&eacute;, &agrave; reb&acirc;tir, brique par brique, les nouvelles intercoms, au gr&eacute; des fusions ou des rapprochements de communes, et je vous en f&eacute;licite.</p> <p>Je ne suis pas persuad&eacute;, au final, que tout cela r&eacute;duise les facteurs de complexit&eacute; ou apporte une meilleure vision du d&eacute;veloppement dans le futur, une meilleure lisibilit&eacute; de l&#39;action territoriale pour nos concitoyens.</p> <p><br /> Mais, ce dont je suis certain, par contre, c&#39;est que le D&eacute;partement est rest&eacute;, dans ce paysage neuf, un point fixe, &agrave; votre &eacute;coute, disponible, surtout pas immobile, pour vous accompagner dans les missions qui sont les v&ocirc;tres, dans cette p&eacute;riode de totale remise en question, parfois m&ecirc;me d&#39;interrogations, dans tous les cas, de challenges &agrave; relever.</p> <p>Le D&eacute;partement est toujours l&agrave;, bien en mouvement, pour continuer de construire sur ce nouveau socle territorial mouvant, et il faut s&#39;habituer &agrave; une n&eacute;cessaire agilit&eacute; permanente au changement.<br /> &nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;<br /> Je ne vous parlerai pas, non plus, des baisses de dotations, ni de leurs cons&eacute;quences sur l&#39;&eacute;laboration de nos budgets &agrave; venir.</p> <p>Alors, pourquoi me direz-vous, suis-je venu, tr&egrave;s fid&egrave;lement, comme chaque ann&eacute;e ?</p> <p>Eh bien, je suis plut&ocirc;t l&agrave; pour, une fois n&#39;est pas coutume, prendre le temps de poser un regard sur votre Calvados, sur notre Calvados, sur ce qu&#39;est le Calvados aujourd&#39;hui, au c&oelig;ur de cette grande Normandie, ch&egrave;re &agrave; tous.</p> <p>Vous le savez, notre D&eacute;partement repr&eacute;sente approximativement un pour cent de la France. C&#39;est une r&eacute;f&eacute;rence commun&eacute;ment admise dans toutes les &eacute;tudes ou les indicateurs nationaux.<br /> C&#39;est en quelque sorte, et je ne suis pas le seul &agrave; le penser, un concentr&eacute; de &quot;Petite France&quot;.</p> <p>On dit volontiers que c&#39;est un territoire o&ugrave; il fait bon vivre ; le bien vivre ensemble est, en effet, souvent mis en avant. Notre D&eacute;partement est fait d&#39;une somme de petites et grandes choses que nous avons, au fil des ann&eacute;es, b&acirc;ti ensemble, dans une relation faite de proximit&eacute;, de confiance partag&eacute;e, d&#39;accompagnement de projets.</p> <p>C&#39;est bien de cela dont je suis venu vous parler ce matin, et de cet avenir prometteur que nous travaillons, &agrave; force de convictions, de d&eacute;cisions, d&#39;orientations, d&#39;&eacute;coute de chacun d&#39;entre vous, de travail dans le respect mutuel des uns et des autres, &agrave; force &eacute;galement de beaucoup de passions et d&#39;engagements.</p> <p>Cet avenir ne vaudra que si nous sommes, tous ensemble, audacieux, et j&#39;insiste sur ce terme ; audacieux dans notre volont&eacute; commune d&#39;entreprendre aux quatre coins du d&eacute;partement avec un objectif premier, celui de la qualit&eacute; du service public rendu &agrave; nos concitoyens.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Dans ce constat d&#39;un d&eacute;partement o&ugrave; globalement et m&ecirc;me si tout n&#39;est pas parfait, il fait bon vivre, se cache peut-&ecirc;tre une interrogation : comment forger l&#39;identit&eacute; du Calvados de demain, au regard de param&egrave;tres nouveaux comme l&#39;&eacute;volution de nos territoires, au regard des grands sujets de soci&eacute;t&eacute; qui s&#39;imposent &agrave; nous, au regard des attentes nombreuses de nos concitoyens ?</p> <p>Je pense qu&#39;une des r&eacute;ponses possibles r&eacute;side dans ce que l&#39;on appelle notre attractivit&eacute;, autre grand sujet qui doit retenir notre attention.</p> <p>Une attractivit&eacute; qui doit s&#39;appr&eacute;cier et se comprendre en &eacute;largissant notre cadre d&#39;intervention au-del&agrave; du seul aspect touristique, je pense au domaine de la sant&eacute; ou &agrave; l&#39;&eacute;conomie, &agrave; tous ces param&egrave;tres qui contribuent &agrave; mettre nos territoires en mode &quot;comp&eacute;titivit&eacute;&quot;.</p> <p>Comment rendre en effet encore plus attractifs, au sens large du terme, notre d&eacute;partement, nos territoires, notre agglom&eacute;ration capitale, nos p&ocirc;les d&#39;&eacute;quilibre et leurs villes, nos intercommunalit&eacute;s, nos d&eacute;sormais communes nouvelles et nos villages ?</p> <p>&nbsp;</p> <p>Pour r&eacute;pondre encore plus &agrave; cette question d&#39;attractivit&eacute;, je crois qu&#39;il est n&eacute;cessaire de prendre un peu de recul, de regarder nos indicateurs de succ&egrave;s, l&agrave; o&ugrave; nous sommes efficients, mais aussi de nous comparer &agrave; d&#39;autres pour identifier certes nos forces, mais aussi nos quelques rares faiblesses !</p> <p>Et, tr&egrave;s vite, on s&#39;aper&ccedil;oit que des indicateurs qui nous font justement nous comparer &agrave; d&#39;autres d&eacute;partements de France, nous donnent de bonnes raisons d&#39;esp&eacute;rer.</p> <p>Ainsi, apprend-on que Caen est la 11<sup>e</sup> ville de France o&ugrave; il fait bon vivre ou encore que Deauville est la 3<sup>e</sup> ville baln&eacute;aire fran&ccedil;aise pour son dynamisme commercial ou enfin que Bayeux se classe parmi les 14 villes de France dont le taux de vacance des commerces et inf&eacute;rieure &agrave; 5 %, de mani&egrave;re constante depuis 2001, qu&#39;ailleurs dans le Virois, une entreprise est leader sur son march&eacute;, que nous sommes aussi travers&eacute;s par un itin&eacute;raire cyclable exemplaire, que nos acteurs du tourisme sont souvent dans la lumi&egrave;re, avec un territoire qui r&eacute;siste plut&ocirc;t bien, saison apr&egrave;s saison ; que globalement, il r&egrave;gne chez nous, un art de vivre, bien r&eacute;el et appr&eacute;ci&eacute;, &agrave; l&#39;image des couleurs de nos villages fleuris ou de caract&egrave;re.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Et, d&#39;ailleurs au risque d&#39;&ecirc;tre un brin provocateur, si je vous posais la question : quels sont ceux qui serez pr&ecirc;ts &agrave; quitter le Calvados pour un autre d&eacute;partement ? (Levez la main !).</p> <p>Voil&agrave;, c&#39;est tout cela qu&#39;il faut avoir en t&ecirc;te pour penser le Calvados de demain.</p> <p>Au Conseil D&eacute;partemental, nous en avons bien conscience et c&#39;est pour cela que nous avons, ces derniers mois, travaill&eacute; un certain nombre de sujets qui font notre ADN et qui sont, pour nous, autant de &quot;marqueurs d&#39;attractivit&eacute;&quot;, comme le disent les communicants.</p> <p>Je pense, entre autre, &agrave; l&#39;&eacute;laboration de notre sch&eacute;ma de d&eacute;veloppement culturel, au plan cheval dont nous venons de d&eacute;voiler les grands axes, ces derni&egrave;res semaines, mais aussi au plan tourisme dont nous reparlerons pas plus tard que mercredi prochain avec la &quot;mue&quot; annonc&eacute;e de notre Comit&eacute; D&eacute;partemental du Tourisme en Agence d&#39;Attractivit&eacute;.</p> <p>Tous ces &eacute;l&eacute;ments, sans oublier le nautisme et le littoral, participent &agrave; notre &eacute;conomie actuelle et sont aussi, pour demain, une garantie de nos emplois.</p> <p>Je partagerai avec vous tous, un certain sentiment de fiert&eacute;, m&ecirc;me si nous avons encore ensemble, toutes collectivit&eacute;s confondues, de grands sujets devant nous.<br /> Je pense notamment au sch&eacute;ma d&#39;accessibilit&eacute;, &agrave; la question de la d&eacute;mographie m&eacute;dicale, &agrave; la priorit&eacute; du num&eacute;rique ou encore &agrave; la t&eacute;l&eacute;phonie mobile, &agrave; l&#39;enjeu des syst&egrave;mes de transport et d&#39;accessibilit&eacute; &agrave; notre territoire ou encore &agrave; d&#39;autres th&egrave;mes, comme l&#39;accueil des gens du voyage, la loi GEMAPI.</p> <p>Bref, bien des sujets de discussions et des dossiers qui sont sur nos bureaux et auxquels nous devrons trouver, tous ensemble, des pistes, des solutions&hellip; Peut-&ecirc;tre en vous apportant l&#39;ing&eacute;nierie de nos services dans une relation encore plus fusionnelle entre le D&eacute;partement et vos communes.</p> <p>Mais, vous &ecirc;tes l&agrave; et je le sais, au c&ocirc;t&eacute; du D&eacute;partement, pour porter la voix des territoires, pour porter la voix de la diversit&eacute; car vous avez tous des sp&eacute;cificit&eacute;s, des particularismes qui sont autant d&#39;atouts sur lesquels vous savez vous appuyer pour soutenir votre d&eacute;veloppement et faire jaillir ce que j&#39;appelle &quot;l&#39;intelligence des territoires&quot;.</p> <p>Vous le savez, le D&eacute;partement est l&agrave; et &agrave; chaque inauguration d&#39;&eacute;quipement, vous ne manquez pas de rappeler notre accompagnement et j&#39;y suis toujours tr&egrave;s sensible.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Sachez que notre saine gestion, d&#39;ailleurs salu&eacute;e par la Chambre R&eacute;gionale des Comptes, et les ajustements bien r&eacute;els de nos politiques d&eacute;partementales, exercice apr&egrave;s exercice, alli&eacute;s &agrave; de bonnes surprises sur les droits de mutation, dues &agrave; une conjoncture plut&ocirc;t favorable, nous autorisent quelques marges de man&oelig;uvre bienvenues, mais vous me connaissez, je suis d&#39;un naturel toujours prudent.</p> <p>Tout cela va nous permettre de travailler encore un peu plus sur nos marqueurs d&#39;attractivit&eacute; que je rappelais &agrave; l&#39;instant.</p> <p>Par ailleurs, d&#39;autres pistes de collaboration continuent de s&#39;ouvrir avec les autres D&eacute;partements Normands et pour beaucoup, avec les nouveaux ex&eacute;cutifs.</p> <p>L&agrave; encore, je crois &agrave; de possibles mutualisations, exp&eacute;rimentations ou partages d&#39;exp&eacute;riences, sans forc&eacute;ment vouloir tout attendre de la loi.</p> <p>Enfin, sachez que nous travaillons, en toute intelligence, avec la R&eacute;gion, avec notre agglom&eacute;ration capitale, Caen. J&#39;aime &agrave; le rappeler car cela n&#39;a pas toujours &eacute;t&eacute; le cas.</p> <p>Tout cela nous donne de bonnes raisons d&#39;esp&eacute;rer pour continuer de construire un D&eacute;partement compatible avec les d&eacute;fis qui sont devant nous.<br /> Un D&eacute;partement qui entreprend, un D&eacute;partement qui continue de d&eacute;velopper un certain art de vivre, un D&eacute;partement nature, un D&eacute;partement connect&eacute;, un D&eacute;partement pr&eacute;serv&eacute;, authentique, s&eacute;cure, protecteur.</p> <p>Un D&eacute;partement qui aime aussi &ecirc;tre &agrave; la pointe de la modernit&eacute; dans un certain nombre de secteurs, un D&eacute;partement qui aime se faire remarquer (dans le bon sens du terme), qui aime aussi se comparer aux autres, un D&eacute;partement qui aime souvent montrer le chemin et d&eacute;fendre ses dossiers.</p> <p>C&#39;est tout le sens de mon engagement aupr&egrave;s de l&#39;Assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France, mais aussi de l&#39;Aserdel (Association de soutien pour l&#39;exercice des responsabilit&eacute;s d&eacute;partementales et locales).</p> <p>De nouvelles responsabilit&eacute;s&nbsp; pour encore plus faire entendre la voix du Calvados au niveau national.</p> <p>Oui&hellip; Il existe bien une &quot;Calvados touch&quot; !!!</p> <p>En fait, vous le savez bien, l&#39;avenir du D&eacute;partement se r&eacute;sume en deux ma&icirc;tres mots : solidarit&eacute; et proximit&eacute;.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Enfin, permettez-moi, trois, quatre r&eacute;flexions personnelles sur l&#39;Europe, puisque c&#39;est le th&egrave;me choisi aujourd&#39;hui ; notre Europe qui continue de se chercher un &quot;demain&quot; pour r&eacute;pondre aux tr&egrave;s grands d&eacute;fis qui sont devant elle : &eacute;conomique, &eacute;cologique, num&eacute;rique, &eacute;nerg&eacute;tique, soci&eacute;tal.</p> <p>J&#39;ai toujours cru qu&#39;on ne pouvait pas r&eacute;soudre un probl&egrave;me avec les m&ecirc;mes modes de pens&eacute;es qui l&#39;ont engendr&eacute;. Les solutions sont bien souvent ailleurs, dans un nouveau logiciel qui reste, pour l&#39;Europe, &agrave; inventer.</p> <p>Mais, j&#39;ai aussi toujours pens&eacute; que l&#39;Europe sera ce que nous souhaitons bien en faire. Pour cela, il faut savoir ce que l&#39;on veut qu&#39;elle nous apporte.</p> <p>Vous le savez, le D&eacute;partement, pour des raisons &agrave; la fois historiques, mais aussi des raisons de c&oelig;ur et de valeurs, a toujours &eacute;t&eacute; un D&eacute;partement ouvert sur les autres et donc sur l&#39;Europe.</p> <p>Peut-&ecirc;tre gr&acirc;ce &agrave; la voix des jumelages et &agrave; notre action souvent cit&eacute;e en exemple, qui participe &agrave; la construction d&#39;une citoyennet&eacute; europ&eacute;enne pour nos jeunes&hellip; Mais aussi surtout par notre soutien constant &agrave; la mobilit&eacute; des jeunes en Europe.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je consid&egrave;re, pour ma part aujourd&#39;hui, que l&#39;Europe est en danger, comme peut-&ecirc;tre jamais elle ne l&#39;a &eacute;t&eacute; : je pense aux cons&eacute;quences du Brexit, &agrave; la mont&eacute;e des populismes, &agrave; la gestion des flux migratoires, &agrave; sa politique mon&eacute;taire ou de d&eacute;fense.</p> <p>Il faut que l&#39;Europe retrouve tr&egrave;s vite une cr&eacute;dibilit&eacute; aux yeux des populations, parfois d&eacute;sabus&eacute;es par l&#39;impuissance des &eacute;tats membres &agrave; trouver le chemin d&#39;une vraie solidarit&eacute; &eacute;conomique et sociale.</p> <p>Oui, il nous faut continuer &agrave; b&acirc;tir une Europe encore plus solidaire, peut-&ecirc;tre plus populaire, en tentant de s&#39;affranchir de l&#39;angoisse du pr&eacute;sent pour continuer &agrave; fabriquer une histoire commune, puisque les destins des citoyens europ&eacute;ens sont li&eacute;s.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Voil&agrave;, ce que je souhaitais vous dire, ce matin. Vous l&#39;avez compris, c&#39;est un message d&#39;optimisme, de foi r&eacute;elle dans nos territoires, &agrave; condition d&#39;&ecirc;tre audacieux et de prendre &agrave; bras le corps les sujets, les questions, les interrogations qui sont devant nous ; mais &agrave; condition aussi que le couple communes/intercoms et D&eacute;partement soit &agrave; l&#39;offensive dans ce profond renouvellement de la sph&egrave;re publique locale.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Bien s&ucirc;r, cela passe par des d&eacute;cisions parfois difficiles, mais qu&#39;il nous faut expliquer dans le temps. C&#39;est bien le sens de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral qui guide notre action, dans le respect des uns et des autres.</p> <p>Toutes ces raisons, toutes ces explications me font penser que le D&eacute;partement est bien l&#39;&eacute;chelon pertinent pour apporter, &agrave; chacun, toutes ses chances de r&eacute;ussite, m&ecirc;me si j&#39;observe beaucoup dans cette p&eacute;riode, j&#39;essaye d&#39;analyser, de comprendre ce qui peut se passer demain, et c&#39;est bien la premi&egrave;re fois de ma vie politique que je suis &agrave; un tel niveau d&#39;interrogation.</p> <p>Nous sommes dans un temps de vie pour nos collectivit&eacute;s, tr&egrave;s important, passionnant, mais qui peut se r&eacute;v&eacute;ler dangereux pour l&#39;avenir si nous ne sommes pas vigilants, tant la tentation de recentralisation est parfois forte&hellip; Je le pense vraiment ; alors qu&#39;il faudrait, pour garantir un bon fonctionnement entre les diff&eacute;rents niveaux de collectivit&eacute;s et l&#39;&Eacute;tat, mettre dans les rouages, une bonne dose de subsidiarit&eacute;.</p> <p>J&#39;ai toujours &eacute;t&eacute; tr&egrave;s convaincu de l&#39;int&eacute;r&ecirc;t et de cette pertinence des D&eacute;partements. C&#39;est bien le juste niveau pour garantir &eacute;quit&eacute; et p&eacute;r&eacute;quation de notre territoire&hellip; Vous le sentez bien.</p> <p>Nous sommes communes/d&eacute;partement dans l&rsquo;&eacute;chelon du concret, dans le souci du quotidien c&rsquo;est-&agrave;-dire au c&oelig;ur m&ecirc;me de la vie de nos concitoyens.<br /> C&#39;est bien pour cela que j&#39;ai fait r&eacute;cemment le choix du local, le choix du territoire, le choix d&#39;&ecirc;tre au plus pr&egrave;s de chacun d&#39;entre vous, accompagn&eacute; par des collaborateurs et une administration volontaire, impliqu&eacute;e, disponible, engag&eacute;e &agrave; vous rendre le quotidien et celui des Calvadosiens toujours plus facile&hellip; Avec, pour guide et principes d&#39;action, l&#39;ensemble de ces mots-cl&eacute;s qui se sont affich&eacute;s sur l&#39;&eacute;cran, au fil de mon propos.</p> <p>Je profite de l&#39;occasion qui m&#39;est offerte pour remercier, mais cette fois publiquement, toutes celles et tous ceux qui m&#39;ont adress&eacute;, ces derni&egrave;res semaines, &agrave; l&#39;heure de cette d&eacute;cision tr&egrave;s personnelle, des messages de sympathie et d&#39;encouragement pour notre collectivit&eacute; d&eacute;partementale, bien d&eacute;cid&eacute;e &agrave; poursuivre, &agrave; vos c&ocirc;t&eacute;s, ses missions et ses engagements.</p> <p>Permettez-moi pour conclure, comme l&#39;a fait il y a quelques jours, le Pr&eacute;sident Larcher, &agrave; la tribune de l&#39;Assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France, de citer Mirabeau, qui plaidait d&eacute;j&agrave; en 1789 en souhaitant la cr&eacute;ation d&rsquo;une division propre aux localit&eacute;s, &laquo; le n&eacute;cessaire rapprochement de l&#39;administration envers les hommes et les choses &raquo;. Et donc, les D&eacute;partements et les communes participaient &agrave; la cr&eacute;ation d&#39;un &quot;monde nouveau&quot;.</p> <p><br /> Laissez-moi croire que nous sommes, tous ensembles, toujours capables de faire vivre demain, mais dans une nouvelle approche, cette modernit&eacute; d&#39;hier, d&#39;une &eacute;tonnante actualit&eacute;.</p> <p>Vive les communes, vive le D&eacute;partement !!!</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:11px;">Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Inauguration du stade nautique Eugène Maës https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-du-stade-nautique-e.html ven., 15 sept. 2017 18:45:00 +0200 s.vaugeois ]]> <p>C&#39;est un plaisir, au moins, pour deux raisons principales :</p> <ul style="list-style-type: disc;"> <li>La premi&egrave;re, c&#39;est que le D&eacute;partement entretient avec la Communaut&eacute; Urbaine Caen-la-Mer et la Ville de Caen des relations de travail plac&eacute;es sous le signe de la confiance r&eacute;ciproque et du respect mutuel et je souhaitais, Cher Jo&euml;l, t&#39;en remercier.<br /> Nous nous retrouvons, en effet, &agrave; intervalles r&eacute;guliers pour &eacute;changer sur nos dossiers communs et je dois dire que nous partageons une m&ecirc;me vision du d&eacute;veloppement, une m&ecirc;me envie d&#39;entreprendre pour doter Caen et son agglom&eacute;ration de tous les atouts lui permettant de satisfaire &agrave;&nbsp; son statut et son rang de capitale r&eacute;gionale de la Normandie, n&#39;est-ce pas, Cher Herv&eacute; ?<br /> Oh, je sais que tu as dit r&eacute;cemment que Rouen &eacute;tait le c&oelig;ur de la Normandie, mais la Normandie est assez g&eacute;n&eacute;reuse pour avoir plusieurs c&oelig;urs et, elle m&eacute;rite d&#39;&ecirc;tre aim&eacute;e &agrave; ce point.<br /> Le D&eacute;partement fera toujours tout ce qu&#39;il peut pour que le c&oelig;ur caennais batte toujours plus vite et plus fort.<br /> Et, je pense pouvoir dire que le D&eacute;partement est, tr&egrave;s souvent pour ne pas dire toujours, au rendez-vous du tour de table financier lorsqu&#39;il s&#39;agit de renforcer les fonctions m&eacute;tropolitaines de l&#39;agglom&eacute;ration et je rappellerais l&agrave;, par exemple, nos participations aux grands &eacute;quipements de recherche, aux &eacute;coles d&#39;enseignement sup&eacute;rieur, aux grands projets d&#39;infrastructure, comme le tramway, ou encore la biblioth&egrave;que Alexis de Tocqueville et Le D&ocirc;me.<br /> Sur toutes ces r&eacute;alisations, vous avez pu croiser l&#39;engagement financier du D&eacute;partement et je m&#39;en r&eacute;jouis. Et, ce n&#39;est pas fini puisque le futur Contrat de Territoire avec Caen-la-Mer pr&eacute;voit 75 millions d&#39;euros d&#39;investissement dans la Communaut&eacute; Urbaine, d&#39;ici la fin de notre mandat ! Ce n&#39;est pas rien&hellip;<br /> Ce qui fait du D&eacute;partement, le premier partenaire financier de Caen-la-Mer et aussi le premier investisseur public dans le Calvados !</li> <li>La seconde raison, c&#39;est que ma pr&eacute;sence, ce soir, atteste, une nouvelle fois, que le D&eacute;partement, vous l&#39;avez compris, est un partenaire naturel et fid&egrave;le des territoires et tous les territoires, lorsqu&#39;il s&#39;agit de d&eacute;veloppement, de bien-&ecirc;tre de la population ou de facteurs d&#39;attractivit&eacute;, au sens large. Et, c&#39;est bien le cas de ce nouveau stade nautique.</li> </ul> <p>D&egrave;s 2010, le D&eacute;partement a vot&eacute; une subvention de 2 millions d&#39;euros, &agrave; Caen-la-Mer, pour la restructuration du stade nautique, au titre de son programme d&#39;investissement pour les &eacute;quipements sportifs.<br /> Nous soutenons aussi les collectivit&eacute;s qui mettent gratuitement leurs installations &agrave; la disposition de nos coll&eacute;giens. Et, c&#39;est le cas avec le stade nautique pour la pratique de la natation, pour les &eacute;l&egrave;ves de 6<sup>e</sup>.<br /> C&#39;est un peu plus de 80 000 &euro; par an de subvention pour Caen-la-Mer et environ 240 000 &euro; pour l&#39;ensemble des &eacute;quipements sportifs de la Ville de Caen&hellip; Sans parler de nos actions en faveur du sport scolaire, en g&eacute;n&eacute;ral, et de nos subventions en direction de l&#39;Entente Nautique Caennaise, pour pr&egrave;s de 25 000 &euro;, en tout.<br /> Voil&agrave;, bri&egrave;vement r&eacute;sum&eacute;s nos engagements, nos responsabilit&eacute;s et nos actes.</p> <p>Je souhaite remercier et f&eacute;liciter tous les acteurs qui ont, toutes ces ann&eacute;es, travaill&eacute; pour offrir &agrave; Caen un nouveau lieu de sport, de d&eacute;tente, bref, de vie, ouvert &agrave; tous, mais aussi, ne l&#39;oublions pas, un lieu o&ugrave; se cr&eacute;&eacute; aussi l&#39;indispensable lien social entre les g&eacute;n&eacute;rations.<br /> L&#39;argent public a &eacute;t&eacute; ici, on peut le dire, bien d&eacute;pens&eacute;, bien investi et le succ&egrave;s est d&eacute;j&agrave; plus qu&#39;au rendez-vous. Mais, lorsque l&#39;on a la chance d&#39;avoir un Maire et un Pr&eacute;sident de Communaut&eacute; Urbaine soucieux, &agrave; la fois des deniers publics, et surtout de la qualit&eacute; de vie de ses habitants, je n&#39;&eacute;tais pas tr&egrave;s inquiet.</p> <p>Je vous remercie de votre attention.</p> <p><span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; le 15 septembre 2017 &agrave; Caen. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> <p><span style="font-size:10px;">Image d&#39;illustration : &copy; DitGargouille / Caen la Mer</span></p> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du lundi 19 juin 2017 - Décision modificative n°1 du budget 2017 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion--1.html lun., 19 juin 2017 11:37:00 +0200 s.vaugeois ]]> <div> <p>Mais tout d&rsquo;abord, en ouverture de notre session, comment ne pas avoir une pens&eacute;e pour ces &eacute;v&eacute;nements tragiques qui malheureusement, eux, n&rsquo;ont pas chang&eacute; au cours de ce printemps, mais se sont m&ecirc;me succ&eacute;d&eacute; dans l&rsquo;horreur ? Toute l&rsquo;Europe est concern&eacute;e. &Agrave; Paris le 20 avril dernier sur les Champs-&Eacute;lys&eacute;es en pleine campagne pr&eacute;sidentielle, &agrave; Berlin, &agrave; Stockholm, &agrave; Manchester, &agrave; Londres, en Russie, la trag&eacute;die est h&eacute;las commune &ndash; sans citer les pays plus directement expos&eacute;s o&ugrave; les attentats sont souvent bien plus fr&eacute;quents et meurtriers encore : l&rsquo;Irak, l&rsquo;Egypte, l&rsquo;Indon&eacute;sie, l&rsquo;Afghanistan, les Philippines&hellip; &Agrave; chaque fois, il y a des victimes innocentes et des dizaines de bless&eacute;s &ndash; mutil&eacute;s &agrave; vie, traumatis&eacute;s, orphelins. Et un monde &agrave; panser.</p> </div> <div> <p>La France en sait quelque chose, en particulier la Normandie et h&eacute;las dans l&rsquo;intimit&eacute; de son administration, notre propre collectivit&eacute;. De nouveau, il nous semble &ecirc;tre doublement touch&eacute;s car notre compatriote, le Caennais Alexandre Pigeard, originaire de Colleville-Montgomery, a &eacute;t&eacute; assassin&eacute; &agrave; seulement 26 ans au d&eacute;but du mois&hellip;<br /> Nous avons malheureusement une autre raison d&rsquo;exprimer notre peine ce matin. Dans les premiers jours de mai, j&rsquo;ai appris avec tristesse, le d&eacute;c&egrave;s, &agrave; l&#39;&acirc;ge de 89 ans, de notre ancien coll&egrave;gue Andr&eacute; Lerebours, maire de La Graverie, de 1959 &agrave; 1995, &eacute;lu conseiller g&eacute;n&eacute;ral, en mars 1979 et r&eacute;&eacute;lu en 1985 et 1992, sur le canton de B&eacute;ny-Bocage. Il ne s&#39;&eacute;tait pas repr&eacute;sent&eacute; aux &eacute;lections cantonales de 1998. Il aura, pendant toutes ses ann&eacute;es d&#39;&eacute;lu local, su &ecirc;tre, non seulement, un maire b&acirc;tisseur dans sa commune, mais aussi donner un cap &agrave; ce territoire en f&eacute;d&eacute;rant les forces du bocage pour partager sa vision de l&#39;avenir du canton.</p> <p><br /> Andr&eacute; Lerebours &eacute;tait chevalier du M&eacute;rite Agricole, titulaire de la M&eacute;daille d&#39;Honneur, R&eacute;gionale, D&eacute;partementale et Communale, &eacute;chelon Or et de la m&eacute;daille du Tourisme. Il avait &eacute;t&eacute; fait chevalier dans l&#39;Ordre National du M&eacute;rite en 1996.<br /> Pour Alexandre Pigeard, pour sa famille et pour ses proches, et &agrave; travers eux pour toutes les victimes d&rsquo;attentat en Europe et dans le monde, comme pour notre ancien coll&egrave;gue, Andr&eacute; Lerebours, pour sa famille et pour ses proches, j&rsquo;aimerais que nous prenions le temps de respecter ensemble une minute de silence.</p> <p>Je vous remercie.<br /> &nbsp;</p> <p><br /> Sur un registre autrement plus gai, nous avons tous appris, &agrave; l&rsquo;occasion de la promotion de P&acirc;ques, la nomination, sur proposition du Premier ministre, de notre coll&egrave;gue Bernard Aubril au grade de chevalier de la L&eacute;gion d&rsquo;Honneur.<br /> J&rsquo;ai d&eacute;j&agrave; eu l&rsquo;occasion de f&eacute;liciter personnellement le maire de Lisieux mais je souhaitais, comme le veut l&rsquo;usage en pareilles circonstances dans notre maison, lui rendre publiquement cet hommage et lui dire, au nom du D&eacute;partement, toutes nos f&eacute;licitations pour cette belle promotion : symbole de la reconnaissance de la Nation par son action d&rsquo;&eacute;lu inscrite dans la constance au service des Lexoviens, plus largement des Calvadosiens et peut-&ecirc;tre particuli&egrave;rement des habitants du Pays d&rsquo;Auge.<br /> Cette distinction lui donne d&eacute;sormais le droit de porter &agrave; la boutonni&egrave;re le rouge de l&rsquo;honneur, une nouvelle couleur puisque Bernard Aubril est d&eacute;j&agrave; chevalier de l&rsquo;ordre national du m&eacute;rite mais &eacute;galement chevalier des Palmes acad&eacute;miques, au titre de son parcours dans l&rsquo;enseignement.<br /> Bernard a su, je le disais, dans le temps, puisqu&rsquo;il est &eacute;lu depuis 1983 au conseil municipal de Lisieux, sous l&rsquo;&oelig;il j&rsquo;imagine protecteur mais pas moins avis&eacute; de Sainte-Th&eacute;r&eacute;se, honorer &agrave; grands coups de p&eacute;dales et de changement de braquet, toutes les responsabilit&eacute;s qui ont &eacute;t&eacute; et sont toujours aujourd&rsquo;hui les siennes.<br /> Maire de Lisieux, capitale du Pays d&rsquo;Auge, depuis 2001 et toujours r&eacute;&eacute;lu, il est conseiller g&eacute;n&eacute;ral depuis 1992 et conseiller d&eacute;partemental donc depuis 2015.</p> <p><br /> Il a &eacute;t&eacute; pr&eacute;sident de la communaut&eacute; de communes de L&rsquo;intercom Lisieux- Pays d&rsquo;Auge de 2003 &agrave; 2016 et est aujourd&rsquo;hui 1<sup>er</sup> vice-pr&eacute;sident de la grande communaut&eacute; d&rsquo;agglom&eacute;ration Lisieux-Normandie.<br /> Chacun conna&icirc;t aussi bien s&ucirc;r son engagement associatif et sportif dans le cyclisme, j&#39;y faisais r&eacute;f&eacute;rence, et notamment au v&eacute;lo-club Lexovien ; mais Bernard a toujours pr&eacute;f&eacute;r&eacute; l&#39;&eacute;charpe tricolore au maillot jaune&hellip; Quoique pour &ecirc;tre un bon maire, il faut savoir aussi mouiller le maillot et faire la course en t&ecirc;te. Nous le savons tous.<br /> Nous lui renouvelons donc nos tr&egrave;s amicales et sinc&egrave;res f&eacute;licitations, et cela m&eacute;rite bien nos applaudissements !<br /> &nbsp;</p> <p><br /> En ce lendemain des 11 et 18 juin, je voudrais saluer ce matin tous ceux d&rsquo;entre vous qui se sont impliqu&eacute;s dans les &eacute;lections l&eacute;gislatives, soit en s&rsquo;y portant directement candidat, soit en s&rsquo;engageant pour soutenir ceux qui leur &eacute;taient chers.<br /> La biens&eacute;ance r&eacute;publicaine tout autant que mon plaisir personnel &ndash; que je sais partager par la tr&egrave;s grande majorit&eacute; de notre assembl&eacute;e &ndash; m&rsquo;invite tout d&rsquo;abord &agrave; f&eacute;liciter tr&egrave;s chaleureusement S&eacute;bastien Leclerc, qui a &eacute;t&eacute; &eacute;lu hier d&eacute;put&eacute; de la troisi&egrave;me circonscription du Calvados, dite de Lisieux - Falaise.<br /> Comme il l&rsquo;a fait pour sa commune de Livarot, son intercommunalit&eacute; o&ugrave; il a men&eacute; avec succ&egrave;s et avec un sens aigu de la gestion et du management public local, des dossiers souvent complexes, il sera un d&eacute;put&eacute; efficace. &Agrave; l&rsquo;Assembl&eacute;e nationale, il aura sans doute &agrave; c&oelig;ur de rappeler, comme il s&rsquo;est toujours appliqu&eacute; &agrave; le d&eacute;montrer par l&rsquo;action, que le d&eacute;veloppement &eacute;conomique des zones rurales et que la revitalisation des centre-bourgs sont deux d&eacute;fis qui peuvent &ecirc;tre remport&eacute;s, pourvu de donner suffisamment de libert&eacute; et d&rsquo;autonomie aux &eacute;lus locaux.<br /> H&eacute;las, l&rsquo;&eacute;lection de notre coll&egrave;gue ne me fait pas oublier les autres circonscriptions du Calvados, et ce que doit &ecirc;tre pour beaucoup leur d&eacute;ception et leur d&eacute;sarroi. Je le disais hier, une &eacute;lection peut parfois &ecirc;tre cruelle, surtout lorsque le choix des &eacute;lecteurs semble moins tenir aux valeurs, aux parcours, &agrave; l&rsquo;engagement propre des candidats, qu&rsquo;&agrave; une &eacute;tiquette qui se trouverait &ecirc;tre dans le go&ucirc;t du moment, de l&rsquo;&eacute;ph&eacute;m&egrave;re instant, et qui ne fait parfois que ripoliner le visage en v&eacute;rit&eacute; de vieux habitu&eacute;s de la politique, aux bilans, au demeurant, pas toujours exemplaires.<br /> En d&eacute;pit de toute l&rsquo;&eacute;nergie que beaucoup d&rsquo;entre vous avez jet&eacute;e, je le sais, dans cette &eacute;lection, il est stup&eacute;fiant de voir que pour la premi&egrave;re fois de la cinqui&egrave;me R&eacute;publique, l&rsquo;abstention aura &eacute;t&eacute; majoritaire. Il se dessine l&agrave; une lassitude, une cassure dans la soci&eacute;t&eacute; fran&ccedil;aise, qui conf&egrave;re au nouveau Pr&eacute;sident de la R&eacute;publique une immense responsabilit&eacute;. Celle de r&eacute;ussir la r&eacute;forme de notre pays et de recr&eacute;er les conditions pour que s&rsquo;exprime de nouveau une d&eacute;mocratie de proximit&eacute;.</p> <p><br /> Nous le savons d&eacute;sormais, le Pr&eacute;sident b&eacute;n&eacute;ficiera dans cette t&acirc;che d&rsquo;une majorit&eacute; &eacute;crasante &agrave; l&rsquo;Assembl&eacute;e nationale, avec ce qui n&rsquo;est pas sans rappeler, pour ceux qui auraient la m&eacute;moire de leurs livres d&rsquo;histoire, la Chambre bleu horizon au d&eacute;but du si&egrave;cle dernier. Dans ces conditions, le Pr&eacute;sident et son gouvernement n&rsquo;auraient aucune excuse si, la n&eacute;cessaire, pour ne pas dire imp&eacute;rieuse, r&eacute;forme de l&rsquo;&Eacute;tat ne progressait pas.<br /> &nbsp;</p> <p>Pour le reste, cette concentration des pouvoirs au sein d&rsquo;un parti politique devenu h&eacute;g&eacute;monique pose question. N&rsquo;oublions pas que le propre de la d&eacute;mocratie, c&rsquo;est de d&eacute;battre. Or je ne suis pas s&ucirc;r qu&rsquo;il y ait demain beaucoup de d&eacute;bats dans la nouvelle Assembl&eacute;e nationale, surtout si sa majorit&eacute; est caporalis&eacute;e comme le laissent entendre certains.<br /> Beaucoup de ces d&eacute;put&eacute;s sont nouveaux. M&ecirc;me si leurs parcours brassent des chemins pour le moins divers, ce sont des femmes et des hommes de bonne volont&eacute; &ndash; mais peu au fait de la fabrique de la loi. Or, il leur faudra tr&egrave;s rapidement apprendre le m&eacute;tier de d&eacute;put&eacute; et s&rsquo;aguerrir, afin de trouver la place qui leur revient dans le rapport de force avec l&rsquo;&eacute;lite technocratique parisienne : c&rsquo;est-&agrave;-dire le gouvernement, les grands corps de l&rsquo;&Eacute;tat et plus g&eacute;n&eacute;ralement la haute administration, qui est pour sa part p&eacute;renne et tr&egrave;s comp&eacute;tente.</p> <p>Apr&egrave;s 19 ans d&rsquo;exp&eacute;rience parlementaire, avec le recul de ces ann&eacute;es, je leur souhaite de garder toujours l&rsquo;exigence de demander de v&eacute;ritables &ndash; je dis bien, v&eacute;ritables &ndash; &eacute;tudes d&rsquo;impact approfondies avant de voter une loi ; d&rsquo;&eacute;tablir le bilan de chaque loi au bout de deux ann&eacute;es et de supprimer celles dont l&rsquo;&eacute;valuation ne serait pas satisfaisante ; de veiller &agrave; contenir l&rsquo;inflation l&eacute;gislative, pourquoi pas en supprimant une loi pour chaque nouvelle loi nouvelle.</p> <p>J&rsquo;aimerais leur transmettre ces conseils, car je m&rsquo;interroge en r&eacute;alit&eacute; sur ce que pourrait &ecirc;tre le travail des parlementaires de demain, dans un environnement pour eux souvent totalement nouveau et tandis qu&rsquo;ils seront d&eacute;sormais coup&eacute;s par la loi de tout ex&eacute;cutif local, qu&rsquo;il s&rsquo;agisse d&rsquo;une collectivit&eacute; territoriale, d&rsquo;une entreprise ou d&rsquo;une administration publique locale. C&rsquo;est ce que j&rsquo;appelle le risque du &laquo; d&eacute;put&eacute; hors sol &raquo;,&nbsp; tent&eacute; de compenser son impossibilit&eacute; &agrave; servir directement un territoire par une activit&eacute; l&eacute;gislative inflationniste.<br /> Je souhaite enfin, &agrave; ce nouveau gouvernement et &agrave; cette nouvelle chambre des d&eacute;put&eacute;s, de reconna&icirc;tre et de respecter ce qui devrait rapidement devenir une &eacute;vidence. Cette &eacute;vidence, c&rsquo;est que faute probablement de pouvoir s&rsquo;exprimer &agrave; leur niveau, et pour qu&rsquo;elle ne s&rsquo;exprime pas dans la rue, la pluralit&eacute; d&eacute;mocratique &ndash; &eacute;videmment vitale &agrave; notre R&eacute;publique - sera d&eacute;sormais essentiellement incarn&eacute;e par les territoires, par les collectivit&eacute;s territoriales, par nous, au plus proche des citoyens. &nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> <br /> J&rsquo;insiste sur ce point, car le respect des collectivit&eacute;s territoriales n&rsquo;a pas franchement coul&eacute; de source au cours du pr&eacute;c&eacute;dent quinquennat. Pour le dire autrement, j&rsquo;attends d&rsquo;abord du Pr&eacute;sident Emmanuel Macron qu&rsquo;il fasse mieux que le pr&eacute;c&eacute;dent, &agrave; notre &eacute;gard, mais en v&eacute;rit&eacute; je ne sais pas si cet objectif en est v&eacute;ritablement un, car je ne peux pas imaginer comment il pourrait faire pire.<br /> Peut-&ecirc;tre pensez-vous que je suis ici pol&eacute;mique. Je ne fais pourtant que relayer l&rsquo;analyse unanime de l&rsquo;Assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France. Avec le bilan d&eacute;sormais &eacute;tabli du pr&eacute;c&eacute;dent quinquennat et l&rsquo;&eacute;tude des comptes administratifs de 2016, les masques tombent. C&rsquo;est ce que la presse sp&eacute;cialis&eacute;e a appel&eacute; &laquo; la fin des d&eacute;sinvoltes &raquo; au moment de la dissolution de la majorit&eacute; socialiste dans notre pays.</p> <p>Tout au long de ces cinq derni&egrave;res ann&eacute;es, les pr&eacute;tendues d&eacute;rives des finances locales ont &eacute;t&eacute; rudement stigmatis&eacute;es. Or, rien n&rsquo;est plus faux, sur le temps long, et comparativement &agrave; la trajectoire des finances de l&rsquo;&Eacute;tat. Je ne vais vous donner que trois illustrations, mais elles sont, vous allez le voir, &eacute;difiantes.<br /> La premi&egrave;re, c&rsquo;est qu&rsquo;au fil des 20 derni&egrave;res ann&eacute;es, les collectivit&eacute;s n&rsquo;ont pr&eacute;sent&eacute; que 9 ann&eacute;es de &laquo; d&eacute;ficit &raquo;, au sens de Maastricht, sans jamais d&eacute;passer 0,5 % du PIB. De son c&ocirc;t&eacute;, l&rsquo;&Eacute;tat a r&eacute;ussi le triste exploit d&rsquo;aligner 20 budgets d&eacute;ficitaires d&rsquo;affil&eacute;e, 20 sur 20, en d&eacute;passant all&eacute;grement les 3 % du PIB &ndash; au m&eacute;pris des promesses faites en 2012.<br /> La seconde illustration, c&rsquo;est que le pr&eacute;c&eacute;dent gouvernement s&rsquo;est gargaris&eacute; d&rsquo;avoir fait baisser les d&eacute;penses publiques de 6,9 milliards d&rsquo;euros entre 2013 et 2017. Or, cette baisse provient, en totalit&eacute;, je dis bien en totalit&eacute;, de celle des dotations aux collectivit&eacute;s (!), les d&eacute;penses de l&rsquo;&Eacute;tat ayant progress&eacute;, elles, de 2,5 milliards (!). Tout l&rsquo;effort a &eacute;t&eacute; support&eacute; par les collectivit&eacute;s.</p> <p>Enfin, la troisi&egrave;me illustration, c&rsquo;est que selon l&rsquo;INSEE, la dette publique a continu&eacute; sa progression pour atteindre 2 147 milliards d&rsquo;euros fin 2016, soit l&rsquo;&eacute;quivalent de 96 % du PIB, en croissance par rapport &agrave; 2015. Mais que l&rsquo;on ne s&rsquo;y trompe pas : c&rsquo;est d&rsquo;abord la dette de l&rsquo;&Eacute;tat, pas celle des collectivit&eacute;s territoriales, puisqu&rsquo;elles n&rsquo;y contribuent, pour leur part, qu&rsquo;&agrave; hauteur de 9 %&hellip;</p> <p>Autant dire qu&rsquo;alors que les collectivit&eacute;s ne p&egrave;sent que marginalement dans le d&eacute;s&eacute;quilibre des comptes publiques de notre pays, c&rsquo;est &agrave; elles &agrave; qui l&rsquo;on aura demand&eacute; de faire tous les efforts ces cinq derni&egrave;res ann&eacute;es.<br /> En relevant cela, je n&rsquo;ignore pas bien s&ucirc;r que la r&eacute;ponse des collectivit&eacute;s a parfois &eacute;t&eacute; diversifi&eacute;e. Nous ne l&rsquo;avons pas fait ici, dans le Calvados, mais d&rsquo;autres territoires ont d&eacute;cid&eacute; d&rsquo;augmenter leur fiscalit&eacute; locale. En particulier, en 2016, et encore une fois ce n&rsquo;est pas le cas ici dans le Calvados, plus du tiers des D&eacute;partements ont d&ucirc; augmenter leur taux de taxe fonci&egrave;re sur les propri&eacute;t&eacute;s b&acirc;ties en moyenne de 5,2 %, soit la plus forte hausse observ&eacute;e depuis 10 ans.<br /> Avaient-ils d&rsquo;autres choix ? Cela, je ne le sais pas, et je respecte la libre administration de chaque collectivit&eacute;, en faisant confiance aux &eacute;lus locaux. En revanche, nous pouvons t&eacute;moigner ensemble combien terribles ont &eacute;t&eacute; ces derni&egrave;res ann&eacute;es pour les finances d&eacute;partementales. D&rsquo;un c&ocirc;t&eacute;, il a fallu composer avec une baisse brutale des dotations de l&rsquo;&Eacute;tat (86 millions d&rsquo;euros). De l&rsquo;autre, il a fallu absorber des d&eacute;penses nouvelles, exog&egrave;nes, s&rsquo;imposant sans concertation aux collectivit&eacute;s. Rien qu&rsquo;en 2016, le Conseil national d&rsquo;&eacute;valuation des normes pr&eacute;sid&eacute;, je vous le rappelle, par un Normand, Alain Lambert, a estim&eacute; &agrave; presque 7 milliards d&rsquo;euros le co&ucirc;t des normes nouvelles pour les collectivit&eacute;s. Du jamais vu. 7 milliards d&rsquo;euros ! On mesure l&agrave; toute l&rsquo;hypocrisie lorsque le gouvernement disait en 2015 qu&rsquo;il rendrait nul le co&ucirc;t des nouvelles normes s&rsquo;appliquant aux collectivit&eacute;s territoriales. Nous le savons aujourd&rsquo;hui, il n&rsquo;aura finalement compens&eacute; ni le d&eacute;gel du point d&rsquo;indice de la fonction publique, ni la revalorisation forfaitaire du RSA, ni la prise en charge des mineurs non accompagn&eacute;s, ni les normes nouvelles sur les b&acirc;timents publics, ni le retrait de l&rsquo;&Eacute;ducation nationale de la maintenance informatique des coll&egrave;ges et, malheureusement, j&rsquo;en passe.</p> <p>Tout au long de ces cinq derni&egrave;res ann&eacute;es, on aura bien vu la d&eacute;sinvolture des dirigeants de notre pays, qui auront jou&eacute; des D&eacute;partements en tentant de les disqualifier, puis de les supprimer, puis simplement de les asphyxier, en pilotant au plus pr&egrave;s la baisse de la dotation globale de fonctionnement de sorte &agrave; ponctionner tr&egrave;s pr&eacute;cis&eacute;ment la dynamique jalous&eacute;e de notre fiscalit&eacute; immobili&egrave;re, sans aucune &eacute;tude d&rsquo;impact.<br /> Dans ce contexte et, pour maintenir l&rsquo;&eacute;quilibre pr&eacute;caire de leurs budgets, les D&eacute;partements ont d&ucirc; r&eacute;duire leurs d&eacute;penses d&rsquo;&eacute;quipement. On parle de -11,5 % en 2016, apr&egrave;s -14 &agrave; -15 % en 2014 et 2015. Nous-m&ecirc;mes n&rsquo;avons pas pu totalement &eacute;chapper &agrave; ce mouvement, mais n&rsquo;en d&eacute;plaise au pr&eacute;c&eacute;dent gouvernement, les D&eacute;partements se sont r&eacute;v&eacute;l&eacute;s formidablement r&eacute;silients, au point que leur sant&eacute; financi&egrave;re est m&ecirc;me parfois observ&eacute;e comme plus rassurante que celles des R&eacute;gions.</p> <p>Toujours est-il qu&rsquo;aujourd&rsquo;hui, la situation reste tr&egrave;s h&eacute;t&eacute;rog&egrave;ne parmi les D&eacute;partements. D&rsquo;un c&ocirc;t&eacute;, et nous ne faisons heureusement pas partie de ce lot-l&agrave;, 44 D&eacute;partements sont en grande difficult&eacute;. Ils ont d&ucirc; b&eacute;n&eacute;ficier d&rsquo;un fonds de secours pour cl&ocirc;turer leur exercice 2016. De l&rsquo;autre c&ocirc;t&eacute;, des D&eacute;partements ont b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;une embellie pour partie conjoncturelle (je dis bien, conjoncturelle) et ont spectaculairement r&eacute;tabli leurs finances locales en 2016.<br /> &nbsp;</p> <p><br /> C&rsquo;est ce que d&eacute;montre notre dernier compte administratif, dont l&rsquo;examen sera l&rsquo;un des moments forts de notre session d&rsquo;aujourd&rsquo;hui. Nous avons b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;une conjoncture favorable, avec une fiscalit&eacute; immobili&egrave;re avantageuse et un recul, assez inattendu, du nombre de b&eacute;n&eacute;ficiaires du revenu de solidarit&eacute; active. Le premier semestre 2017 montre que cette conjoncture tend &agrave; se prolonger, mais je vous alerte sur le fait qu&rsquo;elle reste r&eacute;versible et pr&eacute;caire. L&rsquo;&eacute;volution incertaine de la courbe du ch&ocirc;mage n&rsquo;autorise aucun rel&acirc;chement de nos efforts, tandis que le vieillissement exponentiel de la population dans les vingt prochaines ann&eacute;es repr&eacute;sente une v&eacute;ritable bombe &agrave; retardement pour les D&eacute;partements. Il nous faut, comme je vous l&rsquo;avais d&eacute;j&agrave; dit, nous habituer &agrave; vivre durablement dans la contrainte.<br /> &nbsp;</p> <p>Nous avons des raisons de croire que nous saurons naviguer dans ces eaux difficiles, car notre compte administratif 2016 ne fait pas que r&eacute;v&eacute;ler comment nous avons b&eacute;n&eacute;fici&eacute; d&rsquo;une embellie conjoncturelle, il rend &eacute;galement manifestes nos efforts de gestion. Nous pouvons en mesurer l&rsquo;impact et, en nous comparant &agrave; ceux de notre strate, dire que nous sommes r&eacute;solument l&rsquo;un des D&eacute;partements les mieux g&eacute;r&eacute;s de France. Ce n&rsquo;est pas rien, je vous invite &agrave; en &ecirc;tre fiers, car c&rsquo;est la r&eacute;compense du travail de notre assembl&eacute;e.</p> <p>En moyenne, les d&eacute;penses de fonctionnement des D&eacute;partements ont augment&eacute; de +2,8 % en 2016 ; nous avons su contenir la croissance des n&ocirc;tres &agrave; +1,6 %, tout en baissant nos d&eacute;penses courantes de -1,5 %. En particulier, fait historique que jamais le D&eacute;partement n&rsquo;avait connu auparavant, nous avons su contenir nos d&eacute;penses sociales, en net, &agrave; seulement +0,1 % - autrement dit &agrave; pratiquement les geler, tout en gardant un niveau et une qualit&eacute; de prestations sociales globalement sup&eacute;rieures &agrave; beaucoup d&rsquo;autres D&eacute;partements.</p> <p>Nos efforts sur la ma&icirc;trise de la masse salariale sont &eacute;galement tangibles : alors que globalement les D&eacute;partements sont d&eacute;j&agrave; assez exemplaires en parvenant &agrave; maintenir leur croissance &agrave; +1,1 %, en d&eacute;pit du d&eacute;gel du point d&rsquo;indice, nous parvenons pour notre part &agrave; faire bien mieux que la freiner. En 2016, nous avons su baisser notre masse salariale de -0,6 %, et cela aussi c&rsquo;est historique dans l&rsquo;histoire de notre collectivit&eacute;.</p> <p>En 2016, nous avons r&eacute;ussi &agrave; nous d&eacute;sendetter de 18 millions d&rsquo;euros, et dans le cadre de notre premi&egrave;re d&eacute;cision modificative, nous le ferons de nouveau pratiquement &agrave; la m&ecirc;me hauteur cette ann&eacute;e. Notre compte administratif illustre encore que notre collectivit&eacute; aura fait beaucoup mieux que de garantir l&rsquo;&eacute;quilibre, puisqu&rsquo;elle pr&eacute;sente un solde nettement exc&eacute;dentaire, en d&eacute;gageant une capacit&eacute; de financement de plus de 20 millions. Nous avons aussi r&eacute;ussi &agrave; redresser notre &eacute;pargne de mani&egrave;re consid&eacute;rable.</p> <p>Alors devant l&rsquo;ensemble de ces indicateurs, &eacute;videmment, le rapport de contr&ocirc;le de la Chambre r&eacute;gionale des comptes ne trouve rien d&rsquo;autres &agrave; redire, qu&rsquo;&agrave; souligner notre gestion, je cite, &laquo; saine et ma&icirc;tris&eacute;e &raquo; ainsi que les bonnes pratiques chaque fois plus inventives de notre collectivit&eacute; et qui serviront &agrave; illustrer l&rsquo;&eacute;dition 2017 du rapport national de la Cour des Comptes sur les finances publiques locales.<br /> Quel est le secret de notre collectivit&eacute;, comment devient-on l&rsquo;un des D&eacute;partements les mieux g&eacute;r&eacute;s de France ? Je suis convaincu que c&rsquo;est la conjonction de trois ingr&eacute;dients. D&rsquo;une part, notre capacit&eacute; &agrave; &eacute;tablir une strat&eacute;gie claire, courageuse, d&eacute;termin&eacute;e et &agrave; porter une vision de long terme du D&eacute;partement. En second lieu, l&rsquo;implication de chacun, notre assembl&eacute;e bien s&ucirc;r, mais aussi notre administration, exceptionnelle par son engagement, son sens du service public et sa coh&eacute;sion interne. Sachez qu&rsquo;il ne se passe pas une semaine sans qu&rsquo;une autre collectivit&eacute; n&rsquo;appelle notre direction g&eacute;n&eacute;rale, pour se renseigner sur son organisation et ses outils : la direction de la modernisation de l&rsquo;action publique, les champs de mutualisation avec les autres organismes publics locaux, le recrutement d&rsquo;un acheteur, l&rsquo;&eacute;tablissement d&rsquo;un plan strat&eacute;gique immobilier, la diffusion des m&eacute;thodes innovantes de management et j&rsquo;en passe. Enfin, le s&eacute;rieux de gestion que nous pratiquons est bien dans la continuit&eacute; de celle de mes deux pr&eacute;d&eacute;cesseurs.<br /> Reste que tous ces efforts ne sont &eacute;videmment pas une fin en soi. Ils doivent nous permettre de respecter notre engagement : ne pas augmenter les imp&ocirc;ts sur les m&eacute;nages, tout au long de notre mandature, contrairement &agrave; bien d&rsquo;autres territoires et alors que ce qui n&rsquo;est pas, vous le savez, la voie la plus facile. Ils doivent &eacute;galement nous permettre de d&eacute;gager des marges pour investir davantage, que ce soit sur nos d&eacute;penses d&rsquo;&eacute;quipement courantes, ou sur les grands projets dont certains sont &agrave; l&rsquo;ordre du jour de notre assembl&eacute;e, comme l&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique du Calvados et le d&eacute;veloppement de l&rsquo;Axe Seine.</p> <p>Au nouveau gouvernement, &agrave; nos nouveaux d&eacute;put&eacute;s, je demande de respecter et de reconna&icirc;tre ce travail des collectivit&eacute;s. Il est temps d&rsquo;en finir avec les d&eacute;sinvoltes et les joueurs de L&eacute;go territorial ; il faut que notre pays entre dans une &egrave;re de sinc&eacute;rit&eacute; budg&eacute;taire et faire de ce quinquennat, non plus celui de l&rsquo;organisation territoriale, mais celui du pilotage financier des collectivit&eacute;s territoriales, dans un cadre discut&eacute; avec elles. Pour tenir les objectifs de ma&icirc;trise des d&eacute;penses publiques locales et poursuivre les efforts parfois difficilement reconductibles qui ont d&eacute;j&agrave; &eacute;t&eacute; les n&ocirc;tres, j&rsquo;en appelle &agrave; davantage de libert&eacute;, &agrave; un all&egrave;gement des normes, &agrave; un droit d&rsquo;exp&eacute;rimentation locale, &agrave; l&rsquo;application du principe de subsidiarit&eacute; et &agrave; la reconnaissance du r&ocirc;le p&eacute;r&eacute;quateur et de proximit&eacute; des D&eacute;partements.<br /> <br /> C&rsquo;est dans cet espoir que nous avan&ccedil;ons, en continuant de d&eacute;rouler notre plan de mandature. Dans un instant, Xavier Charles vous pr&eacute;sentera notre premier budget suppl&eacute;mentaire, &agrave; travers lequel nous continuons d&rsquo;organiser notre strat&eacute;gie financi&egrave;re afin de pouvoir demain financer les grands investissements utiles au Calvados. C&rsquo;est ainsi que nous proposons de ren&eacute;gocier partiellement notre dette et de nous d&eacute;sendetter de 20 millions d&rsquo;euros ; mais aussi d&rsquo;acheter certains de nos b&acirc;timents afin de d&eacute;gager, en ann&eacute;e courante, pr&egrave;s de 800 000 euros de fonctionnement sur l&rsquo;&eacute;conomie des loyers.</p> <p>Ces marges nouvelles vont nous permettre en particulier de porter notre vision &laquo; Fibre Calvados 2022 &raquo;, autre rapport tr&egrave;s important de notre session et qui vous sera pr&eacute;sent&eacute; par Olivier Colin. C&rsquo;est un dossier vous le savez difficile, parce qu&rsquo;il est difficile dans tous les territoires et parce que nous en sommes encore aujourd&rsquo;hui des d&eacute;fricheurs en France, mais aussi nous y sommes tr&egrave;s attendus. Nous ambitionnons d&rsquo;achever la phase 1 de notre projet, visant la couverture de 87 % des foyers du Calvados, d&egrave;s avril 2018 tout en modernisant l&rsquo;architecture du r&eacute;seau tr&egrave;s haut d&eacute;bit, afin de tenir compte des &eacute;volutions technologiques depuis 2011. Nous ambitionnons &eacute;galement d&rsquo;achever &agrave; peu pr&egrave;s concomitamment avec notre mandature, les phases 2 et 3 du projet. Nous serions alors, au d&eacute;but des ann&eacute;es 2020, le seul territoire fran&ccedil;ais enti&egrave;rement am&eacute;nag&eacute; par un r&eacute;seau de fibre optique jusque dans ses franges les plus rurales.<br /> D&rsquo;ores et d&eacute;j&agrave;, notre volontarisme pour l&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique est tangible. Le Calvados, il faut insister l&agrave;-dessus, est le troisi&egrave;me d&eacute;partement fran&ccedil;ais pour la couverture num&eacute;rique, apr&egrave;s Paris et les Hauts-de-Seine, selon le classement &eacute;tabli par l&rsquo;Agence nationale du num&eacute;rique fin 2016. Et vous imaginez bien, que le Calvados est autrement plus complexe et plus co&ucirc;teux &agrave; am&eacute;nager que Paris et les Hauts-de-Seine&hellip;&nbsp; Outre notre propre initiative publique, nous pouvons ici nous r&eacute;jouir du remarquable travail d&rsquo;Orange, sur ses fonds propres, dans l&rsquo;agglom&eacute;ration caennaise, qui fait partie des 8 zones prioritaires nationalement pour cet op&eacute;rateur ; ainsi que de la vision anticipatrice parmi les anticipateurs, de la communaut&eacute; de communes de C&oelig;ur C&ocirc;te Fleurie et de son Pr&eacute;sident je pense bien s&ucirc;r &agrave; Philippe Augier.</p> <p>L&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique du Calvados est donc en avance, largement, devant le Val d&rsquo;Oise, les Yvelines, l&rsquo;Essonne, la Seine-et-Marne (quand je vous disais que nous n&rsquo;avions rien &agrave; jalouser &agrave; l&rsquo;&Icirc;le-de-France). Il est aussi totalement exemplaire lorsque l&rsquo;on sait qu&rsquo;une quinzaine de d&eacute;partements m&eacute;tropolitains sont encore couverts aujourd&rsquo;hui &agrave; moins de 2 %.</p> <p>Il y a pourtant urgence, partout en France, car il en va de notre comp&eacute;titivit&eacute; internationale et de notre coh&eacute;sion sociale. Ainsi que le rappelait S&eacute;bastien Soriano, le pr&eacute;sident de l&rsquo;Arcep, au colloque de l&rsquo;AVICCA du 23 mai, la France est class&eacute;e 26<sup>e</sup> dans une Europe qui compte 28 pays et bient&ocirc;t 27&hellip; Le nouveau gouvernement doit se saisir d&rsquo;urgence de cette question. C&rsquo;est pourquoi, je me suis permis d&rsquo;&eacute;crire au nouveau Secr&eacute;taire d&rsquo;&Eacute;tat au num&eacute;rique pour l&rsquo;inviter &agrave; voir ce que nous sommes en train de faire et de progressivement r&eacute;ussir dans le Calvados.</p> <p>Notre session, d&eacute;cidemment riche, va aborder bien d&rsquo;autres sujets qui m&eacute;ritent votre attention, car ils sont pareillement d&eacute;cisifs pour donner corps au nouveau visage du D&eacute;partement. C&rsquo;est le cas de l&rsquo;adoption de notre nouveau plan tourisme, ainsi que de la transformation de notre comit&eacute; d&eacute;partemental du tourisme en une agence d&rsquo;attractivit&eacute;, dont le spectre des missions va se voir progressivement &eacute;largi. C&rsquo;est le cas &eacute;galement de la pr&eacute;sentation de notre nouvelle politique agricole, qui est le fruit d&rsquo;un tr&egrave;s important travail men&eacute; au sein du G6 normand, par la concertation entre les cinq D&eacute;partements et le Conseil R&eacute;gional.</p> <p>Sans faire l&rsquo;objet d&rsquo;un rapport syst&eacute;matique, soyez convaincus qu&rsquo;il y a bien d&rsquo;autres dossiers susceptibles d&rsquo;illustrer comment toute notre collectivit&eacute;, et toute notre administration, est aujourd&rsquo;hui en mouvement. J&rsquo;ai en t&ecirc;te nos travaux sur l&rsquo;&eacute;laboration du premier Plan cheval d&eacute;partemental et de la refonte de notre Plan nautisme que nous pr&eacute;senterons ensemble au second semestre ; le rapprochement des syst&egrave;mes d&rsquo;information g&eacute;ographique du D&eacute;partement et du SDEC qui sera &agrave; l&rsquo;ordre du jour de notre commission permanente de vendredi ; le s&eacute;minaire pour r&eacute;unir tous les EPCI du Calvados ; l&rsquo;&eacute;tude sur l&rsquo;attractivit&eacute; littorale du Calvados et le recrutement en cours de notre premier directeur de la mer ; le travail sur la nouvelle organisation de notre direction de l&rsquo;autonomie, selon une approche remarqu&eacute;e par les repr&eacute;sentants du personnel et tr&egrave;s mobilisatrice pour les agents directement concern&eacute;s ; la co-construction entre nos agents de leur premi&egrave;re charte de d&eacute;ontologie et d&rsquo;&eacute;thique et l&rsquo;&eacute;laboration d&rsquo;un plan innovation et modernisation du D&eacute;partement.</p> <p>Ces dossiers et l&rsquo;ordre du jour de notre session illustrent combien notre collectivit&eacute; est aujourd&rsquo;hui r&eacute;siliente, vivante, moderne, conqu&eacute;rante, audacieuse, n&eacute;cessaire. Elle prolonge se faisant l&rsquo;&eacute;lan et les valeurs que lui donn&egrave;rent Michel puis Anne d&rsquo;Ornano, au service des Calvadosiens et des territoires du Calvados. Ils en auront &eacute;t&eacute;, depuis la d&eacute;centralisation, les premiers Pr&eacute;sidents, respectivement pendant 7 et 20 ans. Il nous est aujourd&rsquo;hui permis de conf&eacute;rer le titre de Pr&eacute;sident honoraire du conseil d&eacute;partemental du Calvados &agrave; Madame Anne d&rsquo;Ornano, elle qui en porte l&rsquo;&acirc;me et bien davantage. J&rsquo;y suis, comme sans doute chacun d&rsquo;entre vous, particuli&egrave;rement sensible. Et si ce n&rsquo;est pas le rapport le plus long de notre session, ce sera tr&egrave;s certainement l&rsquo;un des plus symboliques.</p> <p>En souhaitant &agrave; chacun une bonne session de travail, je vous remercie, mes chers coll&egrave;gues, de votre attention.</p> <p>&nbsp;</p> <p><span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; le 19 juin 2017 &agrave; l&#39;H&ocirc;tel du D&eacute;partement.&nbsp;Seul le prononc&eacute; fait foi.<br /> Image d&#39;en-t&ecirc;te : Le lundi 19 juin 2017 lors de la r&eacute;union du Conseil D&eacute;partemental. / &copy; DR</span></p> </div> Inauguration de l'exposition "1000 ans de Normandie" https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-lexposition-1000.html jeu., 04 mai 2017 15:31:00 +0200 s.vaugeois ]]> <div> <p>L&#39;unit&eacute; retrouv&eacute;e de la Normandie a constitu&eacute; un temps fort dans notre histoire particuli&egrave;rement riche, qui s&#39;&eacute;crit sur pr&egrave;s d&#39;un mill&eacute;naire et compte des pages majeures &agrave; l&#39;&eacute;poque contemporaine.<br /> <br /> Les Archives D&eacute;partementales se devaient de porter un regard historique et critique sur cet &eacute;v&egrave;nement, et donc interroger cette identit&eacute; commune. D&egrave;s 2016, elles se lan&ccedil;aient donc le d&eacute;fi de monter un partenariat ambitieux entre les cinq D&eacute;partements Normands, autour d&rsquo;un cycle baptis&eacute; &quot;Mille ans de Normandie&quot;.</p> </div> <div> <p>Notre Normandie et sa kyrielle de pays et de paysages dont le vent souffle &agrave; travers la m&eacute;moire du temps, a attir&eacute; ici, il y a plus de 1000 ans, Rollon et ses tribus nordiques. Ils se sont m&ecirc;l&eacute;s aux peuples d&eacute;j&agrave; pr&eacute;sents, et ont install&eacute;, pour des si&egrave;cles, un duch&eacute; arrach&eacute; de haute lutte au roi de France.<br /> <br /> Vent aussi du destin du monde, qui souffla si fort sur nos c&ocirc;tes, en cette aube du 6 juin 1944 : un &eacute;pisode historique qui se lit encore le long de nos plages, d&#39;o&ugrave; repartirent les chemins de la libert&eacute;&hellip; Chemin qu&#39;empruntera le G&eacute;n&eacute;ral De Gaulle pour imaginer les premiers souffles de notre 5<sup>e</sup> R&eacute;publique.<br /> <br /> J&rsquo;avais eu le plaisir d&rsquo;inaugurer ce cycle &quot;1000 ans de Normandie&quot;, l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re, gr&acirc;ce &agrave; la tr&egrave;s belle et tr&egrave;s r&eacute;ussie exposition consacr&eacute;e &agrave; Guillaume le Conqu&eacute;rant. Et, je suis l&agrave;, encore aujourd&rsquo;hui, pour lancer l&rsquo;exposition commune sur l&rsquo;histoire de la Normandie qui cl&ocirc;t superbement cette initiative.<br /> <br /> Cette exposition et la publication qui l&rsquo;accompagne ont fait le pari de choisir les grands &eacute;v&egrave;nements qui ont fa&ccedil;onn&eacute; notre territoire.<br /> <br /> Elles montrent la richesse du patrimoine conserv&eacute; par les Archives D&eacute;partementales qui d&eacute;tiennent des pi&egrave;ces parmi les plus embl&eacute;matiques de notre histoire.<br /> <br /> Ainsi, la charte aux Normands, v&eacute;ritable acte fondateur du lien entre les Normands et la royaut&eacute; fran&ccedil;aise apr&egrave;s l&rsquo;annexion du duch&eacute; &agrave; la couronne. Ou encore l&rsquo;acte de fondation de l&rsquo;Universit&eacute; de Caen, symbole d&rsquo;une r&eacute;gion qui s&rsquo;est construite &agrave; travers la culture et la science.<br /> <br /> <br /> <br /> Les Archives D&eacute;partementales nous invitent aussi, au-del&agrave; des grandes dates de notre histoire, &agrave; fl&acirc;ner sur nos plages, &agrave; red&eacute;couvrir l&rsquo;histoire de notre calvados ou de notre camembert.<br /> <br /> Elles &eacute;voquent les crises industrielles que nous avons d&ucirc; surmonter, comme la fermeture de la SMN ou des usines Moulinex, mais aussi les r&eacute;ussites de la Normandie d&rsquo;aujourd&rsquo;hui et la fiert&eacute; d&rsquo;&ecirc;tre une terre de libert&eacute;, fa&ccedil;onn&eacute;e par l&rsquo;&eacute;preuve de la guerre.<br /> <br /> Si la Normandie est per&ccedil;ue comme un espace coh&eacute;rent, elle s&rsquo;est form&eacute;e autour de la dualit&eacute; entre deux capitales, Caen et Rouen, et leur zone d&rsquo;influence respective.<br /> <br /> Elle est faite de terroirs dont la richesse ne doit pas &ecirc;tre &eacute;cras&eacute;e par le poids &eacute;conomique de telle ou telle m&eacute;tropole. C&rsquo;est cette vision de la Normandie, riche de sa diversit&eacute;, que porte le D&eacute;partement du Calvados et qu&rsquo;illustre cette exposition.<br /> <br /> Notre nouvelle Normandie doit prendre sa place et toute sa place dans cette nouvelle g&eacute;ographie des territoires, autour de &quot;l&#39;Axe Seine&quot;. Elle sait se faire accueillante, chaleureuse, car fi&egrave;re de son pass&eacute;, riche de son histoire, mais surtout confiante en son avenir.<br /> <br /> Je suis aussi convaincu que l&rsquo;Histoire est un &eacute;l&eacute;ment essentiel de compr&eacute;hension de notre identit&eacute; contemporaine. Et c&rsquo;est pourquoi je suis toujours heureux de venir ici, soutenir le travail des Archives du Calvados.<br /> <br /> <br /> <br /> Elles remplissent, chaque ann&eacute;e, une difficile mission : pr&eacute;server notre patrimoine et l&rsquo;interpr&eacute;ter sans le trahir, allier effort de transmission et souci d&rsquo;exigence, pour d&eacute;jouer les pi&egrave;ges de la nostalgie et du pass&eacute;isme.<br /> <br /> Une bien belle, utile et si passionnante mission ! Et, je voudrais f&eacute;liciter et remercier toutes celles et tous ceux qui ont particip&eacute; &agrave; cet excellent travail.<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> Je vous remercie de votre attention.&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;</p> <p><span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 4 mai 2017 aux Archives D&eacute;partementales du Calvados. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> </div> Signature de la convention du 23e partenariat dans le cadre des Points Infos 14 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/signature-de-la-convention-du-23.html lun., 20 mars 2017 16:38:00 +0100 s.vaugeois ]]> <div> <p>Je disais Point Info 14, en clin d&#39;&oelig;il &agrave; notre chiffre f&eacute;tiche, mais je pourrais aussi dire Point Info 29 puisque nous avons ouvert, &agrave; ce jour, dans notre d&eacute;partement et ce, depuis les ann&eacute;es 2000, 29 Points Infos.</p> </div> <div> <p>Le D&eacute;partement et la Direction G&eacute;n&eacute;rale des Finances Publiques, &agrave; travers la signature de ce 23<sup>e</sup> partenariat, s&#39;associent donc aujourd&#39;hui, pour accompagner la d&eacute;mat&eacute;rialisation des d&eacute;marches fiscales et de paiement dans le Calvados.<br /> <br /> Notre ambition collective et partag&eacute;e est bien d&#39;aider nos communes, nos &eacute;tablissements publics &agrave; mettre en place des lieux de service, facilitant et regroupant les d&eacute;marches des usagers trop &eacute;loign&eacute;s de Caen, o&ugrave; se concentrent les si&egrave;ges des administrations ou autres grands services, utiles &agrave; tous.<br /> <br /> Vous le savez, l&#39;institution d&eacute;partementale est le garant des solidarit&eacute;s aux personnes certes, mais &eacute;galement et surtout des solidarit&eacute;s territoriales et c&#39;est bien ce qui nous int&eacute;resse aujourd&#39;hui.<br /> <br /> Et ces solidarit&eacute;s territoriales s&#39;expriment, chez nous, au D&eacute;partement, &agrave; travers trois actions essentielles en direction des territoires :</p> <ul> <li>c&#39;est d&#39;abord notre syst&egrave;me d&#39;aides aux communes, aux intercommunalit&eacute;s, &agrave; travers diff&eacute;rents programmes, diff&eacute;rents dispositifs, que nous avons d&#39;ailleurs revisit&eacute;, refondu, r&eacute;form&eacute; pour une encore meilleure efficacit&eacute; et lisibilit&eacute;.</li> <li>C&#39;est notre appui technique aux communes et intercommunalit&eacute;s par un point d&#39;entr&eacute;e unique : &quot;Calvados Ing&eacute;nierie&quot;.</li> <li>C&#39;est enfin, ce Sch&eacute;ma d&#39;Accessibilit&eacute; des Services aux Publics, souhait&eacute; par l&#39;&Eacute;tat, auquel nous collaborons et dont nous trouvons-l&agrave;, une r&eacute;alit&eacute; tr&egrave;s concr&egrave;te, &agrave; travers notamment cet &eacute;quipement qui garantit la pr&eacute;sence des services publics dans les territoires.</li> </ul> <p>Je dois dire que nous n&#39;avons pas attendu ce sch&eacute;ma pour tisser, &agrave; travers tout le d&eacute;partement et ce, d&egrave;s le d&eacute;but des ann&eacute;es 2000, ce r&eacute;seau des Points Infos 14, une politique volontariste pour apporter, &agrave; tous, un acc&egrave;s moderne, s&eacute;curis&eacute;, de proximit&eacute;, pour r&eacute;aliser ses d&eacute;marches administratives&hellip;</p> <p>L&#39;id&eacute;e &eacute;tait simple et c&#39;est bien pour cela que tout a bien fonctionn&eacute; et que les Points Infos 14 se sont d&eacute;velopp&eacute;s sur l&#39;ensemble du d&eacute;partement : ils sont aujourd&#39;hui au nombre, je le disais, de 29 et c&#39;est, je dois le dire, pour moi et tous mes coll&egrave;gues du Conseil D&eacute;partemental une r&eacute;elle satisfaction.</p> <p>Le r&ocirc;le de cette maison de services au public et des Points Infos 14 est d&#39;assurer cet accueil de proximit&eacute; afin d&#39;offrir un premier niveau d&#39;information, d&#39;aider les usagers &agrave; r&eacute;aliser leurs d&eacute;marches et &agrave; les mettre en relation, notamment par visioconf&eacute;rence, dans un espace confidentiel avec des correspondants experts (les r&eacute;f&eacute;rents).</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Les Points Infos 14 sont donc des structures l&eacute;g&egrave;res, mais tr&egrave;s op&eacute;rationnelles, qui contribuent &agrave; am&eacute;liorer la qualit&eacute; de la relation entre les grands organismes charg&eacute;s d&#39;un service public et leurs usagers, en particulier ceux qui en sont trop physiquement &eacute;loign&eacute;s ou &eacute;prouvent des difficult&eacute;s pour en appr&eacute;hender le fonctionnement.</p> <p>Rien ne pouvait se faire sans un r&eacute;seau de partenaires motiv&eacute;s qui sont aujourd&#39;hui repr&eacute;sent&eacute;s dans les Points Infos 14 et je voudrais prendre le temps de les citer tous&hellip;</p> <ul> <li>La Pr&eacute;fecture du Calvados, bien entendu,</li> <li>L&#39;arm&eacute;e de terre,</li> <li>P&ocirc;le emploi,</li> <li>La Caisse d&#39;Allocations familiales,</li> <li>La MSA C&ocirc;tes Normandes,</li> <li>Le Centre d&#39;Information sur les Droits des Femmes et des Familles,</li> <li>Le SDEC &Eacute;nergie,</li> <li>La Chambre de Commerce et d&#39;Industrie Seine Estuaire,</li> <li>La Chambre de Commerce et d&#39;Industrie du Pays d&#39;Auge,</li> <li>La SAUR,</li> <li>K&Eacute;OLIS Bus Verts,</li> <li>CARSAT Retraite,</li> <li>Le Tribunal de Grande Instance de Caen,</li> <li>La Caisse Primaire d&#39;Assurance Maladie,</li> <li>L&#39;URSSAF,</li> <li>La Maison D&eacute;partementale des Personnes Handicap&eacute;es,</li> <li>Le CREAN (Carrefour Rural Europ&eacute;en des Acteurs Normands),</li> <li>EDF Solidarit&eacute;,</li> <li>ENEDIS (ex Grdf),</li> <li>L&#39;Association &quot;Mathilde&quot;,</li> <li>Le RSI (R&eacute;gime Social des Ind&eacute;pendants),</li> <li>SOLIHA (ex ARIM des Pays Normands &ndash;logement-).</li> </ul> <p>Soit au total, 22 partenaires et, aujourd&#39;hui, nous accueillons donc, le 23<sup>e</sup> : la Direction G&eacute;n&eacute;rale des Finances Publiques (DGFIP).</p> <p>Je les remercie tous, d&#39;&ecirc;tre avec nous, en proximit&eacute;, pour apporter ce r&eacute;el service &agrave; nos populations, au c&oelig;ur de nos territoires, sur nos 29 Points Infos 14.</p> <p>Le D&eacute;partement s&#39;assure de leur fonctionnement homog&egrave;ne et de leur qualit&eacute; sur l&#39;ensemble du Calvados. Je rappelle qu&#39;il apporte une aide mat&eacute;rielle, par la mise &agrave; disposition d&#39;un &eacute;quipement informatique adapt&eacute; et finance aussi la signal&eacute;tique lors de l&#39;ouverture.</p> <p>Nous apportons &eacute;galement une subvention de fonctionnement &agrave;&nbsp; chaque Point Info 14. Cette politique repr&eacute;sente, au global, pr&egrave;s de 150 000 &euro; par an.</p> <p>Par ailleurs, au travers du plan de d&eacute;ploiement des 1 000 Maisons de Services Aux Publics (MSAP), l&#39;&Eacute;tat poursuit, au niveau national, un objectif similaire au n&ocirc;tre : aider les communes et les &eacute;tablissements publics de coop&eacute;ration intercommunale &agrave; mettre en place un dispositif de traitement &agrave; distance et d&#39;interm&eacute;diation pour les d&eacute;marches administratives.</p> <p>Les Points Infos 14 r&eacute;pondent, et souvent m&ecirc;me exc&egrave;dent, les attendus du cahier des charges des MSAP.</p> <p>&nbsp;</p> <p>C&#39;est bien pourquoi, le Conseil D&eacute;partemental et l&#39;&Eacute;tat ont d&eacute;cid&eacute; d&#39;agir ensemble, dans le Calvados, pour le soutien et l&#39;animation de cette politique publique autour de l&#39;accessibilit&eacute; des services au public, en commen&ccedil;ant par la labellisation progressive des Points Infos 14 en Maison de Services Aux Publics (MSAP)&hellip; C&#39;est une bonne chose.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Le partenariat, l&#39;union, la mutualisation, sont des axes essentiels pour assurer, dans nos territoires ruraux, un accompagnement de qualit&eacute; pour l&#39;usager et permettre l&#39;av&egrave;nement d&#39;un bon niveau de services.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Aujourd&#39;hui, ce dispositif conna&icirc;t un r&eacute;el succ&egrave;s puisque, sur l&#39;ensemble des sites, pr&egrave;s de 50 000 actions ou visites sont r&eacute;alis&eacute;es par an. C&#39;est dire l&#39;efficience et le succ&egrave;s !</p> <p>J&#39;ai toujours pens&eacute; que c&#39;est un droit, pour chacun, que de trouver dans sa commune ou &agrave; proximit&eacute;, dans son canton, les services n&eacute;cessaires &agrave; sa bonne information, son bien-&ecirc;tre et donc &agrave; sa qualit&eacute; de vie.</p> <p>Vous le savez, le d&eacute;ploiement des services num&eacute;riques au b&eacute;n&eacute;fice des populations de nos territoires est au c&oelig;ur des pr&eacute;occupations du D&eacute;partement&hellip; C&#39;est l&#39;une de nos priorit&eacute;s (cf. d&eacute;ploiement du Tr&egrave;s Haut D&eacute;bit/fibre).</p> <p>Notre objectif est, d&#39;ici 2018, de compter dans notre d&eacute;partement, 40 Points Infos 14 pour compl&egrave;tement mailler le territoire. Chaque Calvadosien doit pouvoir acc&eacute;der, en 10 &agrave; 15 mn de son domicile, aux services de base les plus essentiels.</p> <p>Comme je le disais, le D&eacute;partement pilote, avec la Pr&eacute;fecture, le Sch&eacute;ma D&eacute;partemental d&#39;Am&eacute;lioration de l&#39;Accessibilit&eacute; des Services au Public.</p> <p>Nous souhaitons, bien entendu, faire &eacute;voluer la qualit&eacute; des services apport&eacute;s au sein de nos Points Infos 14, mais aussi accompagner les usagers &eacute;loign&eacute;s du num&eacute;rique et notamment, c&#39;est ce qui nous r&eacute;unit aujourd&#39;hui, dans l&#39;appr&eacute;hension de la d&eacute;mat&eacute;rialisation des proc&eacute;dures administratives.</p> <p>Ce sch&eacute;ma devrait &ecirc;tre finalis&eacute; d&#39;ici fin 2017 et portera sur une dur&eacute;e de 6 ans, associant, bien &eacute;videmment, les Intercommunalit&eacute;s et l&#39;ensemble des partenaires de nos Points Infos.</p> <p>Je voudrais, pour conclure, remercier le Directeur D&eacute;partemental des Finances Publiques et l&#39;ensemble de ses collaborateurs, remercier, bien entendu, Monsieur le Maire, cher Alain, d&#39;accueillir depuis 2007 ce Point Info 14, sans oublier de f&eacute;liciter l&#39;ensemble de nos r&eacute;f&eacute;rents, dont la mission est bien d&#39;accompagner les usagers, sans toutefois s&#39;y substituer, dans l&#39;accomplissement de leurs d&eacute;marches.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Sans eux, rien ne serait possible et c&#39;est bien le D&eacute;partement qui est charg&eacute; de coordonner l&#39;animation des Points Infos 14 et d&#39;organiser, en lien avec les partenaires, les formations n&eacute;cessaires pour nos r&eacute;f&eacute;rents.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p>Une nouvelle fois, par cette action, le D&eacute;partement du Calvados est bien au rendez-vous de la proximit&eacute;, en rapprochant nos concitoyens, les usagers, des services publics &eacute;loign&eacute;s de nos territoires.</p> <p>Mais, cette proximit&eacute; s&#39;entend aussi avec l&#39;ensemble de nos partenaires, dont aujourd&#39;hui, la Direction G&eacute;n&eacute;rale des Finances Publiques, qui ont bien compris tout le sens, la dimension et la port&eacute;e des Points Infos 14.</p> <p>Nous ouvrirons, dans quelques temps, courant 2017, sur d&#39;autres sites, de nouveaux Points Infos, par exemple &agrave; Grandcamp-Maisy, Ouistreham, Sainte-Marguerite-d&#39;Elle, Saline ou encore Pont-d&#39;Ouilly. Deux autres Points Infos 14, dont les discussions sont actuellement en cours et avancent bien, sont susceptibles d&#39;ouvrir les prochains mois : il s&#39;agit de Port-en-Bessin-Huppain et de Merville-Franceville.</p> <p>Comme vous pouvez le constater, nos services travaillent, en lien avec les territoires d&#39;accueil, dont la volont&eacute; est essentielle pour que ces &eacute;quipements voient le jour et soient une parfaite r&eacute;ussite, comme c&#39;est le cas ici, &agrave; Souleuvre-en-Bocage.</p> <p>&nbsp;</p> <p>Je vous remercie de votre attention.&nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 20 mars 2017 &agrave; 15 au Point Info 14 de Souleuvre-en-Bocage, en pr&eacute;sence notamment de M. Alain Declomesnil, maire de la commune. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> </div> Allocution lors de la réunion du Conseil Départemental du mercredi 1er février 2017 - Budget primitif 2017 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/allocution-lors-de-la-reunion-du.html mer., 01 févr. 2017 16:45:00 +0100 s.vaugeois ]]> <div> <p>En mon nom et en notre nom &agrave; tous, je me r&eacute;jouis de cette brillante distinction qui honore toute l&#39;action g&eacute;n&eacute;reuse et efficace men&eacute;e au service du D&eacute;partement et de tous les Calvadosiens, durant tant d&#39;ann&eacute;es ; mais je salue aussi, &agrave; travers cette belle et nouvelle promotion, le parcours qui f&ucirc;t le sien, notamment au regard de ses responsabilit&eacute;s nationales dans le domaine de l&#39;enfance et de la famille ; sans oublier la ville de Deauville, si ch&egrave;re &agrave; son c&oelig;ur, son engagement aupr&egrave;s des &eacute;quipes du centre Fran&ccedil;ois Baclesse ou encore son action en tant que pr&eacute;sidente de l&#39;Association &quot;Mathilde&quot;.<br /> Pour l&#39;ensemble de ces raisons, et bien d&#39;autres encore, je tiens &agrave; tr&egrave;s chaleureusement f&eacute;liciter Anne d&#39;Ornano pour cette haute distinction amplement m&eacute;rit&eacute;e qui c&eacute;l&egrave;bre ses diff&eacute;rents parcours et ainsi rendre hommage &agrave; la femme d&#39;honneur et de talent, &agrave; cette dame de c&oelig;ur, qui par sa fid&eacute;lit&eacute; demeure toujours tr&egrave;s proche de nous.<br /> Elle a su, avec un sens profond de la diplomatie, le tact et l&#39;aisance qu&#39;on lui conna&icirc;t, au fil des ann&eacute;es, imprimer la marque de son in&eacute;galable &eacute;l&eacute;gance dans l&#39;action et surtout son d&eacute;vouement envers les autres, ici chez nous, comme ailleurs dans le monde.<br /> Le rouge de l&#39;honneur &agrave; sa boutonni&egrave;re lui va si bien qu&#39;il me revient, une nouvelle fois, de la congratuler et de lui dire ainsi tous nos mercis et nos bravos.</p> </div> <div> <p>J&rsquo;ai un grand plaisir &agrave; vous retrouver et &agrave; ouvrir notre premi&egrave;re session de l&rsquo;ann&eacute;e 2017, d&eacute;di&eacute;e &agrave; l&rsquo;adoption de notre budget primitif. Elle est l&rsquo;&eacute;pilogue d&rsquo;une longue p&eacute;riode de pr&eacute;paration, d&rsquo;&eacute;changes avec nos services et nos partenaires institutionnels, et de d&eacute;bats en commission.</p> <p>Certains Pr&eacute;sidents d&rsquo;Ex&eacute;cutifs aiment &agrave; dire que le budget qu&rsquo;ils portent, est un budget, je mets des guillemets, &laquo; de combat &raquo;, &laquo; de r&eacute;sistance &raquo;, &laquo; d&rsquo;avenir &raquo;, ou parfois simplement &laquo; de continuit&eacute; &raquo;. Vous avez, j&rsquo;en suis persuad&eacute;, d&eacute;j&agrave; entendu ces expressions, et sans doute les ai-je moi-m&ecirc;me emprunt&eacute;es quelques fois. Convenons ensemble qu&rsquo;elles sont toutes galvaud&eacute;es aujourd&rsquo;hui. C&rsquo;est un peu, vous savez, lorsqu&rsquo;un territoire se pr&eacute;sente, et je vais mettre encore une fois des guillemets, comme une &laquo; terre d&rsquo;entrepreneurs &raquo;, un &laquo; terroir d&rsquo;innovation &raquo;, et toujours, bien s&ucirc;r, au &laquo; carrefour de l&rsquo;Europe &raquo;&hellip;</p> <p>De fait, si vous y r&eacute;fl&eacute;chissez bien, si on p&egrave;se r&eacute;ellement ces mots, dans la sph&egrave;re publique locale aujourd&rsquo;hui, tous les budgets sont des budgets de combat, des budgets de r&eacute;sistance, et qui conjuguent autant que faire se peut, &agrave; la fois des principes de continuit&eacute; et des projets d&rsquo;avenir.</p> <p>Le n&ocirc;tre n&rsquo;y &eacute;chappe pas. Il emprunte un peu &agrave; chacun de ces qualificatifs. Mais ce ne serait pas rendre hommage &agrave; notre travail, &agrave; ce que nous pouvons collectivement avoir la fiert&eacute; d&rsquo;avoir accompli ici, au Conseil d&eacute;partemental du Calvados, que de l&rsquo;y cantonner.</p> <p>Par nos d&eacute;bats cette semaine, nous allons vivre un moment d&eacute;mocratique privil&eacute;gi&eacute;. Car le budget que je vous propose est un budget de refondation du D&eacute;partement. Pass&eacute;e la r&eacute;forme territoriale, pass&eacute;e l&rsquo;amputation &ndash; quatre ann&eacute;es de suite tout de m&ecirc;me &ndash; des dotations que nous verse l&rsquo;&Eacute;tat, pass&eacute;e la modernisation de pratiquement tous nos dispositifs d&rsquo;actions publiques depuis le renouvellement de notre assembl&eacute;e, nous avan&ccedil;ons. Et nous inventons le D&eacute;partement de demain.</p> <p>Le D&eacute;partement de demain, c&rsquo;est celui qui se sera adapt&eacute;, de mani&egrave;re aussi r&eacute;siliente que possible, &agrave; la crise &eacute;conomique et sociale qui n&rsquo;&eacute;pargne aucune administration publique et &agrave; la perte de la clause de comp&eacute;tence g&eacute;n&eacute;rale. Le D&eacute;partement de demain, c&rsquo;est celui qui aura su, dans ce contexte, se r&eacute;organiser autour d&rsquo;un nouveau socle de comp&eacute;tences et refonder sa l&eacute;gitimit&eacute;, sa pleine pertinence, au c&oelig;ur du bloc public local. Le D&eacute;partement de demain, c&rsquo;est peut-&ecirc;tre d&eacute;j&agrave; le n&ocirc;tre, si vous le choisissez par vos votes engag&eacute;s, cette semaine.</p> <p>Qui dit budget de refondation, dit d&eacute;j&agrave;, c&rsquo;est indispensable, un budget sur des bases saines. Nous les avons ici. Nous les avons m&ecirc;me de mani&egrave;re exceptionnelle ici. Vous le savez. Vous en avez convenu lors de notre d&eacute;bat d&rsquo;orientations budg&eacute;taires le 12 d&eacute;cembre dernier, m&ecirc;me &agrave; la gauche de cet h&eacute;micycle. Vous en avez la fiert&eacute;, autant que moi et autant que les 3 053 agents de notre administration. Notre D&eacute;partement est l&rsquo;un des mieux g&eacute;r&eacute;s de France.</p> <p>Il est dans le club tr&egrave;s ferm&eacute; des D&eacute;partements qui sont parvenus, en 2016, &agrave; baisser leur masse salariale, dans le cadre d&rsquo;un dialogue social toujours respectueux. Pour vous dire, selon les premi&egrave;res informations qui me remontent de l&rsquo;ADF (l&rsquo;Assembl&eacute;e des D&eacute;partements de France), il n&rsquo;y aurait que 7 D&eacute;partements sur 101 qui y seraient parvenus.</p> <p>Nous sommes &eacute;galement dans le club tr&egrave;s ferm&eacute; des D&eacute;partements qui n&rsquo;ont pas augment&eacute; les imp&ocirc;ts depuis plusieurs ann&eacute;es et qui s&rsquo;y engagent pour les ann&eacute;es &agrave; venir. Nous sommes dans le club tr&egrave;s ferm&eacute; des D&eacute;partements qui ont une dette parfaitement ma&icirc;tris&eacute;e, totalement s&eacute;curis&eacute;e (c&rsquo;est-&agrave;-dire sans aucun emprunt toxique), avec des frais financiers moiti&eacute; moindres qu&rsquo;ailleurs, et qui continue m&ecirc;me de se d&eacute;sendetter.</p> <p>Mais nous ne sommes heureusement toujours pas entr&eacute;s, <em>c&rsquo;est &eacute;vident dit ce qui pr&eacute;c&egrave;de</em>, dans le club des D&eacute;partements qui ne parviendront &agrave; boucler leur budget 2017, notamment pour la couverture de leurs d&eacute;penses de rSa, qu&rsquo;avec l&rsquo;apport exceptionnel d&rsquo;un fonds de secours national. Ils seront dans ce club 43 cette ann&eacute;e, tout de m&ecirc;me.</p> <p>Ce sont nos fondamentaux. Nous avons su prendre les mesures qui s&rsquo;imposaient, au fil de ces derni&egrave;res ann&eacute;es, pour toujours les maintenir. Nous en r&eacute;coltons aujourd&rsquo;hui les fruits. Les temps sont difficiles pour toutes les collectivit&eacute;s locales, je ne le retire pas. Je ne reviens pas sur mes propos durs, mais fond&eacute;s, envers l&rsquo;&eacute;chec &eacute;conomique d&rsquo;un gouvernement qui a conduit notre pays, les comptes publics de l&rsquo;&Eacute;tat et par suite ceux des collectivit&eacute;s qui en d&eacute;pendent malgr&eacute; elles, &agrave; la quasi-faillite.</p> <p>Mais tandis que certains promettent du sang et des larmes, nos efforts prolong&eacute;s nous permettent ici d&rsquo;entrevoir un peu d&rsquo;espoir. Nous am&eacute;liorerons dans notre budget 2017 notre capacit&eacute; d&rsquo;autofinancement des investissements de plus de 20 % et toutes nos marges de gestion. Nous poursuivons notre excellence de gestion puisque, alors m&ecirc;me que nos d&eacute;penses internes sont d&eacute;j&agrave; parmi les plus faibles de France, nous baisserons de plus de 2,5 % nos d&eacute;penses de moyens g&eacute;n&eacute;raux, y compris de communication, et de plus de 14 % nos d&eacute;penses de gestion financi&egrave;re. Gr&acirc;ce &agrave; la modernisation de nos services, nous le ferons en am&eacute;liorant dans le m&ecirc;me temps notre efficience. En t&eacute;moigne la baisse de -8 % du temps de mandatement de nos factures, ce qui permet aux entreprises que nous faisons travailler d&rsquo;&ecirc;tre pay&eacute;es tr&egrave;s rapidement, ou encore la baisse de nos sinistres de -15 %.</p> <p>Nous avons l&agrave;, je crois, de quoi construire dans le roc la refondation du D&eacute;partement, et y ancrer trois formidables piliers, autour desquels nous pouvons d&eacute;ployer toutes les comp&eacute;tences que la nation nous a confi&eacute;e.</p> <p>Le premier pilier du D&eacute;partement refondu que je vous propose, c&rsquo;est bien s&ucirc;r la solidarit&eacute; sociale, &agrave; laquelle nous consacrerons pratiquement les deux tiers de notre budget. C&rsquo;est un pilier essentiel, particuli&egrave;rement privil&eacute;gi&eacute;, autour de nos comp&eacute;tences en faveur des personnes &acirc;g&eacute;es, des personnes handicap&eacute;es, des personnes en pr&eacute;carit&eacute; ou en recherche d&rsquo;insertion, et des mineurs et jeunes majeurs qui sont confi&eacute;s &agrave; notre protection. Nous en sommes le chef de fil&acirc;t et depuis qu&rsquo;elles nous ont &eacute;t&eacute; confi&eacute;es, nous d&eacute;montrons &ocirc; combien nous ma&icirc;trisons bien la gestion de ces politiques publiques. Concevez donc qu&rsquo;en 2017, en d&eacute;pit du vieillissement de la population, en d&eacute;pit d&rsquo;une crise sociale et d&rsquo;une crise migratoire qui se prolongent h&eacute;las encore, notre expertise dans ces domaines nous permettra de contenir la hausse des d&eacute;penses sociales, en net, &agrave; un niveau inf&eacute;rieur &agrave; l&rsquo;inflation pr&eacute;visionnelle !</p> <p>Bien s&ucirc;r, je n&rsquo;oublie pas que l&rsquo;action sociale, ce n&rsquo;est pas que du contr&ocirc;le, de la gestion, de la ma&icirc;trise, c&rsquo;est d&rsquo;abord des femmes, des enfants, des hommes qui ont besoin des services publiques et vers lesquels nous tendons la main. C&rsquo;est en pensant &agrave; eux que nous pourrons &ecirc;tre fiers de faire de l&rsquo;ann&eacute;e 2017 une tr&egrave;s grande ann&eacute;e des solidarit&eacute;s dans le Calvados.</p> <p>Je n&rsquo;&eacute;num&egrave;rerai pas tout, mais pour que vous en soyez conscients, et fiers, sachez que nous inaugurerons au printemps deux nouvelles circonscriptions d&rsquo;action sociale, nos maisons des solidarit&eacute;s, &agrave; H&eacute;rouville-Saint-Clair et &agrave; Lisieux. Nous ouvrirons une quatri&egrave;me MAIA &agrave; Caen et un septi&egrave;me CLIC &agrave; Douvres-la-D&eacute;livrande, pour achever la couverture int&eacute;grale du Calvados par nos &eacute;quipes en charge de venir en aide aux personnes souffrant de la maladie d&rsquo;Alzheimer et aux personnes &acirc;g&eacute;es, ainsi bien s&ucirc;r &agrave; leurs aidants. Nous lancerons les chantiers du nouveau foyer pouponni&egrave;re &agrave; Caen pour les enfants de 0 &agrave; 6 ans qui nous sont confi&eacute;s, et nous soutiendrons la r&eacute;novation de la maison d&rsquo;enfants &agrave; caract&egrave;re social d&rsquo;Anctoville. Nous lancerons l&rsquo;exp&eacute;rimentation d&rsquo;un &laquo; bus de la PMI &raquo; pour aller &agrave; la rencontre des femmes enceintes et des jeunes enfants dans le Bessin, le Virois et le pays de Falaise. Nous poserons les premi&egrave;res pierres de la r&eacute;novation des Ehpad de Saint-Pierre-sur-Dives, de Port-en-Bessin-Huppain et de Pont-l&rsquo;&Eacute;v&ecirc;que. Nous engagerons le remplacement progressif des actuelles cartes de stationnement, d&rsquo;invalidit&eacute; et de priorit&eacute; d&eacute;livr&eacute;es aux personnes handicap&eacute;es et aux personnes &acirc;g&eacute;es d&eacute;pendantes, par les nouvelles cartes s&eacute;curis&eacute;es &laquo; mobilit&eacute;s inclusion &raquo; ; et nous engagerons les travaux du nouveau foyer occupationnel pour adultes handicap&eacute;s de Graye-sur-mer.</p> <p>En notre qualit&eacute; de chef de fil&acirc;t des politiques de solidarit&eacute; sociale dans le Calvados, nous rassemblerons tous les partenaires institutionnels autour de nous, pour &eacute;crire le nouveau sch&eacute;ma d&eacute;partemental de l&rsquo;autonomie, le nouveau sch&eacute;ma d&eacute;partemental de l&rsquo;enfance et de la famille et pour faire vivre la Conf&eacute;rence des Financeurs en faveur des personnes &acirc;g&eacute;es et handicap&eacute;es. Avec nos confr&egrave;res du D&eacute;partement de la Seine-Maritime, nous organiserons des ateliers et des colloques pour r&eacute;fl&eacute;chir &agrave; la mani&egrave;re dont nous pourrons favoriser le maintien &agrave; domicile des personnes en perte d&rsquo;autonomie, gr&acirc;ce &agrave; des aides cibl&eacute;es sur la r&eacute;novation de l&rsquo;habitat. Nous serons enfin pilotes, en France, pour concevoir le syst&egrave;me d&rsquo;information &ndash; disons pour faire court &laquo; 2.0 &raquo; &ndash; des maisons d&eacute;partementales des personnes handicap&eacute;es.</p> <p>Tout cela, ce n&rsquo;est pas rien ! Excusez-moi du peu ! Quel &eacute;lan, quelle vitalit&eacute; ! Je crois que c&rsquo;est un travail exceptionnel qui est engag&eacute;.</p> <p>Le deuxi&egrave;me pilier du D&eacute;partement, c&rsquo;est la solidarit&eacute; territoriale. Nous en sommes le chef de fil&acirc;t, par la l&eacute;gitimit&eacute; de la loi, autant que par la reconnaissance de notre expertise dans ce domaine, de notre proximit&eacute; aux territoires et des moyens que nous y consacrons, qui sont, dans le Calvados, sans aucune mesure avec ceux des administrations europ&eacute;ennes, nationales ou r&eacute;gionales.</p> <p>Cela nous conf&egrave;re une grande responsabilit&eacute; : celle de pr&eacute;server une juste p&eacute;r&eacute;quation entre les territoires urbains et ruraux, afin d&rsquo;y cr&eacute;er et d&rsquo;y maintenir les services utiles &agrave; la population et de faire en sorte que la coh&eacute;sion de la France, entre ses d&eacute;sormais 22 m&eacute;tropoles et ses territoires dits p&eacute;riph&eacute;riques, ne se d&eacute;fasse pas. Le D&eacute;partement est le premier partenaire des communes et de leurs intercommunalit&eacute;s &ndash; il en est m&ecirc;me parfois le seul interlocuteur. En tant que conseiller d&eacute;partemental, vous vivez cette r&eacute;alit&eacute; au quotidien. Nous sommes les ambassadeurs des territoires et nous continuerons de porter leur parole, de les d&eacute;fendre et de les aider de toute notre &eacute;nergie, et avec tous les moyens &agrave; notre disposition, face &agrave; une Europe, un &Eacute;tat et des grandes R&eacute;gions, qui &agrave; leurs &eacute;chelles macro-territoriales courent chacun le risque de se couper des r&eacute;alit&eacute;s du terrain.</p> <p>&Agrave; mes yeux, et je veux partager avec vous cette conviction, la solidarit&eacute; territoriale doit avoir pour premier levier, l&rsquo;alliance entre les acteurs d&rsquo;un territoire, dans le respect des comp&eacute;tences et des capacit&eacute;s d&rsquo;action de chacun d&rsquo;entre eux. C&rsquo;est le sens de ce que nous mettrons en &oelig;uvre cette ann&eacute;e.</p> <ul> <li>En aide &agrave; l&rsquo;investissement, nous signerons 17 contrats de territoire, pour lesquels nous consacrerons dans les cinq ann&eacute;es qui viennent, ici dans le Calvados, six fois plus que l&rsquo;ancienne R&eacute;gion Basse-Normandie avait fait au cours des cinq ann&eacute;es pass&eacute;es. En 2017, ce seront ainsi plus de 20 millions d&rsquo;euros de cr&eacute;dits de paiement que nous redistribuerons aux ma&icirc;tres d&rsquo;ouvrage locaux.</li> <li>En aide au fonctionnement, dans une approche avant-gardiste en France, nous signerons nos premiers contrats de d&eacute;veloppement culturel avec les communaut&eacute;s de communes volontaires, nous couvrirons le Calvados avec nos conventions de d&eacute;l&eacute;gation de l&rsquo;aide &agrave; l&rsquo;immobilier d&rsquo;entreprise et nous &eacute;tendrons notre soutien &agrave; l&rsquo;ing&eacute;nierie territoriale, notamment dans le domaine de l&rsquo;eau par le truchement de notre nouvelle agence d&eacute;partementale.</li> </ul> <p>L&rsquo;un de nos plus importants chantiers de 2017, au titre de la solidarit&eacute; territoriale, sera la signature conjointe avec la Pr&eacute;fecture, du premier sch&eacute;ma d&eacute;partemental d&rsquo;accessibilit&eacute; des services au public, qui s&rsquo;adossera sur le r&eacute;seau remarquable et encore une fois pr&eacute;curseur en France, de nos Points Info 14, qui ont d&eacute;sormais tous vocation &agrave; &ecirc;tre labellis&eacute;s en maisons de service au public.</p> <p>Enfin, le troisi&egrave;me pilier du D&eacute;partement, dans son nouveau visage, recentr&eacute;, que je vous propose, c&rsquo;est la ma&icirc;trise d&rsquo;ouvrage de projets structurants d&rsquo;ing&eacute;nierie, par application du principe de subsidiarit&eacute;. Je ne sais pas si tout le monde met bien la m&ecirc;me compr&eacute;hension derri&egrave;re ce terme. La subsidiarit&eacute;, c&rsquo;est pour moi l&rsquo;id&eacute;e qu&rsquo;une politique publique doit s&rsquo;exercer au niveau de pertinence le plus proche possible des populations. Au niveau du D&eacute;partement, c&rsquo;est le cas pour les coll&egrave;ges, pour les routes d&eacute;partementales, pour les ports non commerciaux, pour les milieux naturels &agrave; prot&eacute;ger : ce sont des politiques dont il est difficile aux intercommunalit&eacute;s de s&rsquo;emparer avec efficacit&eacute;, et qui n&eacute;cessitent une proximit&eacute; que ne peuvent pas apporter les R&eacute;gions &ndash; et ce d&rsquo;autant moins qu&rsquo;elles se sont agrandies parfois consid&eacute;rablement l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re.</p> <p>L&rsquo;ann&eacute;e 2017 verra, sur ce pilier-ci &eacute;galement, de tr&egrave;s nombreuses r&eacute;alisations.</p> <p>Dans le domaine routier, nous allons r&eacute;nover 1 million, oui 1 million (!), de m&egrave;tres carr&eacute;s de routes d&eacute;partementales. Nous allons lancer plusieurs op&eacute;rations routi&egrave;res, comme la d&eacute;viation de Sainte-Honorine-la-Chardonnette, l&rsquo;am&eacute;nagement entre Vire et l&rsquo;autoroute A84, l&rsquo;am&eacute;nagement de la route entre Vassy et Saint-Germain-du-Crioult, l&rsquo;&eacute;changeur de Monceaux en Bessin, la s&eacute;curisation des traverses de Canapville et de Bonneville-sur-Touques, le renforcement de la rocade de Lisieux &ndash; et j&rsquo;en passe.</p> <p>Dans le domaine portuaire, nous engagerons presque 9 millions d&rsquo;euros. C&rsquo;est un niveau d&rsquo;effort exceptionnel, je ne suis pas s&ucirc;r que nous l&rsquo;ayons d&eacute;j&agrave; atteint dans le pass&eacute;. Il va nous permettre, de front, de refaire le mur de sout&egrave;nement en pierre du port d&rsquo;Honfleur, de r&eacute;parer les portes des &eacute;cluses des ports de Deauville et de Dives-sur-mer, de r&eacute;nover les chantiers navals de Port-en-Bessin-Huppain et de sauver des eaux l&rsquo;estacade ouest de ce m&ecirc;me port.</p> <p>Dans le domaine des coll&egrave;ges, nous interviendrons sur &frac14;, je dis bien &frac14; (!), de nos &eacute;tablissements en 2017, avec pour la deuxi&egrave;me ann&eacute;e cons&eacute;cutive, plus de 20 millions d&rsquo;euros d&rsquo;investissement. C&rsquo;est 20 % de plus que la moyenne des pr&eacute;c&eacute;dentes ann&eacute;es, car nous sommes dans le c&oelig;ur de la r&eacute;alisation de notre grand plan de modernisation des coll&egrave;ges. Nous mettrons un accent particulier sur leur s&eacute;curisation, en installant dans tous les coll&egrave;ges des alarmes intrusion et en renfor&ccedil;ant les contr&ocirc;les d&rsquo;acc&egrave;s. Autre fait particuli&egrave;rement notable de notre projet de budget, tous les coll&egrave;ges publics du Calvados, sans exception, seront connect&eacute;s &agrave; notre r&eacute;seau de fibre optique tr&egrave;s haut d&eacute;bit en septembre prochain. C&rsquo;est une premi&egrave;re en France, pour un D&eacute;partement de notre taille, et nous devons cette tr&egrave;s belle r&eacute;alisation &agrave; notre strat&eacute;gie d&rsquo;am&eacute;nagement num&eacute;rique du Calvados.</p> <p>Et pour finir sur ce pilier de grands projets, dans le domaine du cadre de vie et de l&rsquo;environnement, nous prolongerons en 2017 de 9 km la superbe voie verte de la Suisse Normande, entre Saint-R&eacute;my-sur-Orne et Cl&eacute;cy. Nous am&eacute;nagerons 7 km suppl&eacute;mentaires sur la v&eacute;loroute littorale du Bessin. Nous ouvrirons au public le site des marais de la Touques, avec un magnifique sentier de d&eacute;couverte. Et nous cr&eacute;erons une nouvelle boucle &eacute;questre au c&oelig;ur du Bois du Caprice. L&rsquo;objectif vis&eacute; est de d&eacute;passer les 500 000 visiteurs par an dans nos espaces naturels sensibles.</p> <p>Au niveau de nos satellites, je me r&eacute;jouis par ailleurs :</p> <ul> <li>qu&rsquo;en 2017, la Brittany Ferries commande un nouveau navire d&eacute;di&eacute; &agrave; la ligne Ouistreham-Portsmouth (il lui en co&ucirc;tera la bagatelle de 250 millions d&rsquo;euros) ;</li> <li>Que Ports Normands Associ&eacute;s investisse massivement pour permettre l&rsquo;accueil de croisi&eacute;ristes, dont le nombre a d&eacute;j&agrave; augment&eacute; de 44 % sur nos c&ocirc;tes l&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re ;</li> <li>Je me r&eacute;jouis que notre soci&eacute;t&eacute; d&rsquo;am&eacute;nagement, la SHEMA, s&rsquo;appr&ecirc;te &agrave; signer un march&eacute; de plus de 60 millions d&rsquo;euros pour d&eacute;velopper la prometteuse fili&egrave;re des &eacute;nergies marines renouvelables en Normandie, en m&ecirc;me temps qu&rsquo;elle poursuit les travaux du futur village des marques de Honfleur et qu&rsquo;elle va nous proposer bient&ocirc;t de cl&ocirc;turer, avec des b&eacute;n&eacute;fices, notre concession d&rsquo;am&eacute;nagement pour la reconversion r&eacute;ussie du site de l&rsquo;ancienne usine de Moulinex, &agrave; Cormelle-le-Royal.</li> </ul> <p>Je ne peux &eacute;videmment pas citer tous nos projets pour 2017, mais je crois que l&rsquo;extrait que je viens de vous livrer convaincra chacun que le D&eacute;partement du Calvados avance, qu&rsquo;il bat de sa pleine vitalit&eacute;, qu&rsquo;il porte des actions publiques ma&icirc;tris&eacute;es, utiles, enthousiasmantes pour les habitants et pour les territoires.</p> <p>Les trois piliers du D&eacute;partement de demain, tels que je les ai d&eacute;crits, entre le social, la solidarit&eacute; territoriale et l&rsquo;ing&eacute;nierie des projets d&rsquo;&eacute;chelle d&eacute;partementale, forment une remarquable coh&eacute;rence, autour du th&egrave;me de la coh&eacute;sion soci&eacute;tale, pour s&rsquo;assurer qu&rsquo;aucun habitant, qu&rsquo;aucun territoire ne soit un jour d&eacute;laiss&eacute;. C&rsquo;est l&agrave; l&rsquo;une des plus belles missions d&rsquo;une grande R&eacute;publique, et c&rsquo;est pourquoi je suis si profond&eacute;ment convaincu de l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t et de la pertinence des D&eacute;partements. Pour partager cette conviction, je suis all&eacute;, vous le savez, r&eacute;cemment plus loin, en &eacute;crivant &agrave; tous les candidats &agrave; la Pr&eacute;sidentielle 2017, afin de leur faire part de ce que nous sommes en train d&rsquo;accomplir ici, et de partager avec eux cette vision du D&eacute;partement de demain.</p> <p>Je sugg&egrave;re dans cette lettre que l&rsquo;avenir des collectivit&eacute;s territoriales ne passera plus par le d&eacute;p&egrave;cement des unes au profit des autres, dans un jeu global &agrave; solde probablement nul, qui ne fait qu&rsquo;&eacute;puiser les &eacute;lus et les services dans des r&eacute;organisations permanentes. &Agrave; mes yeux, l&rsquo;avenir des collectivit&eacute;s territoriales passe par l&rsquo;octroi de davantage de souplesse dans l&rsquo;exercice de leurs missions, par un droit &agrave; l&rsquo;exp&eacute;rimentation locale, par leur plus grande autonomie vis-&agrave;-vis de l&rsquo;&Eacute;tat qui gagnerait, lui, &agrave; se recentrer sur ses missions r&eacute;galiennes. Il est urgent de faire confiance aux territoires et de leur donner de l&rsquo;air pour entreprendre et innover.</p> <p>Alors au lieu de subir le retrait de l&rsquo;&Eacute;tat et l&rsquo;empilement chaotique des r&eacute;formes territoriales, je forme le v&oelig;u qu&rsquo;en 2017, nous continuions d&rsquo;inventer ensemble notre destin, &agrave; l&rsquo;avant-garde des D&eacute;partements de demain. Je suis conscient que dans notre projet de budget, en n&rsquo;augmentant ni les imp&ocirc;ts ni notre dette, en r&eacute;duisant la masse salariale et nos frais de moyens g&eacute;n&eacute;raux, nous n&rsquo;avons pas choisi le chemin le plus facile. La pente, chers coll&egrave;gues, est parfois abrupte, expos&eacute;e, d&eacute;licate &agrave; engager. Mais le sage dit que le &laquo; chemin s&rsquo;aplanit pour la cause la plus juste &raquo;, alors &eacute;coutons-le et avan&ccedil;ons ensemble !</p> <p>Je le dis avec cet enthousiasme, car je per&ccedil;ois que notre D&eacute;partement soutient avec succ&egrave;s, et peut-&ecirc;tre m&ecirc;me porte, la vitalit&eacute; des territoires du Calvados. Nous soutenons 70 festivals, 75 manifestations sportives, 21 cr&eacute;ations de spectacle, 583 clubs sportifs&hellip; Et nous sommes en passe de gagner notre pari, le pari d&rsquo;une France o&ugrave; finalement, on se rend compte que l&rsquo;on vit mieux ici, entre terre et mer, dans l&rsquo;authenticit&eacute; d&rsquo;un terroir riche de son identit&eacute;, que dans la banalisation des tr&egrave;s grandes villes devenues parfois trop denses et franchis&eacute;es. Je me r&eacute;jouis de savoir :</p> <ul> <li>&nbsp; que Caen est d&eacute;sormais la 11<sup>e</sup> meilleure ville de France o&ugrave; il fait bon vivre et travailler, selon le classement annuel du magazine l&rsquo;Express ;</li> <li>que Deauville vient d&rsquo;&ecirc;tre class&eacute;e pour sa part, 3<sup>e</sup> ville baln&eacute;aire fran&ccedil;aise pour son dynamisme commercial, par le magazine Le Point ;</li> <li>et qu&rsquo;une &eacute;tude de la F&eacute;d&eacute;ration du commerce sp&eacute;cialis&eacute; r&eacute;v&egrave;le que Bayeux fait partie du palmar&egrave;s des cinq villes fran&ccedil;aises les plus dynamiques en mati&egrave;re de commerce.</li> </ul> <p>Tous ces signes sont formidablement encourageants. Et si finalement, les territoires suppos&eacute;ment p&eacute;riph&eacute;riques, interstitiels, comme le n&ocirc;tre, devenaient le nouveau r&ecirc;ve fran&ccedil;ais ? Par votre vote cette semaine, vous pouvez y contribuer, en adoptant un budget de refondation de la collectivit&eacute; d&eacute;partementale, qui permettra de faire que le D&eacute;partement de demain, soit d&eacute;j&agrave;, ici, dans le Calvados, celui d&rsquo;aujourd&rsquo;hui.</p> <p><br /> Je vous remercie de votre attention<br /> &nbsp;</p> <p><span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; le 1<sup>er</sup> f&eacute;vrier 2017 &agrave; l&#39;H&ocirc;tel du D&eacute;partement. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> </div> Podiums & Trophées 2016 https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/podiums--trophees-2016.html sam., 21 janv. 2017 17:05:00 +0100 s.vaugeois ]]> <p>Je voudrais, tout d&#39;abord, remercier Madame le Maire de Mondeville, ch&egrave;re H&eacute;l&egrave;ne, de votre accueil, ici ce soir, &agrave; la Halle B&eacute;r&eacute;govoy, temple du basket f&eacute;minin r&eacute;gional.</p> <p>&nbsp;Je souhaite &eacute;galement saluer et remercier le Pr&eacute;sident du Comit&eacute; D&eacute;partemental Olympique et Sportif de son engagement, &agrave; nos c&ocirc;t&eacute;s, et de l&#39;aide pr&eacute;cieuse qu&#39;il nous apporte pour l&#39;organisation de cette belle manifestation &quot;Podiums et Troph&eacute;es&quot;.<br /> &nbsp;</p> <p>Puisque nous sommes encore en janvier, permettez-moi de vous adresser mes v&oelig;ux les plus sinc&egrave;res de tr&egrave;s bonne ann&eacute;e 2017, une ann&eacute;e faite d&#39;engagements, de volont&eacute;, de courage et d&#39;efforts n&eacute;cessaires, vous l&#39;avez tous compris, &agrave; la r&eacute;alisation de performances ou d&#39;exploits sportifs.</p> <p>&nbsp;Oui, le sport a valeur d&#39;exemple ; il participe au bien-vivre ensemble, c&#39;est important, ne l&#39;oublions jamais&hellip;</p> <p>Je vous souhaite de belles victoires, 2017 devrait encore, dans le Calvados, nous faire aimer le sport.</p> <p>&nbsp;Une ann&eacute;e &eacute;galement de bonne sant&eacute; et cela me semble essentiel pour l&#39;accomplissement de votre sport de pr&eacute;dilection.</p> <p>&nbsp;Si nous sommes ici, ce soir, c&#39;est parce que Mondeville, avec ses nombreuses associations et surtout l&#39;USOM, &agrave; travers l&#39;athl&eacute;tisme, le tennis de table, le football et bien &eacute;videmment, le basket f&eacute;minin, est une des villes de l&#39;agglom&eacute;ration o&ugrave; l&#39;action et la dynamique sportive ont toujours &eacute;t&eacute; au c&oelig;ur des pr&eacute;occupations de ses &eacute;lus.</p> <p>&nbsp;Et, je suis tr&egrave;s heureux d&#39;&ecirc;tre, ce soir, aux c&ocirc;t&eacute;s &quot;des filles de Mondeville&quot;, non seulement pour les encourager mais aussi pour saluer leur belle performance, cette ann&eacute;e, face aux grosses cylindr&eacute;es du Championnat. Elles d&eacute;montrent, avec brio, courage, la force du collectif.</p> <p>&nbsp;Vous le savez, le D&eacute;partement a toujours soutenu, tr&egrave;s fid&egrave;lement, je le crois, le club et toujours valoris&eacute; son centre de formation et donc les jeunes.</p> <p>&nbsp;Permettez-moi juste un petit apart&eacute;, pour &eacute;voquer justement, un autre centre de formation, celui du stade Malherbe de Caen, qui vient d&#39;&ecirc;tre class&eacute; en premi&egrave;re cat&eacute;gorie et j&#39;en profite pour souhaiter bonne chance aux joueurs de Jean-Fran&ccedil;ois Fortin, pour la fin du championnat.<br /> &nbsp; &nbsp;</p> <p>Je reviens &agrave; Mondeville, pour vous dire que nous aurons, tout &agrave; l&#39;heure, avec Clara Dewa&euml;le-Canouel, vice-pr&eacute;sidente du D&eacute;partement, en charge du Sport et de la Jeunesse, l&#39;occasion de donner le coup d&#39;envoi du match contre Bourges. Un grand moment de la saison qui, je l&#39;esp&egrave;re, va tenir toutes ses promesses.</p> <p><br /> &nbsp;En attendant, revenons &agrave; notre c&eacute;r&eacute;monie, &agrave; cette initiative du D&eacute;partement du Calvados, je le disais, en &eacute;troite collaboration, avec le Comit&eacute; D&eacute;partemental Olympique et Sportif, qui refl&egrave;te bien et prolonge m&ecirc;me notre soutien &agrave; l&#39;ensemble du mouvement sportif.</p> <p>&nbsp;Un engagement fort, de chaque instant, avec pr&egrave;s de 600 clubs aid&eacute;s, mais aussi les comit&eacute;s et, bien &eacute;videmment, le sport scolaire ou le sport handicap. Il s&#39;agit, je le rappelle, d&#39;une vraie volont&eacute; politique puisque le sport n&#39;a jamais &eacute;t&eacute; une comp&eacute;tence obligatoire pour les collectivit&eacute;s territoriales.</p> <p>&nbsp;Le D&eacute;partement consacre, chaque ann&eacute;e, environ 6 millions d&#39;euros, &agrave; sa politique sportive et les &eacute;lus d&eacute;partementaux sont, sous la conduite de Clara, toujours tr&egrave;s attentifs, au d&eacute;veloppement d&#39;une pratique sportive de qualit&eacute; et accessible &agrave; tous, avec une offre tr&egrave;s diversifi&eacute;e, sur l&#39;ensemble du territoire.</p> <p>&nbsp;Un territoire riche en &eacute;quipements, mais aussi en sites de pleine nature, qui sont pour nous, un vecteur fort d&#39;attractivit&eacute;.</p> <p>&nbsp;Pour synth&eacute;tiser, je dirais que notre intervention s&#39;articule autour de trois grands axes principaux :<br /> ◾le sport de haut niveau,<br /> ◾le sport pour tous,<br /> ◾et le sport scolaire.</p> <p>Et, nous veillons &agrave; ce que cette valorisation du sport se d&eacute;ploie, &agrave; travers diff&eacute;rents champs : &eacute;ducatif, social, touristique, sant&eacute; et comp&eacute;tition.</p> <p>&nbsp;-&nbsp;&nbsp;&nbsp; Nous soutenons, bien entendu, le sport de haut niveau, &agrave; travers les subventions aux clubs de niveau national et &agrave; travers le soutien aux sportifs eux-m&ecirc;mes.</p> <p>&nbsp;-&nbsp;&nbsp;&nbsp; Nous soutenons le sport pour tous, par nos aides aux diff&eacute;rents clubs et comit&eacute;s du D&eacute;partement, mais &eacute;galement par le soutien aux manifestations sportives organis&eacute;es tout au long de l&#39;ann&eacute;e ou encore par le soutien aux investissements (je veux parler du soutien au mat&eacute;riel sportif et nautique pour les associations, ainsi que des &eacute;quipements sportifs pour les collectivit&eacute;s au travers des Contrats D&eacute;partementaux de Territoire).</p> <p>&nbsp;-&nbsp;&nbsp;&nbsp; Nous soutenons enfin, le sport scolaire, &agrave; travers les comit&eacute;s, sections sportives, sans oublier l&#39;organisation de notre cross scolaire, chaque ann&eacute;e, au mois de novembre et bien d&#39;autres actions encore, tout au long de l&#39;ann&eacute;e.</p> <p>&nbsp;Le D&eacute;partement est &eacute;galement partenaire des grands rendez-vous sportifs et des manifestations phares.</p> <p><br /> &nbsp;Je citerai, pour 2016, cette ann&eacute;e, deux ou trois exemples : La solitaire du Figaro au d&eacute;part de Deauville, en juin dernier, la Coupe d&#39;Europe de Kayak Polo, en juillet, sur la base du Traspy ou encore les championnats de France de patinage.</p> <p>&nbsp;Nous serons, encore en 2017, au rendez-vous des grands &eacute;v&eacute;nements sportifs. Ici m&ecirc;me, &agrave; Mondeville, d&egrave;s le 4 f&eacute;vrier, pour le meeting d&#39;athl&eacute;tisme, toujours tr&egrave;s attendu.</p> <p>&nbsp;Nous serons pr&eacute;sents sur le BMX Indoor, &agrave; Caen, le Tour de Normandie Cycliste, la Normandy Channel Race, les Courants de la Libert&eacute;, dont on f&ecirc;tera, cette ann&eacute;e, le trenti&egrave;me anniversaire, en juin. Un &eacute;v&eacute;nement &agrave; ne pas manquer.</p> <p>&nbsp;Ou encore, la course cycliste Paris/Camembert, &agrave; Livarot-Pays-d&#39;Auge, en avril. Le meeting d&#39;athl&eacute;tisme d&#39;H&eacute;rouville et le triathlon international de Deauville, en juin, sans oublier un autre d&eacute;sormais tr&egrave;s grand rendez-vous : l&#39;Open de Tennis de Caen, qui n&#39;en finit pas de grandir&hellip;</p> <p>Voil&agrave;, mes chers amis sportifs, tr&egrave;s bri&egrave;vement rappel&eacute;, tout l&#39;engagement du D&eacute;partement, sur tous les terrains de sport.</p> <p>&nbsp;Cette soir&eacute;e est pour le D&eacute;partement, l&#39;occasion&nbsp; de mettre &agrave; l&#39;honneur le mouvement sportif d&eacute;partemental dans son ensemble, &agrave; travers les clubs, les comit&eacute;s, les associations, sans oublier le handisport et le sport scolaire.</p> <p><br /> &nbsp;Je salue &eacute;galement, bien &eacute;videmment, tous les nombreux b&eacute;n&eacute;voles&hellip; Et tous vos proches qui s&#39;engagent dans le quotidien, &agrave; vos c&ocirc;t&eacute;s, pour vivre avec vous, votre passion.</p> <p>&nbsp;Sachez que vous pouvez compter sur la sympathique et dynamique &eacute;quipe de notre p&ocirc;le &quot;Sports et Vie Associative&quot;, sous la conduite d&#39;Aur&eacute;lien RICHARD. Une &eacute;quipe &agrave; votre &eacute;coute et disponible. Elle a toute ma confiance pour faire vivre et aimer le sport dans le Calvados.</p> <p>&nbsp;Mais, nous sommes ici, ce soir, pour r&eacute;compenser nos sportifs de l&#39;ann&eacute;e et valoriser notamment les plus jeunes, &agrave; travers leurs performances &agrave; l&#39;&eacute;chelle nationale, voire internationale.</p> <p>&nbsp;C&#39;est ainsi que 14 sportifs ou &eacute;quipes vont &ecirc;tre, dans quelques instants, r&eacute;compens&eacute;s. Nous aurons donc 14 nominations : 4 podiums f&eacute;minins, 4 masculins, 3 collectifs, sans oublier nos 3 &quot;coups de c&oelig;ur&quot;.</p> <p>&nbsp;Je les remercie, &agrave; double titre, d&#39;&ecirc;tre, pour la plupart, &agrave; nos c&ocirc;t&eacute;s ce soir, pour ce moment de r&eacute;compense et d&#39;honneur qui est avant tout, le leur. Mais aussi de porter haut, dans leur sport, le fanion du Calvados lors des comp&eacute;titions.</p> <p>&nbsp;Avant de c&eacute;der la parole &agrave; notre animateur pr&eacute;f&eacute;r&eacute;, je voudrais vous dire que nous rejoindrons, tout &agrave; l&#39;heure, pour cette rencontre prometteuse, nos 300 invit&eacute;s, des jeunes sportifs, mais aussi les acteurs du mouvement sportif calvadosien.</p> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;C&#39;est, ce soir, tout le monde du sport qui est l&agrave; pour encourager &quot;les filles de Mondeville&quot; et c&#39;est, encore une fois, avec Clara et tous nos coll&egrave;gues du D&eacute;partement, un vrai bonheur de vivre de beaux moments de sport, cela fait du bien de se rassembler, de se retrouver et de partager nos passions sportives.</p> <p>&nbsp;Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une excellente soir&eacute;e.</p> <p><br /> &nbsp;&nbsp; &nbsp;<br /> <span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; &agrave; la Halle B&eacute;r&eacute;govoy de Mondeville le samedi 21 janvier 2017 &agrave; 17 h 30. Seul le prononc&eacute; fait foi.</span></p> Inauguration de la bibliothèque Alexis de Tocqueville https://www.calvados.fr/cms/render/live/fr/sites/calvados/accueil/le-departement/linstitution/discours-du-president-1/grille-9-3-main/discours-du-president/inauguration-de-la-bibliotheque.html ven., 13 janv. 2017 17:32:00 +0100 s.vaugeois ]]> <div> <p>Derri&egrave;re les quatre lettres signifiant son nom de projet &quot;BMVR&quot;, se cachait, en fait, une tr&egrave;s belle ambition de Caen-la-Mer, partag&eacute;e par les diff&eacute;rents acteurs que nous sommes, grandes collectivit&eacute;s territoriales et &Eacute;tat r&eacute;unis, d&#39;offrir &agrave; notre capitale r&eacute;gionale, un nouvel outil de rayonnement dans le domaine de la culture et du savoir. On peut m&ecirc;me parler de v&eacute;ritable atout territorial !</p> </div> <div> <p>Et je pense, que nous sommes ici, tous d&#39;accord, pour dire combien ce nouvel &eacute;quipement qui porte le nom d&#39;un normand c&eacute;l&egrave;bre, &eacute;tait, je le disais, tr&egrave;s attendu et vient conforter la place de notre d&eacute;sormais grande Communaut&eacute; Urbaine dans ses fonctions m&eacute;tropolitaines au sein de la grande R&eacute;gion.<br /> <br /> Vous le savez, le D&eacute;partement que je repr&eacute;sente aujourd&#39;hui, a toujours &eacute;t&eacute; tr&egrave;s attentif aux grands projets structurants, men&eacute;s dans l&#39;agglom&eacute;ration, que ce soit dans le domaine de la recherche, celui de la sant&eacute;, du sport, des transports collectifs, du patrimoine ou encore, comme c&#39;est le cas, aujourd&#39;hui, celui de la culture.<br /> <br /> Nous sommes tr&egrave;s souvent pr&eacute;sents et, autant que nous le pouvons, aux tours de table financiers sur de tels dossiers, je tiens &agrave; le rappeler.<br /> <br /> Et je me r&eacute;jouis que le D&eacute;partement soit, une nouvelle fois, au rendez-vous du d&eacute;veloppement et aux c&ocirc;t&eacute;s de Caen-la-Mer Normandie et merci, cher Jo&euml;l, de m&#39;avoir associ&eacute; &agrave; ces moments d&#39;inauguration.<br /> <br /> J&#39;ai la conviction que ce nouvel outil culturel sera &agrave; la hauteur des esp&eacute;rances, des attentes des usagers et de tous les publics qui le fr&eacute;quenteront&hellip; Et, je n&#39;oublie pas, bien s&ucirc;r, la r&eacute;f&eacute;rence universitaire, ch&egrave;re &agrave; l&#39;histoire de Caen et &agrave; ses Facult&eacute;s&hellip;<br /> <br /> Ce lieu, au sein de cette presqu&#39;&icirc;le, qui s&#39;inscrit elle-m&ecirc;me, aujourd&#39;hui, &agrave; la fois dans le pr&eacute;sent, avec ses &eacute;quipements actuels, mais aussi dans l&#39;avenir et la modernit&eacute;, donnera encore plus &agrave; ce quartier, le sentiment du n&eacute;cessaire renouveau, d&#39;un nouvel oxyg&egrave;ne en c&oelig;ur de ville.<br /> <br /> <br /> <br /> Je souhaite remercier et f&eacute;liciter tous les acteurs et notamment les concepteurs de ces lieux, qui ont travaill&eacute; toutes ces ann&eacute;es, pour offrir &agrave; Caen, un nouveau phare de la culture, au service de tous&hellip; Des espaces bien pens&eacute;s et ouverts sur l&#39;ext&eacute;rieur par un jeu intelligent de transparence&hellip;<br /> <br /> Je suis &eacute;galement convaincu que cette biblioth&egrave;que, v&eacute;ritable cath&eacute;drale des savoirs, sera demain, un lieu de vie, d&#39;&eacute;changes, de rencontres, un lieu de savoir, un lieu d&#39;apprentissage, un lieu d&#39;innovation,&nbsp; de connaissances, mais &eacute;galement un &eacute;tablissement ressource pour la conservation patrimoniale.<br /> <br /> Nous sommes l&agrave;, chacun l&#39;aura compris, au c&oelig;ur d&#39;un projet f&eacute;d&eacute;rateur de grande envergure.<br /> <br /> Et, c&#39;est notamment au regard de ce caract&egrave;re exceptionnel que le D&eacute;partement du Calvados a particip&eacute; au tour de table financier, &agrave; hauteur de 5 millions d&#39;euros. C&#39;est bien ce qui me vaut le plaisir d&#39;&ecirc;tre &agrave; vos c&ocirc;t&eacute;s, aujourd&#39;hui.<br /> <br /> J&#39;ai toujours pens&eacute; qu&#39;il n&#39;existait pas de r&eacute;el d&eacute;veloppement, sans d&eacute;veloppement culturel, qu&#39;il soit collectif ou individuel. Et, un &eacute;quipement tel que celui que nous d&eacute;couvrons aujourd&#39;hui y participe grandement. C&#39;est bien ici, que se cr&eacute;e le lien social indispensable &agrave; toute forme de vie en soci&eacute;t&eacute;.<br /> <br /> Vous le savez tous, la lecture publique est un pilier essentiel d&rsquo;une politique culturelle. C&rsquo;est vrai pour une ville ou une agglom&eacute;ration, &ccedil;a l&rsquo;est &eacute;galement pour un d&eacute;partement.<br /> <br /> Les biblioth&egrave;ques sont les services culturels les plus fr&eacute;quent&eacute;s. Elles r&eacute;pondent &agrave; des enjeux forts de citoyennet&eacute;.<br /> <br /> <br /> <br /> Le D&eacute;partement s&rsquo;est pleinement empar&eacute; de cette comp&eacute;tence et son implication forte, d&egrave;s le d&eacute;but de ce projet, port&eacute; par l&rsquo;Agglom&eacute;ration, en est la preuve.<br /> <br /> Accompagner, &agrave; hauteur de 5 millions d&rsquo;euros, la cr&eacute;ation de la biblioth&egrave;que &quot;Alexis de Tocqueville&quot; r&eacute;pondait, pour le D&eacute;partement, &agrave; plusieurs enjeux :</p> <ul> <li>Soutenir le positionnement de capitale r&eacute;gionale de l&rsquo;agglom&eacute;ration caennaise au travers de ses &eacute;quipements structurants.</li> <li>Favoriser l&rsquo;adaptation de la biblioth&egrave;que centrale de Caen aux nouveaux enjeux de la lecture publique.</li> <li>Enfin, compl&eacute;ter l&rsquo;am&eacute;nagement du territoire d&eacute;partemental en mati&egrave;re de lecture publique.</li> </ul> <p>Concernant ce dernier point, je pense int&eacute;ressant d&#39;indiquer que, sur la derni&egrave;re d&eacute;cennie, l&rsquo;am&eacute;nagement territorial du Calvados en mati&egrave;re de lecture publique a, Madame la Ministre, connu des avanc&eacute;es remarquables.<br /> <br /> Le D&eacute;partement a tr&egrave;s largement accompagn&eacute; ce mouvement en finan&ccedil;ant la cr&eacute;ation ou la r&eacute;novation d&rsquo;une quinzaine d&rsquo;&eacute;tablissements* et en aidant, en fonctionnement, ces &eacute;tablissements, au travers de l&rsquo;action de la Biblioth&egrave;que D&eacute;partementale du Calvados.<br /> <br /> Aujourd&rsquo;hui, &agrave; l&rsquo;exception de deux territoires, tous les habitants du Calvados ont acc&egrave;s, &agrave; moins de 15 minutes de chez eux, &agrave; une biblioth&egrave;que de qualit&eacute;, sans oublier les ressources num&eacute;riques qui favorisent grandement toute cette effervescence culturelle.<br /> <br /> <br /> <br /> En 2017, pr&egrave;s de 70 biblioth&egrave;ques acc&eacute;deront aux ressources propos&eacute;es par le D&eacute;partement, et notamment celles de Lisieux et Vire.<br /> <br /> Et, c&#39;est bien l&#39;id&eacute;e que je me fais de la culture dans toutes ses dimensions, et notamment territoriale.<br /> <br /> Enfin, je ne voudrais pas conclure sans saluer la m&eacute;moire d&#39;Alexis de Tocqueville, oserais-je dire : un ancien coll&egrave;gue, puisqu&#39;il a &eacute;galement &eacute;t&eacute; pr&eacute;sident du D&eacute;partement de la Manche (de 1849 &agrave; 1851).<br /> <br /> Chacun peut d&eacute;sormais venir, ici, &agrave; loisir, respirer ou s&#39;inspirer de la pens&eacute;e de ce grand d&eacute;fenseur de la d&eacute;mocratie et des grands principes qu&#39;elle porte ; lui qui, avant tout le monde, pressentait, &agrave; travers la naissance des d&eacute;mocraties modernes, les mouvements in&eacute;luctables vers toujours plus de libert&eacute;, toutes les libert&eacute;s, notamment celle d&#39;apprendre ou d&#39;entreprendre ; lui qui, avant tout le monde, imaginait aussi et d&eacute;j&agrave;, les fragilit&eacute;s des r&eacute;gimes d&eacute;mocratiques ou la mont&eacute;e de l&#39;individualisme, qu&#39;il nous faut, aujourd&#39;hui, gr&acirc;ce &agrave; des lieux comme celui-ci, combattre en permettant &agrave; chacun de venir partager ses id&eacute;es, ses valeurs, d&#39;&eacute;changer, de comprendre, de confronter ses opinions : bref, par la culture, de s&#39;ouvrir aux autres.<br /> <br /> Son nom et sa m&eacute;moire signaleront, &agrave; tous ceux qui voudront bien venir jusqu&#39;ici, pousser les portes, l&#39;extr&ecirc;me modernit&eacute; de sa pens&eacute;e d&#39;homme de lettres ou encore de l&#39;action de cet homme d&#39;&eacute;tat, d&eacute;mocrate par raison, fin observateur du monde&hellip; Il y a chez Tocqueville beaucoup &agrave; apprendre pour comprendre le monde d&#39;aujourd&#39;hui et les d&eacute;rives de nos d&eacute;mocraties modernes.<br /> <br /> &nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;<br /> Je vous remercie de votre attention.&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> &nbsp;&nbsp;&nbsp;<br /> <span style="font-size:10px;">Discours prononc&eacute; par Jean-L&eacute;once Dupont le 13 janvier 2017 &agrave; la biblioth&egrave;que Alexis de Tocqueville. Seul le prononc&eacute; fait foi.<br /> <br /> <br /> * : Hermanville, Mathieu, Cairon, &Eacute;vrecy, Fontaine-Etoupefour, Villers-Bocage, Livarot, Honfleur, Pont-d&rsquo;Ouilly, St Sever, Merville-Franceville, Mondeville, Bieville-Beuville, Vassy, Le Beny-Bocage</span></p> </div>