Coup de cœur du Département

Paul Boyer

Des T-shirts en lin bio confectionnés en circuit court, c’est ce qu’a imaginé ce pionnier de la mode éthique avec sa société coopérative LINportant, qui tient à protéger environnement, emploi et savoir-faire locaux.

Paul Boyer, LINportant, coup de coeur so14 2021 copyright Damin Aubin Studio 911

Pionnier de la mode éthique en France, il découvre en 2019 les propriétés du lin, dont la Normandie est le leader mondial. Il s’agit de l’une des rares fibres textiles qu’il est possible d’exploiter sur le sol français. La suite, elle se tricote d’abord dans un cadre associatif, avec les différents acteurs du lin. « L’intérêt de ce regroupement était de contribuer à valoriser la filière et à en imaginer l’avenir. Nous avons procédé par étapes, en identifiant les manques dans la chaîne de production et en estimant leur impact sur les débouchés de la filière », précise Paul Boyer. Le constat ? Pas d’atelier de tricotage ou de fabrication industrielle de T-shirts en lin en France. Une étude de faisabilité menée en 2017 confirme le potentiel d’un petit outil de production, avec un objectif de rentabilité sur 100 000 T-shirts en lin bio par an.

LINportant, des vêtements bio made in Calvados

2019 marque la naissance de la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) LINportant, dont Paul Boyer est directeur, aux côtés d’un conseil d’administration pluridisciplinaire. « Nous avons à cœur de protéger l’environnement en développant le bio et les circuits courts, ainsi que de recréer de l’emploi et du savoir-faire sur le territoire. Nous nous efforçons également de proposer un modèle économique qui bénéficie au collectif », ajoute-t-il. L’atelier est basé à Évrecy. Le lin, préalablement teillé dans la région, y est tricoté, découpé, assemblé et cousu. « Nous avons commencé par une campagne de crowdfunding qui a eu un succès inattendu. À tel point que nous nous sommes demandé si nous allions pouvoir assurer la livraison des 8 000 pièces. » Pour atteindre son objectif de production annuel, LINportant a su séduire de belles marques de mode françaises. Une stratégie qui permet de démontrer les débouchés du lin bio et de convaincre les liniculteurs d’amorcer une transition.

Cela a du sens pour les Normands de porter des T-shirts en lin bio cultivé non loin de chez eux, autour de Caen ou de Bayeux par exemple. C’est très réjouissant, on sent que les valeurs dans les achats textiles évoluent. »