Coup de cœur du Département

Caroline Clémensat

La directrice des Franciscaines de Deauville est à la tête d’une équipe de 35 personnes travaillant dans un ancien cloître qui regroupe sur 6 400 m² un musée, une médiathèque, une salle de spectacle et un lieu de création numérique.

Caroline Clémensat, coup de coeur So14 2021 copyright Damien Aubin studio 911

Caroline Clémensat, la directrice des Franciscaines, dispose d’un environnement de travail qui fait rêver : l’ancien cloître emblématique de Deauville, réhabilité en un lieu culturel transversal et pluridisciplinaire. Ce vénérable établissement semble presque avoir choisi le projet qu’il allait incarner : « nous avions depuis longtemps un projet de médiathèque et de salle de spectacles, que la sagesse nous a poussés à abandonner lors de la crise de 2008. À la reprise du dossier, la Congrégation des sœurs franciscaines nous a informés de son intention de vendre le bâtiment. C’était un signe », relate Caroline Clémensat. Au même moment, la ville reçoit en donation la collection André Hambourg. L’ampleur du projet s’en trouve alors complètement modifiée. « Il fallait offrir une nouvelle orientation à ce patrimoine d’exception en imaginant un lieu culturel hybride, unique en son genre. »

Un écrin unique pour la culture

Ce tour de force architectural est signé Alain Moatti, qui a scénarisé le décloisonnement des espaces pour optimiser le parcours visiteur. L’agencement général est en cohérence avec les 6 400 m² des lieux : le portail de quinze mètres de hauteur, l’incroyable verrière du cloître et son non moins fantastique lustre, ou encore l’immense table commune du réfectoire. Derrière cette apparente démesure, tout est impeccablement à sa place. Ce bel écrin regroupe un musée, une médiathèque, une salle de spectacles et un lieu de création numérique. Toutes les fonctions du lieu sont complémentaires. « L’offre est transversale, les collections et la programmation sont pensées en cohérence, elles se répondent pour permettre d’approfondir une thématique pour ceux qui le souhaitent », ajoute Caroline Clémensat, qui coordonne dans cet objectif une équipe de 35 personnes.

Nous avons pensé Les Franciscaines comme un espace de vie intergénérationnel, propice aux échanges. Un lieu inspirant, innovant et accessible, destiné au public normand comme aux visiteurs de passage, qui stimule l’imaginaire et ouvre le champ des possibles. »