Coup de cœur du Département

Mickaël Richomme

Ce sapeur-pompier professionnel a créé en 2015 Pompiers Missions Humanitaires, association incluant pompiers, médecins, infirmiers et autres métiers pour diverses missions d’interventions d’urgence, formation et fourniture de matériel…

Mickael Richomme, pompier mission humanitaire, coup de coeur so14 2021 copyright Damin Aubin Studio 911

« J’ai toujours voulu être pompier, comme mon père. À 12 ans, j’étais jeune sapeur-pompier, à 16, pompier volontaire, avant de devenir professionnel à 18 ans », c’est ainsi que le lieutenant présente son activité. Si le mot n’est pas posé, on pense immédiatement à une vocation pour celui qui, quelques années plus tard, part pour sa première en mission d’urgence. « En 1998, l’ouragan Mitch a dévasté le  Honduras. Je connaissais un médecin qui partait porter secours aux victimes avec une association humanitaire, j’ai suivi. » Après 15 ans d’expérience dans l’humanitaire en parallèle de son activité de  sapeur-pompier professionnel, Mickaël Richomme crée en 2015 l’association Pompiers Missions Humanitaires dans le Calvados. L’association compte désormais une trentaine de bénévoles parmi lesquels des sapeurs-pompiers, des médecins, infirmiers mais également des professionnels d’horizons variés.

Pompiers Missions Humanitaires, un engagement sans frontières

« Outre les interventions d’urgence, nous avons aussi pour mission de former des pompiers à l’étranger et de leur fournir du matériel. » Dans ce cadre, plusieurs pompiers membres de l’association sont  partis en Roumanie avec un camion, des lances et des tenues. Cet été, l’association est partie en Haïti, suite au tremblement de terre. On comprend l’importance de l’expérience quand Mickaël Richomme annonce : « il a fallu tout coordonner en deux jours. » Ce qui signifie, entre autres, contacter les ambassades et obtenir des laissez-passer. « Nous sommes très mobiles sur le terrain. Nos deux unités de  potabilisation tiennent dans des valises et permettent de traiter 300 litres d’eau à l’heure. Nous arrivons parfois à atteindre des endroits qui n’ont pas pu être secourus. » L’association continue à se doter de nouveaux outils, comme un drone pour identifier plus vite des victimes.

Notre association organise des événements et des formations pour financer ses opérations, nous recevons des subventions du Département du Calvados et optimisons les missions en travaillant avec d’autres associations en France. Derrière chaque départ, il y a un effort collectif. »