Coup de cœur du Département

Astrid Vabret

Entre recherche, médecine et enseignement, le travail de cette virologue spécialiste du coronavirus depuis plus de vingt ans est désormais reconnu nationalement : elle est chevalier de la légion d’honneur depuis octobre dernier.

Astride Vabret, Virologue coup de coeur So14 2021 copyright Damien Aubin studio 911

Bien longtemps avant qu’il devienne le sujet incontournable des sphères médiatiques et politiques, le coronavirus avait capté l’attention du professeur Astrid Vabret. Depuis plus de vingt ans, en marge des épidémies suscitant l’engouement de ses confrères virologues, telles que l’hépatite C ou le sida, elle travaille sur ce sujet assez peu reconnu. « Pendant longtemps, j’ai collaboré principalement avec des vétérinaires », explique-t-elle. « Le choix d’étudier le coronavirus et de faire ma thèse sur le sujet s’est fait en cohérence avec la spécialité du laboratoire de virologie du CHU de Caen, qui porte sur les infections respiratoires aiguës. »

La Légion d’honneur pour son travail sur le coronavirus

Ces décennies d’un travail de recherche minutieux lui confèrent une expertise incontestable. « J’aime les temps longs. L’expérience ne se remplace pas, il faut du temps pour acquérir la connaissance fine d’un virus », ajoute Astrid Vabret. Par conséquent, la virologue est énormément sollicitée pour partager son expérience auprès de la communauté scientifique et siège en tant qu’experte dans de nombreuses commissions. Sans pause aucune depuis début 2019, Astrid Vabret mène de front cette transmission de savoir avec ses nombreuses fonctions et responsabilités, entre recherche, médecine et enseignement. Son emploi du temps chargé, elle l’assume loin des médias et des polémiques : « ma seule exception concerne les sessions de questions-réponses avec le public. J’aime la  vulgarisation, qui permet de couper court aux penchants parfois paranoïaques, en remettant le bon sens au coeur du débat ». Le 1er janvier 2021, Astrid Vabret a appris qu’elle était nommée pour être décorée de la Légion d’honneur, une reconnaissance nationale qui récompense le fruit d’un travail mené avec passion et abnégation.

Je ne m’attendais pas à être décorée de la Légion d’honneur et je n’en tire pas de fierté personnelle. Ma vraie satisfaction est que cette distinction valorise la virologie et les équipes, notamment les techniciens de laboratoire, qui sont habituellement peu mis en avant. »